Covéa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Covéa
logo de Covéa

Création 1999, sous forme de SRM
par MAAF & MMA
Dates clés 2003 : transformation en SGAM
2005 : adhésion de la GMF
Fondateurs Jean-Claude Seys
Forme juridique Société de groupe d’assurance mutuelle (SGAM)
Slogan « Groupe d'assurance mutualiste engagé »
Siège social 86-90 rue Saint Lazare
75009 Paris
Drapeau de la France France
Direction Michel Gougnard, Président

Thierry Derez, Directeur Général

Activité Assurance
Produits Assurance, services, produits financiers
Sociétés sœurs PartnerRe, GMF, MAAF, MMA[1]
Filiales APGIS, Fidelia Assistance, Assurland...
Effectif 23 000 (en 2021, dont 21 000 en France)
SIREN 450 527 916
Site web www.covea.eu

Fonds propres 15,2 milliards d'euros (2018 données groupe)
Volume des primes 19,1 milliards d'euros en 2021 (primes acquises données groupe)
Résultat net 838 millions d'euros (2021 données groupe)

Covéa est une société de groupe d’assurance mutuelle (SGAM) française réunissant notamment les marques MAAF, MMA et GMF. Premier assureur de biens et de responsabilité pour les particuliers en France en 2019[2] et second assureur des professionnels et des entreprises. Créé en 1999 sous la forme d'une société de réassurance mutuelle regroupant MAAF et MMA, le groupe Covéa devient une SGAM dès la création du statut en 2003, puis intègre GMF en 2005. Son siège social se situe à Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1999, à l’initiative de la Mutuelle d'assurance des artisans de France (MAAF) et des Mutuelles du Mans Assurances (MMA) , la société de réassurance mutuelle Covéa est fondée. En 2000, elle rejoint l'alliance européenne EurAPCo. En 2001, elle crée sa première filiale, Covéa Fleet, que suivront Covéa Risks, Covéa Caution.

En 2002, sous l'impulsion du groupement des entreprises mutuelles d'assurance (GEMA), les pouvoirs publics reconnaissent le statut de société de groupe d’assurance mutuelle (SGAM). Les sociétés d’inspiration similaire peuvent alors se rapprocher grâce à cette forme juridique : en 2003, Covéa se transforme en SGAM.

En 2005, AZUR-GMF, dirigé par Thierry Derez, rejoint Covéa. Quatre familles de mutuelles d’assurances composent désormais la SGAM Covéa, avec un credo : se rassembler sans se ressembler. Covéa devient leader en assurances de dommages aux biens[3].

En 2006, Azur Assurances se sépare de GMF et intègre MMA. Une nouvelle société de gestion, Covéa Finance, se crée, née de la fusion de Boissy Gestion (GMF) et MAAF Gestion[4]. Cette même année, pour développer leur activité d'assurbanque, MAAF & MMA concluent un partenariat avec les Banques Populaires, en acquérant 34 % du capital de leur filiale Société de Banque et d'Expansion (SBE), une banque en ligne, rebaptisée à cette occasion MA Banque[5].

En 2007, Thierry Derez devient le Président à la fois des MMA, la MAAF et de la GMF[6]. Covéa Finance lance un investissement socialement responsable, intégralement investi en actions, promouvant la finance solidaire du lien social en France[7].

En 2008, Thierry Derez devient le Président-directeur général de Covéa, en remplacement de Jean-Claude Seys[6]. Covéa constitue un groupe d’intégration fiscale à partir du 1er janvier[8]. La filiale d'assistance, Fidélia, crée la coentreprise Astrum Assistance Alliance, pool d'assistance européen réunissant quatre autres opérateurs[9]. Covéa fait l'acquisition d'Empruntis (groupe Panoranet)[10] pour environ 100 millions d'euros. Les conséquences de la crise financière qui a débuté en 2007 font avorter le projet d'adhésion de la mutuelle belge Ethias (déjà partenaire de la GMF) à Covéa. Afin de maîtriser le coût des sinistres, Covéa développe une stratégie de mise en place de partenariats opérationnels, comme l'acquisition via Covéa AIS de 24 % du capital de Batirenover[11], société de conseil en travaux de construction & de rénovation, dont les actionnaires historiques sont GDF SUEZ & l'entreprise LAFARGE. En fin d'année, Covéa ouvre deux nouvelles Maisons des quatre pour traumatisés crâniens, en Région Centre en partenariat avec le SAMSAH[12].

En 2009, à l'occasion de la tempête Klaus, c'est l'utilisation pour la première fois en grandeur réelle de Coventeo[13] (modèle informatique développé par Covéa, destiné à l'évaluation des dégâts provoqués par les tempêtes)[14]. Empruntis perd 40 % de sa valeur, 10 mois après son acquisition par Covéa. En mars, Covéa participe à la création d'un think tank appelé l'Institut Diderot, sous forme de fonds de dotation[15]. La même année, Fidélia Assistance devient la société d'assistance unique pour tous les sociétaires et clients du Groupe.

En , Covéa quitte provisoirement le marché des assurances santé et prévoyance collectives lorsque MMA vend ses parts de la coentreprise Quatrem à Malakoff Médéric[16]. En mai, la fusion de MMA Finance avec Covéa Finance donne naissance à la 6e société de gestion dans le domaine de l'assurance.
En juillet, Covéa et son ancien président Jean-Claude Seys créent un nouveau fonds de dotation, Thôt, dont l'objectif est de soutenir la collaboration entre les entreprises et la recherche universitaire[17]. Les dotations de ses membres (MAAF, MMA, GMF & AMF) s'élèvent à la somme de 1,483 M et sont réinvesties essentiellement dans des actions des Presses universitaires de France. En octobre, Covéa AIS conclut un partenariat avec Leaseway (une société commercialisant des produits de financement automobile en location longue durée) pour fournir des véhicules de remplacement[18].

En 2011, Covéa se retire de Ma banque et se recentre sur la commercialisation des crédits[19]. Covéa Immobilier est créé sous forme de GIE pour regrouper les activités immobilières des trois enseignes pour la gestion des immeubles de placement et d'exploitation. Covéa acquiert, pour 500 000 , Broker France, (Broker France sera renommée Broker by Empruntis)[20], une société de courtage en crédit immobilier collaborant avec des agents immobiliers et des promoteurs, avec pour objectif de la rapprocher d'Empruntis (la société de courtage de crédit en ligne destinée au grand public). En avril, Covéa achète Provident Insurance à Car Care Plan (Holdings) Limited[21], une filiale de Ally Financial (ex GMAC) une compagnie américaine de services financiers. Puis, Covéa signe un accord de partenariat de bancassurance en vie et en IARD avec Banca Popolare di Milano, et fera l'acquisition, sous réserve des autorisations réglementaires, de 81 % du capital social de Bipiemme Vita S.p.A., société contrôlant 100 % de Bipiemme Assicurazioni S.p.A. (compagnie exerçant l'activité IARD).

En 2014, le Groupe annonce que sa stratégie, auparavant décidée au niveau de chacune des trois mutuelles, sera désormais définie au niveau du Groupe Covéa[22]. MAAF, MMA et GMF ne sont plus des enseignes mais deviennent des marques du Groupe. Ces dernières années, Covéa avait déjà évolué en se dotant de la Holding Covéa Coopérations, puis d’une direction générale assurances - dirigée par Christian Baudon, l’ancien patron de MMA. Un nouveau siège social qui regroupe toutes les directions générales est créé à Paris[23].

En février 2015, Covéa finalise au Royaume-Uni le rachat de Sterling Insurance[24] et procède à l'intégration du porte-feuille et des effectifs de Sterling à Covéa Insurance. En octobre, Covéa Coopérations devient une société de réassurance qui intégrera début 2017 les activités de réassurance acceptations internationales d’AM (Assurances Mutuelles de France), autre filiale du Groupe. Enfin, en novembre, Covéa Coopérations prend le contrôle de Cesvi France, le centre de recherche technique appliqué au domaine de l’assurance automobile, après rachat des parts détenues précédemment par Groupama[25].

En 2018, DAS Assurances Mutuelles, DAS SA et Assistance Protection Juridique (APJ), les sociétés de protection juridique du groupe Covéa, regroupent leurs activités pour devenir Covéa Protection Juridique[26]. Et Covéa cède Swinton Group, activité de courtage en assurance dommages, pour recentrer l’activité du Groupe au Royaume-Uni sur l’activité d’assurance[27].

En mars 2020, Covéa annonce l'acquisition de PartnerRe pour 9 milliards de dollars à Exor[28]. La décision sera par la suite annulé lors de la crise du Covid-19. En août 2020, Covéa annonce finalement un accord de partenariat de réassurance avec PartnerRe, et un accord-cadre de coopération avec sa holding financière Exor, avec des prévisions d'investissements de 750 millions d'euros sur 2021-2023[29]. En octobre 2021, un nouvel accord d'acquisition de 9 milliards de dollars est trouvé[30],[31]. Covéa annonce le 12 juillet 2022 avoir finalisé l'acquisition de PartnerRe auprès d'Exor pour un montant de 7,9 Mds €[32].

Début novembre 2020, Covéa est condamné par le tribunal de commerce de Paris à verser 20 millions d'euros à Scor[33]. Cette sanction intervient après que le PDG de Covéa, Thierry Derez, a utilisé en 2018 des données confidentielles afin de racheter Scor. Covéa et Thierry Derez font appel de cette condamnation[34].

Les conseils d'administration de Covéa et de Scor, réunis respectivement les 9 et 8 juin 2021, ont approuvé les points clés d'un protocole d'accord transactionnel, conclu le 10 juin 2021[35] entre Covéa SGAM, Covéa Coopérations et Scor SE, en présence du Vice-Président de l'ACPR[36]. Cet accord entre Covéa et Scor met fin aux actions judiciaires engagées à l'endroit de Covéa, Scor, leurs filiales, leurs dirigeants, leurs administrateurs et leurs collaborateurs[37].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

En juillet 2022, Michel Gougnard est nommé Président de Covéa et Thierry Derez est reconduit à son poste de Directeur général[38].

Le Directeur général de MAAF est Stéphane Duroule, le directeur général de MMA est Eric Lecuyer, et le directeur général de GMF est Jérôme Roncoroni.

Le Groupe est doté d'un conseil d'administration, élu par une assemblée générale constituée de l'ensemble du conseil d’administration de chacune des mutuelles affiliées. Le Groupe dispose également d'un comité de direction générale, afin de mettre en œuvre ses orientations dans chaque enseigne.

Par ailleurs, le groupe est adhérent à l'AMICE[39], l'EURAPCO et à la Fédération française de l'assurance.

Filiales[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Les Assurances Mutuelles de France (AM); l'APGIS, la SMI et Le Finistère Assurance sont des filiales de Covéa. Certaines filiales sont en outre spécialisées dans l'assurance (Covéa Protection Juridique), la réassurance (Covéa Lux et Covéa Coopérations), la gestion (Covéa Finance, Covéa Immobilier), les services (Assurland, Fidélia Assistance, Santéclair).

Covéa est à l'origine de la création du fonds de dotation de l'Institut Diderot, comme de Thôt, créé conjointement par Covéa et Jean-Claude Seys.

Covéa Affinity est une structure dédiée aux partenariats affinitaires du Groupe, et AGIR International une structure élaborée en collaboration avec les constructeurs de véhicules.

Participations internationales[modifier | modifier le code]

12 % des primes acquises 2019 proviennent des contributions des activités implantées à l'étranger.

Le développement sur la scène internationale permet à Covéa de s'affranchir des limites de croissance externe en France (les parts de marché déjà détenues par Covéa représentant près de 20 % du marché auto & MRH).

C'est aussi une solution de diversification géographique des risques, en réponse aux exigences de solvabilité imposées dans le secteur de l’assurance par les règles appelées "Solvabilité II".

Parmi les filiales internationales de Covéa, on compte la Capitale Assurances Générales (Québec), CSE Insurance Group (Civil Service Employees Insurance Group, basée en Californie), AME Life Lux au Luxembourg, et Covéa Insurance au Royaume-Uni.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Conformément à la loi dite « Sapin 2 » relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, Covéa est inscrit au répertoire des représentants d’intérêts tenu par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP). Pour l’année 2019, Covéa a déclaré des dépenses comprises entre 400 000 et 500 000 euros et deux personnes employées dans le cadre de l'activité de représentation d'intérêts[40],[41].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Covéa est inscrit depuis 2013 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2016 pour cette activité 1 équivalent à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 50 000 et 100 000 euros [42].

Références[modifier | modifier le code]

  1. GMF, MAAF, MMA sont des mutuelles réunies en SGAM, société nommée Covéa.
  2. La rédaction, « Top 20 France : Assurance de biens et de responsabilité, personnaliser pour fidéliser (Dossier) », L'Argus de l'assurance,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. www.covea.eu, « Adhésion d'Azur et de Covéa », (consulté en )
  4. Agefi. Article du 22/04/2010
  5. L'argus de l'assurance, 2006
  6. a et b « MMA : Jean-Claude Seys cède la présidence à Thierry Derez - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  7. Novethic, 22/07/2009,
  8. Source : rapport Altaven
  9. « CINQ ASSISTEURS CRÉENT ASTRUM ASSISTANCE ALLIANCE », L'Argus de l'assurance,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Covéa élargit son offre et son expérience internet avec l’acquisition d’Empruntis - Actualités Asset Management », L'AGEFI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. FLORIANE BOZZO, « Covéa investit dans le réseau Bâtirénover », L'Argus de l'assurance,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. Topsante.com, « Les Maisons des quatre aident les traumatisés crâniens à se réinsérer », Topsante.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse », la lettre de SIG (mensuel des Systèmes d'Information Géographiques, (consulté le )
  14. l'argus de l'assurance, 23/01/2009
  15. « Quand les assureurs en appellent aux philosophes », sur Le Monde.fr (consulté le )
  16. Agefi, 28 janvier 2010
  17. « Fonds de dotation Thot », sur journal-officiel.gouv.fr,
  18. ESTELLE DURAND, « Gestion de sinistres auto : Covéa AIS s’allie à un fournisseur de peinture », L'Argus de l'assurance,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. Challenges.fr, le 04/01/2011. https://www.challenges.fr/actualites/finance_et_marches/20110104.CHA1806/bpce_cede_ma_banque_a_cofidis_credit_mutuel.html
  20. AFP, 05/01/2011. news-banque.com
  21. FLORIANE BOZZO, « Covéa : feu vert pour la prise de contrôle de Provident Insurance », L'Argus de l'assurance,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Covéa centralise la stratégie de ses mutuelles », sur Les Echos,
  23. « Un nouveau siège social pour le Groupe Covéa | Assurance & Banque 2.0 », Assurance & Banque 2.0,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Le Point, magazine, « Covea finalise le rachat de Sterling Insurance après le feu vert du Royaume-Uni », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « Covea, propriétaire à 90 % du Cesvi – L'argus PRO », sur pro.largus.fr (consulté le )
  26. « Protection juridique : Covéa unit ses forces », sur pro.largus.fr (consulté le )
  27. « Covéa cède son activité de courtage au Royaume-Uuni », sur pro.largus.fr (consulté le )
  28. « Assurance : Covéa annonce le rachat de PartnerRe pour 9 milliards de dollars », sur Les Echos,
  29. BFM BUSINESS, « A défaut de rachat, Covea noue un accord avec le réassureur Partner Re », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  30. (en) Giulio Piovaccari and Valentina Za et Valentina Za, « Agnellis seal $9 bln PartnerRe reinsurer sale on pre-pandemic terms », sur Reuters,
  31. Solenn Poullennec, « Assurance : Covéa met de nouveau 9 milliards de dollars sur la table pour acheter PartnerRe », sur Les Echos,
  32. « Covéa refond sa gouvernance et boucle le rachat de PartnerRe », sur Les Echos, (consulté le )
  33. « Assurance : Covéa condamné à verser 19 millions d'euros à Scor », sur Les Echos, (consulté le )
  34. « Assurance : Covéa et son patron condamnés à verser 20 millions d’euros à Scor », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. « SCOR et Covéa trouvent un accord, sans passer devant le juge », (consulté le )
  36. « Assurance : entre SCOR et Covéa, la fin d’une guerre fratricide de près de trois ans », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Covéa, SCOR : fini de chicaner », sur Les Echos, (consulté le )
  38. « Deux-Sèvres. Covéa rachète PartnerRe pour 7,9 milliards d’euros »,
  39. http://www.aisam.org
  40. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le )
  41. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  42. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]