Jean Veil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Veil
Jean Veil.jpg
Jean Veil en 2017.
Fonction
Président
Le Siècle
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Fratrie
Claude-Nicolas Veil (d)
Pierre-François VeilVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinctions

Jean Veil, né le à Clichy (Seine), fils d’Antoine et de Simone Veil, est un avocat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Jean André Veil est né à Clichy le du mariage d'Antoine Veil et de Simone Jacob[1],[2]. Il est le frère aîné de Pierre-François Veil, avocat, et de Claude-Nicolas, médecin (1948-2002)[3].

Jean Veil épouse à Paris le Catherine Sylvie Simone Zwahlen dont il divorce le . Dix jours plus tard, il épouse en secondes noces à Paris Anne Chetret dont il divorce en 1986. Il épouse en troisièmes noces Dorothée Finot à Paris le [1],[2].

De ces trois mariages, il a six enfants[1] : Isabelle Veil (1972), Judith Veil (1977), journaliste, Déborah Veil (1986), journaliste[4], Mathias Veil (1988), Constance Veil (1990) et Valentine Veil (1994).

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études à l’École alsacienne, il poursuit des études supérieures à la faculté de droit de Paris où il obtient une licence de droit et le certificat d'aptitude à la profession d'avocat (CAPA)[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1969 à 1972, il est stagiaire puis collaborateur puis associé en 1978 au sein du cabinet d'avocats Gide Loyrette Nouel. En 1982, il quitte le cabinet Gide et fonde son propre cabinet, devenu Veil & Associés (1984-1989). En 1990, il s'associe avec Georges Jourde et Dominique de La Garanderie pour créer le cabinet Veil Jourde (au sein duquel son frère Pierre-François est associé)[1].

De 2014 à fin 2016, il est président du club Le Siècle[5].

En tant qu'avocat, il a notamment défendu :

En 2014 et en 2016, il est classé premier du classement du magazine GQ des 30 avocats les plus puissants de France[12].

En 2019, il occupe la 78e place de la liste La République en marche pour les élections européennes.

Il est membre du Club des juristes[13],[14], un cercle de réflexion présidé par Bernard Cazeneuve.

Affaire Olivier Duhamel[modifier | modifier le code]

Olivier Duhamel était associé du cabinet Veil Jourde[15] du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2018, puis of counsel[Quoi ?] jusqu'au mois de janvier 2021, où, il est accusé par sa belle-fille Camille Kouchner de viol et d'inceste envers son beau-fils.

En marge de cette même affaire, Jean Veil est indirectement mis en cause par le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po) Frédéric Mion. En effet, alors que Frédéric Mion est averti dès 2018[16] par l'ancienne ministre et enseignante Aurélie Filippetti des faits reprochés à Olivier Duhamel, enseignant lui-aussi à Sciences Po et par ailleurs directeur de son organisme de tutelle, il ne prend aucune mesure à son encontre[17]. Pour se justifier de ce silence, il déclare en janvier 2021: « Je vais trouver à son cabinet Jean Veil, avocat dont Olivier Duhamel est l'associé. [...] Il m'assure qu'il ne s'agit que de rumeurs. Je me suis laissé berner »[18] .

À la suite des différentes révélations, Jean Veil admet avoir été mis au courant des accusations contre Olivier Duhamel entre 2008 et 2011 et invoque le secret professionnel[19]. En conséquence, il quitte le club Le Siècle[19].

Obsèques de Simone Veil[modifier | modifier le code]

Lors de l'hommage national à sa mère, Simone Veil, le , aux Invalides, Jean Veil prononce un éloge funèbre[20].

Décorations[modifier | modifier le code]


Publications[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Who's Who in France, édition 2015, p. 2218
  2. a et b Extrait de l'acte de naissance no 2643/1947.
  3. François Couland, « Simone Veil: qui sont ses enfants ? », sur le site de l'hebdomadaire Télé Star, (consulté le ).
  4. Marine Gibert, « Qui est Déborah Veil, journaliste et petite-fille de Simone Veil ? », sur le site du magazine Gala, (consulté le ).
  5. « Les présidents », sur le site du club Le Siècle (consulté le ).
  6. La Rédaction, « Les communicants de DSK mis au piquet », sur Challenges, .
  7. a et b « Les 30 avocats les plus puissants de France », GQ Magazine,‎ (lire en ligne).
  8. « Ce qui a forcé Jérôme Cahuzac à passer aux aveux », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  9. « Jean Veil, avocat snob », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. (en-GB) « Prince William slams publication of topless pictures of Kate in court », Evening Standard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Prisma Média, « Qui est Jean Veil, l’avocat de David Hallyday et de nombreuses stars comme Kim Kardashian? - Gala », Gala.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Les 30 avocats les plus puissants de France », GQ magazine,‎ (lire en ligne).
  13. « Club des juristes : les membres », sur Club des juristes
  14. Vincent Nouzille, « Comment un petit club d'avocats et de juristes inspire les lois », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  15. « Un cabinet d’avocats de premier plan en droit des affaires », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le )
  16. « Affaire Olivier Duhamel : les atermoiements du directeur de Sciences Po », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. le figaro, « Affaire Duhamel: le directeur de Sciences Po était au courant des accusations d’inceste », sur Le Figaro Etudiant (consulté le )
  18. « Affaire Duhamel : le directeur de Sciences Po admet avoir été alerté des accusations d'inceste », sur Europe 1 (consulté le )
  19. a et b Laurent Valdiguié, « Affaire Olivier Duhamel : Jean Veil quitte le Siècle », sur www.marianne.net, 2021-01-18utc15:12:22+0000 (consulté le )
  20. « VIDEO. "Je t'aime maman", l'émouvant éloge de Jean, l'un des fils de Simone Veil », sur Ouest-France, .
  21. Décret du 13 juillet 1998 portant promotion et nomination.
  22. Décret du 31 décembre 2006 portant promotion et nomination.
  23. Décret du 6 avril 2012 portant promotion
  24. « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres », sur culture.gouv, .