Jean Veil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Veil
Jean Veil en 2017.
Fonction
Président
Le Siècle
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Fratrie
Claude-Nicolas Veil (d)
Pierre-François VeilVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinctions

Jean Veil, né le à Clichy (Seine), fils d’Antoine et de Simone Veil, est un avocat français ayant prêté serment le 22 novembre 1972[1]. Avocat de grandes entreprises et de personnalités publiques, il est à la barre de plusieurs grands procès récents et accompagne des fusions-acquisitions d'entreprises d'envergure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Jean André Veil est né à Clichy le du mariage d'Antoine Veil et de Simone Jacob[2],[3]. Il est le frère aîné de Pierre-François Veil, avocat, et de Claude-Nicolas, médecin (1948-2002)[4].

Jean Veil épouse à Paris le Catherine Sylvie Simone Zwahlen dont il divorce le . Dix jours plus tard, il épouse en secondes noces à Paris Anne Chetret dont il divorce en 1986. Il épouse en troisièmes noces Dorothée Finot à Paris le [2],[3].

De ces trois mariages, il a six enfants[2] : Isabelle Veil (1972), Judith Veil (1977), journaliste, Déborah Veil (1986), journaliste[5], Mathias Veil (1988), Constance Veil (1990) et Valentine Veil (1994).

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études à l’École alsacienne, il poursuit des études supérieures à la faculté de droit de Paris où il obtient une licence de droit et le certificat d'aptitude à la profession d'avocat (CAPA)[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1969 à 1972, il est stagiaire puis collaborateur puis associé en 1978 au sein du cabinet d'avocats Gide Loyrette Nouel. En 1982, il quitte le cabinet Gide et fonde son propre cabinet, devenu Veil & Associés (1984-1989). En 1990, il s'associe avec Georges Jourde et Dominique de La Garanderie pour créer le cabinet Veil Jourde (au sein duquel son frère Pierre-François est associé)[2]. L’expertise du cabinet est reconnue dans plusieurs domaines : fusions-acquisitions, contentieux, restructurations, ou encore droit public économique. Veil Jourde compte aujourd’hui cinquante-cinq avocats et vingt associés[6].

Jean Veil figure dans plusieurs classements français ou internationaux parmi les meilleurs avocats, dont Best Lawyers qui distingue Jean Veil comme avocat de l'année en « contentieux » en 2012 et 2018, ainsi qu'en « défense criminelle » en 2015 et 2020[7],[8].

Considéré comme pugnace, il est décrit comme calme et mesuré. « Jean Veil répugne au tapage, au combat médiatique qu’il trouve vulgaire. Il préfère la discussion procédurale à l’affrontement, l’apaisement au choc », selon le magazine GQ[9].

A propos de la profession d’avocat, il observe deux faces de l’exercice : « nous ne sommes pas seulement les défenseurs compétents et combatifs, attentifs au respect de la règle de droit, nous devons être aussi les passeurs protecteurs qui accompagnent ceux que la justice conduit aux enfers; Charon bienveillant traversant le Styx » [10].

Clients notables[modifier | modifier le code]

En tant qu'avocat, il a défendu des personnalités publiques ou de grandes entreprises parmi lesquels :

Activités annexes[modifier | modifier le code]

En 2019, il occupe la 78e place de la liste La République en marche pour les élections européennes, présence symbolique qui s'explique par une position non-éligible sur la liste[19].

Il est membre du Club des juristes[20],[21], un cercle de réflexion présidé par Bernard Cazeneuve.

De 2014 à fin 2016, il est président du club Le Siècle[22].

En 2022, il est membre du jury du prix Edgar Faure du livre politique, qui échoit à Frédéric Potier[23].

Affaire Olivier Duhamel[modifier | modifier le code]

Olivier Duhamel était associé du cabinet Veil Jourde[24] du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2018, puis of counsel[Quoi ?] jusqu'au mois de janvier 2021, où, il est accusé par sa belle-fille Camille Kouchner de viol et d'inceste envers son beau-fils.

En marge de cette même affaire, Jean Veil est indirectement mis en cause par le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po) Frédéric Mion. En effet, alors que Frédéric Mion est averti dès 2018[25] par l'ancienne ministre et enseignante Aurélie Filippetti des faits reprochés à Olivier Duhamel, enseignant lui-aussi à Sciences Po et par ailleurs directeur de son organisme de tutelle, il ne prend aucune mesure à son encontre[26]. Pour se justifier de ce silence, il déclare en janvier 2021: « Je vais trouver à son cabinet Jean Veil, avocat dont Olivier Duhamel est l'associé. [...] Il m'assure qu'il ne s'agit que de rumeurs. Je me suis laissé berner »[27].

À la suite des différentes révélations, Jean Veil admet avoir été mis au courant des accusations contre Olivier Duhamel entre 2008 et 2011 et invoque le secret professionnel[28]. En conséquence, il quitte le club Le Siècle[28].

Hommage national à Simone Veil et postérité[modifier | modifier le code]

Lors de l'hommage national à sa mère, Simone Veil, le , aux Invalides, Jean Veil prononce un éloge funèbre, aux côtés de son frère Pierre-François : « De l'expérience (d'Auschwitz), tu as appris à faire le tri entre l'essentiel et l'accessoire. Tant d'anecdotes ou d'attitudes le montrent. C'est ainsi que tu as attaché moins d'importance à nos résultats scolaires en dents de scie qu'à l'éthique de nos comportements ou à la qualité de nos réactions ou de nos opinions, dont nous devions toujours justifier »[29],[30].

Après la vandalisation antisémite d'un portrait de Simone Veil à Paris en février 2019, barré d'une croix gammée, il déplore la persistance de l'antisémitisme en France. "Je n'ai pas été surpris véritablement (...) J'ai beaucoup de mal à être surpris par tout cela et je ne vois pas ce qui a changé" indique-t-il à RTL, condamnant la « lâcheté des gens qui font cela en cachette". Il refuse de déposer plainte, considérant que "cela donne de la publicité à ceux qui ont commis ces actes »[31].

À propos de sa filiation, il confie au Monde[32] : « j'ai été extraordinairement aidé par le nom de mes parents, mais surtout par ce qu'ils sont (...) Quand on a vécu avec Simone, on apprend à maîtriser l'émotion ».

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La parole est à l'avocat, avec Olivier Duhamel, dictionnaire de citations chez Dalloz, collection À savoir, 2014 (ISBN 978-2247139675). Nouvelle édition 2015.
  • Simone Veil, Un héritage humaniste, Jean Veil, Pierre-François Veil et 34 autres personnalités, LexisNexis, 2018.
  • Ceux qui n'ont pas de courage ne savent pas ce qu'ils perdent, avec Patrick Wajsman, L'Archipel, 2020, (ISBN 978-2809828276).
  • La merveilleuse histoire de Simone Veil, Jean-Louis de Valmigère, Elsa Wernert, avec Leila Slimani, Jean Veil, HC Editions, 2022.
  • Seul l'espoir apaise la douleur, Simone Veil, avec Dominique Missika, Jean Veil, Pierre-François Veil, Flammarion, 2022.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Maître JEAN VEIL - Barreau de PARIS - France-Avocat.net », sur France Avocat (consulté le )
  2. a b c d e et f Who's Who in France, édition 2015, p. 2218
  3. a et b Extrait de l'acte de naissance no 2643/1947.
  4. François Couland, « Simone Veil: qui sont ses enfants ? », sur le site de l'hebdomadaire Télé Star, (consulté le ).
  5. Marine Gibert, « Qui est Déborah Veil, journaliste et petite-fille de Simone Veil ? », sur le site du magazine Gala, (consulté le ).
  6. « Veil Jourde > Paris > France | The Legal 500 Profils des cabinets d'avocats », sur www.legal500.fr (consulté le )
  7. (en) « Best Paris, France Lawyers | Best Lawyers », sur www.bestlawyers.com (consulté le )
  8. « Jean Veil > Veil Jourde > Paris > France | Lawyer Profile », sur www.legal500.com (consulté le )
  9. Condé Nast, « Les 30 avocats les plus puissants de France », sur GQ France, (consulté le )
  10. « Jean Veil avocat snob », sur Les Echos, (consulté le )
  11. La Rédaction, « Les communicants de DSK mis au piquet », sur Challenges, .
  12. a et b « Les 30 avocats les plus puissants de France », GQ Magazine,‎ (lire en ligne).
  13. « Ce qui a forcé Jérôme Cahuzac à passer aux aveux », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  14. « Jean Veil: "Défendre Kim Kardashian vous assure la gloire... auprès de vos petits-enfants" », sur RMC (consulté le )
  15. « Jean Veil, avocat snob », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. (en-GB) « Prince William slams publication of topless pictures of Kate in court », Evening Standard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Prisma Média, « Le saviez-vous ? Le fils de Simone Veil a défendu Kate Middleton - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  18. Prisma Média, « Qui est Jean Veil, l’avocat de David Hallyday et de nombreuses stars comme Kim Kardashian? - Gala », Gala.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Européennes : Jean Veil, fils de Simone Veil, sur la liste LRM », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Club des juristes : les membres », sur Club des juristes
  21. Vincent Nouzille, « Comment un petit club d'avocats et de juristes inspire les lois », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  22. « Les présidents », sur le site du club Le Siècle (consulté le ).
  23. « Frédéric Potier, Prix Edgar Faure du livre politique 2022 », sur ActuaLitté.com (consulté le )
  24. « Un cabinet d’avocats de premier plan en droit des affaires », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le )
  25. « Affaire Olivier Duhamel : les atermoiements du directeur de Sciences Po », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. le figaro, « Affaire Duhamel: le directeur de Sciences Po était au courant des accusations d’inceste », sur Le Figaro Etudiant (consulté le )
  27. « Affaire Duhamel : le directeur de Sciences Po admet avoir été alerté des accusations d'inceste », sur Europe 1 (consulté le )
  28. a et b Laurent Valdiguié, « Affaire Olivier Duhamel : Jean Veil quitte le Siècle », sur www.marianne.net, 2021-01-18utc15:12:22+0000 (consulté le )
  29. « VIDEO. "Je t'aime maman", l'émouvant éloge de Jean, l'un des fils de Simone Veil », sur Ouest-France, .
  30. « L'émouvant hommage de Jean Veil à sa mère Simone Veil » (consulté le )
  31. « "Maman ne serait pas surprise", dit Jean Veil après les tags antisémites à Paris », sur www.rtl.fr (consulté le )
  32. « Me Jean Veil, conseil vigilant de puissants foudroyés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. Décret du 13 juillet 1998 portant promotion et nomination.
  34. Décret du 31 décembre 2006 portant promotion et nomination.
  35. Décret du 6 avril 2012 portant promotion
  36. « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres », sur culture.gouv, .