David Pujadas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pujadas.
David Pujadas
Image illustrative de l'article David Pujadas
David Pujadas en 2012.

Naissance (52 ans)
Barcelone, Espagne
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Spécialité Présentateur du journal télévisé de France 2 (2001-2017)
Autres activités Animateur de télévision
Écrivain
Années d'activité depuis 1989
Distinctions honorifiques prix jean d'Arcy
prix Roland-Dorgelès
Médias
Média principal Télévision
Pays France
Télévision Journal de 20 heures (France 2)
Des paroles et des actes (France 2)
Madame, Monsieur, bonsoir (France 5)
Les Infiltrés (France 2)
L'Émission politique
(France 2)
Fonction Présentateur, animateur

David Pujadas, né le à Barcelone (Espagne), est un journaliste français.

Reporter et présentateur de journal au sein du groupe TF1 de 1989 à 2001, il est, du au le présentateur du journal de 20 heures de France 2, détenant sur cette chaîne le record de longévité à ce poste[1].

Il officie également en tant qu'animateur de plusieurs émissions politiques ou de société, comme notamment Des paroles et des actes, Les Infiltrés ou L'Émission politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

David Pujadas naît à Barcelone d'un père espagnol, Rosendo Pujadas, traducteur, et d'une mère française, Françoise Redon, interprète[2]. Son père arrête l'école à 13 ans et travaille pendant quatre ans dans les marchés de Barcelone avant de faire le tour de l'Europe et de finalement devenir interprète. La famille de David Pujadas quitte l'Espagne peu après sa naissance pour s'installer en France, dans l'Ain. Ils retournent à Madrid pendant six mois alors que David a 10 ans avant de s'installer définitivement à Ferney-Voltaire, où son père travaille comme interprète pour des organisations internationales.

Il étudie au lycée international de Ferney-Voltaire (Ain)[3] avant de déménager à Aix-en-Provence pour une licence en sciences économiques à l'université de la Méditerranée Aix-Marseille II. Il rejoint ensuite l'Institut d'études politiques de Paris, dans la même promotion que Jean-François Copé, Anne Roumanoff et Isabelle Giordano. En 1984, à 20 ans, il effectue un stage de quatre mois à Nice-Matin. Il déclare plus tard que c'est ce stage qui lui a donné envie de devenir journaliste[4].

Diplômé de l'IEP Paris, il intègre le Centre de formation des journalistes de Paris en 1986 et obtient son diplôme en 1988[2].

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

1989-1994 : reporter sur TF1[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d’un concours de reporters organisé par TF1 en 1988, David Pujadas gagne le prix Jean d'Arcy[4]. La figure imposée est un reportage sur les Parisiens qui préfèrent passer l'été dans la capitale. La récompense est un an de contrat à TF1. Il y devient alors reporter. En mai 1989, il couvre l'arrestation du Paul Touvier, premier Français condamné pour crime contre l'humanité. David Pujadas est alors le seul journaliste à avoir pu pénétrer dans le prieuré de Nice où s'était réfugié Paul Touvier.[réf. souhaitée]

Il devient rapidement reporter au service étranger et couvre notamment la chute de Nicolae Ceaușescu en Roumanie en 1989, la guerre du Golfe en 1991 et le siège de Sarajevo en 1992[2]. Il présente aussi les journaux du matin et de 23 heures, pendant les vacances des titulaires du poste, en 1992 et 1993[5].

Parallèlement, de 1990 à 1994, il mène des enquêtes pour le magazine d’investigation de Charles Villeneuve, Le Droit de savoir[2].

En 1994, alors reporter pour l'émission de TF1 Le Droit de savoir, il s'oppose à la censure d'un passage d'un de ses reportages sur Bernard Tapie[6]. L'émission ne plait pas à l'homme politique marseillais[7]. Selon Jérôme Bellay, fondateur de LCI, ce sujet, qui « n'était pas très sympathique pour Bernard Tapie », aurait fâché ce dernier qui aurait réclamé son départ de TF1[7]. Un des dirigeants de TF1 aurait alors autorisé Jérôme Bellay à engager David Pujadas pour sa nouvelle chaîne d'information en continu[7].

1994-2001 : présentateur sur LCI[modifier | modifier le code]

Fin , David Pujadas rejoint LCI, la nouvelle chaîne d'information en continu du groupe TF1 où il présente régulièrement des journaux jusqu'en 1996[5]. À partir de , il assure la présentation du Grand Journal de 18 à 19 h avec Ruth Elkrief jusqu'en 1997, puis en solo jusqu'en 2000, où il crée le magazine hebdomadaire 100 % politique[5] qu'il coanime avec Patrick Buisson jusqu'en 2001.

2001 - 2017 : présentateur du 20 heures de France 2[modifier | modifier le code]

Le , David Pujadas remplace Claude Sérillon à la présentation du journal de 20 heures de France 2, du lundi au jeudi, à la demande du nouveau directeur de l'information Olivier Mazerolle[2].

Quelques jours après son arrivée, lors des attentats du 11 septembre 2001, il est filmé dans son bureau en train de s'écrier « Wouah, génial ! », devant les images du second avion percutant l'une des tours jumelles du World Trade Center, l'un de ses collègues comparant l'événement, considéré alors comme un accident, au crash du Concorde en juillet 2000 (« Alors là, c'est mieux que le Concorde, on est battus »)[8]. La diffusion de cet épisode par Canal+, le 14 septembre, dans l'émission + Clair, au sein d'un reportage sur les coulisses du journal télévisé de 20 heures de France 2 le 11 septembre, fait scandale et le contraint à des excuses[9].

En 2002, il se voit confier la présentation des soirées électorales[10],[11], fonction qu'il gardera en 2007[12], 2012[12] et 2017.

Alors qu'il obtient plus de 24,7 %[7] de part de marché, contre 22 % en 2001[7], le journal de 20 heures de France 2 fait l'objet d'une polémique au début 2004, l'équipe de rédaction ayant décidé d'annoncer au début de son édition du , le retrait de la vie politique d'Alain Juppé, alors même que celui-ci est attendu au journal télévisé de TF1 et ne l'a pas encore annoncé[2]. David Pujadas présente ses excuses pour cette erreur dans l'édition du lendemain, mais deux jours plus tard, à la suite d'une motion de défiance votée par la rédaction de la chaîne, il est sanctionné par deux semaines de congés forcés[2] durant lesquels il est remplacé par son joker, Carole Gaessler. Le , Olivier Mazerolle présente sa démission et est remplacé par Arlette Chabot à la tête de la rédaction de France 2[13].

David Pujadas au Salon du livre de Paris, le 14 mars 2009.

Le , il présente son millième journal télévisé sur France 2. Depuis la rentrée d' et l'arrivée de Laurence Ferrari à la tête du journal de TF1, l'audience du journal de France 2 est en légère progression alors que l'audience de TF1 est en recul[14].

Accompagné de Laurence Ferrari, alors présentatrice du journal télévisé de TF1, il enregistre le , dans le cadre du G20 à Cannes, une interview croisée de Barack Obama et Nicolas Sarkozy, respectivement président des États-Unis et président de la République française[15]. Il déclare à ce propos que « l'impulsion importante est venue des États-Unis et de la volonté de Barack Obama. C'est une façon, pour le président des États-Unis, d'adresser un signal fort à la France et aux Français »[15].

Il apparaît dans le documentaire français Les Nouveaux chiens de garde, sorti en janvier 2012 et tiré de l'essai éponyme de Serge Halimi (1997), qui explore les collusions entre les médias français et le pouvoir politique et économique.

Le , alors que le président de la République n'a fait aucune intervention télévisée depuis sa conférence de presse solennelle de novembre 2012, il interroge seul François Hollande pendant 45 minutes[16].

En avril 2015, il se rend en Syrie, à Damas, pour interviewer le président du pays Bachar el-Assad afin de le questionner sur le conflit et la guerre qui ravage son pays depuis 2011. Il est le premier journaliste français à interviewer le président syrien dans le cadre de ce conflit.[réf. souhaitée]

Après seize années à la tête de la présentation du 20 heures, David Pujadas annonce le qu'il est écarté de la présentation du journal de France 2. Il déclare : « cette décision n'est pas la mienne. Elle ne nous a pas été expliquée »[17],[18]. La présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, justifie ce remplacement comme étant « [sa] décision », non motivée par l'élection du nouveau président de la République Emmanuel Macron, quelques jours auparavant[19]. Elle indique également : « J’ai estimé que le temps était venu de donner un nouvel élan. Il est inutile d’attendre que les choses aillent mal pour changer », tout en saluant le professionnalisme et la rigueur du journaliste. La presse annonce le nom d'Anne-Sophie Lapix, épouse du nouveau Président de Publicis Groupe, Arthur Sadoun, pour le remplacer à partir de septembre[20],[21],[19],[22]. Le , il annonce sur son compte Facebook qu'il présentera son dernier journal télévisée le jeudi . Il était censé en assurer la présentation jusqu’à l’été, mais la direction de la chaîne comprend son choix[23]. Après 16 ans de service, il bat un record de longévité à la tête du journal télévisé de France 2[4]. Lors de son dernier journal, avant ses remerciements, la rédaction diffuse des sujets sur ses années au 20h (interviews de personnalités politiques et de vedettes françaises et internationales, bêtisier, etc). Il est entouré pour l'occasion par Étienne Leenhardt, Nathalie Saint-Cricq et François Lenglet avant que toute l'équipe de rédaction vienne l'acclamer lors de son discours de départ.

2005-2017 : présentation d'autres émissions[modifier | modifier le code]

En parallèle du journal de 20 heures, David Pujadas présente successivement plusieurs émissions récurrentes, notamment au sein de France Télévisions.

Pendant la saison 2005-2006, il présente Le Contrat, une interview politique mensuelle sur La Chaîne parlementaire.

À partir de [24], il anime chaque semaine Madame, Monsieur, bonsoir avec Hervé Chabalier sur France 5[2]. L'émission a pour but d'analyser les archives de la télévision des cinquante dernières années. Le titre de l'émission serait inspiré de la formule d'ouverture du journal de 20 heures de David Pujadas, « Madame, monsieur, bonsoir ! ». En 2007, alors qu'il quitte l'émission, celle-ci devient un jeu télévisé.

D'octobre 2008 à mai 2010, il anime Les Infiltrés, un magazine d'investigation bimensuel diffusé sur France 2 le mercredi en deuxième partie de soirée[25],[26]. Lors de sa deuxième saison, l'émission suscite des réactions pour un de ses documents sur la pédophilie et les prédateurs sexuels sur Internet. Peu après le tournage en caméra caché du documentaire, les hommes rencontrés par l'émission sont signalés aux autorités[27],[28]. En 2010, l'émission se concentre sur un groupuscule d'extrême droite catholique, « Dies Irae », qui porte plainte par la suite pour diffamation contre David Pujadas, le fondateur de l'agence Capa Hervé Chabalier, ainsi que deux autres journalistes. Ils seront tous relaxés en octobre 2014[29]. En septembre 2011, Marie Drucker lui succède à la présentation du magazine[30].

De juin 2011 à mai 2016, il présente le magazine politique mensuel Des paroles et des actes en première partie de soirée sur France 2[31]. L'émission est récompensée le , lors des Lauriers 2012 de la Radio et de la Télévision dans la catégorie « Laurier Info TV »[16]. Dans le cadre d'édition spéciales dédiées aux évènements législatifs importants, David Pujadas reçoit différentes personnalités politiques françaises importantes, notamment François Hollande (pour la primaire présidentielle socialiste en 2011 et l'élection présidentielle en 2012 pour l'entre-deux tours), Manuel Valls (primaire présidentielle socialiste), Jean-François Copé (élection du nouveau président de l'UMP en 2012), François Fillon (élection du nouveau président de l'UMP en 2012), Marine Le Pen (élection européenne en 2014) et Nicolas Sarkozy (élection présidentielle de 2012 pour l'entre-deux tours).

Le , il coanime avec Laurence Ferrari le débat du second tour de l'élection présidentielle de 2012, entre le président sortant Nicolas Sarkozy et François Hollande. L'émission intitulée 2012 : Le Débat, coproduite par TF1 et France 2, est retransmise sur plusieurs chaînes de télévision et stations de radio. Les années suivantes, il s’affirme comme l'un des animateurs « références » du débat politique à la télévision à l'instar de ces prédécesseurs Michèle Cotta, Alain Duhamel ou Jean-Pierre Elkabbach[32]. Dans son livre Soumission, Michel Houellebecq loue la « fermeté courtoise, le calme, l'aptitude à ignorer les insultes, à recentrer les affrontements qui partaient en vrille, à redonner l'apparence d'une confrontation digne et démocratique » du journaliste[33].

Depuis le , il coanime avec Léa Salamé L'Émission politique à la place de Des paroles et des actes : les deux journalistes y reçoivent les principaux candidats aux primaires de la droite et du centre et de la Belle Alliance Populaire, puis à l'élection présidentielle de 2017, tels que Nicolas Sarkozy, François Fillon, Alain Juppé, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou encore Emmanuel Macron. Un format plus court, L'Entretien politique, est également diffusé à la suite du journal de 20 heures et reçoit les autres candidats, comme, entre autres, Nathalie Kosciusko-Morizet, Vincent Peillon, Nicolas Dupont-Aignan ou Nathalie Arthaud.

Le , il anime le troisième débat de la primaire présidentielle des Républicains, opposant les sept candidats, organisé par France 2, Europe 1 et les partenaires de presse régionale[34]. Le , il anime avec Alexandra Bensaid et Gilles Bouleau le débat d'entre-deux tours de cette même primaire diffusé sur France Inter, TF1 et France 2[35]. Le , il anime, avec Léa Salamé et Fabien Namias, le troisième débat de la primaire présidentielle de la Belle Alliance populaire, opposant les sept candidats, organisé par France 2, Europe 1 et les partenaires de presse quotidienne régionale[36]. Le , il anime avec Alexandra Bensaid et Gilles Bouleau le débat d'entre-deux tours de cette même primaire diffusé sur France Inter, TF1 et France 2[36]. Le , il anime avec Léa Salamé l'émission Présidentielle 2017, 15 minutes pour convaincre sur France 2 qui permet à tous les candidats de l'élection présidentielle de 2017 de présenter leur projet en quinze minutes face aux questions des deux journalistes[37]. Enfin, il anime aux côtés de Laurent Delahousse, Léa Salamé et Marie-Sophie Lacarrau les soirées des premier et second tours de la présidentielle. Alors qu'il était celui qui révélait le nom des deux finalistes, puis du nouveau président, depuis l'élection de 2002, c'est finalement Laurent Delahousse qui est chargé de ces annonces lors de cette élection.

Vie privée[modifier | modifier le code]

David Pujadas est divorcé de sa première épouse, journaliste de presse écrite, avec qui il a eu deux filles[38], Esther et Adèle.

En couple depuis 2004 [39],[40] avec Ingrid, une hôtesse de l'air rencontrée lors d'un vol, ils ont un garçon, Adam, né en 2008[41],[42],[43], et une fille[44], née en 2015[38]. Le couple se sépare en mai 2017[45].

Engagements[modifier | modifier le code]

David Pujadas est membre du club Le Siècle[46].

Il cofonde en 1997 le club Averroes, dont le but est de promouvoir la diversité dans les médias[47] et qui rassemble près de 350 professionnels des médias[48].

Parrain d'un programme d'aide à l'intégration à Science-po Paris d'élèves provenant de lycée de ZEP, David Pujadas anime en mai 2013 au lycée Joliot-Curie de Nanterre les conventions éducation prioritaire dont le but est d'inciter les élèves à « dépasser leurs limites »[49].

Interviews notables[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière au Journal télévisé de 20 heures de France 2, David Pujadas, surnommé « l'interviewer de la République » par Le Figaro[50], a interviewé diverses personnalités internationales importantes, parmi lesquelles Bachar al-Assad[51], Angela Merkel[52], Barack Obama[53], Vladimir Poutine[54]

Critiques[modifier | modifier le code]

Le , David Pujadas se voit décerner « La Laisse d'or » par des critiques des médias proches du journal Le Plan B, en compagnie du réalisateur Pierre Carles. Ce prix est destiné à saluer ironiquement le journaliste « le plus servile »[55]. La direction de l'information de France 2 juge « lamentable et méprisable » cette initiative qui « porte atteinte non seulement à l’honneur de David Pujadas mais aussi au travail de l’ensemble de la rédaction »[56].

Émissions en tant que présentateur[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Marseille. David Pujadas apparaît dans son propre rôle.

Dessin animé[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Silex and the City, série de Jul. David Pujadas apparaît dans son propre rôle dans l'épisode « L'Évolution du jasmin ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 1988, David Pujadas remporte le prix Jean d'Arcy
  • En 1998, il est récompensé de l'Ithème du « meilleur journal du câble et du satellite »[63].
  • En 2007, il remporte le prix Roland-Dorgelès, dans la catégorie « Télévision », pour son « attachement à la qualité de la langue française »[64].
  • En janvier 2013, il est élu « animateur de l'année 2012 » par le magazine GQ[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « David Pujadas : 5 choses que vous ne saviez pas sur le journaliste », sur Puretrend.com (consulté le 11 septembre 2015)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « David Pujadas » par Raphaël Weckerlé sur Toutelatele.com, 16 février 2004.
  3. « Journaliste depuis 25 ans », sur Le Parisien.fr,  : « Il étudie au lycée international Ferney-Voltaire dans l'Ain ».
  4. a, b et c « David Pujadas, un record de longévité au 20h de France 2 », sur ladepeche.fr, .
  5. a, b et c « David Pujadas », sur Imedias.biz.
  6. « David Pujadas : Outsider », sur Stratégies.fr, (consulté le 11 mars 2017)
  7. a, b, c, d et e Portrait de David Pujadas - Le Tube du 11/10 (lire en ligne)
  8. Julien Lalande, « 11 septembre 2001 : près de 100 % des téléspectateurs devant les émissions d'information », sur Ozap.com,
  9. « Forum avec David Pujadas (46e question) », sur Nouvelobs.com,
  10. « L'analyse d'image : le 21 avril 2002 », sur Arte.tv (consulté le 3 septembre 2015)
  11. « Biographie David Pujadas », sur L'Internaute.com (consulté le 3 septembre 2015)
  12. a et b « Le premier tour de l'élection présidentielle de 2007 », sur INA.fr (consulté le 3 septembre 2015)
  13. Daniel Psenny, « Les vingt jours qui ont ébranlé la rédaction de France 2 », Le Monde.fr,‎
  14. J.Mielcarek & J.Lalande, « David Pujadas présente ce soir son 1000e JT », Ozap.com, 15 octobre 2008.
  15. a et b « Obama-Sarkozy : les dessous de leur interview aux JT », sur Le Figaro.fr (consulté le 5 septembre 2015)
  16. a et b « David Pujadas, l'interviewer de la République », sur Le Figaro.fr (consulté le 5 septembre 2015)
  17. Benjamin Meffre, « David Pujadas confirme son départ du 20 Heures de France 2 » sur PureMédias, 17 mai 2017.
  18. Alexandre Piquard, « David Pujadas est écarté du journal de 20 heures de France 2» sur Le Monde.fr, 17 mai 2017.
  19. a et b « David Pujadas, le pilier du 20 heures de France 2, sera remplacé par Anne-Sophie Lapix », Caroline Sallé, Le Figaro.fr, 17 mai 2017.
  20. Julien Bellver, « Anne-Sophie Lapix pressentie pour succéder à David Pujadas au 20 Heures de France 2 » sur PureMédias, 17 mai 2017.
  21. « David Pujadas écarté du 20 h de France 2 », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  22. « JT de 20 heures de France 2 : Anne-Sophie Lapix confirmée pour remplacer David Pujadas », Emilie Geffray, Le Figaro.fr, 18 mai 2017.
  23. « David Pujadas présentera son dernier journal de 20 heures sur France 2 jeudi 8 juin », Le Monde.fr avec AFP, 1er juin 2017.
  24. « "Madame, Monsieur, bonsoir" de retour sans David Pujadas », sur Programme.tv (consulté le 5 septembre 2015)
  25. « Fr2: Pujadas lancera son magazine d'investigation fin octobre », sur JeanMarcMorandini.com, .
  26. Julien Mielcarek, « David Pujadas : "Les infiltrés" le mercredi à 22h30 », Ozap.com, 28 août 2008.
  27. Carine Didier, « Les Infiltrés : ce reportage sur les pédophiles fait débat », sur Le Parisien.fr,
  28. Julien Mielcarek, « "Les infiltrés" de F2 vont-ils trop loin ? (vidéo) », Ozap.com, 15 juillet 2008.
  29. « France 2 : David Pujadas relaxé dans un procès intenté par des catholiques traditionalistes », sur Le Figaro.fr (consulté le 11 septembre 2015)
  30. « Marie Drucker au commande du magazine Les infiltrés dès septembre 2011 », sur Télé 2 semaines.fr,
  31. « France 2 reprogramme Marine Le Pen dans "Des paroles et des actes" », sur Nouvelobs.com,
  32. Jean-Marc Barenghi, « David Pujadas, prêt pour la vague d'élections de 2014 », sur Le Figaro.fr, (consulté le 11 janvier 2016)
  33. Michel Houllebecq, Soumission, Flammarion, (ISBN 978-2-0813-5480-7, lire en ligne), page 52
  34. « Primaire de la droite : à quoi va ressembler le débat décisif du 17 novembre ? », sur Europe 1.fr, (consulté le 17 novembre 2016)
  35. Julien Bellver, « Débat de l'entre-deux tours : Alexandra Bensaid d'Inter avec Bouleau et Pujadas », sur Ozap.com, .
  36. a et b Benjamin Meffre, « Primaire de la gauche : Bensaid, Bouleau et Pujadas pour le débat d'entre-deux-tours », sur Ozap.com, (consulté le 6 janvier 2017).
  37. Alexandre Desgué, « Présidentielle 2017, 15 minutes pour convaincre : l’heure de passage de chaque candidat face à Léa Salamé et David Pujadas », sur toutelatele.com, toutelatele.com, (consulté le 20 avril 2017).
  38. a et b « qui est Ingrid, la femme de David Pujadas ? », sur Télé-Star.fr (consulté le 8 septembre 2015)
  39. « Les bios de stars David Pujadas », sur Gala.fr (consulté le 29 juillet 2011)
  40. Julien Lalande, « David Pujadas Expose son couple à la une de "TV MAGAZINE" », sur Ozap.com,
  41. « David Pujadas encore papa ! », Gala.fr, 2 août 2009.
  42. Information communiquée par Laurent Delahousse à la fin du journal de 20 h de France 2 le .
  43. « David Pujadas va de nouveau être… papa ! », Pure People.com, 16 juillet 2009.
  44. « David Pujadas », sur Gala.fr (consulté le 8 septembre 2015)
  45. Julie Dessagne, « David Pujadas se sépare de son épouse Ingrid », Femme Actuelle,‎ (lire en ligne)
  46. « Select Club : Le Siècle, club de rencontres des élites françaises. », La République des Lettres.fr, .
  47. « David Pujadas : "le risque d'atomisation de la société" », sur La Revue Civique.eu (consulté le 26 octobre 2015)
  48. « Diversité à l'écran : le rapport du Club Averroes. », sur LeBlogTvNews.com (consulté le 26 octobre 2015)
  49. « David Pujadas parraine les élèves de ZEP », sur Le Parisien.fr (consulté le 26 octobre 2015)
  50. lefigaro.fr, « David Pujadas, l'interviewer de la République » (consulté le 9 septembre 2015)
  51. « Interview de Bachar al-Assad sur France 2: David Pujadas répond aux critiques » (consulté le 9 septembre 2015)
  52. « JT de 20h du jeudi 4 juin 2015 » (consulté le 9 septembre 2015)
  53. « Obama et Sarkozy interviewés par Laurence Ferrari et David Pujadas » (consulté le 9 septembre 2015)
  54. Franck Nouchi, « La leçon de Poutine », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  55. « La complaisance de David Pujadas mérite d’être récompensée », sur Acrimed.org (consulté le 1er juillet 2013)
  56. « France 2 indignée par l'opération contre Pujadas », sur Le Journal du dimanche.fr,
  57. Blog de Renaud Revel, « "Vous subissez des pressions?" » sur le site officiel de L'Express, .
  58. « David Pujadas, pourfendeur d’un « islam » imaginaire », sur Les Indigènes de la République
  59. « David Pujadas acteur… à 18 ans ! » sur le site officiel de Télé 7 jours, .
  60. « Allociné casting du film France Boutique », sur Allociné,
  61. [vidéo] Les vivants et les morts, diffusé le 20 octobre 2010 à 20 h 35 sur France 2, 47 min 20 s. David Pujadas est également crédité au générique.
  62. « David Pujadas interviewe un surprenant candidat à la présidentielle », sur www.purepeople.com (consulté le 26 octobre 2015)
  63. David Pujadas: Outsider, sur Strategies.fr
  64. Union de la presse francophone, « France - Hondelatte et Pujadas : prix Roland-Dorgelès 2007 », sur presse-francophone.org,
  65. « Fabrice Luchini, élu homme de l'année 2012 », sur Le Figaro (consulté le 26 octobre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]