Cora Pearl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cora Pearl
Description de cette image, également commentée ci-après

Cora Pearl vers 1860.

Nom de naissance Emma Élizabeth Crouch
Naissance (probable)
Londres (Royaume-Uni)
Décès (à 51 ans)
Paris 16e arrondissement
Nationalité Britannique
Pays de résidence Drapeau : France France
Profession
Activité principale
Ascendants

Cora Pearl est le pseudonyme d'Emma Élizabeth Crouch, née à Londres en 1835 et morte à Paris dans le 16e arrondissement, le . Célèbre demi-mondaine, elle a séduit la plus haute aristocratie au cours de la période du Second Empire, notamment le prince Napoléon et le duc de Morny.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

La date et lieu de naissance d'Emma Crouch sont contestés, son état civil donne pour date de naissance le 23 février 1842, à Plymouth, bien qu'il soit plus probable qu'elle soit née à Londres en 1835, et que sa famille se soit déplacée à Plymouth vers 1837. Son père est le violoncelliste Frederick Nicholls Crouch (1808-1896) et sa mère Lydia Pearson, professeur de chant. Frederick Crouch abandonne sa famille en 1847, très certainement pour fuir ses créanciers, et part à New York pour exercer sa profession de musicien. Lydia Pearson décide d'envoyer Emma dans une école religieuse en France.

Elle est placée dans un pensionnat à Boulogne-sur-Mer pendant deux ans puis dans une autre institution à Calais où elle reste sept ans. Par la suite, Emma séjourne deux ans chez sa grand-mère à Jersey, qui la place chez un modiste réputé à Londres. Dans cette maison, elle fait la connaissance du baron Oelsen et vit un an avec lui, avant de devenir la maitresse d'un propriétaire de cabaret londonien, Robert Bignell, de dix ans son aîné. En mars 1858, Robert Bignell emmène Emma à Paris et lui fait connaître les hauts lieux touristiques. Après un séjour d'un mois, Robert veut rentrer en Angleterre, mais Emma décide de rester en France car elle a bien d'autres projets.

La courtisane[modifier | modifier le code]

Le prince Achille Murat (1847-1895), fils du prince Lucien Murat, est très épris de Cora Pearl. Il lui aurait promis un acte de donation de deux cent mille francs pour le jour de son mariage[1].

Emma choisit de devenir une femme galante[2]. Elle aime les plaisirs charnels mais c'est avant tout, comme pour la plupart des demi-mondaines, le meilleur moyen de s'enrichir rapidement. Elle devient une femme entretenue au service d'un proxénète du nom de Roubise, qui lui procure de nombreuses relations. Elle prend l'habitude de tenir un registre de ses clients avec leurs noms, des détails intimes de leur vie privée et même des commentaires parfois assez crus sur leurs performances. Six ans après, Roubise meurt et Emma se retrouve libre. Elle s'installe au no 61 rue de Ponthieu dans un appartement qu'elle partage avec une amie, Mlle Carole Hassé[3].

Emma Crouch prend alors le pseudonyme de Cora Pearl. Elle rencontre par la suite le duc de Rivoli, Victor Masséna. Celui-ci lui présente au cours d'une soirée à l'Opéra, le prince Achille Murat. Cora entretient une relation avec les deux hommes jusqu’en 1865, lorsque le prince doit partir pour l'Afrique sur l'ordre de l'empereur, pour rejoindre son nouveau régiment. Cora qui se lasse du duc, poursuit néanmoins leur relation. Elle fait la connaissance du duc de Morny, le demi-frère de Napoléon III, en décembre 1864. Elle devient sa maîtresse, mais aussi son amie ainsi que celle de son épouse, la princesse Sophie. Grâce aux générosités d'Auguste de Morny, Cora est la locataire à la fin de l’année 1864, du château de Beauséjour à Olivet, dans le Loiret, dont elle sera la propriétaire de 1875 à 1885. Elle organise dans son nouveau domaine des fêtes somptueuses et dépense des sommes astronomiques dans les travaux. Pour la décoration, le visiteur ne manque pas d'admirer les marbres, le cuivre et l'or à profusion. Elle fait même installer une vaste baignoire en bronze, gravée de son monogramme : trois C entrelacés.

Les extravagances de Cora ne se comptent plus. Elle prend par exemple un bain de champagne ou elle fait teindre son caniche en bleu pour qu'il soit assorti à sa robe. Elle introduit également la mode du maquillage. Cora Pearl est surnommée « la grande horizontale », ou « le plat du jour »[2]. Elle fréquente les restaurants à la mode dont le Café Anglais qui offre à sa clientèle des cabinets particuliers. La renommée de Cora est telle que le tout Paris raconte[4],[5] : « à une occasion, elle s'était fait servir elle-même, étendue nue sur un immense plat d'argent, dans le célèbre cabinet numéro seize, dit le Grand Seize, au Café Anglais. Elle y aurait également dévoilé ses seins, lors d'un dîner entre femmes, ce qui laisse entendre qu'elle aimait à se mettre en avant pour le plaisir, et non pas nécessairement pour appâter le client » [A].

L'apogée[modifier | modifier le code]

Photographie originale de Cora Pearl par Eugène Disdéri.
Extrait de la fiche de police d'Emma Crouch ou Cruch dite Cora Pearl, au mois de septembre 1865. La photographie est d'Eugène Disdéri.
Archives et musée de la Préfecture de police de Paris.

Dix jours après la disparition du duc de Morny, le 10 mars 1865, Cora est abordée par le duc Emmanuel de Gramont-Caderousse avec qui elle a une relation purement « professionnelle », jusqu’au 25 septembre 1865, date de son décès à Paris. Cette même année 1865, Cora rencontre le prince Napoléon, cousin de l’empereur. Il sera plusieurs années durant, l'amant de Cora Pearl[6]. Le prince en tant que bienfaiteur et protecteur, n'hésite pas à lui offrir deux splendides hôtels particuliers, l'un au no 101 rue de Chaillot (16e arrondissement) et l'autre, rue des Bassins (voie disparue de nos jours)[7].

Les années 1865 à 1870 consacrent la période faste et l'apogée de Cora Pearl. Sa fortune s’accroît considérablement et comme la plupart des demi-mondaines, elle dilapide des sommes folles. Au cours de cette période, elle achète plus de soixante chevaux et dépense même pour l'un d'entre eux la somme de 90 000 francs. Elle justifie son appât du gain uniquement pour assurer le même train de vie imposé par la fréquentation des hommes les plus riches et les plus influents de l'Empire. La réussite des puissants, se voyait dans la magnificence de leurs maîtresses. Cora Pearl se produit au théâtre dans une production de 1867 d'Orphée aux Enfers de Jacques Offenbach. Elle a hérité d'assez de talent musical pour interpréter le rôle de Cupidon et apparaît sur scène seulement vêtue de ses diamants. Chaque soir, un diamant tombe et roule, jamais elle ne le ramasse : c'est le pourboire des machinistes[8]. Elle plaisait à l'empereur et on l'avait vue à ses côtés au bois, dans sa calèche[8].

Le déclin[modifier | modifier le code]

La guerre franco-allemande éclate le 19 juillet 1870. Cora Pearl est présente au moment du siège de Paris. Elle transforme son hôtel rue de Chaillot en hôpital et s'improvise infirmière. L'effondrement de l'Empire amorce le déclin de Cora Pearl. Elle finit par quitter Paris et rentre finalement en Angleterre. Elle revient en France, au moment de la Commune en 1871. Cora Pearl est dans une situation précaire. Le reste de sa fortune a financé les travaux de son hôtel particulier en hôpital et elle se retrouve sans protecteur depuis son retour à Paris.

L'affaire Duval[modifier | modifier le code]

Cora Pearl rencontre en 1872, Alexandre Duval, riche propriétaire. Son père, Louis Duval, avait fait fortune en ouvrant à Paris, les Bouillons Duval, une chaîne de restaurants à bon marché. À la mort de son père en 1870, Alexandre Duval est à la tête de douze restaurants dans la capitale. Âgé de vingt-cinq ans, alors que Cora a environ trente-sept ans, Alexandre devient son amant. En plus de son héritage familial, Alexandre Duval possède une fortune personnelle. Cora Pearl n'a pas mis longtemps à ruiner le jeune restaurateur. Il paye l'entretien de son hôtel rue de Chaillot et d'une maison de campagne à Maisons-Laffitte. Alexandre lui offre également des cadeaux : voitures, attelages et même un livre composé de cent billets de 1 000 francs reliés[9]. Il contracte des dettes exorbitantes pour sa promise. Inexorablement, les finances viennent à manquer et la famille d'Alexandre décide de lui couper les vivres. Cette nouvelle situation n'arrange pas les affaires de Cora qui, sans le moindre remords, met un terme à cette liaison et refuse de revoir Alexandre. Désespéré, Alexandre réussit à forcer la porte de Cora le 19 décembre 1872, malgré l'opposition des domestiques. Armé d'un révolver, il se dirige vers la chambre de Cora et suppose qu'elle se trouve avec un autre homme. Alexandre tire une première fois dans cette direction et ne blesse personne. Face à son échec, il retourne alors l'arme contre lui et se tire une balle dans le côté[10], devant sa maîtresse. La tentative de suicide échoue, la blessure n'est pas mortelle. Cette histoire inspire Émile Zola pour le suicide de Georges Hugon dans son roman, Nana.

Les conséquences de ce fait divers tragique ne se sont pas fait attendre. Les autorités ordonnent l'expulsion du territoire de Cora Pearl. Deux jours après le drame, elle reçoit la visite d'un commissaire de police qui lui intime l'ordre de quitter la France sans délai. Cora loge d'abord chez une amie à Monte-Carlo, puis part pour Nice et enfin, Milan. Son expatriation est de courte durée mais sa réputation ne se remet pas de cette frasque trop publique. Ses meubles et effets mobiliers de son hôtel rue de Chaillot sont saisis à la demande de ses créanciers[9]. Cora Pearl porte plainte et reprend possession de ses biens dès 1873. Elle vend néanmoins sa propriété de Maisons-Laffitte et le dernier visiteur n'est autre que le prince Napoléon, qui passe la nuit avec Cora Pearl[9].

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Cora Pearl réussit à revenir à Paris, après son exil forcé et reprend les activités de ses débuts, la prostitution. Elle ne retrouvera jamais plus sa position dans la haute société et son existence de luxe. Cora met en vente à Drouot toute son argenterie en 1877, afin de s'acquitter de ses dettes. Elle se sépare également de son château de Beauséjour en 1885, déjà fortement hypothéqué.

Peu de temps après la publication de ses mémoires, Cora Pearl devient gravement malade d'un cancer à l'estomac. Elle meurt oubliée, au premier étage de son domicile parisien au 8 rue de Bassano dans le 16e arrondissement, le 8 juillet 1886[11]. Cora Pearl est inhumée dans une concession temporaire de cinq ans au cimetière des Batignolles[12]. Trois mois plus tard, le reste de ses biens, lingerie, draps de lit, son unique collier de perles, son portrait à cheval peint par Lansac, une cravache, une tenue d'amazone, sa bibliothèque de quatre-vingts livres et plusieurs perruques blondes, sont mis aux enchères.

« Je n'ai jamais trompé personne, car je n'ai jamais été à personne. Mon indépendance fut toute ma fortune : je n'ai pas connu d'autre bonheur. »

— Cora Pearl, citation extraite de ses Mémoires, 1886.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

A  L'auteur Joanna Richardson précise l'anecdote dans son ouvrage, Les Courtisanes[14], que Cora Pearl est connue pour surprendre ses invités et conçoit des animations d'une théâtralité surprenante. Au cours d'une soirée, elle met au défi ses hôtes que le plat suivant ne sera jamais découpé. Elle s'absente quelques instants et revient sur un plateau d’argent porté par quatre domestiques, complètement nue et entourée d'une garniture de persil. Cora Pearl emporte son enjeu sans difficulté … à la grande satisfaction de ses convives.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Margaux Duquesne, « Le demi-monde très à cheval », France Inter, Paris,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Gabrielle Houbre (préf. Michel Gaudin, Préfet de police), Dans les secrets de la police. Quatre siècles d'histoire de crimes et de faits divers : dans les archives de la préfecture de police, Paris, Éditions L'Iconoclaste, coll. « Mémoires », (1re éd. 16 octobre 2008), 336 p., 32 cm × 26 cm (ISBN 978-2-91336-650-3), « Courtisanes sous surveillance », p. 74 à 81.
  3. André Becq de Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens : Les quartiers de l'Étoile, vol. 1, Paris, Éditions Pierre Horay, , 297 p., p. 117
  4. Virginia Rounding (trad. Béatrice Dunner), Les Grandes Horizontales : Vies et Légendes de quatre courtisanes du XIXe siècle, Paris, Éditions du Rocher, coll. « Anatolia », , 374 p. (ISBN 978-2-26805-520-6), « L'art de se mettre en scène », p. 262
  5. Claude Blanchard (photogr. René Coursaget), Dames de cœur : Dix-sept des premières photographies du monde, Paris, Éditions du Pré aux Clercs, , 176 p., p. 26
  6. Cora Pearl sur le site de Napoléon III : « Les demi-mondaines », sur napoleontrois.fr.
  7. Virginia Rounding (trad. Béatrice Dunner), Les Grandes Horizontales : Vies et Légendes de quatre courtisanes du XIXe siècle, Paris, Éditions du Rocher, coll. « Anatolia », , 374 p. (ISBN 978-2-26805-520-6), « La belle Anglaise du Second Empire », p. 249
  8. a et b Michel Cabaud (préf. Sébastien Loste), Paris et les parisiens sous le Second Empire, Paris, Éditions Belfond, , 322 p. (ISBN 978-2-71441-523-3), p. 177
  9. a, b et c Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes : Archives secrètes de la police des mœurs, Paris, Éditions Tallandier, coll. « Archives contemporaines », , 637 p. (ISBN 978-2-84734-344-1), p. 219 à 220
  10. Les faits seront par la suite déformés, notamment l'omission de l'homicide volontaire d'Alexandre Duval et la tentative de suicide par une balle tirée en plein cœur, alors qu'en réalité suivant le rapport de police, la blessure se situe sur le côté. Se reporter à l'ouvrage de Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes, archives secrètes de la police des mœurs.
  11. Archives de Paris : État civil - Acte de décès no 750. Cote du Registre : V4E 7324. Archives de Paris, 18 boulevard Sérurier, 75019 Paris.
  12. Cora Pearl est inhumée le 10 juillet 1886. Concession temporaire du cimetière des Batignolles : division no 31, emplacement no 10.
  13. À propos de cet ouvrage, consulter les articles du journal Le Monde :
    Pascale Robert-Diard, « Chroniques judiciaires : Secrets policiers », Le Monde,‎ (lire en ligne)
    Isabelle Mandraud, « Dans les secrets de la police. Quatre siècles d'histoire, de crimes et de faits divers dans les archives de la préfecture de police : le panthéon des faits divers », Le Monde,‎ (lire en ligne). 
  14. Joanna Richardson, Les Courtisanes : Le demi-monde au XIXe siècle en France, Paris, Éditions Stock, , 272 p., p. 28 à 29