Louis-Charles Viossat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis-Charles Viossat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Louis-Charles Viossat (né en 1964) est un haut fonctionnaire français, ancien diplomate, et présentement chargé de la présidence du Centre Inffo. Il est aussi membre du Siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis-Charles Viossat est né à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, le [1]. Il fit ses études à Paris, et après les avoir commencé à l’Ecole alsacienne et au lycée Louis-Le-Grand, il vint les achever à Sciences Po, puis à l’ENA (1990-1992, promotion Condorcet[2]).

À sa sortie de l'ENA en 1992, il est inspecteur des affaires sociales, puis inspecteur général des affaires sociales. Spécialiste de la protection sociale, il devient conseiller au cabinet de ministre du Travail et des Affaires sociales, et technique au cabinet du secrétaire d’État à la Santé et à la sécurité sociale, Hervé Gaymard, chargé de l’organisation de la sécurité sociale puis du budget et de l’administration.

À la suite de la défaite de la droite aux législatives de 1997, il intègre la Banque mondiale. Il travaille à Washington DC (États-Unis) de 1998 à 2000. En août 2000, de retour à l'IGAS, il est co-responsable d’une mission d’évaluation de « la mise en œuvre des fonds d’aide aux jeunes (FAJ) », qui produit son rapport en février 2001[3]. Il rejoint le secteur privé en septembre 2001, pour devenir directeur corporate affairs des laboratoires Lilly France. Après la victoire de la droite aux législatives de 2002, il est nommé directeur de cabinet de Jean-François Mattei[4] au ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées de juin 2002 à mars 2004. Il est ensuite nommé directeur général de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss)[5], la « banque de la sécurité sociale » et tête de réseau des URSSAF. Il est entendu au Sénat le 3 novembre 2004[6].

En 2005, Il est nommé directeur adjoint de cabinet pour les affaires sociales au cabinet du Premier ministre Dominique de Villepin[2],[7]. Il est considéré comme le concepteur du contrat première embauche, une initiative du gouvernement Villepin qui visait à améliorer l’accès des jeunes à un premier emploi.

Louis-Charles Viossat a été ambassadeur français chargé de la lutte contre le sida et les maladies transmissibles, entre avril 2007 et avril 2009, au ministère des Affaires étrangères et européennes. À ce titre, il a été administrateur d’organisations internationales de santé comme notamment le Fonds mondial (vice-président puis président du comité des finances et de l’audit), UNITAID et le partenariat Faire reculer le paludisme. À ce titre, il est intervenu le 11 juin 2008 à l’occasion de la 62e session de l’Assemblée générale des Nations unies[8].

Il intègre Abbott, entreprise biopharmaceutique américaine, en mai 2009. D'abord directeur senior des affaires gouvernementales pour l’Europe de l'Ouest et le Canada et à Bruxelles (Union Européenne)[9]., il devient, en janvier 2013, vice-président chargé des relations gouvernementales internationales.

Il a publié dans la collection Dominos de Flammarion : Les Retraites, enjeux, crise, solutions (2000) ainsi que différents articles et ouvrages sur les politiques sociales et de santé en France et dans le monde.

Il a enseigné l’économie puis les questions sociales et de santé à Sciences-Po et à l’ENA.

Administrateur de la Fondation de France jusqu’en 2012, il est président du conseil d’administration de Centre-Inffo.

Il est membre de l’important club d’influence Le Siècle[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Who’s Who in France, Levallois-Perret, éd. Lafitte-Hébrard, (présentation en ligne), « Louis-Charles Viossat »
  2. a et b « La garde rapprochée du premier ministre », sur lemonde.fr, (consulté le 2 mai 2015).
  3. Le rapport sur les fonds d’aide aux jeunes, février 2001.
  4. Article dans Les Échos, du 13 mai 2002.
  5. Les Échos du 28 avril 2004.
  6. Audition de Louis-Charles Viossat au Sénat, le 3 novembre 2004.
  7. Les Échos, 3 juin 2005,.
  8. Consulter le texte de l’intervention de Louis-Charles Viossat devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le 11 juin 2008.
  9. Les Échos, 29 mai 2009, à l’occasion de son arrivée dans le groupe Abbott.
  10. Emmanuel Ratier, Au Cœur du pouvoir, Facta,

Liens externes[modifier | modifier le code]