Malauzat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Malauzat
Malauzat
Mairie de Malauzat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Intercommunalité Communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans
Maire
Mandat
Jean-Paul Ayral
2020-2026
Code postal 63200
Code commune 63203
Démographie
Population
municipale
1 165 hab. (2019 en augmentation de 4,77 % par rapport à 2013)
Densité 194 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 53″ nord, 3° 03′ 15″ est
Altitude Min. 377 m
Max. 562 m
Superficie 5,99 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châtel-Guyon
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Malauzat
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Malauzat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malauzat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malauzat
Liens
Site web malauzat.fr

Malauzat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune est proche de la ville de Riom et fait partie de la communauté d'agglomération de cette dernière. Elle fait aussi partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Malauzat est constituée de deux villages principaux : Saint-Genest-l'Enfant, ou Saint-Genès-l'Enfant (397 m d'altitude) et Malauzat (507 m), qui ne sont reliés par aucune route carrossable. Le dénivelé entre les deux sections communales peut expliquer cette situation ; le puy de Marcoin (561 m) est une barrière naturelle au centre du territoire. Pour se rendre d'un bout à l'autre de la commune, les habitants doivent donc le contourner en passant par la commune voisine de Volvic.

Sept communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Malauzat
Volvic Enval Mozac, Marsat
Malauzat Châteaugay
Sayat Blanzat

Transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de la commune est traversé par les routes départementales 15, reliant Volvic au nord à Sayat au sud, 402, reliant la route de Châteaugay au carrefour avec la RD 796 vers Gerzat, 450 (au sud-ouest de la commune) et 796 (cette dernière empruntant le contournement sud puis continuant vers Blanzat et le quartier des Mauvaises)[1].

Au nord de la commune, passent les RD 83 (liaison de Riom à Volvic) et 405 (desservant le village de Saint-Genest-l'Enfant)[1].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Malauzat est desservie par la ligne P64 du réseau interurbain du Puy-de-Dôme (Cars Région Puy-de-Dôme), géré par la région Auvergne-Rhône-Alpes. Reliant Clermont-Ferrand à Enval, les autocars s'y arrêtent au centre-bourg[2].

Depuis le , la commune est également desservie par le transport à la demande du réseau RLV Mobilités. La ligne TAD 2 permet de se rendre à la gare de Volvic, à Volvic ou à Espace-Mozac, où seront possibles des correspondances avec les lignes régulières du réseau[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Malauzat est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (60 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (25,3 %), forêts (22,1 %), zones agricoles hétérogènes (18,2 %), zones urbanisées (12,6 %), terres arables (10,9 %), cultures permanentes (4,2 %), mines, décharges et chantiers (3,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Genès-l'Enfant était un fief des Murat aux XVIe et XVIIe siècles[M 1].

La paroisse de Saint-Genès-l'Enfant (ou Saint-Genest-l'Enfant) devient commune en 1790. En 1874, « Saint-Genès-l'Enfant » (orthographe alternative de « Saint-Genest-l'Enfant ») et Saint-Hippolyte (qui fusionnera en 1972 avec Châtel-Guyon[10]) cèdent une partie du territoire communal pour former Enval ; ledit village « était le point central entre Malozat et Enval »[M 2].

Le conseil municipal demandait que le chef-lieu de la commune soit transféré à Malauzat malgré un nombre d'équipements plus important dans l'actuel chef-lieu. Les demandes des 18 février 1877, 5 décembre 1909 (il a même été proposé de renommer le village en « Malozat-Saint-Genest ») et 4 octobre 1925 n'aboutiront pas ; une lettre du préfet du 6 juin 1926 a déclaré que la commune s'appelle « Commune de Malauzat ». Cette dénomination apparaît en 1928[M 2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Malauzat, réuni en pour réélire le maire sortant, Jean-Paul Ayral, a désigné trois adjoints[11],[M 3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[M 1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1808 Marien Julien    
1808 1825 Antoine-Xavier Aragonnes de Malauzat    
1825 1826 Guillaume Biou    
1826 1830 Jean-Marie Neyrou-Desaulnat    
1830 1843 Jean-Baptiste Marmay-Michellet    
1843 1854 Jacques Faure    
1854 1874 Genest Domas    
1874 1876 Jean-Charles Levadoux    
1876 1890 Martial Auteroche    
1890 1896 Jean-Charles Levadoux    
1896 1908 Marien Julien    
1908 1935 Louis Brosson    
1935 1947 Pierre Sucheyre    
1947 1959 Alexis Mathot    
1959 1977 Stéphane Andanson    
1977 François Mathot    

(réélu en )[11]
En cours
(au [M 3])
Jean-Paul Ayral[12] DVD Cadre[13]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Genès-l'Enfant, devenue commune, dépendait du canton de Volvic depuis 1790. Celui-ci disparaissant en 1801, la commune est rattachée au canton de Riom-Ouest[M 1],[14] jusqu'en  ; à la suite du redécoupage des cantons du département, Malauzat est rattachée au canton de Châtel-Guyon[15]. Par ailleurs, la commune dépendait du district de Riom, puis de l'arrondissement de Riom depuis 1801[14].

Sur le plan judiciaire, Malauzat dépend de la cour d'appel de Riom, du tribunal de proximité de Riom et des tribunaux judiciaire et de commerce de Clermont-Ferrand[16].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Malauzat faisait partie, jusqu'en 2016, de la communauté de communes Riom-Communauté. Celle-ci a fusionné le avec les communautés de communes de Limagne d'Ennezat et Volvic Sources et Volcans pour former la communauté de communes Riom Limagne et Volcans, nom révélé au conseil municipal le 24 octobre 2016[M 4]. Cette communauté de communes est devenue communauté d'agglomération le .

Le conseil municipal a approuvé ce projet de fusion le 30 novembre 2015[M 5] et le 21 juin 2016[M 6].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte des eaux usées est assurée par le syndicat intercommunal d'assainissement de la région de Riom (SIARR)[M 7].

La collecte des déchets ménagers est assurée par le syndicat du Bois de l'Aumône (SBA)[M 8]. La déchèterie la plus proche est située à Volvic[17].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2019, la commune comptait 1 165 habitants[Note 3], en augmentation de 4,77 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
659590598504548537569588588
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
590581598363350330332325340
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
316325255235218208204231254
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
3053824887798959589671 0991 145
2019 - - - - - - - -
1 165--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Malauzat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[21].

Hors dérogations à la carte scolaire, les élèves poursuivent leur scolarité au collège Victor-Hugo de Volvic ou au collège Pierre-Mendès-France à Riom[22] puis aux lycées Virlogeux ou Pierre-Joël-Bonté de Riom[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pays d'art et d'histoire de Riom[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, la commune de Malauzat est labellisée Pays d'art et d'histoire, et forme avec les communes de Chambaron sur Morge, Enval, Le Cheix-sur-Morge, Marsat, Ménétrol, Mozac, Pessat-Villeneuve, Riom, et Saint-Bonnet-près-Riom, le Pays d'art et d'histoire de Riom.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Présentation de la commune » (consulté le ).
  2. a et b « Petite histoire de la commune » (consulté le ).
  3. a et b « Le conseil municipal » (consulté le ).
  4. « Compte rendu du Conseil Municipal du 24 octobre 2016 » [PDF] (consulté le ), p. 3.
  5. « Compte rendu du Conseil Municipal du 30 novembre 2015 » [PDF] (consulté le ), p. 2.
  6. « Compte rendu du Conseil Municipal du 21 juin 2016 » [PDF] (consulté le ), p. 2.
  7. « Collecte des eaux usées » (consulté le ).
  8. « Collecte ordures ménagères » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Carte de Malauzat sur Géoportail.
  2. Fiche horaire de la ligne P64 : Enval – Clermont-Ferrand, horaires valables du au [PDF], sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  3. « RLV Mobilités 2018-2019 : Mon Guide Bus » [PDF], sur rlv-mobilites.fr (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Hippolyte », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le )..
  11. a et b « Jean-Paul Ayral élu maire de Malauzat (Puy-de-Dôme) », La Montagne, (consulté le ).
  12. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  13. Malauzat sur lemonde.fr.
  14. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  16. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le ).
  17. « Territoire », sur sba63.fr, Syndicat du Bois de l'Aumône (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Annuaire des établissements scolaires de Malauzat sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  22. « Sectorisation », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le ). Taper « Malauzat » dans le formulaire de saisie.
  23. Service académique d'information et d'orientation, « Arrêté rectoral en date du relatif à la répartition des districts scolaires des lycées des départements de l'Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme » [PDF], Académie de Clermont-Ferrand (consulté le ), p. 31.
  24. Notice no PA63000091, base Mérimée, ministère français de la Culture