Véronique Morali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Véronique Morali
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint

Véronique Morali, née le dans le 13e arrondissement de Paris (France), est une femme d'affaires française, présidente de Fimalac Développement[1], de la commission du dialogue économique du Medef et créatrice du groupe TF Co, éditeur du site web Terrafemina[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Après avoir été diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris et d'ESCP Europe, Véronique Morali intègre l'École nationale d'administration (promotion 1986). Elle entre ensuite à l'Inspection générale des finances.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1990, elle quitte l'Inspection générale des Finances pour rejoindre la Financière Marc de Lacharrière (Fimalac), tout juste créé par Marc Ladreit de Lacharrière, dont elle devient l'épouse[3],[4].

Véronique Morali devient administratrice et directrice générale déléguée du groupe Fimalac, puis présidente de Fimalac Développement. Elle est également administratrice et vice chairman de Fitch Group (comprenant Fitch Ratings, agence mondiale de notation et Algorithmics, spécialisé dans la mesure du risque).

Sans cesser ses activités auprès du groupe Fimalac, elle fonde en 2005 avec Françoise Holder et Anne Méaux, l'association « Force Femmes » dont elle est présidente. Force Femmes est une association reconnue d’intérêt général ayant pour objectif d'accompagner et de soutenir des femmes de plus de 45 ans sans emploi dans leurs démarches de retour à l'emploi et de création d'entreprise. Elle obtient le trophée « Femme de cœur » du Trophée des Femmes en Or pour l'année 2009[2] au titre de son action engagée pour Force Femmes.

En mars 2007, elle prend la présidence de Chanel[5], poste qu'elle quitte en octobre 2007[6].

En 2008, elle fonde le site Terrafemina, un site d'information dédié aux femmes, centré sur les thématiques du travail, de l'emploi et de l'engagement[7].

En août 2009, Véronique Morali prend part à la commission du « grand emprunt » chargée de réfléchir à l'usage du futur « grand emprunt national », commission coprésidée par les anciens Premiers ministres Alain Juppé et Michel Rocard[8].

En février 2011, elle devient présidente du Women's Forum for the Economy and Society[9].

Par ses nombreuses activités et mandats, elle est, selon son propre journal Terra Femina, devenue une actrice prépondérante des réseaux au féminin[10].

En , elle quitte le conseil d'administration d'Alcatel[11].

Autres fonctions et mandats sociaux[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est l'épouse de Marc Ladreit de Lacharrière[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Branche des investissements diversifiés de Fimalac.
  2. a et b « Véronique Morali, femme de cœur 2009 », sur Terrafemina, (consulté le 8 mars 2010).
  3. a et b Vincent Nouzille, La République du copinage : enquête sur la France des réseaux de pouvoir, Éditions Fayard, octobre 2011, extrait consulté le 12 octobre 2012.
  4. « Marc Ladreit de Lacharrière et sa compagne Véronique Morali », sur Purepeople, .
  5. « Véronique Morali entre chez Chanel », sur Passion Luxe,
  6. « Véronique Morali a quitté la présidence de Chanel SAS », sur Les Échos,
  7. Carole Bellemare avec Caroline Beyer, « Véronique Morali, après Fimalac et Chanel, lance le site Terrafemina », sur lefigaro.fr, (consulté le 8 mars 2010).
  8. « Les membres de la commission du Grand Emprunt National : Véronique Morali », sur grand-emprunt.org (consulté le 8 mars 2010).
  9. « Qui est la nouvelle présidente du Women's Forum, Véronique Morali ? », sur yahoo.mamantravaille.fr (consulté le 8 mars 2010).
  10. « Réseaux féminins : interview de Véronique Morali », sur terrafemina.com, (consulté le 29 août).
  11. Pierre-Henri de Menthon, « Rémunération de Michel Combes: malaise au sein du conseil d’Alcatel », Challenges, 4 septembre 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]