Patricia Barbizet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Patricia Barbizet
Patricia Barbizet World Economic Forum 2013.jpg
Patricia Barbizet en 2013.
Fonctions
Présidente
Le Siècle
depuis
Directrice générale
Artémis
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Patricia DussartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Steering Committee of the Bilderberg Meetings (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Patricia Barbizet, née Dussart, le , est une personnalité française du monde des affaires. Bras droit de l'homme d'affaires et milliardaire François Pinault pendant près de 30 ans, elle a été directrice générale d’Artémis de 1992 à 2017, vice-présidente du conseil d'administration de Kering[1] jusqu'en décembre 2018 et présidente-directrice générale de Christie's de 2014 à 2016. Elle est également membre de plusieurs conseils d'administration de grands groupes français et présidente du club Le Siècle.

Depuis 2018, elle est présidente et actionnaire du fonds d'investissement Temaris & Associés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l'artiste peintre Monique Cartier et du producteur de films Philippe Dussart, elle a trois frères et une sœur, qui travaillent tous dans le domaine du cinéma[2].

Elle est mariée au banquier Jean Barbizet (ancien patron de Barclays Capital et en 2018, dirigeant de la filiale française de la banque australienne ANZ[3]), avec lequel elle a une fille[2].

Formation[modifier | modifier le code]

Patricia Barbizet suit une scolarité à Saint-Cloud et à Notre-Dame des Oiseaux à Paris, puis est diplômée d’ESCP Europe[4] en 1976.

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Elle débute chez Renault[5], en tant qu’attachée de direction en 1977, et occupe ensuite les postes de trésorière internationale (de 1979 à 1982) puis de « trésorier groupe » de RVI (Renault véhicules industriels, devenu Renault Trucks) jusqu'en 1984, et enfin directrice financière de Renault crédit international et directrice de Renault acceptance BV de 1984 à 1989.

Pinault (PPR - Artémis - Kering)[modifier | modifier le code]

En 1989, elle rejoint Pinault SA en tant que directrice financière, puis directrice générale adjointe chargée des finances et de la communication de Pinault-CFAO (1990). En 1992, elle devient directrice générale d'Artemis, la holding patrimoniale de la famille Pinault, créée la même année[6],[7].

À ce titre, elle est vice-présidente du conseil d’administration de Kering (ex-PPR), second groupe mondial du luxe, chairman de Christie's International PLC depuis 2002, et directrice générale de la société en commandite Financière Pinault aux côtés de ses gérants, François-Henri Pinault et son père, François Pinault. Elle entretient des relations étroites[5],[8] avec François Pinault, qualifiées par Alain Minc comme « un duo complet et complexe »[7], puisqu'elle est, entre autres, son exécutrice testamentaire[6].

Le , elle est nommée par le président de la République Nicolas Sarkozy à la tête du comité d'investissement du fonds stratégique d'investissement[9] (filiale de la Caisse des dépôts et consignations) doté de 20 milliards d’euros. Elle se définit politiquement comme « centriste, pas sectaire » et affirme qu'elle aurait pu accepter cette nomination de la part d'un président de gauche. Elle a refusé plusieurs fois d’être ministre, par crainte d'« une trop forte exposition »[2].

En , elle est annoncée en remplacement de Steven Murphy comme future PDG de Christie's, en conservant son rôle de présidente de la maison de vente[10]. Le 1er janvier 2017, Guillaume Cerutti lui a succédé à cette fonction[11].

Patricia Barbizet est considérée comme l'une « des femmes d'affaires les plus influentes du monde »[12],[13],[14]. Elle est, depuis le 1er janvier 2017, la présidente du club Le Siècle[15]. Une fois par an, elle organise également un dîner chez elle, où se pressent personnalités politiques et du monde des affaires[2].

En janvier 2018, elle quitte ses fonctions au sein du groupe Artémis après 29 ans de collaboration[16]

L'après Pinault[modifier | modifier le code]

Elle devient présidente du fonds d'investissement Temaris.

En novembre 2018, elle prend la présidence du Haut Comité pour le gouvernement d’entreprise (HCGE), une émanation du Medef, comité qui doit veiller au respect du code de bonne conduite des dirigeants d'entreprises française, particulièrement sur leur rémunérations[17].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

  • En décembre 2015, elle est désignée administratrice référente par le conseil d'administration du groupe Total SA, où elle siégeait depuis 2008.
  • En 2018, elle a été nommée administratrice d'AXA
  • En 2018, elle a été nommée administratrice de Pernod Ricard
  • En avril 2018, elle a été nommée présidente du Comité de surveillance des investissements d'avenir / Grand plan d'investissement (SGPI) par le Premier ministre Édouard Philippe.
  • Mélomane avertie[5],[6], elle est présidente de la Cité de la Musique - Philharmonie de Paris[18] et a été membre du conseil d’administration de l'opéra de Paris jusqu'en 2018[19].

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • Membre du Comité de surveillance de PSA Peugeot-Citroën (jusqu'en février 2016[12])
  • Membre du conseil d'administration de Fnac, devenue Fnac Darty (1995 - mai 2019)
  • Membre du conseil d’administration d'Air France-KLM (2003-2013)
  • Membre du conseil d’administration de Bouygues - TF1 (jusqu'en 2013)
  • Présidente du comité d'investissement du Fonds stratégique d'investissement (FSI) de 2008 à 2013
  • Présidente de l'Association française des trésoriers d'entreprise (Afte) de 1980 à 1982
  • Présidente-directrice générale de Séfimeg (Société française d’investissements immobiliers et de gestion)
  • Membre du Conseil des marchés financiers (CMF) (1996-2002)

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Opposition à la loi Copé-Zimmermann[modifier | modifier le code]

Elle est opposée à la loi Copé-Zimmermann (2011), qui vise à ce que les conseils d'administration des grandes entreprises comptent 40 % de femmes. Elle déclare ainsi au magazine L'Express : « En invitant à choisir une personne pour son genre grammatical ou pour le groupe qu'elle est censée représenter, on fait fausse route. Le choix doit être celui de la compétence et de la personnalité »[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.kering.com/fr/groupe/biographies/patricia_barbizet
  2. a b c et d Vanessa Schneider, « Patricia Barbizet, une femme puissante », M, le magazine du Monde, semaine du 2 novembre 2013, p. 42-47.
  3. "Patricia Barbizet l'influente s'émancipe de la famille Pinault" par Anne Drif, Les Echos, 29 novembre 2017.
  4. Elle est dans les années 2000 présidente de l’association des anciens ESCP Europe, et aujourd’hui[Quand ?] présidente de la fondation européenne ESCP Europe.
  5. a b et c Patrick Bonazza, « Patricia Barbizet, Gardienne du temple Pinault », Économie, sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 11 septembre 2012)
  6. a b et c « Patricia Barbizet, la femme de confiance », Challenges, no 287,‎ , p. 52 à 54 (ISSN 0751-4417, lire en ligne)
  7. a et b Marie-Dominique Lelièvre, « Au bonheur des Dianes. », Portraits, sur liberation.fr, Libération, (consulté le 11 septembre 2012)
  8. Olivier Jay, « Patricia Barbizet, femme d'influence », Société, sur lejdd.fr, Le JDD, (consulté le 11 septembre 2012)
  9. [1]
  10. Valérie Sasportas, « Patricia Barbizet prend la tête de Christie's », lefigaro.fr, 3 décembre 2014.
  11. lefigaro.fr, « Guillaume Cerutti dirigera la maison Christie's », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2017)
  12. Karine Tuil, « Patricia Barbizet, directrice générale d'Artémis, par Karine Tuil. », Management, sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 11 septembre 2012)
  13. (en) Fortune, « 50 most powerful women 2015 », sur http://fortune.com/,
  14. « Patricia Barbizet, numéro 2 de PPR : les confidences d'une femme d'influence », sur lavoixeco.com, La Voix du Nord, (consulté le 11 septembre 2012)
  15. Dans les coulisses du Siècle, lieu de pouvoir et d’influence dans Les Échos, 3 février 2017
  16. « Patricia Barbizet quitte Artémis », BFM TV, 29 novembre 2017.
  17. "Patricia Barbizet entame une nouvelle carrière", France Inter, 1er novembre 2018.
  18. Décret du 25 mars 2016 portant nomination de la présidente du conseil d'administration de l'Etablissement public de la Cité de la musique - Philharmonie de Paris - Mme BARBIZET (Patricia) (lire en ligne)
  19. Décret du 10 juillet 2014 portant nomination au conseil d'administration de l'Opéra national de Paris (lire en ligne)
  20. Admin Suite, « Annuaire des Young Leaders - French-American Foundation France » (consulté le 4 juin 2015)
  21. https://www.bilderbergmeetings.org/participants.html
  22. Décret du 31 décembre 1997 portant promotion et nomination
  23. Décret du 13 juillet 2006 portant promotion et nomination
  24. Décret du 3 avril 2015 portant promotion
  25. Arrêté du 09 juillet 2013 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  26. Décret du 14 mai 1994 portant promotion et nomination
  27. DDécret du 14 novembre 2001 portant promotion et nomination
  28. Décret du 14 mai 2010 portant promotion et nomination
  29. Marion Rabier, « Les quotas du gotha », Manière de voir no 150, décembre 2016-janvier 2017, p. 61-63.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Interviews[modifier | modifier le code]