Bernard Bigot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bernard Bigot, né le à Blois, est un chimiste français. Il est nommé haut commissaire à l'Énergie atomique en 2003 par Jacques Chirac, fonction qu'il occupe jusqu'en 2009. Par la suite, il devient administrateur général du commissariat à l'Énergie atomique et aux Énergies alternatives et vice-président du conseil de surveillance d'Areva[à vérifier] entre 2009 et 2014. Il se définit lui-même comme « un expert technique » dans le domaine du nucléaire[1].

Études et diplômes[modifier | modifier le code]

Il fréquente l'École normale supérieure de Saint-Cloud et les universités d'Orsay et de Paris VI-Pierre et Marie Curie. Il est agrégé de sciences physiques option chimie et docteur ès sciences en physique et chimie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Bernard Bigot est directeur général de la recherche et de la technologie de 1996 à 1997 au ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, directeur adjoint chargé de la recherche (1998-2000), puis directeur (2000-2003) de l'École normale supérieure de Lyon, directeur de l'Institut de recherches sur la catalyse (UPR 5401) (1998-2002). Il poursuit sa carrière comme directeur du cabinet de Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles technologies, et directeur adjoint du cabinet de Luc Ferry, ministre de la Jeunesse, de l'Éducation nationale et de la Recherche (2002-2003).

En , il est nommé haut-commissaire à l'Énergie atomique, poste qu'il conserve jusqu'en . Il est nommé en janvier 2009 administrateur général du commissariat à l'Énergie atomique, en remplacement d'Alain Bugat. Par décret du , il est en outre nommé au conseil d'administration d'Areva NC.

En 2011, il est reconduit en tant qu'administrateur général du CEA pour une durée de 3 ans à compter du , et entre au club d'influence Le Siècle[2].

Il est nommé en outre président du conseil d'administration de l'École supérieure chimie physique électronique de Lyon au début 2011[3].

Il est depuis juillet 2013 président du conseil d'administration de l'École nationale supérieure d'électricité et de mécanique de Nancy.

En , il est nommé pour succéder à Osamu Motojima en tant que directeur général du projet international de recherche ITER. Il est élu directeur général le .

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Il est membre de la Société française de chimie depuis 1986 et vice-président de la Fondation Jean Dausset. Depuis 2006, il est à la fois membre du Conseil économique de la Défense (CED), administrateur du Centre informatique national de l'enseignement supérieur (CINES) et président de la Fondation de la Maison de la Chimie.

À compter du , Bernard Bigot est nommé, pour 2 ans, président du comité de coordination de l’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie (ANCRE)[4]. Créée le , l’Alliance a pour mission de coordonner des recherches sur l’énergie menées par les organismes publics nationaux. Son objectif : faire progresser la connaissance fondamentale et l’activité économique liées à l’énergie. Outre ses quatre membres fondateurs (CEA, CNRS, IFP Energies Nouvelles et Conférence des présidents d'université), les organismes suivants sont membres associés : ANDRA, BRGM, CDEFI, CEMAGREF, CIRAD, CSTB, IFREMER, INERIS, INRA, IFSTTAR, INRIA, IRD, IRSN, LNE et ONERA.

Œuvres et travaux[modifier | modifier le code]

Bernard Bigot est l'auteur d'un certain nombre de publications scientifiques dans des revues spécialisées de chimie théorique (photochimie, catalyse, état condensé).

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]