Le Siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Club du Siècle)
Le Siècle
Image dans Infobox.
Le siège du Siècle est situé
au 13 avenue de l'Opéra, à Paris.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège
Organisation
Fondateur
Président
Personnes clés
Site web

Le Siècle est un club élitiste fondé en 1944 par le journaliste Georges Bérard-Quélin. Cette association regroupe des dirigeants politiques, économiques, culturels et médiatiques français. En 2020, il comptait 766 membres et invités (membres non encore définitivement admis)[1]. Son unique activité est d'organiser chaque mois un diner entre ses membres[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’association Le Siècle est fondée à la Libération le et déclarée le par d’anciens résistants réunis autour du journaliste et résistant Georges Bérard-Quélin[2],[3]. Des rencontres avaient déjà eu lieu depuis le au domicile de Bérard-Quélin, et rassemblaient six hommes et une femme[4], Yvonne Dornès, féministe et franc-maçonne, créatrice de la revue Planning familial[1].

Si des dîners rassemblant des pans de l'élite existaient déjà par le passé, Bérard-Quélin souhaite que Le Siècle soit transpartisan et permette aux différents partis, qui étaient très opposés à la Libération, de se rencontrer et d'échanger[5], « favoriser la rencontre de celles et ceux attentifs à la vie publique » et un « lieu d'excellence démocratique »[1].

Le Siècle correspond à ce que l’histoire et la sociologie politique appellent des « lieux de sociabilité » des élites[réf. nécessaire] : Le Siècle est « un point de rencontre obligé pour ceux qui aspirent à diriger et ceux qui veulent continuer à le faire »[6].

On y trouve des hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprises, des hommes politiques de droite ou de gauche, ou encore des représentants du monde de l’édition et des médias de premier plan.

Le Siècle rassemble peu d'individus sous la Quatrième République mais prend en importance avec les années[7]. Les premiers gouvernements de la Cinquième République comptaient 20% de membres du Siècle dans leurs rangs environ. La proportion croît pour atteindre 58% sous le gouvernement Raymond Barre 3. La proportion oscille entre le tiers et la moitié des ministres, avec un pic à 72% sous le gouvernement Édouard Balladur[8].

Au , Le Siècle comptait 751 membres et 159 invités qui attendaient une décision sur leur admission en tant que membre[9]. Au , Le Siècle comptait 566 membres et 161 invités[9].

Les dîners du Siècle sont interrompus durant la crise sanitaire relative au coronavirus après le 831e dîner du , dont la tenue est critiquée par Mediapart pour son non-respect des règles sanitaires[10].

En , le constitutionnaliste Olivier Duhamel, président depuis 2020 et membre depuis 1983[Note 1], démissionne de la présidence du club à la suite d'accusations de viol et d'agressions incestueuses[11],[12]. Ce scandale entraine également la démission de deux de ses proches du conseil d'administration, Marc Guillaume et Jean Veil[1]. Nicole Notat et Denis Kessler sont rappelés au conseil d'administration pour les remplacer[1].

Objectif[modifier | modifier le code]

Les réunions du Le Siècle visent à discuter des grands thèmes du moment.

La maire de Lille, Martine Aubry, a déclaré que l'objectif du Siècle était de faire communiquer des personnes avec des avis opposés. Elle affirmait ainsi que « c’était très intéressant. Je me retrouvais à des tables avec des gens extrêmement différents […]. L’initiative peut être perçue comme totalement élitiste, mais cela reste un vrai lieu de rencontre. J’y ai beaucoup appris. Car, pour moi, la vraie intelligence, c’est d’essayer de comprendre des gens qui ont une logique différente[8]. »

Gaël Giraud, qui n'est pas membre du club, rapporte que des connaissances qui y sont lui ont rapporté que le but du Siècle était de discuter des sujets prioritaires à traiter dans les médias[13].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le Siècle est une association loi de 1901 ayant son siège au 13 avenue de l'Opéra, dans le 1er arrondissement de Paris[14].

Le conseil est composé de 15 ou 16 personnes choisies par cooptation. La cotisation annuelle de membre est de 220 euros.

Recrutement[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration, qui se réunit une fois par mois, décide du recrutement de nouvelles personnes en examinant le dossier de chaque postulant. L'acte de candidature ne peut être spontané. Le postulant est sélectionné par deux membres du Siècle, dont, obligatoirement, un membre du conseil d’administration. L’admission est soumise à un vote : chaque membre du conseil d’administration dispose d’une boule noire (refus) et d’une boule blanche (acceptation). Chaque boule noire vaut deux blanches. Théoriquement il faut donc avoir 67 % de boules blanches pour l’emporter, mais en pratique trois boules noires valent automatiquement décision de refus pour éviter les tensions internes. Le candidat ne devient pas membre à ce moment, il est simplement « invité », situation qui peut durer plusieurs années. Le statut de l’invité est à nouveau examiné : il peut alors être coopté comme membre ou remercié[15]. Le statut de membre n’est pas définitif.

Bien que présentes les premières années du Siècle, les femmes y ont ensuite été interdites de 1949 à 1983[16],[Note 2]. Cette interdiction entrainera la démission de Robert Badinter en 1979 et deux ans après l'arrivée de la gauche au pouvoir, elles y sont enfin admises[1],[Note 3]. En 2011, Nicole Notat devient la première femme à être élue présidente[17].

Les Communistes en sont exclus jusqu'à leur entrée au gouvernement en juin 1981[1],[Note 4].

En 2020, aucune personnalité de l'extrême gauche ou de l'extrême droite n'est ou n'a été membre du Siècle[1]. Les Verts ne sont pas non plus représentés[1].

On trouve dans ce club un grand nombre de noms du monde politique, de la finance mais aussi de la justice mais aussi le directeur général de Twitter France, ou la présidente de la CNIL[18],[10]

Financement[modifier | modifier le code]

Les membres du Siècle assurent le financement de l’association grâce à une cotisation mensuelle de 220 €[19]. Les convives règlent leur dîner [9].

Dîner mensuel[modifier | modifier le code]

Dix fois par an, le dernier mercredi du mois, 280 membres du Siècle sont invités à dîner[1]. Ils se réunissent au Cercle de l'Union interalliée, au 33 rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris. Jusqu'à fin 2013 l'Automobile Club de France, place de la Concorde accueillait ces rencontres[20]. Le repas coute (en 2020) 82 , à la charge des membres[1].

La soirée se déroule traditionnellement en deux phases[21] :

  • de 20 h à 21 h : un apéritif ;
  • de 21 h à 22 h 45 : un dîner, par groupes de 7[1], autour d’un chef de table, en général un « poids-lourd » du club[1], qui organise le débat. Les plans de table sont dressés par le secrétaire général[1].

Plusieurs scènes du film Fin de concession (2010) de Pierre Carles et Les Nouveaux Chiens de garde (2012) de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, évoquent ces dîners.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Sociologie des membres[modifier | modifier le code]

Une étude menée en montre que 50% des membres du Siècle sont diplômés d'un institut d'études politiques. Environ 40% des membres sont diplômés de l'École nationale d'administration (ENA). Plusieurs cumulent les deux écoles. Environ 25% ont fréquenté une école d'ingénieurs ou une école de commerce[8].

En 2020, 20 % des membres étaient des femmes[1], contre 15% en [22]. Mais en 2021, 50% des membres du Conseil d'administration sont des femmes[23].

La majorité des membres avait plus de 55 ans[8].

Emmanuel Ratier, journaliste et politologue classé à l'extrême droite[24],[25] qui publie Faits et Documents et qui est l'auteur d'une enquête sur l'association, s’est intéressé de manière sociologique à la composition de ce club. Selon lui, seulement 15 à 30 % des membres du club seraient francs-maçons. Seul le pouvoir réel attaché au poste ou à la position des candidats entre en ligne de compte pour le recrutement des membres[26].

Les journalistes Jean Guisnel, Rémi Kauffer et Roger Faligot écrivent que l'attrait premier du Siècle lors de sa création était qu'il était ouvert à tous sous condition de vote, et ne requérait pas d'adhérer à une religion, à une philosophie ou à une obédience particulière[27].

Présidents[modifier | modifier le code]

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Invités ou membres notables[modifier | modifier le code]

Ministère des Finances[modifier | modifier le code]

Dirigeants d’entreprises et d’établissements financiers privés[modifier | modifier le code]

Personnalités du monde des affaires et dirigeants d’entreprises publiques[modifier | modifier le code]

Journalistes, éditeurs, presse[modifier | modifier le code]

Personnalités politiques[modifier | modifier le code]

Au sein des gouvernements Philippe et Castex[modifier | modifier le code]

Autres hauts fonctionnaires[modifier | modifier le code]

Universitaires[modifier | modifier le code]

Gens de lettres, artistes[modifier | modifier le code]

Membres des organisations patronales et syndicales[modifier | modifier le code]

Monde judiciaire[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Lieu secret et collusion des élites ?[modifier | modifier le code]

Si le Siècle n'est pas secret, le club a vocation à être discret. Le journaliste d'extrême-droite Emmanuel Ratier affirme qu’entre 1944 et un article paru en 1977 dans le journal L'Humanité, son existence n’aurait jamais été une seule fois mentionnée dans un article de journal ou dans un livre et, reprend à son compte la thèse de la collusion des élites proposée par Guy Debord dans La Société du spectacle[26].

En 2012, dans le film Les Nouveaux Chiens de garde, tiré du livre homonyme de Serge Halimi, les réalisateurs Gilles Balbastre et Yannick Kergoat dénoncent le Siècle comme un lieu de collusion entre élites économiques, politiques et médiatiques.

Les sociologues François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine remarquent cependant dans leur étude du Siècle (2011) que « malgré le halo de mystère qui nimbe ses rencontres, Le Siècle n’est pas une assemblée de comploteurs. Rien de crucial ne s’y conclut et les exemples de transactions nouées entre deux coups de fourchette sont si peu nombreux que la presse les répète inlassablement [lorsqu'il y en a] »[8].

La journaliste du Monde Marie-Béatrice Baudet, dans un article sur le club en 2021, constate que des grandes fortunes françaises — Bernard Arnault, François Pinault ou Xavier Niel — n'en font pas partie[1]. Selon un communiquant, « ils n'ont pas de temps à y perdre » et selon lui « viennent au Siècle, ceux qui espèrent rencontrer des gens intéressants ou ceux qui ont besoin de les rencontrer »[1]. Un avocat, membre du club, indique que « le Siècle fait fantasmer ceux qui en sont exclus. Oui c'est vrai on peut pousser une connaissance en espérant qu'elle vous renverra un jour l'ascenseur mais franchement les véritables manettes du pouvoir sont ailleurs »[1].

Une institution sclérosée ?[modifier | modifier le code]

Alain Minc, qui en est membre depuis le début des années 1980, regrette que « L'institution a du mal à se déverrouiller. Pour la génération Internet, Le Siècle c'est du paléolithique. Les patrons de start-up y sont rares »[1].

Contre-manifestation[modifier | modifier le code]

L’hôtel de Crillon qui accueille les dîners du club.

Les rassemblements du Siècle font l'objet de contre-manifestations par des militants. Ainsi, un pique-nique informel, était proposé tous les mois, vers 19 h 30, de à par le journaliste et réalisateur Pierre Carles et par Michel Fiszbin, ancien président de Zaléa TV et cofondateur de l’association « Pour Voir, Pas Vu », sur la place de la Concorde. Cette contre-manifestation avait pour but de mettre en avant les invités du Siècle et de rappeler les règles de déontologie (Charte des journalistes[59]) aux journalistes présents[60].

Lors de la contre-manifestation du , plusieurs centaines de personnes ont manifesté devant l’hôtel de Crillon contre la tenue d’un dîner mensuel. Pendant plus de deux heures, les personnalités participant à ce dîner ont été conspuées [61]. La police est intervenue pour mettre fin à la manifestation et a interpellé une soixantaine de personnes (dont un client allemand de l’hôtel de Crillon)[62],[63].

Depuis , des moyens considérables de sécurité sont mis à disposition sur la place et dans le quartier alentour sur ordre de Michel Gaudin, alors préfet de police de Paris, également membre du club[26].

L'affaire Olivier Duhamel[modifier | modifier le code]

Les accusations, en janvier 2021, de viol, d'inceste et d'agressions sexuelles à l'encontre d'Olivier Duhamel, président du Siècle depuis alors un an — et qui en démissionne aussitôt — éclabousse le club. Marie-Béatrice Baudet dans Le Monde se demande si ce scandale peut durablement l'ébranler[1] et pour le journaliste Laurent Valdiguié dans Marianne, cela jette le discrédit sur le Siècle et remet même en question son existence[6]. Deux membres du conseil d'administration Marc Guillaume et Jean Veil, proches d'Olivier Duhamel et qui étaient au courant de ces faits depuis quelques années, démissionnent du club[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Duhamel avait été coopté par Simon Nora et Jacques Rigaud, celui-ci avait été de 1969 à 1973 directeur de cabinet de son père, Jacques Duhamel, ministre sous la présidence de Pompidou.
  2. Dans un article du Monde du 10 février 2021, la journaliste Marie-Béatrice Baudet rapporte que l'interdiction faite aux femmes est officiellement mise en place pour s'aligner sur les clubs anglais mais serait selon un ancien « une demande des hommes qui trouvaient que leur compagnie perturbait les débats » et que « certains venaient avec leur conjointe ou bien leur maitresse, c'était ingérable ».
  3. En 1983, 8 femmes rejoignent Le Siècle dont l'auteure Françoise Chandernagor, la journaliste Michèle Cotta et la magistrate Simone Rozès
  4. Étienne Lacour indique « que [les communistes] étaient considérés comme l'oreille de Moscou et tout le monde craignait qu'ils ne respecteraient pas la confidentialité des débats ». En 1981, Anicet Le Pors, ministre de la Fonction publique, et Jean-Christophe Le Duigou, dirigeant de la CGT, sont les premiers communistes admis au Siècle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x Marie-Béatrice Baudet, « Affaire Olivier Duhamel : Le Siècle, club de l’élite et temple de la bienséance, aimerait continuer à dîner en paix », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2021)
  2. « Le Siècle », sur lesiecle.asso.fr (consulté le 10 février 2021).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad et ae Frédéric Saliba, « Le pouvoir à la table du Siècle », Stratégies, (consulté le 10 février 2021), p. 49.
  4. Vingtième siècle, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, (lire en ligne).
  5. Historiens et géographes, Association des professeurs d'histoire et géographie, (lire en ligne).
  6. a et b Laurent Valdiguié, « Affaire Duhamel : Le Siècle, un lieu de pouvoir en pleine débâcle », sur marianne.net, (consulté le 10 février 2021).
  7. Jean-Paul Cointet, Bernard Lachaise, Jean-Marie Mayeur et Gilles Le Béguec, Un politique : Georges Pompidou - Association Georges-Pompidou, colloque, Presses universitaires de France, (ISBN 978-2-13-051568-5, lire en ligne).
  8. a b c d et e François Denord, Paul Lagneau-Ymonet & Sylvain Thine, « Aux dîners du Siècle, l’élite du pouvoir se restaure », sur monde-diplomatique.fr, (consulté le 12 janvier 2021).
  9. a b et c « Qu’est-ce que Le Siècle? – Le siècle », sur lesiecle.asso.fr (consulté le 10 février 2021)
  10. a b c et d « Une soirée au “Siècle”, sur l’air de l’orchestre du “Titanic” », sur mediapart.fr, .
  11. « Comment l’affaire Duhamel est devenue le scandale du Siècle », sur nouvelobs.com (consulté le 9 février 2021)
  12. « Le politologue Olivier Duhamel accusé de viol », sur francetvinfo.fr, (consulté le 9 février 2021)
  13. Gaël Giraud, « Chaos économique, blanchiment bancaire ? », Thinkerview, 25 septembre 2020 (page consultée le 28 septembre 2020).
  14. Moog 2006, p. 228.
  15. Faits et Documents no 295.
  16. Martin-Fugier 2004.
  17. a b c d e et f Morgane Miel, « Dîners du Siècle : les femmes s’invitent à la table du pouvoir », sur madame.lefigaro.fr, (consulté le 10 février 2021)
  18. a b et c « Liste des participants du 831e dîner du mercredi 26 février 2020 », sur veculemedia.fr, .
  19. a b c d e f g h i j k l m n et o « Un secret bien gardé : qui sont les onze ministres membres du Siècle ? », sur nouvelobs.com (consulté le 3 février 2021)
  20. « Le Siècle, club très sélect des élites françaises, déménage », sur challenges.fr (consulté le 10 novembre 2015).
  21. Moog 2006, p. 229.
  22. Moog et Prometheus 2007.
  23. « Affaire Duhamel : Jean Veil, l’ami avocat qui savait tout », sur Le Monde.fr, (consulté le 27 janvier 2021)
  24. Abel Mestre et Caroline Monnot, « L’identité de « Gustavo », l’homme qui dit avoir tué Pierre Goldman, révélée », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr, blog « Droites extrêmes » de journalistes au Monde,
  25. Guillaume Dasquié et Jean Guisnel, L'Effroyable Mensonge : thèse et foutaises sur les attentats du 11 Septembre, La Découverte, coll. « Cahiers libres », , 132 p. (ISBN 978-2-7071-3825-5, OCLC 401302348, lire en ligne).
  26. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae et af Ratier 1996.
  27. Rémi Kauffer, Renaud Lecadre, François Malye et Martine Orange, Histoire secrète de la Ve République, La Découverte, (ISBN 978-2-348-05658-1, lire en ligne).
  28. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm bn bo bp et bq Noël Blandin, « Select Club : Le Siècle, club de rencontres des élites françaises », sur republique-des-lettres.fr, .
  29. a et b « Dans les coulisses du Siècle, lieu de pouvoir et d’influence », sur lesechos.fr, .
  30. « Christian Noyer », dans Ratier 2005.
  31. « Daniel Bouton », dans Ratier 2005.
  32. « Thierry Derez, développeur discret de Covéa », sur lesechos.fr, (consulté le 10 octobre 2017).
  33. a et b « Jean-Yves Haberer », dans Emmanuel Ratier, Encyclopédie politique française, op. cit..
  34. a et b Emmanuel Ratier, dans Faits et Documents no 253.
  35. a b c d e et f (en) « Le Siècle Info : les nouveaux membres du Siècle », sur le-siecle.info (consulté le 7 août 2020).
  36. Renaud Revel, « Pas vu à la télé », Vanity Fair no 44, mars 2017, p. 126-133.
  37. Anaëlle Verzaux, Laurent Macabies, Anthony Lesme, « Le dîner du Siècle, avec Dati, Chabot, NKM, Carolis… », sur bakchich.info, .
  38. Décédé.
  39. a b c d et e Le Monde, 16 novembre 2010.
  40. Emmanuel Ratier, « Le Siècle 2001 », Faits et Documents no 113, 15-30 juin 2001.
  41. a et b Nolwenn Le Blevennec, « La bande à Pierre Carles allume les journalistes du club Le Siècle », sur rue89.com, .
  42. (en) « Le-siecle.info », sur le-siecle.info (consulté le 7 août 2020).
  43. Rachida Dati, Je vous fais juges : entretien avec Claude Askolovitch, Paris, Grasset, , 232 p. (ISBN 978-2-246-73401-7).
  44. Faits et Documents, 329, 2012
  45. a et b « Patrick Hetzel - Who's Who », sur whoswho.fr (consulté le 7 août 2020).
  46. « Fiche d’Anne-Marie Idrac », sur premier-ministre.gouv.fr.
  47. « Jean-Pierre Jouyet, l’ami de François Hollande, est un fidèle du Siècle, mais il n’aime pas qu’on le sache », sur Reporterre.net, (consulté le 21 septembre 2012).
  48. « Corinne Lepage », dans Ratier 2005.
  49. « À quoi sert encore Le Siècle », sur Les Échos.fr, .
  50. « Notice de Richard Descoings », sur oecd.org.
  51. Le supplément 07/06/2015 Canal+
  52. Pierre Marion, La Mission impossible : à la tête des services secrets, Paris, Calmann-Lévy, , 259 p. (ISBN 2-7021-1970-0 et 978-2-7021-1970-9, OCLC 23660930, lire en ligne).
  53. Vincent Nouzille, La République du copinage : enquête sur la France des réseaux de pouvoir, Fayard, , 396 p. (ISBN 978-2-213-66779-9, lire en ligne).
  54. Emmanuel Ratier, « Le Siècle 2012 », Faits et Documents no 328, 15-31 janvier 2012
  55. Notice Who's Who, mise à jour le 22 juillet 2010, consulté le 13 décembre 2010
  56. « Pascal Bruckner », dans Ratier 2005.
  57. « Hélène Carrère d'Encausse », dans Ratier 2005.
  58. « Marc Lambron », dans Ratier 2005.
  59. « Déclaration des devoirs et des droits des journalistes (Munich, 1971) », sur acrimed.org | Action Critique Médias (consulté le 10 février 2021)
  60. PetitRobert, « CE SOIR à 19h30 "Tous au dîner du siècle !!! " Place de la Concorde à Paris, venez nombreux », sur Club de Mediapart (consulté le 10 février 2021)
  61. « Les oligarques du Siècle chahutés par le peuple », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le 10 février 2021)
  62. Olivier Vilain, « Les CRS se démènent sans compter pour protéger les élites parisiennes », sur lecourrier.ch, (consulté le 14 octobre 2011).
  63. « Le dîner du Siècle était bien gardé par Michel Soudais », sur Politis.fr, (consulté le 10 février 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]