Christian Noyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyer (homonymie).
Christian Noyer
Illustration.
Christian Noyer en 2008.
Fonctions
Gouverneur de la Banque de France

(11 ans, 11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Jean-Claude Trichet
Successeur François Villeroy de Galhau
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Soisy-sous-Montmorency,
Val-d'Oise (France)
Nationalité Française
Diplômé de IEP de Paris
École nationale d'administration
Profession Haut fonctionnaire

Christian Noyer
Gouverneurs de la Banque de France

Christian Noyer, né le à Soisy-sous-Montmorency (Seine-et-Oise), est un haut fonctionnaire français. Premier vice-président de la Banque centrale européenne entre 1998 et 2002, il est gouverneur de la Banque de France entre 2003 et 2015 et gouverneur de la Banque des règlements internationaux depuis 2010. Il est membre du Haut Conseil des finances publiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Son père était conservateur des Hypothèques. Il forme dans sa jeunesse un groupe informel d'amis, les Pélopides, dont Yves-Thibault de Silguy fait partie[1].

Après avoir obtenu son baccalauréat au lycée Saint-Vincent de Rennes et effectué des études de droit à l'Université de Rennes 1 (licence en 1971) et à Paris puis à l'Institut d'études politiques de Paris (diplômé en 1972), il entre à l'École nationale d'administration en 1974 (promotion Guernica - aux côtés notamment de Jean-Charles Naouri, Jean-Pierre Tirouflet, Baudouin Prot, Yves-Thibault de Silguy, Serge Weinberg ou Michel de Rosen)[2].

Il est membre du Club de l'horloge en 1974-1975[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il a présidé le Club de Paris, chargé de rééchelonner la dette des pays pauvres, et il préside le Conseil de la politique monétaire, la Commission bancaire, ainsi que le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement. Il est membre du club Le Siècle.

À partir de 1976, il est affecté à la direction du Trésor du ministère de l'Économie et des finances

De 1980 à 1982, il est à la représentation permanente de la France auprès des communautés européennes.

En 1982, il est nommé chef du bureau pour les réglementations et relations du ministère des finances avec la profession bancaire, tout en assurant de 1984 à 1987 le secrétariat général de l'association des anciens élèves de l'ENA.

De 1986 à 1988, il est conseiller au cabinet du ministre des Finances Édouard Balladur.

Il revient ensuite au trésor en occupant différents postes, avec plusieurs missions pour Édouard Balladur, gravissant les échelons avant de prendre la direction du Trésor en 1993, jusqu'en 1995. En 1993, il est directeur de cabinet d'Edmond Alphandéry, ministre des finances. De 1995 à 1997, il est directeur de cabinet de Jean Arthuis, ministre des Finances.

En 1998, à la création de la Banque centrale européenne, et après l'échec de la France à placer un Français à sa tête, Christian Noyer est nommé vice-président auprès du Néerlandais Wim Duisenberg.

Puis en 2003, il remplace Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque de France. À ce titre, il est membre du Conseil des Gouverneurs de la Banque centrale européenne. Son mandat de six ans, renouvelé en octobre 2009[4], s'achève en 2015, Christian Noyer atteignant la limite d'âge pour occuper cette fonction[5].

Le , Christian Noyer est nommé président du conseil d'administration de la Banque des règlements internationaux (BRI) pour un mandat de trois ans. En , il y est reconduit pour une durée de trois ans[6].

Il est nommé membre du Haut Conseil des finances publiques par le président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, à compter du 21 septembre 2015, pour une durée de cinq ans[7].

Avant l'été 2016, le Premier ministre Manuel Valls lui confie la mission de rencontrer les établissements financiers internationaux et d'évaluer les chances de la France de les attirer après le Brexit[8].

Il est membre du Group of Thirty[9].

Décorations[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Quatremer et Pascal Riché, « Yves-Thibault de Silguy. Un commissaire à la hussarde », sur liberation.fr, .
  2. Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France, www.banque-france.fr
  3. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 579, n. 2.
  4. « Christian Noyer est reconduit à la tête de la Banque de France », sur Lemonde.fr,
  5. Marie-Pierre Gröndhal, « Le casse-tête de la banque de France pour remplacer Christian Noyer », sur Parismatch.com,
  6. « Christian Noyer reconduit à la présidence du Conseil d’administration de la BRI », sur Banque-france.fr,
  7. Nomination de membres au Haut Conseil des finances publiques
  8. Christian Noyer, interviewé par Bertille Bayart et Manon Malhère, « Brexit : "La France doit donner de la visibilité" », Le Figaro, encart « Économie », samedi 17 / dimanche 18 décembre 2016, page 28.
  9. (en) « Group of 30 :: Current Member Biography », sur group30.org (consulté le 18 mars 2018)
  10. Décret du 6 novembre 2015 portant nomination d'un gouverneur honoraire de la Banque de France - M. NOYER (Christian)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]