Porté-Puymorens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porté-Puymorens
Vue sur Porté-Puymorens
Vue sur Porté-Puymorens
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Saillagouse
Intercommunalité Communauté de communes de Pyrénées Cerdagne
Maire
Mandat
Jean Ribot
2014-2020
Code postal 66760
Code commune 66147
Démographie
Gentilé Portéens
Population
municipale
134 hab. (2011)
Densité 2,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 32′ 57″ N 1° 49′ 57″ E / 42.5492, 1.8325 ()42° 32′ 57″ Nord 1° 49′ 57″ Est / 42.5492, 1.8325 ()  
Altitude Min. 1 557 m – Max. (pic du col rouge) 2 827 m
Superficie 49,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Porté-Puymorens

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Porté-Puymorens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Porté-Puymorens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Porté-Puymorens
Liens
Site web www.mairie.porte.puymorens.fr

Porté-Puymorens est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Portéens et les Portéennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans les Pyrénées-Orientales sur le Carol près de l'Andorre sur la route nationale 20, la commune est reliée au département de l'Ariège par le tunnel de Puymorens ou par le col de Puymorens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Porté-Puymorens[1]
L'Hospitalet-près-l'Andorre
(Ariège)
Mérens-les-Vals
(Ariège)
Pas de la Case
(Andorre)
Porté-Puymorens[1] Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes
Porta Enveitg Dorres

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ligne de partage des eaux entre les bassins méditerranéen et atlantique traverse la commune. Ainsi l'Ariège qui descend du Pas de la Case arrose le nord-ouest de la commune, et le col de Puymorens est entièrement dans le département des Pyrénées-Orientales et le département de l'Ariège commence plus au nord non loin de l'Hospitalet.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1954, le nom de la commune est modifié et devient Porté-Puymorens.

En catalan, le nom complet de la commune est Portè i Pimorent mais son ancien nom avant 1954 était Portè, l'adjonction étant celle du nom du hameau inclus dans la commune donnant son nom au col de montagne franchissant la frontière franco-espagnole[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1860 sous le nom de Porté, par détachement de la commune de Porta, elle-même détachée de Latour-de-Carol en 1837.

Le 1 et 2 juin 2013, la station de ski a été exceptionnellement ouverte suite à d'importante chute de neige. Quatre pistes ont été ouvertes pour un maximum de 600 personnes sur les pistes. Le prix du forfait était de 15 euros. La station est prête à renouveler cette offre[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean Sarda[4]    
2014 en cours Jean Ribot[5]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 134 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
455 420 401 371 404 421 405 409 410
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
372 452 210 191 257 134 200 149 185
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
108 113 119 121 147 128 127 131 134
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 8 septembre[8] ;
  • Fête communale : 14 juillet[8].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 922 €[9].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Seule la poste est ouverte quatre fois par semaine. Le village abrite les employés des autoroutes du sud de la France chargés du fonctionnement du tunnel du puymorens créé à l'initiative du député ariégeois Augustin Bonrepaux pour éviter le passage routier difficile pendant l'hiver et permettant de meilleurs échanges avec l'Espagne toute proche.

L'activité économique principale du village est lié à la station de ski de Porté-Puymorens (1600-2 500 m) créée en 1936 et qui compte aujourd'hui 15 pistes de ski alpin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone,‎ 2007 (lire en ligne)
  3. Pyrénées : Porté-Puymorens a accueilli des skieurs en juin, Midi-Libre, 1er juin 2003
  4. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  5. [1]
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ 1990 (ISBN 2-7399-5066-7)
  9. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  10. pyreneescatalanes.free.fr, « Tour cerdane »,‎ 2013 (consulté le 2 août 2013)