Thierry Breton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thierry Breton
Hearing of Commissioner-designate Thierry Breton (49068069128) (cropped).jpg
Thierry Breton en 2019.
Fonctions
Commissaire européen au Marché intérieur
depuis le
Président
Association nationale de la recherche et de la technologie
-
Président-directeur général
Atos SE
-
Bertrand Meunier (d) et Elie Girard
Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie
-
Président
France Télécom
-
Président
Thomson
-
Directeur général
CGI Informatique
-
Conseiller régional
Poitou-Charentes
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Parti politique
Membre de
Distinctions

Thierry Breton, né le à Paris, est un dirigeant d'entreprises, administrateur de sociétés et homme politique français.

Vice-président de Bull (1996-1997), président-directeur général de Thomson (1997-2002) puis de France Télécom (2002-2005), il est ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie de 2005 à 2007, puis enseignant à la Harvard Business School (2007-2008). Il est président-directeur général du groupe Atos de 2009 à 2019.

Classé à trois reprises (2010, 2017 et 2018[1],[2]) parmi les 100 patrons les plus performants au monde selon le classement de la Harvard Business Review, il est également président de l'Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT) et membre élu de l'Académie des technologies.

En 2019, il est nommé commissaire européen, chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l'espace.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Thierry Breton naît le à Paris[3].

Après avoir effectué sa scolarité à l'École alsacienne à Paris (du primaire au lycée, de 1963 à 1972[4]) puis ses classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Louis-le-Grand[5], Thierry Breton obtient, en 1979, son diplôme d'ingénieur de l'École supérieure d'électricité (Supélec)[6]. Ultérieurement, en 1994, il est auditeur de la 46e session de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN)[7].

Carrière de dirigeant d'entreprises[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Thierry Breton commence sa carrière en 1979 comme professeur d'informatique et de mathématiques au lycée français de New York, dans le cadre de son service national au titre de la coopération[8]. En 1981, il crée Forma Systems, une société d'analyse de systèmes et d'ingénierie informatique dont il devient président-directeur général[9]. Il en quitte la présidence en 1986 pour se consacrer au projet du Futuroscope[10].

Futuroscope[modifier | modifier le code]

À la suite de sa rencontre en 1982 avec René Monory, qui le considérera comme étant son héritier politique[11], il participe à la conception du Futuroscope de Poitiers en tant que chef du projet, de 1986 à 1990. Il contribue notamment au développement de la partie « aire d'activités technologiques » qui deviendra la Technopole du Futuroscope.

CGI[modifier | modifier le code]

De 1990 à 1993, il est directeur général de CGI, société d’analyse de systèmes et d’ingénierie informatique[12].

Bull[modifier | modifier le code]

Il entre chez Bull, en 1993, en proie à de grandes difficultés, en tant que directeur de la stratégie et du développement aux côtés de Jean-Marie Descarpentries[3], puis directeur général adjoint. Administrateur du groupe à partir de 1996, il accède en septembre à la vice-présidence du conseil d'administration alors qu'il est âgé de 40 ans[13] et devient administrateur délégué (directeur général) du groupe. En , considérant qu'il y a un problème de taille critique avec la filiale microinformatique de Bull (Zenith Data Systems), Thierry Breton décide, avec l'aide du japonais NEC, de la fusionner avec l'américain Packard Bell[14], après avoir aidé les deux groupes à se rapprocher l'année précédente[15].

Thomson[modifier | modifier le code]

En [16],[17], il est nommé par le gouvernement à la tête de Thomson, alors valorisée un franc symbolique, et opère pour le groupe un repositionnement autour des nouvelles technologies de l'image et d'Internet. Considéré comme une véritable pépite pour le groupe, le portefeuille de brevets du groupe (RCA), hérité de General Electric en 1998, génère un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de francs en 1999. Après une recapitalisation de onze milliards de francs (1,7 milliard d'euros) par l'État français[17], le redressement de l'entreprise valorise Thomson jusqu'à cent milliards de francs en 2002, tandis que 30 % des actions du groupe sont alors en circulation et le reste contrôlé par l'État (dix milliards d'euros). Ce dernier revend progressivement sa participation au marché et in fine en 2003 son reliquat représentant 18,5 % du capital du groupe électronique pour un montant résiduel de 950 millions d’euros[18].

En 2001, il est élu par La Tribune « Stratège de l'année » pour sa gestion de Thomson. En , il est nommé président d'honneur de la société à la suite de son départ pour France Télécom[5].

France Télécom[modifier | modifier le code]

Régulièrement décrit comme un « redresseur » d’entreprises[19],[20], Thierry Breton est nommé par le gouvernement à la tête de France Télécom le [21].

L'opérateur, surendetté à hauteur de 70 milliards d'euros à la suite de l'éclatement de la bulle financière de l'Internet[22] et dont la situation se dégrade à grande vitesse en raison de la défiance des agences de notation, est alors surnommé « l’entreprise la plus endettée au monde »[22].

Lors de la prise de fonction de Thierry Breton, qui conserve le même salaire qu'il avait chez Thomson (2,3 fois supérieur à celui de son prédécesseur[23],[24]), le cours de l’action est inférieur à 7 €[25]. Deux mois après son arrivée, le cours de bourse a augmenté de 170 %[26]. Il lance alors le plan « Ambition FT 2005 »[27], s’appuyant sur les deux axes de croissance constitués par l’ADSL et la téléphonie mobile[28].

Cette initiative, qui doit permettre à l’entreprise de « reprendre son destin en main », se base sur trois axes visant chacun quinze milliards de réduction de dette[29] : un renforcement des fonds propres de l’entreprise ; un refinancement auprès des marchés et un programme d’amélioration opérationnelle, baptisé « TOP », comprenant un plan de réduction de coûts qui – accentué par le volet social Act engagé par son successeur Didier Lombard[30] – participe selon un rapport du cabinet Technologia à l'augmentation des facteurs de risque psychosociaux ayant pu affecter le groupe et ses employés[31].

En parallèle d'une situation financière délicate, l’opérateur voit la concurrence s'intensifier en France, son marché historique, alors même que l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), « gendarme des télécoms », demande un dégroupage ADSL[32]. Pour répondre à ces défis, Thierry Breton signe notamment la fin de l’aventure Orange en Bourse et reprend le contrôle à 100 % de sa filiale et de ses bénéfices[33]. Il lance le plan « Internet haut débit pour tous » en , ayant pour objectif de mettre le haut débit à disposition de 90 % des Français[34]. Pour ce faire, il augmente les dépenses du secteur de l'innovation de 20 % par rapport à 2003 et lance la charte Départements innovants pour accélérer le développement du haut débit en région[35]. L'année suivante, l’entreprise enregistre plus de 7 000 brevets déposés en France et à l’étranger[36]. La même année France Télécom réintègre Wanadoo afin d’intégrer les activités de téléphonie fixe et de fournisseur d’accès[36]. En , il annonce le lancement de la Livebox, première offre « Triple Play » de l’opérateur[37].

En , le gouvernement finalise la privatisation de France Télécom, engagée progressivement depuis 1996, mais conformément à la loi du , proposée et défendue par Thierry Breton[38] le statut spécifique des employés fonctionnaires est maintenu[39].

Sous la direction de Thierry Breton, France Télécom sera le premier opérateur historique à avoir élaboré et mis en œuvre le concept d'« opérateur intégré »[40]. En moins de trois ans, il aura ramené la dette sous la barre des 40 milliards d'euros[41].

À son départ pour le ministère de l’Économie en , le cours de l’action est de 23 [42].

Il est nommé président d’honneur de France Télécom[43], après avoir choisi de ne pas percevoir d’indemnités de départ[8], initialement prévues à hauteur de vingt et un mois de rémunération brute[44].

En , la Harvard Business Review publie pour la première fois le classement des 100 patrons les « plus performants » au monde (The 100 Best-Performing CEOs in the World)[45] s'appuyant sur une étude académique reprenant les performances comparées, au cours de leurs mandats, des chefs d'entreprise des 2 000 plus grandes entreprises mondiales sur une période courant de 1995 à 2009. Thierry Breton y occupe la 62e position au titre de son mandat de président-directeur général de France Télécom[45].

Atos[modifier | modifier le code]

En , Thierry Breton est nommé président du directoire de l'entreprise française de services numériques Atos Origin, rebaptisée depuis Atos[46]. Il est élu président-directeur général du groupe le par l'assemblée générale des actionnaires administrateur, puis par le conseil d'administration[47]. À l'annonce de sa nomination, le cours en Bourse, situé à 18 €, se renchérit de 7,84 %[48].

Atos, qui réalise en 2008 un chiffre d'affaires de 5,5 milliards d'euros et compte 50 000 salariés est selon Thierry Breton « trop gérée en silos » et sa marge de profitabilité inférieure à celle de ses concurrents nécessite un plan complet de transformation[49],[47].

Acquisition de Siemens IT Solutions and Services et partenariat franco-allemand[modifier | modifier le code]

En , il dirige l'acquisition des activités informatiques du groupe industriel allemand Siemens[50] qui permet au groupe de changer de dimension avec 78 500 collaborateurs dans 42 pays[51], se hissant au second rang européen derrière IBM[52]. L'opération est saluée par les marchés financiers, l'action d'Atos gagnant 11,6 %[53].

Avec l'intégration de 28 000 ingénieurs[54], Atos devient l'une des plus importantes coopérations industrielles et technologiques franco-allemandes depuis Airbus[55], se traduisant notamment par un rapprochement financier (Siemens prenant 15 % du capital d'Atos), la création d'un fonds d'investissement commun de cent millions d'euros et une réponse conjointe à des appels d'offres internationaux[56].

Cette stratégie est distinguée par le prix « coopération industrielle » remis par la chambre franco-allemande de commerce et d’industrie[56], Atos étant reconnu par la suite comme « l' Airbus » des services informatiques[57].

Thierry Breton fait adopter en 2012 le statut de société européenne (SE) à Atos[58], qui dispose d'un siège en France et d'un second en Allemagne, à Munich[59].

Il participe par ailleurs à d’autres projets institutionnels européens au sein desquels le partenariat avec l’Allemagne est central, comme le European Cloud Partnership (2012-2014) de la Commission européenne qu’il co-préside avec Jim Snabe, co-PDG du leader mondial allemand de logiciels SAP[60].

Acquisition de Bull[modifier | modifier le code]

En , Thierry Breton lance une OPA amicale sur l’acteur informatique historique français Bull, visant à faire d’Atos le numéro un européen du cloud et l’un des principaux acteurs mondiaux en big data et cyber-sécurité[61].

Cette acquisition, saluée par les marchés (l’action d’Atos gagnant 6,2 % et celle de Bull 21,9 % le jour de l’annonce), permet notamment au groupe de se positionner sur le segment des supercalculateurs[62] et en devenir le seul constructeur européen.

Acquisition de Xerox ITO[modifier | modifier le code]

Six mois plus tard, il annonce l’acquisition par Atos des activités d’outsourcing informatique de Xerox ainsi qu’un partenariat stratégique avec le groupe américain.

Cette opération, accueillie très favorablement en Bourse[63], fait entrer Atos dans les cinq premières sociétés numériques au monde[64]. L’entreprise, qui a doublé de taille en six ans, compte près de 100 000 employés[64].

Stratégie Zero-Email[modifier | modifier le code]

Il annonce en 2011 son objectif de supprimer « l'usage interne » du courrier électronique, mettant en œuvre une stratégie baptisée « Zero-Email »[65] qui vise à les remplacer par des outils appropriés tels que réseaux sociaux d'entreprise, messageries instantanées et outils collaboratifs. Il déclare à cette occasion que l'explosion non contrôlée des courriels internes est susceptible de créer à terme une « pollution informationnelle » moderne[66].

En 2012, il est élu par Les Échos « Stratège de l'année » pour sa gestion d'Atos[67]. L’année suivante, l’entreprise est classée au second rang du palmarès des employeurs français de RegionsJob et L'Express, qui prend notamment en compte les conditions de travail, les perspectives de carrière et la pérennité de l’entreprise[68].

Programme quantique[modifier | modifier le code]

En 2016, il annonce le lancement d'un programme scientifique au sein d'Atos consacré à l'ordinateur quantique, préparant ainsi les révolutions technologiques à l'horizon 2030. Le projet, baptisé Atos Quantum, rassemble notamment Serge Haroche, lauréat du prix Nobel de physique, Alain Aspect, lauréat de la médaille d'or du CNRS, ainsi que Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields[69].

Entrée au CAC 40[modifier | modifier le code]

En , la capitalisation boursière du groupe s’élève à 7,29 milliards d’euros, en hausse de plus de 5 milliards par rapport à [70]. En 2016, il est élu par L'Usine nouvelle « Industriel de l'année » pour avoir doublé, en huit ans, la taille du groupe Atos, le tout sans endettement[71].

En , le groupe Atos fait son entrée dans l'indice CAC 40 de la Bourse de Paris[72] ; il perçoit alors 5,47 millions d'euros de salaire annuel[73].

En , la revue américaine Harvard Business Review le classe 52e patron le plus performant au monde pour sa gestion du groupe Atos[1]. En 2018, il est à nouveau classé parmi les 100 meilleurs patrons au monde[2], figurant ainsi pour la seconde année consécutive et pour la 3e fois en moins de dix ans dans le classement mondial des Top 100.

En , il annonce la distribution aux actionnaires d'Atos de près d'un quart du capital de la filiale Worldline, afin de créer deux pure players et deux groupes à dimension mondiale à partir d'un seul[74].

En , anticipant la loi PACTE, il fait voter par les actionnaires d'Atos la « raison d'être » de l'entreprise, qui consiste notamment à « contribuer à façonner l'espace informationnel » au sein duquel transitent les données[75].

Démission et départ pour la Commission européenne[modifier | modifier le code]

Le 24 , le président de la République, Emmanuel Macron, propose sa nomination comme membre de la Commission européenne chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l'espace[76].

Pour prévenir les risques de conflits d'intérêts, il cède l'intégralité de ses actions Atos[77]. Il détenait, en 2018, 508 085 actions de l'entreprise, pour une valeur de plus de trente millions d'euros (il en cède 71 620 en pour une valeur de 5,3 millions d'euros, pour un total de 10,5 millions en cinq ans))[78]. Au cours de son mandat chez Atos, il a engrangé près de 26 millions d'euros bruts de rémunération[79]. En quittant ses fonctions pour devenir commissaire européen, son âge lui permet en théorie de bénéficier d'une pension de 711 000 euros par an, soit le triple de son salaire de Commissaire européen (270 000 euros par an)[78], mais il décide d'en suspendre le versement durant toute la durée de son mandat[80].

Avant son audition par les parlementaires européens devant valider sa candidature[81], l’association Anticor dépose plainte afin de relancer une affaire de « délit de favoritisme et prise illégale d'intérêts » [82],[83] présumée classée sans suite[84], pour laquelle le Parquet national financier avait ouvert une enquête en sur les conditions d'attribution de plusieurs marchés publics concernant le parc des radars automatiques[85].

Sa candidature est approuvée par le Parlement européen le [86],[87],[88].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Conseiller régional de Poitou-Charentes (1986-1992)[modifier | modifier le code]

De 1986 à 1988, Thierry Breton intègre le cabinet de René Monory au ministère de l'Éducation nationale en tant que conseiller pour l'informatique et les technologies nouvelles[89]. Il siège en outre au conseil régional de Poitou-Charentes, de 1986 à 1992, (à la tête de la commission formation[5] et en tant que vice-président à partir de 1988)[11], que préside Jean-Pierre Raffarin, sous l'étiquette divers droite.

En 1993, il est chargé d'une mission sur le télétravail par le Premier ministre Édouard Balladur[90]. Cette mission donnera lieu à la publication de deux rapports à La Documentation Française : Le télétravail en France (1993) et Les Téléservices en France (1994)[91],[92].

Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie (2005-2007)[modifier | modifier le code]

Déjà pressenti pour succéder à Nicolas Sarkozy à la tête de Bercy en [8],[93], Thierry Breton est nommé ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie dans le gouvernement Raffarin III[94] en , en remplacement d'Hervé Gaymard.

Il est en 2005 l'un des artisans de la privatisation des autoroutes, puis contribue à la privatisation de France Télécom. Il s'engage en faveur de la rigueur budgétaire, avec des coupes dans les finances publiques comme dans la fonction publique[95].

Réduction de la dette[modifier | modifier le code]

Lors de ses deux années et demi passées à la tête de Bercy, il axe sa politique économique sur la nécessité d'assainir les comptes publics via notamment la réduction de la dette[96]. Il déclare dès que la France « vit au-dessus de ses moyens »[97], faisant écho aux propos tenus par le Premier ministre Raymond Barre en 1976[98]. Il affirme aux Français que la totalité de leurs impôts sur le revenu sert uniquement à financer les seuls intérêts de la dette nationale[99].

Un mois plus tard, il installe une commission, présidée par le patron de BNP Paribas Michel Pébereau[100], chargée de « rompre avec la facilité de la dette publique »[101].

Fixant comme objectif prioritaire le maintien du déficit public sous la barre des 3 % du PIB en 2005 et en 2006[102], il préconise la baisse des dépenses publiques et la réduction de plus de 5 000 postes de fonctionnaires, dont environ 2600 au sein même de Bercy[103].

Fin 2005, le déficit de la France retombe à 2,9 % du PIB[104], après trois années consécutives de dépassement du taux de 3 %[105]. En 2006, le déficit public est ramené à 2,5 % et la dette publique enregistre une forte baisse, de 66 % à 63,9 % du PIB[106]. Pour la première fois depuis 1995, le budget du pays est en excédent primaire[107]. En parallèle, le PIB de la France augmente de 2,1 % en 2006, contre 1,7 % en 2005[108]. En , le taux de chômage se situe à 8,4 %, score le plus faible enregistré depuis [106].

Modernisation de l'économie[modifier | modifier le code]

Il présente en une loi sur « la modernisation de l'économie », votée la même année, visant à favoriser l’accès des PME aux marchés financiers, encourager la recherche et promouvoir l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise[109]. Il se prononce à cette occasion en faveur de la transcription en droit français du statut de « société européenne », permettant aux entreprises d’opérer dans toute l’UE sur la base d’un ensemble de règles financières unifié[110].

Il mène parallèlement une réforme de simplification fiscale, réduisant de six à quatre le nombre de tranches d'impôt sur le revenu[111], et met en place la déclaration de revenus pré-remplie sur Internet[112].

Valorisation du patrimoine immatériel[modifier | modifier le code]

Il souhaite que la France soit le premier pays à se pencher sur le développement et la valorisation de son patrimoine immatériel[113]. Il confie ainsi en à Maurice Lévy et Jean-Pierre Jouyet un rapport sur l’économie de l’immatériel dans le but de créer une agence du patrimoine immatériel de l’État ayant pour vocation le recensement et la valorisation de ses actifs immatériels (droit à l’image ; marques, etc.)[114]. Cette agence (la première au monde de ce type[114]) est mise en place par un arrêté du [115]. Ce patrimoine immatériel est comptabilisé pour 10 milliards d'euros d'actifs au bilan annuel de l'État pour 2010[116].

Il termine son mandat le , au terme du quinquennat de Jacques Chirac. La passation de pouvoir avec Jean-Louis Borloo, désigné ministre de l'Économie par le président de la République nouvellement élu Nicolas Sarkozy, a lieu le lendemain[117].

Commissaire européen en 2019[modifier | modifier le code]

En , suite au rejet de la candidature de Sylvie Goulard par le Parlement européen, le président de la République, Emmanuel Macron, propose la nomination de Thierry Breton comme membre de la commission von der Leyen, chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l'espace[118]. Le , le Parlement européen approuve sa nomination[119].

Président d'université et enseignant[modifier | modifier le code]

De 1997 à 2005, en parallèle de ses fonctions de président-directeur général de Thomson puis de France Télécom, il est président du conseil d’administration de l'université de technologie de Troyes[120].

À partir de juillet 2007, il quitte la France pour aller enseigner à plein temps pendant deux ans à l'université Harvard aux États-Unis. Son cours de gouvernance enseigné à la Harvard Business School, l'université de management et d'économie de Harvard, s'intitule Leadership and corporate accountability[121],[122].

Depuis 2018, il préside le comité stratégique de Sorbonne Université[123], première université française dans le classement de Shanghai[124],[125], suite à la fusion entre Paris-Sorbonne (Paris-IV) et Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI)[123] . En , il lance une des campagnes de collecte de fonds les plus importantes d'Europe pour un établissement universitaire [126], avec pour objectif de lever cent millions d'euros d'ici 2022 afin d'accélérer les projets scientifiques[127].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Fonds européen de défense et de sécurité (FEDS)[modifier | modifier le code]

En , Thierry Breton propose, dans une interview accordée aux Échos , la création d'un Fonds européen de défense et de sécurité[128]. Fonctionnant sur le même principe que le Fonds européen de stabilité financière, le FEDS a vocation à refinancer l'ensemble des dettes des pays de la zone euro liées à la défense et réduire ainsi l'endettement européen, favorisant ainsi la convergence franco-allemande. Cette proposition est également défendue dans le quotidien économique de référence allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ)[129].

Débat sur la régulation des télécoms[modifier | modifier le code]

En , Thierry Breton publie une tribune dans Le Monde : « Free menace l'innovation dans les Télécoms »[130] le jour même où Xavier Niel (vice-président et directeur de la stratégie d'Iliad, maison mère de Free) publie dans Les Échos : « Free Mobile : mythes et réalités »[131] ; des tribunes largement commentées qui s'ajoutent au débat de fond sur la politique industrielle, l'emploi et l'innovation dans les télécommunications[132].

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[133] puis, après la défaite de ce dernier, appelle à soutenir Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle de 2017[134]. Il rejoint ainsi d'autres anciens ministres chiraquiens ayant appelé à voter pour le candidat d'En marche.

En , il dépose avec l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin un dossier auprès du comité Nobel pour faire reconnaître l'action de Jacques Chirac en faveur de la paix[135]. L'initiative, soutenue par 280 parlementaires français[136], est également appuyée par des dignitaires étrangers, comme l'ancien Président sénégalais Abdou Diouf[137].

Écrivain et essayiste[modifier | modifier le code]

En 1984, âgé de 29 ans, il publie Softwar, thriller technologique et l'un des premiers livres à se saisir du sujet des virus informatiques, sur fond de tension américano-soviétique[138]. L'ouvrage, co-écrit avec l'écrivain Denis Beneich, est traduit dans une dizaine de langues[138] et s'écoule à 1,5 million d'exemplaires[139]. Il est adapté pour la télévision en 1992[140].

Avec Vatican III, publié en 1985, il imagine la propagande de l'image par le biais de satellites géostationnaires[141]. L'ouvrage est distingué meilleur roman de science-fiction de l'année à l'occasion des Gutenberg du livre[142].

Dans Netwar, paru en 1987, il met en scène un réseau de jeunes informaticiens milliardaires à la tête de puissants réseaux de télécommunications[141]. Le livre est distingué par le prix Mannesman-Tally qui récompense le meilleur roman lié à l'informatique[141].

Il publie ensuite six essais, de 1991 à 2007[141].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Softwar (La Guerre douce), Thierry Breton - Denis Beneich, éd. Robert Laffont, Paris ; thriller technologique.
  • 1985 : Vatican III, Thierry Breton, éd. Robert Laffont, Paris
  • 1987 : Netwar (La guerre des réseaux), Thierry Breton, éd. Robert Laffont, Paris
  • 1991 : La Dimension invisible (Le défi du temps et de l'information), éd. Odile Jacob, Paris ; essai sur la société de l'information[143].
  • 1992 : La Fin des illusions, Plon, Paris ; essai qui dénonce l'argent fou de l'immobilier, et la virtualité de l'économie induite par l'informatique, sans gain réel de productivité.
  • 1993 : Le Télétravail en France, La Documentation française.
  • 1994 : Le Lièvre et la Tortue, essai sur les atouts inattendus de Français, cosigné avec Christian Blanc et dans lequel les auteurs définissent la notion de pôle de compétitivité à la française.
  • 1994 : Les Téléservices en France, ou une anticipation précoce du monde de l'internet, La Documentation française.
  • 2007 : Antidette, Plon.L'auteur y expose sa vision politique des grands enjeux économiques nourrie de son action et de son bilan au ministère de l'Économie et des Finances. Il y expose sa théorie de la « vertu budgétaire » et propose un plan pour la France de désendettement et de croissance.

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au niveau professionnel[modifier | modifier le code]

Administrateur[modifier | modifier le code]

  • Décembre 2001 : Jacques Chirac le nomme administrateur de son musée du septennat[144].
  • Jusqu’en février 2005, date de son accession au gouvernement :
    • administrateur, vice-président de Bull (1996-1997).
    • administrateur, président du comité d'audit de Rhodia (1998-2002).Thierry Breton est nommé administrateur de Rhodia en 1998, puis président du comité d'audit jusqu'en 2002. Trois ans plus tard, le , dans le cadre de l'affaire Rhodia, une perquisition est menée dans les bureaux de Bercy sans succès. Selon Daniel Lebard, alors PDG d'Albright & Wilson, Thierry Breton, ancien administrateur de Rhodia, aurait été « sauvé » par l'AMF durant cette affaire[145],[146], ce que l'AMF et Thierry Breton démentent, ce dernier obtenant la condamnation de Daniel Lebard pour diffamation[147].
    • administrateur de Bouygues Telecom (2000-2002).
    • administrateur, président du conseil d'administration de Thomson (anciennement Thomson Multimedia, nouvellement Technicolor.)
    • administrateur, président du conseil d'administration de Thomson SA. (TSA).
    • administrateur, président du conseil d'administration de France Télécom.
    • administrateur, président du conseil d'administration d'Orange.
    • administrateur de Schneider Electric.
    • administrateur de La Poste.
    • administrateur du Centre national d'études spatiales (CNES).
    • administrateur de Dexia (Belgique).
    • membre du conseil de surveillance d'AXA.
    • administrateur, vice-président du conseil d'administration de l'École Alsacienne.
    • Président du conseil d’administration de l'université de technologie de Troyes (UTT: 1997-2005)[148].
  • Depuis 2007 :

Autres[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Décorations et distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1988 : « homme de l’année », Jeunes chambres économiques françaises, Paris, France
  • 1988 : The outstanding young person of the world (TOYP), Jaycees, Sydney, Australie
  • 1998 : « Global leader of tomorrow » (parmi 102 personnalités), Forum économique mondial, Davos, Suisse[159]
  • 2001 : prix du « Stratège de l'année 2000 », Paris, France[160]
  • 2001 : citoyen d'honneur de la ville de Foshan, province du Guangdong, République populaire de Chine
  • 2003 : « financier de l'année », ANDESE (Association nationale des docteurs ès-science économique et en sciences de gestion), Paris, France[réf. nécessaire]
  • 2004 : European Business Leader of the Year, Londres, Royaume-Uni[réf. nécessaire]
  • 2012 : « prix du Stratège de l'année » par le quotidien Les Échos, Paris, France[161]
  • 2015 : prix Montgelas pour son action en faveur de la coopération franco-allemande, Munich, Allemagne[162]
  • 2016 : prix de « l'industriel de l'année » par la revue L'Usine nouvelle[71]
  • 2017 : classé parmi les « 100 patrons les plus performants au monde » par la Harvard Business Review (52e position)[1]. Il est le seul patron français à avoir été distingué par la revue américaine pour la direction de deux entreprises différentes (après la 62e position obtenue en 2010 pour son mandat à France Télécom)[163].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Quatorze Français parmi les patrons les plus performants au monde », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2017)
  2. a et b « Qui sont les 11 patrons français les plus performants selon le Harvard Business Review ? - Economie », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)
  3. a et b AFP, Thierry Breton, un proche de l'Élysée sauveur d'entreprises Le Monde, 25 février juillet 2005.
  4. Colombe Schneck, « École alsacienne, les liens du rang », GQ, septembre 2015, pages 94-98.
  5. a b et c Thierry Breton , L'Express, .
  6. Thierry Breton, Président-directeur général d'Atos Les Échos, .
  7. (en) « 25 février 2005 : Thierry Breton démissionne de la présidence de l'UTT ».
  8. a b et c Anne-Bénédicte Hoffner, « Thierry Breton, un patron à Bercy », La Croix,‎ (lire en ligne).
  9. (en) « Thierry Breton, 1955 ».
  10. Sébastien Dufil, « Thierry Breton », sur Edubourse, .
  11. a et b Vanessa Schneider, Breton, un patron très politique Libération, .
  12. « Archives - Biographie - Thierry BRETON : ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie - Portail du Gouvernement - site du Premier ministre », sur archives.gouvernement.fr (consulté le 7 juin 2019)
  13. Bruno Abescat et Sabine Delanglade, Bercy : au tour de Breton L'Express, .
  14. Virginie Robert, « Bull cède sa filiale micro-informatique à l'américain Packard Bell », Les Échos, .
  15. Virginie Robert, « NEC prend 20 % de l'américain Packard-Bell, partenaire de Bull », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  16. Marie Bordet, « Thierry Breton à la manœuvre », Le Point, .
  17. a et b « Thomson Multimédia Les clés du redressement », sur L'Usine nouvelle, .
  18. Luc Mathieu, « L'État sort de Thomson et récupère 950 millions d'euros » L'Usine Nouvelle, .
  19. « Désigné pour redresser France Télécom », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne).
  20. Régis Marti, « Un redresseur d'entreprises expérimenté », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  21. Vincent Collen, « Le gouvernement va nommer Thierry Breton à la tête de France Télécom », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  22. a et b Nicolas Cori, « L'entreprise la plus endettée au monde » Libération, .
  23. France Télécom - Document de référence 2002, , 407 p. (lire en ligne), p. 399 Rémunération de Michel Bon.
  24. France Télécom - Document de référence 2003, 216 p. (France Télécom), p. 142 Rémunération de Thierry Breton.
  25. Vincent Collen, « Thierry Breton va lancer très vite un audit de France Télécom », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  26. « France Télécom : un titre au parcours chaotique »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), LCI, .
  27. « France Télécom : redressement avant privatisation » RFI, .
  28. Estelle Dumout, « France Télécom tire profit de sa stratégie d'intégration », ZDNet,‎ (lire en ligne).
  29. « Modalités de détention par l'Etat du capital social de France Telecom (Rapport parlementaire) » (consulté le 27 septembre 2014).
  30. « France Télécom : l'inspection du travail accuse », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  31. [PDF] http://www.observatoiredustressft.org/images/pdf/Rapport%20final.pdf, chapitre I.B : « Les conséquences de TOP, NExT et ACT ».
  32. Leila Abboud, Marie Mawad, David Culter et Dominique Rodriguez, « France Télécom, de Thierry Breton à Stéphane Richard », Reuters, .
  33. « La fin de l'aventure d'Orange en Bourse »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Les Échos, .
  34. « Internet Haut Débit pour tous : France Télécom s'engage enfin … », sur (UNAF - Union nationale des associations familiales/textebrut) (consulté le 14 août 2020).
  35. Philippe Hugon, « Thierry Breton en campagne », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  36. a et b http://theses.univ-lyon3.fr/documents/getpart.php?id=lyon3.2008.goujon-belghit_a&part=216611.
  37. « Wanadoo a vendu un million de Livebox depuis son lancement », sur ZDNet, .
  38. http://www.assemblee-nationale.fr/12/cr-cpro/03-04/c0304017.asp.
  39. http://www.francetelecom.com/fr/groupe/orga_activites/ra2004/index.html.
  40. Vincent Collen, « France Télécom : la nouvelle organisation consacre la stratégie d'opérateur intégré », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  41. Marc Cherki, « Atos réduit sa dette plus vite que prévu », Le Figaro, .
  42. « Le Cac 40 à un nouveau plus haut de l'année », Investir / Les Échos,‎ (lire en ligne).
  43. Biographie Who's Who, édition 2012, p. 387.
  44. France Télécom - Document de référence 2003 : Conditions de cessation de fonction, , 216 p. (lire en ligne [PDF]), p. 144.
  45. a et b The 100 Best-Performing CEOs in the World Harvard Business Review, janvier 2010.
  46. Thierry Breton nommé à la tête d'Atos Origin L'Express, .
  47. a et b Valérie Collet, « Thierry Breton, nommé PDG d'Atos, veut doper les profits », Le Figaro, .
  48. « ATOS : En forte hausse après la nomination de T. Breton », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  49. (en) « Thierry Breton : Atos lui va bien ».
  50. (en) « Atos et Siemens finalisent l’acquisition de Siemens IT Solutions and Services par Atos ».
  51. « Atos et Siemens finalisent l’acquisition de Siemens IT Solutions and Services par Atos », sur Siemens, .
  52. « Atos Origin devient le numéro deux européen de l’infogérance », 01 Net,‎ (lire en ligne).
  53. Gwénaelle Barzic, « Le partenariat entre Atos et Siemens salué par le marché », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne).
  54. « Les 5 questions que pose le rachat de Bull par Atos », 01 Business,‎ (lire en ligne).
  55. « Les coopérations entre entreprises françaises et allemandes », sur Portail franco-allemand (consulté le 19 mai 2015).
  56. a et b Sandrine Cassini, « Atos et Siemens apprennent à unir leurs forces », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  57. Jean-Claude Bourbon, « Atos, « l’Airbus » des services informatiques », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 21 mars 2017).
  58. Laurence Boisseau, « Les entreprises séduites par le statut de société européenne », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  59. Sabine Delanglade, « Ces SSII qui se rapprochent de l'Allemagne », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  60. « Les dix propositions du plan cloud de Thierry Breton et Octave Klaba », 01 Net,‎ (lire en ligne).
  61. Benjamin Ferran, « Atos veut racheter Bull pour devenir leader européen du cloud et de la cybersécurité », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  62. « Atos : Thierry Breton raide de Bull »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Le Revenu, .
  63. « Le français Atos décolle après avoir racheté un bout de Xerox », Libération,‎ (lire en ligne).
  64. a et b Romain Gueugneau, « La SSII a doublé de taille en six ans », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  65. (en) Atos boss Thierry Breton defends his internal email ban BBC News, .
  66. Tribune de Caroline Sauvajol-Rialland : « Objectif Zero email, Thierry Breton précurseur ? », Le Monde informatique, .
  67. « Thierry Breton l'insaisissable », lesechos.fr.
  68. « Palmarès des employeurs 2013 : Retour aux valeurs sûres », L'Express.fr, .
  69. Maryse Gros, « Programme Quantum : Atos explore le quantique pour l'IA et le chiffrement », Le Monde Informatique,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2017).
  70. AFP/Reuters, « Thierry Breton remplace Philippe Germond à la tête d'Atos Origin », L'Expansion,‎ (lire en ligne).
  71. a et b « Thierry Breton, PDG d'Atos, industriel de l'année 2016 - Informatique », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2016).
  72. Sandrine Cassini, « Thierry Breton, le saut quantique d’Atos », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 21 mars 2017).
  73. « Mérite-t-il son salaire ? », Capital,‎ , p. 15.
  74. « Thierry Breton crée deux leaders mondiaux à partir d’un seul », sur www.wansquare.com (consulté le 7 juin 2019).
  75. Laurence Boisseau, « Atos va faire voter sa raison d'être à ses actionnaires », sur Les Echos, (consulté le 8 juin 2019).
  76. AFP, « Thierry Breton, le nouveau choix de Macron pour la Commission européenne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2020).
  77. AFP, « Pour entrer à la Commission européenne, Thierry Breton a bien cédé la totalité de ses actions », BFM Business (consulté le 5 février 2020).
  78. a et b Odile Benyahia-Kouider, « Pour séduire Bruxelles, le futur commissaire Breton se repeint en Monsieur Modeste », Le Canard Enchaîné, no 5165,‎ .
  79. AFP, « Commission européenne : le candidat français Thierry Breton cède toutes ses actions », L'Express, (consulté le 5 février 2020).
  80. Emmanuel Berretta, « UE : comment Thierry Breton compte éviter les conflits d'intérêts », sur Le Point, (consulté le 5 février 2020).
  81. François Clemenceau et Gaël Vaillant, « Commission européenne : Thierry Breton va devoir convaincre jeudi », JDD (consulté le 5 février 2020).
  82. Rédaction Anticor, « Anticor porte plainte avec constitution de partie civile dans le dossier des radars automatiques | ANTICOR » (consulté le 29 octobre 2019).
  83. A. R., AFP, « Commission européenne : Thierry Breton ciblé par une nouvelle plainte d’Anticor », Le Parisien, (consulté le 8 novembre 2019).
  84. AFP, « Anticor veut relancer une enquête où apparaît Thierry Breton », 20 Minutes (consulté le 9 novembre 2019).
  85. AFP, « Radars automatiques: enquête pour «favoritisme» », sur Le Figaro.fr, (consulté le 8 novembre 2019).
  86. Isabelle Marchais, « Thierry Breton réussit haut la main son grand oral devant les députés européens », sur L'Opinion, (consulté le 5 février 2020).
  87. « Le futur commissaire français Thierry Breton a réussi son grand oral devant les députés européens »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), RTBF Info, (consulté le 5 février 2020).
  88. r Jean-Pierre Stroobants et Virginie Malingre, « Commission européenne : Thierry Breton adoubé par les eurodéputés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2020).
  89. (en) « CV Thierry Breton - Archives 200-2007 du Conseil stratégique des technologies de l'information ».
  90. Historique du télétravail sur le site Télétravail et formation.
  91. Sébastien Dufil, « Thierry Breton », sur Edubourse, .
  92. David Monein, Le télétravail : la nécessaire création d'un statut spécifique ?, , 126 p..
  93. « Bercy : Raffarin confirme la piste Breton », L'Express,‎ (lire en ligne)
  94. AFP, « Thierry Breton succède à Hervé Gaymard aux finances », Le Monde, .
  95. « Qui est Thierry Breton, patron du Cac 40 et politique libéral controversé ? », RT France,‎ (lire en ligne)
  96. Reuters, « Déficits publics : Thierry Breton s'engage à mener une politique de rigueur », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  97. « Breton : « La France vit au-dessus de ses moyens » », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  98. « Petite histoire des plans de rigueur », France Culture,‎ (lire en ligne).
  99. Interview de Thierry Breton au journal "la Tribune", .
  100. « Dette publique : la mission Pébereau », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  101. Rapport officiel - Rompre avec la facilité de la dette publique - Pour des finances publiques au service de notre croissance économique et de notre cohésion sociale, La Documentation Française, , 189 p. (lire en ligne).
  102. « Breton s'engage à réduire les déficits », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne).
  103. "La France vit au-dessus de ses moyens", TF1.fr, .
  104. « La Commission recommande d’abroger la procédure de déficit excessif engagée à l'égard de la France », Commission européenne,‎ (europa.eu/rapid/press-release_IP-06-1646_fr.pdf).
  105. « Les comptes des administrations publiques en 2005 », sur INSEE (consulté le 12 janvier 2015).
  106. a et b Claire Guélaud, « Chômage : la controverse rebondit », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  107. Cyrille Lachèvre, Olivier Auguste et Raphaël Legendre, « Budget : les vrais chiffres de la disette », L'Opinion,‎ (lire en ligne).
  108. Contexte national et international : une croissance mondiale toujours forte, site de l'INSEE.
  109. « Le Sénat vote la "modernisation" », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne).
  110. Caroline Lechantre et Philippe Guillaume, « Thierry Breton annonce une mesure en faveur des actionnaires familiaux », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  111. « Nouveau barème de l'impôt sur le revenu », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne).
  112. AFP, « En 2006, la déclaration de revenus sera pré-remplie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  113. Maurice Lévy et Jean-Pierre Jouyet, L'immatériel, la croissance de demain, Le Figaro.fr, .
  114. a et b Rapport d’activité 2007-2008 de l’Agence du patrimoine immatériel de l’État.
  115. Arrêté du portant création de l’Agence du patrimoine immatériel de l’État, Légifrance.
  116. Le portail de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieur.
  117. « Premier Conseil des ministres fini, la famille Bétancourt pleine d'espoir », 20 Minutes,‎ (lire en ligne).
  118. AFP, « Commission européenne: Macron propose Thierry Breton après le rejet de Sylvie Goulard », sur lefigaro.fr, .
  119. AFP, « Les eurodéputés approuvent la candidature de Thierry Breton comme commissaire européen », BFM Business, .
  120. Philippe Schilde, « A Troyes, une oasis technologique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2019).
  121. Thierry Breton Senior Lecturer of Business Administration.
  122. « Thierry Breton, 'meilleur prof d'Harvard' », L'Étudiant (consulté le 7 juin 2019).
  123. a et b « Sorbonne Université va collecter 100 millions d’euros auprès des donateurs », sur Focus Campus (consulté le 8 juin 2019).
  124. « Sorbonne Université, première française dans le classement de Shanghai », sur leparisien.fr, (consulté le 8 juin 2019).
  125. AFP, « Classement de Shanghaï : les universités américaines en tête, Sorbonne Université à la 36e place », Ouest France,‎ (lire en ligne).
  126. AFP, « Une campagne de levée de fonds record pour Sorbonne Université », sur Europe 1 (consulté le 8 juin 2019).
  127. AFP, « Sorbonne Université lance une campagne de levée de fonds inédite », sur Le Point, (consulté le 8 juin 2019).
  128. « Thierry Breton plaide pour un fonds européen pour la défense »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lesechos.fr (consulté le 8 mars 2016).
  129. (de) Christian Schubert, « Ex-Minister Breton „Wir brauchen einen Sicherheitsfonds“ », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne, consulté le 8 mars 2016).
  130. Thierry Breton, Free menace l'innovation dans les Télécoms », Le Monde, .
  131. Xavier Niel, Free Mobile : mythes et réalités, Les Échos, .
  132. Philippe Silberzahn, http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/social/emploi/221148240/thierry-breton-menace-linnovation-lemploi-et-consommateurs-« Thierry Breton menace l'innovation, l'emploi et les consommateurs dans les télécoms »], Le Cercle Les Échos, .
  133. Thierry Breton, interviewé par Jacques-Olivier Martin, « Thierry Breton : "Créons un fonds européen de défense" », Le Figaro, encart « Économie », samedi 19 / dimanche .
  134. J. R., « Thierry Breton, l'ancien ministre de l'Economie de Jacques Chirac "appelle à soutenir" Emmanuel Macron », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  135. « Prix Nobel de la paix : Jacques Chirac candidat », sur Le Point, (consulté le 15 octobre 2019).
  136. « Prix Nobel de la paix: et pourquoi pas Chirac? », sur LExpress.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  137. Céline Hussonnois-Alaya, « Le Prix Nobel de la paix pour l'ancien président Jacques Chirac? », sur BFM TV (consulté le 15 octobre 2019).
  138. a et b Laurent Mauduit, « Le PDG de Bercy Thierry Breton », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2019).
  139. « Thierry Breton : du business aux romans-fictions (VIDEO) » (consulté le 7 juin 2019).
  140. Fiche IMDb.
  141. a b c et d Frédérique Roussel, « Thierry Breton, intelligence artificielle », sur Libération.fr, (consulté le 7 juin 2019).
  142. P. L., « Les premiers " Gutenberg " du livre : Hector Bianciotti couronné », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2019).
  143. « http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/thierry-breton-le-parcours-et-la-methode_1387500.html », L'Expansion,‎ (lire en ligne).
  144. « Thierry Breton, un proche de l'Elysée sauveur d'entreprises », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2019)
  145. (en) Julien Martin, « Rhodia : accusé de « trucages », le gendarme boursier débouté », Rue89 Eco,
  146. Ghislaine Ottenheimer et Daniel Lebard, « L’Affaire, l’histoire du plus grand scandale financier », Seuil
  147. Le Point.fr, « Thierry Breton obtient la condamnation de l'auteur d'un livre sur Rhodia », sur lepoint.fr, (consulté le 14 août 2020).
  148. Curriculum vitæ de Thierry Breton sur le site du Conseil stratégique des technologies de l'information
  149. Thierry Breton siège chez Carrefour Le Figaro du 28 juillet 2008
  150. Carnet des Échos, Les Échos, 29 janvier 2013
  151. « Thierry Breton entre à l’Académie des technologies », sur usine-digitale.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  152. « Thierry Breton: «Atteignez 15000 étudiants, sinon vous n’existerez plus!» », sur Journal L'Est Éclair abonné, (consulté le 15 octobre 2019)
  153. « Trois grands chantiers numériques pour la Nouvelle France Industrielle », L'Informaticien,‎ (lire en ligne)
  154. « ANRT : Thierry Breton », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  155. Article de Stratégies.fr sur Le Siècle
  156. « Arnault a transféré ses actions en Belgique fin 2011 », Société, Le Figaro Économie, (consulté le 25 février 2013)
  157. Décret du 31/12/2015
  158. Décret du 2 mai 2012 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier sur Légifrance
  159. « The Global Leaders of Tomorrow (GLT) Community », sur Site du World Economic Forum
  160. « Thierry Breton, stratège du cloud », Cadre et Dirigeant Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2017)
  161. « Thierry Breton, l'insaisissable », sur Les Echos,
  162. « 24.09.2015 - Ehrung für Bildungsminister Dr. Ludwig Spaenle und Frankreichs Finanzminister a.D. Thierry Breton | Bayerischer Landtag », sur www.bayern.landtag.de (consulté le 18 octobre 2015)
  163. « Les meilleurs patrons du monde », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Cabanel, « Thierry Breton », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 476-477 (ISBN 978-2846211901)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]