Roi de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le roi de France est le chef d'État de la France lorsque celle-ci est un royaume.

Liste des monarques de France[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des monarques de France.

La personne du roi[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Après sa naissance, le futur roi remit par le capitaine des gardes, à une gouvernante et un médecin. Jusqu'à l'âge de sept ans, le dauphin vit avec sa gouvernante, plongé dans l'intimité de la vie de la famille royale. Elle doit veiller sur sa santé jour et nuit, de ce fait elle dort dans sa chambre, elle est aussi en charge de lui donner les premiers enseignements et principes moraux. C'est elle qui le représente, notamment auprès des corps[1]. Elle s'occupe aussi de tous les enfants de France légitimes ou illégitimes. Le poste de gouvernante se transmet de mère en fille. Parmi les autres personnes au service du futur roi, une nourrice, qui est parfois issues de la paysannerie ou de la petite bourgeoisie et permet une ascension sociale à la famille. En tout, le dauphin a son service huit femmes de chambres et valets[2].

A partir de l'âge de sept ans, le dauphin change d'appartement et reçoit des officiers[2]. La maison du dauphin compte énormément de personnes, jusqu'à 77 pour le fils de Louis XV, avec en autre, un capitaine des gardes ou encore un premier écuyer. Tout de foi, le dauphin ne fait qu'un avec le roi et le service général est le même pour les deux. Un gouverneur est chargé de l'éducation de l'ensemble des enfants de France. Il doit le former son esprit, son courage, ses mœurs, sa vertu de prince et l'élever dans l'amour et la crainte de Dieu, ainsi que lui faire connaitre les lettres et les sciences. Il s'agit d'un poste prestigieux qui donne à son hôte ses entrées chez le roi et le droit de monter dans le carrosse royal. Il a sa charge plusieurs sous-gouverneurs qui lui prêtent serment, alors que sa femme est dame d'honneur de la dauphine. Le dauphin et les fils de France ont un précepteur qui est souvent un membre du clergé, qui donne ses entrées dans la chambre et le carrosse du roi. Ils ont en plus, un sous-percepteur et un lecteur. Le confesseur du roi est aussi celui des enfants de France, à partir d'Henri IV le poste est occupé par un jésuite. L'éducation du Dauphin est terminée lorsqu'il atteint la majorité royale de quatorze ans. Pour les autres enfants de France l'éducation prend fin à dix-sept ans[3].

Ce qu'apprennent les rois est assez différent selon les époques. Au XVIIe siècle, la formation est avant tout militaire, ils apprennent leurs métiers de soldat et de chef d'État par la pratique. La formation de l'esprit est assez simple et les personnes responsables de la formation ne cherchent pas à leur apprendre grand-chose. Il pratique un peu le latin, la géographie, l'Histoire, la religion, ainsi que les arts et apprennent très tôt à lire et écrire. Le métier de chef d'État s'apprend par les intrigues et conspirations de la cour. Ils participent très tôt au conseil d'État et aux expéditions militaires. Louis XIV apprend son métier au côté de Jules Mazarin qui l'informe de toutes les affaires du Royaume[4]. Au XVIIe siècle, les études prennent le pas sur l'apprentissage. Ils sont instruits par les livres et les dossiers et sont plus bureaucrates que soldats. Ils sont alors moins en contact avec la réalité[5]. Louis XV par exemple assiste peu au Conseil lorsqu'il est enfant et après son sacre le régent tente de lui faire un cours d'une demi-journée chaque jour sur les affaires de l'État[6]. Lorsque Louis XVI devient roi sa préparation est insuffisante et son sens de l'État est défaillant[7].

Travail[modifier | modifier le code]

Pouvoir[modifier | modifier le code]

Les limites du pouvoir[modifier | modifier le code]

Le roi justicier[modifier | modifier le code]

Le roi législateur[modifier | modifier le code]

Les représentants du roi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Mousnier, Les Institutions de la France sous la monarchie absolue, Puf,‎ 2005, 1253 p. (ISBN 2-13-054836-9).

Lien interne[modifier | modifier le code]