Jean-Benoît Puech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes portant le même patronyme, voir Puech.
Jean-Benoît Puech
Description de l'image Puech-2.jpg.
Alias
Benjamin Jordane
Stefan Prager
Yves Savigny
Naissance
Aurillac (Cantal)
Activité principale
Universitaire
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Essai
Récit
Roman

Œuvres principales

La Bibliothèque d'un amateur (1979)
Louis-René des Forêts, roman (2000)
Une biographie autorisée (2010)

Jean-Benoît Puech est un universitaire et écrivain français, né à Aurillac en 1947. Il vit à Orléans depuis 1951.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'universitaire[modifier | modifier le code]

En 1982, Jean-Benoît Puech soutient une thèse en sociologie des arts et représentations à l'EHESS sur « la supposition d’auteur[1],[2] ». Nommé en 1984 chargé de recherche au CNRS (Cral[3]), il demande en 1992 son détachement dans l'enseignement supérieur à l’université d'Orléans. Il y est membre du laboratoire Méta dirigé par William Marx. Il enseigne l'histoire de la critique et de la théorie littéraire. Après Journal d'apprentissage : Conversations avec Louis-René des Forêts, 1971-1991[4], il publie régulièrement dans des revues universitaires : Poétique, Critique, Modernités, Revue des sciences humaines, Cahiers Robinson, et il dirige des ouvrages avec Dominique Rabaté[5], Nathalie Lavialle[6], Geneviève Haroche[7]. Il est membre du jury du prix de littérature André-Gide[8].

L’écrivain[modifier | modifier le code]

Son premier livre, La Bibliothèque d'un amateur (Gallimard, 1979), est dédié à Louis-René des Forêts dont l'influence, peu après mai 1968, dans les années 1970 et 1980, a été aussi déterminante pour lui que sa formation universitaire sous la direction de Gérard Genette. Ses livres suivants paraissent chez Fata Morgana, Champ Vallon et Farrago, sous son nom ou sous des pseudonymes. Parallèlement, il publie dans de nombreuses revues littéraires : Les Cahiers du chemin, La N.R.f., Le Promeneur, Recueil et Le Nouveau Recueil, La Revue littéraire… Son dernier roman, Une biographie autorisée, écrit « en collaboration avec Yves Savigny », paraît chez P.O.L en 2010.

À l’exception de Voyage sentimental, où le romancier raconte son voyage en Suisse à la rencontre du père de sa compagne, un Russe blanc émigré[9],[10], et de Louis-René des Forêts, roman, extraits d'un journal intime consacrés à l'auteur du Bavard, tous les livres de Jean-Benoît Puech ont pour personnage principal un écrivain fictif, Benjamin Jordane (1947-1994). En collaboration avec d’autres éditeurs de son invention (Stefan Prager, Yves Savigny, Michel Lhéritier…), J.-B. Puech établit, annote et commente des écrits de Jordane : notes de lecture[11],[12], journal (sur Pierre-Alain Delancourt, son maître en littérature)[13], nombreuses nouvelles[14],[15],[16], juvenilia, pièce de théâtre pour enfants, chapitres d’un roman inachevé, larges extraits de la correspondance sentimentale et littéraire[17]. Dans ses derniers ouvrages, J.-B. Puech se consacre à la biographie de Jordane et à son iconographie[18]. Avec la collaboration d’Yves Savigny, il réalise finalement un « Jordane et son temps » sous le titre de Une biographie autorisée[19].

On a vu dans cette œuvre la poursuite, par la fiction, de la réflexion du chercheur en « sociologie des représentations » sur le personnage de l’Auteur et sur ses mythologies[20], notamment celle de l’écrivain « misologue » ou sans œuvre[21]. On y a vu aussi des pastiches de romans d’aventures[22], à la manière de Marcel Schwob[23], de Fernand Fleuret[24] et de Louis Chadourne[25], ou encore de Jean Echenoz[26]. Plus récemment, on s’est intéressé chez J.-B. Puech à la peinture réaliste de deux familles françaises du siècle dernier, représentatives de mentalités et de milieux opposés, si bien qu’un même ensemble, reçu à l’origine comme relativement formaliste[27], est aujourd’hui reconsidéré pour son contenu psychologique et social[28].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Bibliothèque d’un amateur, Gallimard, coll. « Le Chemin », .
  • Voyage sentimental (ill. Pierre Joubert), Fata Morgana, .
  • Du vivant de l’auteur, Champ Vallon, coll. « Recueil », .
  • Benjamin Jordane, L'Apprentissage du roman, Champ Vallon, coll. « Recueil », .
  • Benjamin Jordane, Toute ressemblance…, Champ Vallon, coll. « Recueil », .
  • Louis-René des Forêts, roman, Farrago, .
  • Voyage sentimental (ill. Pierre Joubert, deuxième version), Farrago/Léo Scheer, .
  • Présence de Jordane, Champ Vallon, coll. « Recueil », .
  • Jordane revisité, Champ Vallon, coll. « Recueil », .
  • Benjamin Jordane, une vie littéraire (ill. Pierre Le-Tan), Champ Vallon, coll. « Détours / Cahiers Benjamin Jordane » (no 1), (dir., avec Yves Savigny).
  • Yves Savigny, Une biographie autorisée, P.O.L, [29].
  • Jordane intime (dir., avec Yves Savigny, catalogue de l'exposition présentée à l'issue du colloque « Présence de Jean-Benoît Puech »), Paris, éditions Orchampt, (ISBN 978-2-9541069-0-8).
  • Le Roman d'un lecteur (frontispice Pierre Le-Tan), P.O.L, .
  • Fonds de miroirs suivi de Maurice Blanchot tel que je l'ai connu, Champ Vallon, .
  • Orléans de ma jeunesse (ill. François Souvay), Le Guépin, .
  • Jordane et son temps (1947-1994) : Catalogue de l'exposition de la bibliothèque de l'université de Bourgogne (ill. Pierre Le-Tan et Diane de Bournazel, notices de Jean-Benoît Puech et Yves Savigny), Paris, P.O.L, , 220 p. (ISBN 978-2-8180-4234-2).
  • Hors commerce (ill. Jean-Benoît Puech), Fata Morgana, .
  • Une adolescence en Touraine (ill. François Souvay), Le Guépin, .

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

Ne figurent ci-dessous que les titres parus en volume ou revue et après la publication, en 2016, de la bibliographie – complète à de rares exceptions près[30] – qu'on trouvera dans Les Mondes de Jean-Benoît Puech[31].

Essai[modifier | modifier le code]

Articles ou études[modifier | modifier le code]

  • Charles Coustille, « La Thèse-œuvre de Jean-Benoît Puech », dans Antithèses : Mallarmé, Péguy, Paulhan, Céline, Barthes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », , 312 p. (ISBN 978-2-07-275590-3), p. 265-270.
  • Pierre Lecœur, « Jean-Benoît Puech et Yves Savigny : Jordane et son temps, 1947-1994 », La Revue littéraire, no 69,‎ , p. 200-204.
  • Sébastien Lemarchant, « Un catalogue romanesque », La Revue littéraire, vol. 14, no 72,‎ , p. 74-85 ; no 73, mai-juin-juillet 2018, p. 52-67.
  • Laurent Nunez, « Louis-René des Forêts, roman, Puech », dans L'Énigme des premières phrases, Grasset, coll. « Le Courage », (ISBN 978-2-246-86151-5), p. 177-190.
  • Dominique Rabaté, Désirs de disparaître : Une traversée du roman contemporain, Québec, Tangence éditeur, coll. « Confluences », , p. 38-40 ; 42-45.
  • Dominique Rabaté, La Passion de l'impossible : Une histoire du récit au XXe siècle, Paris, Corti, coll. « Les Essais », , 256 p. (ISBN 978-2-7143-1201-3), p. 100 ; 145-146 ; 238.
  • Françoise Simonet-Tenant, Dictionnaire de l'autobiographie : Les Écritures de soi de langue française, Paris, Honoré Champion, , 848 p. (ISBN 978-2-7453-4510-3, présentation en ligne), p. 646-648.
  • François Souvay, « Trois essais sur la fiction », Nunc, no 40,‎ , p. 102-106.
  • François Souvay, « Jordane et son temps, 1947-1994. Catalogue de l'exposition de la bibliothèque de l'université de Bourgogne », Europe, nos 1063-1064,‎ , p. 386-388.
  • Jean-Pierre Sueur, « Orléans de ma jeunesse par Jean-Benoît Puech », sur le blog de l'auteur, 15 juin 2015 [lire en ligne (page consultée le 22 février 2018)].
  • Jean-Pierre Sueur, « Une adolescence en Touraine par Jean-Benoît Puech », sur le blog de l'auteur, 9 juillet 2018 [lire en ligne (page consultée le 3 septembre 2018)].

Entretien[modifier | modifier le code]

  • Jean-Benoît Puech, « Entretien avec Dominique Rabaté au Lieu unique, Nantes, 18 mars 2009 », dans Les Mondes de Jean-Benoît Puech, 2016, p. 207-232 [présentation en ligne (page consultée le 24 février 2018)].

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • « Une biographie autorisée », Orléans, librairie Les Temps Modernes, 30 janvier 2010, 4:20 [voir en ligne].
  • « La Supposition d'auteur (à propos d'Yves Savigny et de Benjamin Jordane) », Orléans, librairie Les Temps Modernes, 30 janvier 2010, 6:58 [voir en ligne].
  • « Jordane en trois mots, 1 et 2 » [à propos d'Une biographie autorisée], Orléans, librairie Les Temps Modernes, 30 janvier 2010, 11:41 [voir en ligne].
  • « Jordane en trois mots, 3 (« La Fabulation ») » [à propos d'Une biographie autorisée], Orléans, librairie Les Temps Modernes, 30 janvier 2010, 6:46 [voir en ligne].
  • « Le Réel et le Symbolique » [à propos d'Une biographie autorisée], Orléans, librairie Les Temps Modernes, 30 janvier 2010, 1:43 [voir en ligne].
  • « Un roman à clé, oui, mais » [à propos d'Une biographie autorisée], Orléans, librairie Les Temps Modernes, 30 janvier 2010, 7:45 [voir en ligne].
  • « Une scène de famille » [à propos d'Une biographie autorisée], Orléans, librairie Les Temps Modernes, 30 janvier 2010, 8:31 [voir en ligne].
  • « Dialogue avec Jean-Benoît Puech », entretien conduit par David Collin, médiathèque Astrolabe, Melun, IUFM de l'académie de Créteil, 2011, 36:20 [voir en ligne].
  • « Quand un écrivain se multiplie », IUFM de l'académie de Montpellier, 20 janvier 2011, 11:22 [voir en ligne].
  • « Le Roman populaire », P.O.L, 28 mars 2013, 6:46 [voir en ligne].
  • « Le Roman d'un lecteur », P.O.L, 28 mars 2013, 15:46 [voir en ligne].
  • « Le Jeu » [à propos du Roman d'un lecteur], P.O.L, 28 mars 2013, 3:01 [voir en ligne].
  • « Christian Boltanski et Jean-Benoît Puech », Paris, Petit Palais, Enjeux 8, MEL, 30 janvier 2015 39:34 [voir en ligne].
  • « Jordane et son temps », P.O.L, 12 avril 2017, 40:38 [voir en ligne].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Auteur supposé, thèse de doctorat, EHESS, Paris, 1982.
  2. Charles Coustille, « La Thèse-œuvre de Jean-Benoît Puech », 2018.
  3. Centre de recherches sur les arts et le langage, unité associée CNRS – EHESS.
  4. Cral, CNRS – EHESS, 1994.
  5. Cahier Louis-René des Forêts, Le temps qu’il fait, 1991.
  6. L'Auteur comme œuvre (l'auteur, ses masques, son personnage, sa légende), sous la direction de Nathalie Lavialle et Jean-Benoît Puech, Presses universitaires d'Orléans, avril 2000, (ISBN 2-913454-05-4).
  7. Supercheries épistolaires, Revue de l’Aire, Champion, 2002.
  8. « Le Prix de littérature André-Gide », sur le site de la fondation Catherine-Gide (consulté le 13 mai 2017).
  9. Voyage sentimental.
  10. Voyage sentimental (2e version).
  11. La Bibliothèque d’un amateur.
  12. Du vivant de l’auteur.
  13. L’Apprentissage du roman.
  14. Toute ressemblance….
  15. Présence de Jordane.
  16. Benjamin Jordane, une vie littéraire.
  17. Benjamin Jordane, une vie littéraire.
  18. Jordane revisité ; Benjamin Jordane, une vie littéraire : cahier iconographique avec un portrait de Jordane par Pierre Le-Tan, et des portraits de ses compagnes par Jean-Claude Fourneau.
  19. Une biographie autorisée, 2010.
  20. Dominique Rabaté, « Le Biographique et ses légendes », Fabula.org, 31 janvier 2001, sur Nathalie Lavialle et Jean-Benoît Puech, op. cit..
  21. Voir les études de Jan Baetens citées dans la bibliographie ; ainsi que Maryse Aubut, « J.-B. Puech est-il un auteur sans œuvre ? », Analyses ; ou encore Laurent Nunez, Les Écrivains contre l’écriture, dédié à J.-B. Puech, Corti, 2006.
  22. « Il est frappant de constater combien, chez ces expérimentateurs de la forme, Lahougue, Ollier, auxquels on ajouterait Puech dont il a été question plus haut, s’affirme une nostalgie du romanesque le plus traditionnel : celui de Jules Verne, de Stevenson, de Gaston Leroux, des bandes dessinées et films d’aventure, où l’étrange se manifeste et fascine. Ces fictions qui ont bercé leur jeunesse, ces écrivains cherchent non seulement à les reproduire, mais à en retrouver les jeux d’illusion dans les fictions borgésiennes auxquelles ils se livrent. » Viart et Vercier, op. cit.
  23. Alexandre Gefen dédie « à Benjamin Jordane » une étude consacrée à Schwob (op. cit.).
  24. Une étude de Dominique Rabaté également consacrée à Marcel Schwob, dans Marcel Schwob d’hier et d’aujourd’hui (Champ Vallon, 2002), et une autre consacrée à Fernand Fleuret, dans la postface à Jim Click (Farrago, 2002), sont dédiées à J.-B. Puech.
  25. Thierry Fourneau, dans sa postface au Maître du navire (Farrago, 2004) consacrée au roman d’aventures, fait référence à l’œuvre de Benjamin Jordane.
  26. « Ils ne sont pas éloignés à cet égard des détournements ludiques qu’expérimente un Jean Echenoz, dont ils partagent la bibliothèque, quand bien même la critique s’obstine à ne pas s’en aviser. » (Viart et Vercier, 2008, op. cit.) Ou encore : « Ce goût des livres imaginaires […] fait mémoire de tout un romanesque oublié : livres d'enfance, récits de voyage et d'aventures, romans sombrés dans l'oubli. » (Viart, 2013, op. cit.)
  27. Voir Viart et Vercier, op. cit. ; Jan Baetens, « Un auteur à contraintes atypique », op. cit.
  28. Voir Pierre-François Levay, op. cit. : « …une interrogation inquiète portant sur le jeu social et sa mécanique secrète » ; ou François Souvay, op. cit. : « La vie de Jordane est marquée par la différence de milieu entre ses parents : un père simple officier, une mère de sang noble, deux clans opposés. D’où la difficulté de trouver sa place, qui passe par un triple reniement du père, voire par un questionnement sur le droit d’aînesse (emprunts à l’Histoire sainte, lecture d’enfance). »
  29. Voir Jean-Benoît Puech, « Une vie de Jordane : À propos d'Une biographie autorisée, d'Yves Savigny », sur Éditions P.O.L - Atelier, (consulté le 14 novembre 2013).
  30. Jan Baetens, « Le sujet s'évite : Jean-Benoît Puech », dans Jan Baetens (éd.) et Dominique Viart (éd.), Écritures contemporaines, t. 2 : États du roman contemporain, Lettres modernes Minard, , p. 191-201.
    Jan Baetens, « Qui trouve, cherche : Notes sur Jean-Benoît Puech, Benjamin Jordane, Stefan Prager et les autres », dans Jan Herman (dir.) et Fernand Hallyn (dir.), Le Topos du manuscrit trouvé : Hommages à Christian Angelet, Louvain et Paris, Peeters, coll. « Bibliothèque de l’information grammaticale » (no 40), , 588 p. (ISBN 978-9042907201), p. 483-488.
  31. Thierry Fourneau, « Bibliographie », p. 233-242 [lire en ligne (page consultée le 23 février 2018)].

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat