Arlette Chabot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chabot.
Arlette Chabot
Image illustrative de l'article Arlette Chabot
Arlette Chabot en avril 2009.

Naissance (64 ans)
Chartres (Eure-et-Loir)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Journaliste
Autres activités Animatrice de radio et de télévision
Années d'activité depuis 1973
Médias
Pays Drapeau de la France France
Télévision TF1, France 2, LCI
Radio France Inter, Europe 1

Arlette Chabot, née le à Chartres, est une journaliste et animatrice de radio et de télévision française.

Après avoir travaillé chez France Inter et TF1, elle intègre France 2 en 1992, où elle occupe différents postes à responsabilités : directrice adjointe de l'information puis de la rédaction de 1994 à 1996, et directrice générale adjointe chargée de l’information de 2004 à 2010. Elle est connue pour avoir présenté les émissions Mots Croisés de 1997 à 2005, puis À vous de juger jusqu'en 2011. Après avoir été débarquée de la chaîne publique, elle dirige la rédaction d'Europe 1 pendant la saison 2011/2012. Depuis 2014, elle intervient dans Le débat des grandes voix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Après une éducation catholique chez les sœurs dominicaines, elle choisit d'étudier le droit puis s'oriente vers une école de télévision[1].

1973 - 1990 : France Inter et TF1[modifier | modifier le code]

En 1973, Arlette Chabot débute à la rédaction d'Inter TV comme simple reporter. Ce service de l'ORTF, rattaché au ministère français des Affaires étrangères, était spécialisé dans la réalisation de reportages à destination de la coopération internationale, notamment vers l'Afrique[2].

L'année suivante, en 1984, elle entre au service politique de France Inter comme stagiaire[3] sous la direction de Michèle Cotta[4] et présente les journaux du matin de la station[5]. Elle finit par diriger le service politique jusqu'en 1984[4].

En 1984, elle quitte la radio pour la télévision et intègre la rédaction de TF1, alors première chaîne publique du paysage audiovisuel français[3]. Elle y retrouve le même poste que précédemment : chef adjointe puis chef du service politique[5]. En 1989, elle quitte son poste à la suite de l'arrivée de l'éditorialiste Gérard Carreyrou, elle se consacre alors aux reportages[1]. Mais elle a l'impression d'être « mise dans un placard doré » et décide donc de quitter la chaîne[2].

1990 - 2011 : France Télévision[modifier | modifier le code]

En 1990, elle rejoint la rédaction nationale de FR3 où elle est nommée rédactrice en chef du service politique et économique[5]. En 1992, elle mutée au même poste à la rédaction de France 2. Sa nomination n'est pas acceptée par les journalistes de son service et en signe de protestation ils ne viennent pas travailler pour son premier jour[2]. En février 1994, elle devient directrice adjointe de l'information de France 2, puis directrice adjointe de la rédaction en juillet 1996[6].

Pendant la campagne présidentielle de 1995, elle est accu­sée d’avoir affi­ché son soutien au candi­dat Édouard Balladur, en demandant à Jacques Chirac, lors d'une interview le 9 janvier, s'il souhaitait se retirer au regard de ses faibles chances[7]. Chirac est élu quatre mois plus tard, et en 1996, elle est démise de ses fonctions lorsque Pierre-Henri Arnstam devient directeur de l'information[2].

À partir de septembre 1997, elle mène les débats dans l'émission Mots Croisés, tout d'abord avec Alain Duhamel jusqu'en juin 2001[1], puis seule jusqu'en septembre 2005, date à laquelle lui succède Yves Calvi[8].

Le 2 mars 2004, elle devient la nouvelle directrice générale adjointe chargée de l’information de France 2, à la suite de la démission d'Olivier Mazerolle[6] et la « gaffe Alain Juppé »[N 1]. Sa première mesure est de remplacer Daniel Bilalian par Christophe Hondelatte à la tête du journal de 13 heures à la rentrée[9]. Mais les innovations qu'elle met en place ne prennent pas, échouant à combler l'écart d'audience avec TF1. Arlette Chabot doit également faire face à une série de critiques, tant internes qu'externes, visant sa gestion de l'information au sein de la rédaction de France 2[10]. Christophe Hondelatte quitte le 13h sur un coup de tête le [11]. En 2006, la Société des journalistes désavoue Arlette Chabot dans son choix de recruter Laurent Delahousse comme joker du journal de 20 heures, ne comprenant pas qu'un ancien de M6 ait été préféré à plusieurs journalistes de France 2 qui auraient selon eux légitimement pu prétendre à ce poste. Ces syndicats avaient déjà exprimés être inquiets de la crédibilité de la rédaction à la suite du mariage en juillet 2005 de Béatrice Schönberg, présentatrice des journaux du week-end, avec l'homme politique Jean-Louis Borloo[12],[13].

Parallèlement à ses fonctions de directrice, elle anime depuis octobre 2005 À vous de juger, un magazine politique mensuel de France 2[1].

Le 2 mai 2007, Arlette Chabot coprésente avec Patrick Poivre d'Arvor le débat télévisé du second tour de l'élection présidentielle entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal[14].

Alors que Rémy Pflimlin est nommé à la présidence de France Télévisions le 21 juillet 2010 par le président de la République Nicolas Sarkozy, Arlette Chabot est remerciée de son poste de directrice de l'information du groupe et remplacée par Thierry Thuillier[15]. Christophe Hondelatte explique deux mois plus tard que l'éviction d'Arlette Chabot est dû à Nicolas Sarkozy, ivre de colère et indigné que le service public évoque son divorce avec Cécilia Attias[16].

Le 30 septembre 2010, la chaîne Public Sénat annonce l'arrivée d'Arlette Chabot comme chroniqueuse dans ses émissions d'information[17].

Le 12 février 2011, elle annonce qu'elle quitte France 2 par un commun accord avec la chaine, après les deux dernières émissions d'À vous de juger de mars et avril 2011[18].

Depuis 2011 : Europe 1 et LCI[modifier | modifier le code]

Le 14 février 2011, la radio Europe 1 annonce son arrivée à la tête de la rédaction à partir du 4 mars 2011[19]. Depuis le , elle anime également l'interview politique dans Europe 1 Soir vers 18h40[20]. En mai 2012, Denis Olivennes, patron de la radio, annonce qu'elle sera remplacée à son poste de directrice par Fabien Namias dans l'été. Elle reste cependant dans la station en tant que conseillère pour l’information auprès d'Olivennes, ainsi que pour « faire de l’antenne »[21]. En juillet 2012, en dédommagement de son éviction, elle récupère le poste d'Emmanuel Faux à la présentation de C’est arrivé cette semaine et C’est arrivé demain le week-end, et arrête son interview quotidienne de 18h40[22]. À la rentrée 2014, elle est remplacée dans ses deux émissions par David Abiker, et intègre Le débat des grandes voix qui passe en quotidienne[23].

À la rentrée 2013, elle rejoint la matinale de LCI pour un édito[24].

En septembre 2015, suite au départ de Michel Field, elle lui succède à la présentation de l'émission Politiquement Show sur LCI.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Mazerolle donne l'information au présentateur du journal télévisé de 20h, David Pujadas, qu'Alain Juppé se retire de la vie politique au moment où ce dernier annonce le contraire sur la chaine concurrente TF1.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Arlette Chabot, lutteuse de l'information », sur Le Nouvel Observateur,‎ .
  2. a, b, c et d Emmanuel Berretta, « Arlette Chabot quitte France 2 », sur Le Point,‎ .
  3. a et b « Biographie d'Arlette Chabot », sur Première (consulté le 13 janvier 2015).
  4. a et b « Biographie d'Arlette Chabot », sur purepeople.com (consulté le 13 janvier 2015).
  5. a, b et c « Biographie d'Arlette Chabot », sur PureMédias (consulté le 13 janvier 2015).
  6. a et b « Arlette Chabot remplace Olivier Mazerolle », sur Le Nouvel Observateur,‎ .
  7. Pascal Virot, « En 1995, Chirac ébranlé par Arlette Chabot », sur Libération,‎ .
  8. M.P., « Premiers « Mots croisés » pour Yves Calvi », sur Le Parisien,‎ .
  9. Stéphane Lepoittevin, « Christophe Hondelatte lance « son » 13 Heures », sur Le Parisien,‎ .
  10. « La rédaction de France 2 critique le JT de 20h00 », sur Le Nouvel Observateur,‎ .
  11. Isabelle Roberts, « Hondelatte prend la mouche et la porte », sur Libération,‎ .
  12. Thibaut Le Breton, « Laurent Delahousse : coup double pour le 20 heures », sur toutelatele.com,‎ .
  13. « Béatrice Schönberg quitte le JT », sur 20 minutes,‎ .
  14. « Face-à-face Royal-Sarkozy », sur 20 minutes,‎
  15. Daniel Psenny, « Arlette Chabot va quitter la direction de l'information de France 2 », sur Le Monde,‎ .
  16. « La version de Christophe Hondelatte sur l'éviction d'Arlette Chabot », sur Le Point,‎ .
  17. « Arlette Chabot sur Public Sénat », sur Challenges,‎ .
  18. « Arlette Chabot quitte France 2 », sur Libération,‎ .
  19. Charles Decant, « Arlette Chabot arrive sur Europe 1 », sur PureMédias,‎ .
  20. Delphine Le Goff, « Arlette Chabot assurera une interview politique de 18h40 sur Europe 1 », sur Stratégies,‎ .
  21. « Fabien Namias (France 2) remplace Arlette Chabot comme directeur de la rédaction d'Europe 1 », sur Libération,‎ .
  22. Aude Dassonville, « Europe 1 : Arlette Chabot déloge Emmanuel Faux, le successeur de Dominique Souchier », sur Télérama,‎ .
  23. Benoit Daragon, « "Des clics et des claques" s'arrête, David Abiker remplace Arlette Chabot, Guy Birenbaum quitte Europe 1 », sur PureMédias,‎ .
  24. Kevin Boucher, « Arlette Chabot et Michel Field à la matinale de LCI à la rentrée », sur PureMédias,‎ .
  25. Julien Mielcarek, « Chabot et Aphatie primés par la ministre de la Culture », sur PureMédias,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]