Famille de Pontevès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maison de Pontevès
Armes de la famille.
Armes de la famille : Maison de Pontevès

Blasonnement De gueules au pont à deux arches d'or
Devise « Prudence »
Pays ou province d’origine Provence, Royaume de France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fonctions militaires Lieutenant général des armées navales
Fonctions ecclésiastiques Évêque de Riez
Évêque d'Apt
Récompenses militaires Chevalier de Saint-Louis

La famille de Pontevès est une famille subsistante de la noblesse française originaire de Provence. Elle est considérée comme issue"[N. 1] en ligne masculine de la famille d'Agoult, originaire du Dauphiné et en en ligne féminine de la première famille de Pontevès éteinte en 1220 dont elle releva le nom , mais les opinions sont divergentes sur son origine[1].
Selon les auteurs, elle remonte sa filiation prouvée en 1213 avec Isnard d'Agoult dit d'Entrevennes marié à Doulce de Pontevès[2] ou en 1334 avec Fouquet de Pontevès, seigneur de Bargême, marié en 1311 avec Galburge d'Agoult[3] ,[4].
Elle donna de nombreuses branches dont seules subsistent à l'époque contemporaine les deux branches de Pontevès d'Amirat et de Sabran-Pontevès, duc de Sabran en 1828.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Pontevès est généralement considérée comme issue de deux des plus anciennes et des plus illustres familles de Provence, mais les opinions des auteurs sur son origine sont très différentes. D'après les uns , toutes les branches de la maison de Pontevès descendent en ligne directe des anciens seigneurs de ce nom; d'après les autres, la ligne masculine des anciens Pontevès se serait entièrement éteinte au treizième siècle et leur nom aurait été relevé par un membre de la famille d'Agoult[1].

Sur son origine Gustave Chaix d'Est-Ange écrit : « Isnard d'Agoult, épousa en 1210 Doulceline, dame de Pontevès. Il en eut lui-même plusieurs fils, dont l'un, Fouquet, seigneur de Pontevès du chef de sa mère, est regardé, mais sans preuves bien certaines, comme l'auteur de la maison de Pontevès, encore existante »[5].

En 1213 Doulce de Pontevès, fille de Foulques de Pontevès, mort dernier de sa maison en 1220, épousa Isnard d'Agoult, d'une ancienne famille du Dauphiné. Leur fils aîné releva le nom et les armes de Pontevès [6], [2].

Cette origine de la famille de Pontevès est mise en doute par certains historiens. les auteurs du Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France (1879) écrivent : « lsnard d'Agoult, épousa Douceline de Pontevès, héritière de la terre de ce nom, et le nom de Pontevès fut porté par un de ses fils. C'est de là qu'on a conclu que la première race des Pontevès était éteinte et qu'une seconde maison avait été formée par les descendants d'Isnard d'Agoult. Ce qui a contribué à accréditer cette opinion, c'est que les Pontevès portent aux 2e et 3e quartiers de leur écu les armes d'Agoult, en souvenir du mariage de Fouquet III de Pontevès, seigneur de Bargème, avec Tiburge d'Agoult, au commencement du xrr siècle. En résumé, la maison de Pontevès aujourd'hui existante, ne remonte sa filiation suivie qu'à Fouquet de Pontevès, seigneur de Bargème qui testa le 12 juin 1334. Ce Fouquet, surnommé le Grand, était chambellan du roi Robert, comte de Provence; il avait une situation telle qu'il est évident qu'il appartenait à une grande et ancienne race. Quelle était cette race? Le désir de rattacher les Pontevès aux d'Agoult est peut être la cause de l'obscurité qui subsiste sur ce point. La descendance des d'Agoult doit être rejetée comme insuffisamment établie ; celle des anciens Pontevès n'est que vraisemblable, mais non prouvée »[4].

Selon les différents auteurs, la filiation prouvée de la famille d'Agoult ne commence qu'avec Isnard d'Agoult dit d'Entrevennes baron de la Vallée de Sault, premier Podestat d'Arles en 1220 qui épousa comme indiqué ci-dessus l'héritière de la maison de Pontevès qui lui donna 3 fils[2] ou avec Fouquet de Pontevès, seigneur de Bargême, marié en 1311 à Galburge d'Agoult [3],[4].

La maison de Pontevès donna de nombreuses branches dont les membres se sont illustré dans l'armée et dans l'Église, entre autres : trois Chevaliers croisés (1191, 1249-1250 et 1270), un grand nombre de capitaines de cinquante et de cent hommes d'armes, cinq grands sénéchaux de Provence, deux gouverneurs de Provence par intérim, deux généralissimes des armées catholiques en Provence, un chevalier des Ordres du Roi (dont la réception fut empêchée par la mort), cinq lieutenants généraux, des brigadiers et maréchaux de camp des armées du roi, un contre-amiral et nombre d'officiers de marine, des chevaliers de l'ordre du Roi, des chevaliers de l'ordre de Saint-Louis, sept évêques, un abbé du Mont-Cassin et de Montmajour, une abbesse de Maubuisson, etc.

Les auteurs de Le voyageur françois, ou Le connoissance de l'Ancien et du Nouveau monde (1789) écrivent : S'il faut en croire nos anciens auteurs, la maison de Pontevez est encore une branche de celle d'Agoult, séparée un peu plus tard que celle de Simiane , mais du moins au treizième siècle. La branche principale et la plus riche s'est éteinte à la fin du quinzième et les terres ont passé dans la maison de Simiane-Gordes[7].

La maison de Pontevès n'est plus représentée que par deux branches : la branche de Pontevès-Amirat et la branche de Pontevès-Bargème devenue de Sabran-Pontevès et titrée duc en 1828 sur réversion du titre de duc de la maison de Sabran[6],[2],[8].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Branches[modifier | modifier le code]

Depuis la branche ainée, dite des vicomtes de Bargème

  • des seigneurs du Castellar
  • des seigneurs du Muy
  • des seigneurs d'Ubraye

Depuis la branche cadette des seigneurs de Pontevès

  • des seigneurs de Maubousquet
  • des seigneurs de Giens
  • des seigneurs d'Amirat et de La Forest
  • des seigneurs de Pontevès-Carcès
  • des seigneurs de Flassans
  • des seigneurs de Châteaurenard
  • des seigneurs de Buoux
  • des seigneurs de Sillans

Armes et devise[modifier | modifier le code]

Branche de Pontevès d'Amirat : de gueules au pont à 2 arches d'or maçonné de sable qui est Pontevès[6],[2],[9],[8].

Branche de Sabran-Ponteves : Ecartelé : au 1 et 4 de gueules au lion d'argent qui est Sabran; au 2 et 3 contre-écartelé de gueules au pont à 2 arches d'or maçonné de sable qui est Pontevès et d'or au loup ravissant d'azur qui est d'Agoult[6],[2],[10],[8].

Devise : « Prudence »

Titres[modifier | modifier le code]

La famille de Pontevès porta les titres suivants[11] :

  • Vicomte de Bargême (titre féodal pris vers la fin du XIVe siècle)
  • Vicomte de Pontevès (titre pris au commencement du XVIIe siècle)
  • Baron de Montfroc, de Saint-Martin de Castillon (possession d'anciennes baronnies)
  • Comte de Tournon (titre de courtoisie)
  • Marquis de Pontevès-Giens (érigé en 1691)
  • Marquis de Buous (érigé en 1650)
  • Comte de Carces (pour les Amalric dits de Pontevès (érigé en 1551)
  • Marquis, comte, vicomte de Pontevès; comte de Pontevès-Maubousquet (irréguliers)
  • Duc de Sabran (par adoption et substitution, ordonnance royale de 1828)
  • Marquis, comte, vicomte de Sabran-Pontevès; marquis, comte, vicomte de Pontevès-Sabran (irréguliers)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Certains auteurs mettent en doute cette filiation qui n'est pas prouvée : voir : Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France, (lire en ligne), p. 341-342

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, t. 32, (lire en ligne), p. 177.
  2. a, b, c, d, e et f Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, t. 5 (lire en ligne), p. 336.
  3. a et b Almanach de Gotha 1891, (lire en ligne), p. 425.
  4. a, b et c Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France, (lire en ligne), p. 341-342.
  5. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle., t. 1, (lire en ligne), p. 65.
  6. a, b, c et d E. de Séréville, F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, , p. 810.
  7. Joseph de Laporte, Fontenai (Louis-Abel de Bonafons), Louis Domairon,Le voyageur françois : ou, La connoissance de l'ancien et du nouveau monde [lire en ligne], p. 262
  8. a, b, c, d et e Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France, (lire en ligne), p. 339.
  9. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, , p. 156.
  10. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, , p. 171.
  11. Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France, (lire en ligne), p. 344.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France, (lire en ligne), p. 339-346 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, t. 5 (lire en ligne), p. 336 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle., t. 1, (lire en ligne), p. 65. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, t. 32, (lire en ligne), p. 177.
  • E. de Séréville, F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, , p. 810Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse ... de France, 1770
  • Artefeuil, Louis Ventre, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Impr. de la veuve Girard, 1776
  • Joseph de Laporte, Fontenai (Louis-Abel de Bonafons), Louis Domairon,Le voyageur françois : ou, La connoissance de l'ancien et du nouveau monde, publié par Moutard, 1789 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • N. Didier, H. Dubled, J. Barruol, Cartulaire de l'Église d'Apt, (835-1130), Librairie Dalloz, Paris, 1967.
  • Généalogie historique de la maison de Sabran-Ponteves, Librairie de Firmin-Didot et Cie, 1898.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]