Patrick Poivre d'Arvor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Patrick Poivre d'Arvor
Patrick Poivre d'Arvor au Festival de Cannes 2016.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Patrick Jean Marcel PoivreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Fratrie
Conjoints
Véronique Poivre d'Arvor (d) (de à )
Claire Castillon (de à )
Agathe Borne (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Dorothée Poivre d'Arvor (1963)
Arnaud Poivre d'Arvor (1972)
Tiphaine Poivre (1974-1975)
Solenn Poivre d'Arvor (1975-1995)
Garance Poivre (mort né 1980)
Morgane Poivre d'Arvor (1981)
François Chazal (1995)
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Maître
Distinction

Patrick Poivre d'Arvor, Patrick Poivre de son vrai nom, et souvent désigné par ses initiales PPDA, né le à Reims (Marne), est un présentateur de télévision et de radio, journaliste et écrivain français.

Il diversifie ses missions initiales à la radio en étant tour à tour reporter, présentateur de journal ou de la revue de presse, animateur, éditorialiste et polémiste.

À la télévision, il est le présentateur-vedette du Journal de 20 heures d'Antenne 2 de 1976 à 1983, puis du Journal de 20 heures de TF1 de 1987 à 2008. Il inspire la création, en 1988, du personnage de PPD, la marionnette centrale de l'émission de Canal+ Les Guignols de l'info.

Durant sa carrière, il publie une soixantaine d'ouvrages, dont une vingtaine de romans. Il en coécrit certains, notamment avec son frère Olivier Poivre d'Arvor.

À partir de 2021, une série de témoignages médiatiques et de dépôts de plaintes l'accusent d'agressions sexuelles et de viols pendant des décennies en ayant usé de son autorité, provoque une affaire PPDA. Ce qui conduit à son retrait de la chaîne France 5. Au total, un collectif de quatre-vingt-dix femmes témoignent contre lui, soit devant la presse, soit devant la justice. Parmi elles, quarante-cinq femmes portent plainte, dont la moitié pour viol, avec deux mineures concernées au moment des faits allégués. Les témoignages se multiplient après que les premières ont été classées sans suite, notamment pour prescription, et que Patrick Poivre d'Arvor a porté plainte à son tour pour dénonciation calomnieuse. En 2022, la justice annule les effets des classements sans suite, en invoquant la sérialité des faits. En 2023, il est mis en examen pour la première fois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, études et premiers engagements politiques[modifier | modifier le code]

Patrick Jean Marcel Poivre[1] naît au domicile parental, 22 rue de Talleyrand à Reims, en France. Sa mère, Madeleine Jeuge[2] (1925-2011), est née à Nantes, de parents auvergnats. Son père, Jacques Poivre[2] (1922-2018), né à Paris, est représentant en chaussures, directeur de société[3] et engagé dans le Premier régiment de France, au sein de l'Armée d'armistice, sous le régime de Vichy[4]. Il a une sœur, Catherine (née en 1948), et un frère, Olivier (né en 1958, diplomate, écrivain et responsable culturel)[5].

Enfant, il passe les vacances à Trégastel où il a acquis une maison[5].

Durant son enfance à Reims, Patrick se révèle être un garçon timide, solitaire[6] mais également harcelé par ses camarades à l'école[7],[8],[9]. Il déclare que « [ses] seuls amis étaient les livres »[6]. À 13 ans, il est atteint d'« un début de leucémie » et se fait soigner en Alsace[10]. Cette maladie lui inspire à 17 ans l'écriture de son premier roman Les Enfants de l'aube publié bien plus tard, en 1982[11]. En 1962, Patrick Poivre est bachelier à 15 ans[12],[13].

Il poursuit ses études à l'Institut d'études politiques de Strasbourg, où il effectue sa première année, profitant ensuite des procédures en place à l'époque pour aller à l'Institut d'études politiques de Paris dont il sort diplômé. Jack Lang, son professeur de droit, se souvient plus tard d'un étudiant « très brillant »[14].

Il est alors militant des Républicains indépendants, et responsable régional de son mouvement de jeunesse, les Jeunes républicains indépendants (JRI) dont il a fondé la branche en Champagne-Ardenne[15].

Parallèlement, il étudie le russe, le polonais et le serbo-croate aux Langues O[16]dont il ne sort pas diplômé ce qui ne l'empêchera pas d'entrer chez France Inter quelques années plus tard[17].

Il est critique de cinéma pour Valeurs actuelles sous le pseudonyme d’Alexis d’Orgel et publie pour son parti des éditoriaux dans le quotidien L'Union. Courant 1969, Michel Poniatowski, secrétaire général de la Fédération nationale des républicains indépendants (FNRI), intervient sans succès auprès de Michel Bassi, chef du service politique du Figaro pour le faire embaucher. Il est présenté au même moment à Valéry Giscard d'Estaing par le président des Clubs Perspectives et réalités Charles-Noël Hardy[18].

En septembre 1969, âgé de 22 ans, il intègre finalement le Centre de formation des journalistes (CFJ) pour devenir journaliste, directement en deuxième année, grâce à une équivalence avec l'IEP de Paris, puis en est diplômé l'année suivante. À l'école, il porte la cravate, revendique ses opinions [18], se lie d'amitié avec Franz-Olivier Giesbert et critique avec ironie les références à Jaurès[18].

C'est à cette époque qu'il ajoute à son patronyme, « Poivre », le pseudonyme « d'Arvor », emprunté à son grand-père maternel, Jean-Baptiste Jeuge (1883-1970). Commerçant originaire du Puy-de-Dôme, il est poète à ses heures et écrit sous le nom de plume « Jean d'Arvor ». Auteur de poèmes nationalistes et religieux, il rédige également quelques nouvelles érotiques[19]. D'où sa décision d'opter pour un pseudonyme. Le vieil homme a initié son petit-fils à l'écriture et est mort quelques mois plus tôt[20]. Le futur journaliste aime les noms à rallonge, « car souvent les héros ont des noms à particule [...] donc Patrick Poivre d'Arvor ça sonne bien pour un héros[21]» précise son ami Armand de Rendinger. Mais le principal intéressé justifie ainsi son choix : « J'ai décidé [...] de porter son nom de plume pour que son souvenir ne disparaisse jamais[21]. »

Alors qu'il est encore étudiant au CFJ, il apparait en une du mensuel France moderne no 350 de mars 1970, le journal de la FNRI, dont il a été élu vice-président[22],[23]. Il a accueilli en janvier 1970 à Reims un comité directeur où Michel Poniatowski, opposé comme lui à Charles De Gaulle lors du référendum de 1969, a fustigé le gouvernement[18].

Il quitte les Jeunes républicains indépendants[22] en 1971, année de son recrutement par France Inter[18].

Carrière[modifier | modifier le code]

France Inter (1971-1974)[modifier | modifier le code]

Le , à 23 ans, il fait ses débuts à la radio, sur France Inter en présentant un reportage sur l'Île Maurice. La même année, il est lauréat du concours radiophonique organisé dans le cadre de l’émission « Envoyé spécial »[24] de Pierre Wiehn à France Inter, pour avoir rapporté des Philippines une interview exclusive de madame Marcos[25]. Il gagne ainsi le droit d'exercer à la radio à l'ORTF pendant un an. Il y commence sa carrière de journaliste sous la direction de Roger Gicquel. Il est chargé des journaux du matin et de la revue de presse[12].

Antenne 2 (1975-1984) et retour sur France Inter (1979-1981)[modifier | modifier le code]

En 1975, il entre à la rédaction d'Antenne 2 où il devient chef adjoint du service « politique intérieure »[12], puis chef du service « politique, économique et social »[12].

Le , il effectue un premier remplacement en tant que présentateur du journal télévisé de 20 heures d'Antenne 2, le temps d'un week-end. Le 15 août de la même année, le directeur de la chaîne Jean-Pierre Elkabbach le choisit pour être le rédacteur en chef adjoint du journal télévisé de 20 heures et présenter en alternance (trois jours chacun) avec Daniel Bilalian et Didier Lecat[26]. En 1977, il est le présentateur unique du journal et rédige un livre, "Mai 68-Mai 78", qui fait connaitre une photo encore jamais publiée de Daniel Cohn-Bendit, excepté dans l'autobiographie de ce dernier en 1975. Dans ce livre "Mai 68-Mai 78" paru l'année suivante, PPDA gomme son passé de droite en racontant s'être « nourri de l’encre des journaux » vendus « au carrefour Saint-Germain/Saint-Michel » et « avoir commencé à aimer le métier (…) en rôdant autour des voitures-radios » en Mai 68[18]. Le , il présente son journal depuis la place Tian'anmen à Pékin, en Chine, une première mondiale. Il devient également grand reporter. De 1979 à 1981, il est éditorialiste de la rubrique « Humeur du jour » sur France Inter à h 45[réf. nécessaire].

À partir d'octobre 1981 il doit partager la présentation du journal de 20 heures d'Antenne 2 avec Christine Ockrent (en alternance une semaine sur deux). En 1982, pour la première fois de son histoire, le journal de 20 heures d'Antenne 2 devance celui de TF1 en nombre de téléspectateurs. Lorsque Christine Ockrent est nommée rédactrice en chef du journal d'Antenne 2, il préfère partir et présente son dernier journal le [27]. Il part s'isoler en Bretagne, à Trégastel dans la maison de son enfance. À partir de 1983, il travaille pour la presse écrite, notamment dans Le Journal du dimanche ou en page 2, il réalise un portrait d’une personnalité pendant sept ans, ainsi qu’à Paris-Match, Le Point, Lire, Le Nouvel Observateur, Géo, Le Figaro Magazine, Entreprendre, et Vogue. Il présente Sautes d'humeur sur France 3 Bretagne en 1984.

En 1983, PPDA anime avec Jacqueline Alexandre une émission hebdomadaire d'information aux consommateurs, À nous 2, diffusée sur Antenne 2 pendant trois ans jusqu'en 1986.

Canal+ (1984-1985) et RMC (1986-1987)[modifier | modifier le code]

En 1984, il quitte la chaîne Antenne 2 pour rejoindre la nouvelle chaîne Canal+ lancée en novembre 1984 pour animer l'émission quotidienne Tous en scène, diffusée jusqu'en 1985[28] sur la tranche « en clair » de 19 à 20 heures. En 1986, il fait un rapide passage sur la station de radio RMC où il est éditorialiste dans la matinale jusqu'en 1987[29]. Patrick Poivre d’Arvor couvre pour Le Journal du Dimanche l’action humanitaire de Daniel Balavoine au cours du Rallye Dakar 1986. Il doit initialement faire partie de l’équipe de journalistes qui vont monter dans l’hélicoptère avec Thierry Sabine, François-Xavier Bagnoud, Yann Arthus-Bertrand, Jean-Luc Roy et Patrick Chêne. Il laisse finalement sa place dans l’hélicoptère a sa consœur Nathalie Odent pour prendre un avion en provenance de Bamako. Il aurait donc pu être une victime de l’accident d'hélicoptère du rallye Dakar 1986[30].

TF1 (1986-2008)[modifier | modifier le code]

À la folie pas du tout (1986-1987)[modifier | modifier le code]

Patrick Poivre d'Arvor au festival de Cannes 1990.

En 1986, Patrick Poivre d'Arvor rejoint TF1, présidée par Hervé Bourges, pour présenter l'émission dominicale À la folie pas du tout jusqu'en 1987[12]. L'émission devient À la folie, toujours diffusée le dimanche, pendant la saison 1987-1988[31].

Le journal de 20 heures de TF1 et émissions d'information (1987-2008)[modifier | modifier le code]

En 1987, TF1 est privatisée et, à partir du 6 avril, sous le contrôle de Francis Bouygues. Le président-directeur général de TF1 Patrick Le Lay et son vice-président Étienne Mougeotte remarquent PPDA et l'installent, le 31 août, à la place de la journaliste Marie-France Cubadda, aux rênes du journal télévisé de 20 heures, qu'il présente du lundi au jeudi. Bien que courtisé par d'autres chaînes, notamment La Cinq, il reste sur TF1. En moins d'un an, le journal de la chaîne redevient le plus regardé de France devant celui d'Antenne 2, réunissant jusqu'à 10 millions de téléspectateurs[12]. Il est relayé le week-end par Bruno Masure d'août 1987 à 1990, Ladislas de Hoyos en 1990-1991 et Claire Chazal d'août 1991 à juin 2008.

En 1989, il devient également directeur délégué à l'information de TF1 sous la direction de Patrick Le Lay (PDG de la chaîne depuis le ) et du vice-président Étienne Mougeotte. Il présente également en direct les soirées électorales de TF1 (élections présidentielles, législatives, régionales, européennes, référendums, etc.) souvent avec Claire Chazal. Ils sont entourés de spécialistes, de journalistes et de sondeurs et reçoivent des personnalités politiques.

En 2000, il est nommé vice-président de la nouvelle chaîne régionale bretonne privée TV Breizh, lancée en septembre par Patrick Le Lay. Il est lauréat du prix Roland-Dorgelès en 2001.

Durant les saisons 2002-2004 à RTL[Passage contradictoire], il présente chaque vendredi soir de 19 h à 20 h le magazine culturel hebdomadaire Invitations, donnant la part belle à des personnes qui ont marqué l'actualité[32]. Durant la saison 2004-2005, l'émission toujours programmée le vendredi débute à 19h15 au lieu de 19h. Il refuse d’être le successeur de Dominique Baudis à la présidence du Conseil supérieur de l'audiovisuel[33].

Le 14 avril 2005, pendant la campagne pour le référendum sur la Constitution européenne, il interviewe le président de la République Jacques Chirac dans l'émission spéciale Référendum : en direct avec le Président, avec la participation de Jean-Luc Delarue pour France 2, Marc-Olivier Fogiel (France 3) et Emmanuel Chain (M6).

Le , il coprésente avec Arlette Chabot le débat télévisé du second tour de l'élection présidentielle entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal.

Durant ses 21 ans à la présentation du « 20 heures » de TF1, il a interviewé de nombreuses personnalités françaises et internationales issues de divers domaines (cinéma, musique, sciences, politique, chefs d'État, etc.). Il a interrogé, seul ou avec d'autres journalistes, les présidents de la République François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. L'interview se transforme parfois en joute verbale : en 1993, il ose demander à Mitterrand s'« il a bien été le sherpa de son Premier ministre Édouard Balladur », et se fait férocement remettre à sa place par le chef d'État[34] : « Je vous reconnais bien là. Il n'y a pas de doute, la marque de fabrique, ça ne change pas chez un homme ». Jacques Chirac, s'offusquant d'une question du journaliste sur l'immunité présidentielle, lui rétorque en 2000 : « Votre question dérape vers une certaine insolence ». Dans une interview avec Claire Chazal le 20 juin 2007, il fait remarquer au président Sarkozy qu'il a semblé, lors du sommet du G8, « un peu excité, comme un petit garçon dans la cour des grands », cette pique rendant Nicolas Sarkozy furieux[35].

L'éviction de Patrick Poivre d'Arvor du journal télévisé est annoncée le 8 juin 2008 et confirmée le lendemain. Il présente son dernier journal télévisé de 20 heures le , citant William Shakespeare (« ce qu'on ne peut éviter, il faut l'embrasser »), et est remplacé à partir du par Laurence Ferrari (Harry Roselmack ayant assuré la transition pendant un mois et demi)[36],[37],[38],[39]. Patrick Poivre d'Arvor, qui avait l'intention de continuer à présenter le journal télévisé jusqu'en 2012[40], affirme alors que « cette éviction n'[est] pas journalistique »[41], insinuant par là que son interview de Sarkozy en 2007 n'y serait pas étrangère[42]. En 2017, dans le documentaire de France 2 Un jour, un destin consacré à PPDA, Patrick Le Lay parle d'« une faute » du journaliste lors de l'interview sans pour autant expliquer les raisons de son éviction.

Sa rémunération à TF1 s'est élevée à près de 100 000 euros par mois, auxquels s'ajoutent alors 150 000 euros bruts par an au titre d’une clause d'exclusivité[43].

Émissions littéraires : Ex-libris (1988-1999), puis Vol de Nuit (1999-2008)[modifier | modifier le code]

En 1988, parallèlement au 20 heures, Patrick Poivre d'Arvor obtient de TF1 de présenter une émission littéraire en dernière partie de soirée, Ex-libris, qui devient le Vol de nuit[12]. À la suite de son éviction du journal télévisé, son émission Vol de Nuit est arrêtée et le dernier numéro a lieu le 16 juin 2008 ; l'émission Au Field de la nuit de Michel Field la remplace quatre mois plus tard, en octobre. Lors de la création de la chaîne d'information en continu LCI par le groupe TF1 en 1994[44], il anime également l'émission littéraire Place au livre qui est arrêtée en même temps. Il quitte définitivement le groupe TF1.

RTL, Paris Match, France Télévisions, Arte, France Soir, Radio Classique et CNews[modifier | modifier le code]

En , Patrick Poivre d'Arvor revient à RTL en intervenant régulièrement en tant que polémiste dans On refait le monde [45]. En , il devient parrain de l'émission Qui l'a lu, sur Gulli[46],[47].

Il devrait parallèlement réaliser de « grandes interviews tout au long de l'année avec des personnalités de divers horizons » pour l'hebdomadaire Paris Match[48].

De à , Patrick Poivre d'Arvor présente sur France 5 La Traversée du miroir, une émission hebdomadaire d'interview de deux personnalités d'une durée de 52 minutes[49],[50],[51].

À partir de , il anime sur la chaîne franco-allemande Arte six numéros de L'avis des autres, un magazine mensuel de géopolitique de deux heures diffusé en première partie de soirée, durant laquelle un panel de vingt-sept téléspectateurs (neuf Français, neuf Allemands, neuf représentants d'autres pays européens)[52],[53] interroge différents invités.

De à , il tient un billet dans le quotidien France-Soir[54],[55].

À partir du , il présente Une maison, un écrivain, une série documentaire sur France 5[56]. En mai 2022, à la suite d'accusations de viols et agressions sexuelles le visant, France Télévisions annonce retirer la voix du journaliste de son magazine[57],[58].

À partir de , il anime Place publique, un magazine de société, sur France 3[59].

Depuis , il anime sur La Chaîne parlementaire, une émission mensuelle, Thèmes de campagne, devenue en octobre 2012 Place aux idées, diffusée jusqu'en juin 2013.

À partir d', il anime, avec Arnaud Poivre d'Arvor, Flash-Back sur France 3 en première partie de soirée, un magazine dans lequel ils revisitent en images des événements passés[60].

Patrick Poivre d'Arvor est le président du jury de la 16e édition du festival du film de télévision de Luchon du 12 au 16 février 2014[61].

Depuis , il anime tous les soirs une nouvelle tranche d'information à Radio Classique entre 19 h et 20 h[62].

Fin novembre 2015, il est placé en garde à vue et interrogé dans le cadre de l'affaire Aristophil, affaire d'escroquerie en bande organisée[63].

Depuis février 2017, Patrick Poivre d'Arvor est sur CNews (anciennement I-Télé) pour animer une émission littéraire intitulée Vive les livres et participe avec Rachid Arhab à l'émission de décryptage de l'actualité + de recul présentée par Virginie Chomicki[64].

En juin 2018, Radio Classique annonce que Patrick Poivre d'Arvor est remercié pour la prochaine saison[65].

Émissions en tant que présentateur[modifier | modifier le code]

Journaux télévisés[modifier | modifier le code]

Émissions régulières[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

La base de données Roglo le fait descendre de Hugues Lepoivre, établi au XVIIe siècle à Fouquières-lès-Lens dans le Pas-de-Calais. Ce dernier est le fils d'Alexandre Lepoivre (1650-1715), originaire de Meurchin - également dans le Pas-de-Calais - et de Marie-Jeanne Thedrez. Il s'agit des plus lointains ancêtres connus de PPDA. La famille Poivre n'a aucun lien avec celle du botaniste lyonnais Pierre Poivre (1719-1786) - malgré les déclarations du journaliste[67].

Celui-ci se dit également « Breton d'origine et de cœur » ; il donne des prénoms bretons ou d'inspiration bretonne à deux de ses filles : Solenn et Morgane. Pourtant, le premier ascendant d'origine bretonne que compte le journaliste n'est qu'un arrière-arrière-grand-père, Laurent Kaudren[68] (1850-1884), originaire de Trégastel et employé au Chemin de fer de l'Ouest. Soit un seul de ses ancêtres sur ses seize trisaïeux. L'immense majorité des ascendants de Patrick Poivre d'Arvor est, en effet, originaire des départements du Pas-de-Calais, du Puy-de-Dôme, de la Sarthe, de la Côte d'Or, de la Creuse et de l'Allier.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En , Patrick Poivre épouse Véronique Courcoux (1942-2023)[69],[70], institutrice puis mère au foyer, née à Tarbes le .

Au début des années 2000, il a une relation de près de trois ans avec l'écrivaine Claire Castillon ; PPDA glisse quelques mots sur sa cadette de trente ans dans son roman La Mort de Don Juan[71].

Entre 2007 et , il a une relation avec Agathe Borne, qui devient chroniqueuse dans l'émission Vol de nuit qu'il anime alors sur TF1[72].

Il a eu six enfants avec Véronique Courcoux : Dorothée (née en 1963), Arnaud (né en 1972), Tiphaine (née en 1974 et morte en 1975[73] de la mort subite du nourrisson[11]), Solenn (née en 1975 et morte par suicide en 1995), Garance (mort-née en 1980[74]), Morgane (née en 1981).

Il a eu un enfant avec Claire Chazal (François, né en 1995[75]).

Parcours de ses enfants[modifier | modifier le code]

En 2004, Patrick Poivre, ses enfants Arnaud, Dorothée et Morgane et son frère Olivier déposent une requête en changement de nom auprès des services du garde des Sceaux[76], afin d'adopter officiellement le nom Poivre d'Arvor — requête satisfaite en septembre 2005, par décret[77],[78].

Lors des élections européennes de 2004, sa fille Morgane est en deuxième position sur la liste « L'Ouest au cœur » (divers droite) présentée par Michel Hunault[79],[80].

Biens immobiliers[modifier | modifier le code]

PPDA possède une maison de vacances dans les Côtes-d'Armor, sur la côte de granit rose à Trégastel[81], « à un kilomètre du château de Costaérès » comme il le dit lui-même dans une interview accordée à la chaîne bretonne Armor TV, dont il est le parrain

Controverses[modifier | modifier le code]

Interview truquée de Fidel Castro[modifier | modifier le code]

Patrick Poivre d'Arvor est accusé de manquer à la déontologie en présentant le sur TF1 des extraits d'une conférence de presse internationale de Fidel Castro comme étant une interview exclusive accordée par Fidel Castro à TF1[82]. « Une des équipes de TF1 l'a interrogé hier à Cuba[83] » explique Patrick Poivre d'Arvor, mais les plans de coupe mettent en évidence que lui et Régis Faucon ont rejoué les questions de leurs confrères en studio, et les ont insérées après coup dans le film de la conférence de presse[84].

Le bidonnage est révélé le 2 janvier 1992 par un article dans Télérama, puis argumenté images à l'appui le 25 janvier 1992 dans le Magazine du Fô de Thierry Ardisson avec un sujet du journaliste Pierre Carles incorporant une déclaration de Claudia Nye, journaliste argentine, qui est alors à côté de l'équipe de TF1 précisant qu'ils n'ont posé aucune question durant toute la conférence de presse[84],[85].

Dans l'émission Bouillon de Culture intitulée La télévision et les pouvoirs du 18 octobre 1992[86], Patrick Poivre d'Arvor conteste radicalement les critiques[87] : « On a toujours parlé, moi-même à l'antenne, d'une conférence de presse, où nous avons pu avec Régis Faucon approcher Fidel Castro lors d'une conférence de presse improvisée. Voilà exactement le mot que j'emploie », ce à quoi Bernard Pivot s'inscrit en faux ainsi qu'Albert du Roy en s'appuyant sur une retranscription rigoureuse des propos de Poivre d'Arvor de l'époque évoquant une interview[88]. L'émission Télés Dimanche du 25 octobre 1992, présente un enregistrement réalisé dans les coulisses de Bouillon de culture quelques minutes après la fin de l'émission en compagnie des invités, où Bernard Pivot répondant à la journaliste Pascale Clark (en face de Patrick Poivre d'Arvor, silencieux) fait part de son incompréhension devant l'attitude de ce dernier[89],[90].

L'affaire est portée devant le tribunal de grande instance de Paris par une association, TV Carton Jaune, créée par Arnaud Montebourg courant 1992[91], et un téléspectateur, attaquant le présentateur et la chaîne pour diffusion d'informations falsifiées, mais le tribunal refuse leur droit à agir[92].

Dans le livre Confessions, Patrick Poivre d’Arvor déclare que « s'il y avait eu faute, le CSA, dont c'est la mission, n’aurait pas manqué de nous convoquer. Cette pseudo affaire est un enchaînement de rumeurs. » Deux ans plus tard, par l'entremise de Gérard Bourgoin, PPDA réalise un long entretien personnel avec Fidel Castro[93], sans remettre en cause le montage litigieux.

Interview d'un faux garde du corps de Saddam Hussein[modifier | modifier le code]

Le , dans un contexte de guerre contre l'Irak, il diffuse dans l'émission Le Droit de Savoir une interview du « capitaine Karim », présenté comme un garde du corps repenti de Saddam Hussein. Devant les protestations de l’ambassade irakienne qui assure que l’homme est alors attaché de presse à Paris et n'a jamais approché Saddam Hussein, Patrick Poivre d’Arvor prétend l'avoir rencontré à Bagdad et avoir été fouillé par lui. Il est pourtant prouvé par la suite que le « capitaine Karim » n'a en fait, jamais été garde du corps et n'est qu'un mythomane dont certains médias se sont fait l'écho sans vérifier leurs sources[94].

Plagiat[modifier | modifier le code]

En , Patrick Poivre d'Arvor est accusé par le journaliste Jérôme Dupuis dans l'hebdomadaire L'Express d'avoir plagié, pour écrire son essai Ernest Hemingway, la vie jusqu'à l'excès (éditions Arthaud), l'ouvrage de Peter Griffin Along with youth: Hemingway, the early years, publié en 1985 aux États-Unis par l'antenne new-yorkaise d'Oxford University Press (OUP) et publié en français en 1989 aux éditions Gallimard. Selon l'auteur de l'article, Jérôme Dupuis, quelque 100 pages sur les 414 que compte le livre sont démarquées de la biographie écrite par Peter Griffin[95],[96]. Patrick Poivre d'Arvor juge ce soupçon de plagiat « très désobligeant » : « je me suis naturellement documenté auprès des nombreuses biographies existantes, au nombre desquelles celle de Griffin me semble la meilleure sur le jeune Hemingway. Mais je n'allais pas lui réinventer une vie ! » Les éditions Arthaud reconnaissent pour leur part une « grosse erreur technique » : « Le texte imprimé, diffusé par erreur à la presse en décembre, était une version de travail provisoire. Elle ne correspond pas à la version définitive validée par l’auteur »[97],[98].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Affaire Botton[modifier | modifier le code]

En , il est condamné en appel dans le procès Michel NoirPierre Botton, pour recel d'abus de biens sociaux, à 15 mois de prison avec sursis et 200 000 francs d'amende. À la suite de cette condamnation, le présentateur est suspendu du JT de 20 heures par TF1 pendant trois mois. Il fait son retour à l'antenne le 1er avril 1996[99]. Dans le livre Confession, Serge Raffy relève qu'un an plus tard, « sans qu’on en trouve le moindre écho dans la presse, cette plainte est alors effacée de son casier judiciaire par une cour lyonnaise composée de trois magistrats » dont l’un a jugé PPDA.

Procès intenté par TF1[modifier | modifier le code]

En , après une plainte en son nom propre de Nonce Paolini pour « diffamation », Patrick Poivre d'Arvor est condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 500 euros d'amende avec sursis ainsi qu'à un euro de dommages et intérêts[100]. Dans une interview au magazine mensuel Bretons en , l'ancien présentateur du 20 heures déclare alors que Nonce Paolini, nouveau PDG de TF1, a « installé un système de pointage avec des badges » à son arrivée à la tête de la chaîne, et qu'il a également mis en place une « police privée chargée de scruter les moindres déplacements » des salariés[101]. Parallèlement, le groupe TF1 porte plainte contre Patrick Poivre d'Arvor auprès du tribunal de grande instance de Nanterre en réclamant 400 000 euros pour « dénigrement ». En , il est condamné par les prud'hommes à verser 400 000 euros de dommages-intérêts à TF1, pour non-respect de sa clause de confidentialité[102]. Cette condamnation est confirmée en appel en [103]. La Cour de cassation[104] la confirme définitivement en [105].

Procès pour violation de la vie privée[modifier | modifier le code]

En 2010, Agathe Borne, son ancienne compagne, l'attaque en justice pour violation de la vie privée dans Fragments d'une femme perdue, publié chez Grasset en 2009[72]. En , il est condamné à lui verser 33 000 euros et à publier, dans deux journaux, un communiqué résumant sa condamnation, à hauteur de quatre mille euros hors taxes par publication ; toute réimpression ou réédition du livre est par ailleurs interdite[106].

Accusations de viols, agressions sexuelles et harcèlement[modifier | modifier le code]

Déclenchement[modifier | modifier le code]

En , l'écrivaine Florence Porcel dépose une plainte contre Patrick Poivre d'Arvor auprès du parquet de Nanterre, qui entraine une enquête préliminaire pour viols, confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne[107]. La jeune femme accuse l'ancien présentateur du journal de TF1 de l'avoir violée et agressée sexuellement à plusieurs reprises entre 2004 et 2009. Dans son témoignage, elle pointe « un contexte d'emprise psychologique et d'abus de pouvoir ». Celle-ci aurait envisagé de déposer plainte dès 2009, mais aurait renoncé « par crainte de ne pas être crue au regard du statut de PPDA »[108].

Patrick Poivre d'Arvor nie fermement ces accusations, dénonçant des « accusations qui ne peuvent être que fantaisistes » et « une dénonciation calomnieuse inspirée par une quête de notoriété inconvenante »[109]. Le journaliste annonce sa volonté de collaborer avec les enquêteurs et son intention de déposer plainte[110],[111]. Le 3 mars 2021, PPDA est reçu sur le plateau de l'émission Quotidien sur la chaîne TMC. S'exprimant durant une vingtaine de minutes, il se défend en ces termes des accusations portées contre lui par Florence Porcel : « Tout ça parce qu’elle avait un livre à promouvoir, si j’ai bien compris. [...] Je n’ai pas demandé d’expertise psychiatrique. [...] [C'est] quelqu’un qui [a] construit une passion, apparemment. Une passion, pardonnez-moi de vous le dire, mais non partagée. [...] J'ai senti que j'avais un peu troublé cette jeune femme.» Il affirme, catégorique : « Il ne s'est rien passé. »[112].

C'est après avoir entendu ces déclarations dans Quotidien que la journaliste Hélène Devynck contacte Florence Porcel sur les réseaux sociaux[113]. Le 11 février 2023, au journaliste de Blast David Dufresne, elle reprend ses accusations envers PPDA et justifie ainsi son silence long de plusieurs années : « Aucune d’entre nous, seule, n’aurait eu la chance de se faire entendre […]. Elle aurait été pulvérisée. Comme il l’a fait au début, avec Florence Porcel ; c’est-à-dire [qu'il l'a accusée d'être] folle, menteuse, salope, qui veut de l’argent[114]. »

Premiers soutiens et témoignages[modifier | modifier le code]

Dans des témoignages recueillis par Le Parisien, plusieurs femmes — sous couvert d'anonymat — accusent également le présentateur de comportements pouvant relever de harcèlement ou d'agressions sexuelles, qu'elles qualifient « [d']expériences traumatisantes »[115]. Par la suite, d'autres femmes relatent également leurs témoignages sur Twitter[116],[117]. Plusieurs personnalités prennent la défense de Patrick Poivre d'Arvor, dont son ex-compagne Claire Chazal et son ancien collègue Jean-Pierre Pernaut[118]. Le , Le Monde publie les témoignages de huit femmes présumées victimes de Patrick Poivre d'Arvor, dont trois pour des faits de viol[119]. L'une d'entre elles est Hélène Devynck, journaliste à TF1 au moment des faits ; elle déclare notamment avoir « cédé une fois devant l'insistance » du présentateur[120]. Une autre femme raconte : « J'ai essayé de me débattre doucement et de me dégager en murmurant que je ne voulais pas, que j'avais un petit ami, mais j'étais pétrifiée et je n'ai pas osé le repousser vigoureusement »[121]. Le parquet de Nanterre, chargé de l'enquête, précise que les témoignages « font actuellement l'objet d'un examen attentif, afin de confirmer ou non si ces faits sont prescrits »[122].

D'après les témoignages, il est alors « impensable de ne pas passer à la casserole » et Patrick Poivre d'Arvor demande à toutes les filles de la rédaction : « Est-ce que t'es en couple, est-ce que t'es fidèle ? », ce qui est même « devenu son surnom »[119]. Ses assistantes voient défiler dans son bureau de nombreuses femmes (étudiantes, stagiaires, collaboratrices ou autres), que, « pour rigoler », elles surnomment alors entre elles « le McDo de Patrick »[123].

Nouvelles plaintes[modifier | modifier le code]

En mai 2021, deux nouvelles plaintes visent PPDA, l'une pour viol, l'autre pour agression sexuelle[124].

Après quatre mois d'investigation, huit plaintes et les témoignages de vingt-trois femmes, l'enquête pour viols est classée sans suite parce qu'une grande majorité de ces accusations tombent sous le coup de le « prescription » tandis que d'autres, dont celle de Florence Porcel, sont rejetées pour « insuffisance de preuves », a indiqué le parquet de Nanterre[125]. Selon Le Monde, un élément matériel fourni par la défense de PPDA a pesé dans la décision du parquet de Nanterre dont le témoignage de Dominique Ambiel, ami et associé du journaliste, qui a affirmé n'avoir assisté à aucune scène de viol le dans le bureau de PPDA (le jour indiqué par Florence Porcel) qu'il décrit comme entièrement vitré et donnant sur le sien[126]. Selon Le Journal du dimanche, c'est le compte rendu de l'examen psychologique de Florence Porcel remettant en cause sa « sincérité » et affirmant qu'elle ne présente « aucun symptôme psychotraumatique » qui a joué dans la décision de la procureure de Nanterre, Catherine Denis[127]. De même, la plainte de PPDA pour « dénonciation calomnieuse » contre Florence Porcel a également été classée sans suite par le parquet, qui a invoqué une « absence de démonstration d'une intention de nuire »[128].

En juillet 2021, une femme de 49 ans apporte son témoignage sur le viol qu'elle aurait subi lorsqu'elle était âgée de 16 ans en 1988 par PPDA sur son lieu de travail. Les faits étant prescrits, elle déclare ne pas vouloir porter plainte[129],[130].

En France, apparaît à cette période un « MeToo médias »[131], quand le quotidien Libération fait sa une du sur une enquête de huit pages recoupant les accusations de huit femmes pour des faits supposés de viols, agressions, ou harcèlement sexuel[132], puis une enquête d'Envoyé spécial consacrée également à une autre ex-star des médias, Nicolas Hulot. En mai 2022, Mediapart organise une émission dans laquelle témoignent 20 femmes accusant PPDA de violences sexuelles[133].

En décembre 2021, trois nouveaux témoignages pour des faits similaires s'ajoutent à la liste[134]. Deux nouvelles procédures judiciaires pour viol sont engagées le même mois[135].

En septembre 2022, deux nouvelles plaintes ont été déposées contre PPDA devant le parquet de Nanterre. Selon Le Parisien, qui rapporte l'information, les deux plaignantes sont Maïté, une Belge de 49 ans, et Alejandra, une Franco-Argentine de 56 ans[136]. Le 19 avril 2023, le tribunal de Nanterre annonce que trois nouvelles femmes se sont manifestées pour dénoncer des faits de viol et d’agressions sexuelles[137].

Plainte pour dénonciations calomnieuses[modifier | modifier le code]

Le 26 avril 2022, PPDA porte plainte pour dénonciation calomnieuse contre 16 des femmes l'ayant accusé de violences sexuelles[138]. Il effectue cette plainte 48 heures avant la diffusion du magazine Complément d'enquête, dans lequel il est mis, une nouvelle fois, en cause, par des femmes qui témoignent à visage découvert[139]. Une nouvelle plainte pour viol est déposée contre lui le 28 avril[140].

PPDA porte plainte pour diffamation publique contre Le Parisien, après que le journal a révélé la plainte de Florence Porcel[141]. En avril 2023, il se désiste de cette plainte[142].

Amplification des témoignages[modifier | modifier le code]

Depuis des décennies, il était de notoriété publique[143] que PPDA avait des rapports problématiques avec les femmes[144], ayant un impact négatif sur leur pratique professionnelle à venir[145].

Le 10 mai 2022, une émission spéciale, intitulée « 20 femmes prennent la parole », est diffusée sur Mediapart[146]. Pendant deux heures trente d'interview, à visage découvert pour la plupart, 20 femmes témoignent de leurs agressions et notamment d'un viol présumé sur mineure[147].

En juin 2022, les investigations sont étendues aux faits a priori prescrits dénoncés par Florence Porcel, notamment le viol datant de 2004[148].

Le 19 septembre 2022, le journal Libération publie une enquête incluant des nouveaux témoignages d'accusations de viols et d'agressions sexuelles dans le monde de l'édition dont les écrivaines Margot Cauquil-Gleizes et Bénédicte Martin[149],[150]. Le nombre de femmes témoignant contre lui est alors de quatre-vingt-dix[151]. Un livre de la journaliste Hélène Devynck, publié le 23 septembre et intitulé Impunité, démontre l'ampleur des faits[152]. L'écrivain Bénédicte Martin dans les médias dénonce l'inaction et l'indifférence de Frédéric Beigbeder, qui était son éditeur en 2003. Il admet qu'il avait connaissance des agissements de PPDA[153] et aurait pris son témoignage à la légère, explosant de rire et considérant cet acte très banal à l'époque comme « un baptême ou un adoubement ». Avec le recul, il déclare « Je suis désolé si je n'ai pas réagi en 2003 comme je le ferais aujourd'hui »[154]. La sociologue Irène Théry estime qu'« avec l’affaire PPDA, nous vivons notre affaire Weinstein »[155]. En octobre, le journaliste Jacques Legros affirme qu' « à TF1, tout le monde était au courant que PPDA aimait les femmes jusqu'à l'excès »[156]. Ces propos font vivement réagir du fait qu'il amalgame l'amour et la prédation sexuelle[157].

Parallèlement, sa présence dans le jury du grand prix du rayonnement français 2022, organisé sous le haut-patronage d’Emmanuel Macron, suscite l’indignation de la part de personnalités politiques et féministes[158]. Joëlle Garriaud-Maylam, présidente de l’événement, justifie le maintien de PPDA du fait qu'elle a perdu ses mots de passe pour mettre à jour le site et que la page officielle doit être réactualisée « prochainement ». À la suite de cette polémique, l'événement est annulé et reporté[159].

Sérialité et fin de la prescription[modifier | modifier le code]

Malgré la prescription des faits, les plaintes s'accumulent contre PPDA[160]. En septembre 2022, la cour d'appel de Versailles annule les effets du classement sans suite, en argumentant que si la sérialité des faits était démontrée, cela annulerait la prescription et pourrait faire aboutir l'enquête. La sérialité désigne des faits impliquant un même auteur, un mode opératoire similaire, et un même profil de victime[161]. Ceci constituerait une première en matière de violences sexuelles[162]. Cette possibilité est vécue comme une excellente nouvelle par les victimes, mais suscite le débat pour d'autres personnes. Ainsi, Élisabeth Badinter crée la polémique en critiquant cette possibilité de contourner cette prescription qui impliquerait à considérer les violences sexuelles comme étant des crimes contre l'humanité qui sont imprescriptibles en déclarant « ce n’est pas possible. Il faut être logique : les violences faites aux femmes sont punies, mais enfin est-ce que ce sont des crimes de l’Humanité, il ne faut pas exagérer, c’est même indécent »[163].

Le 30 septembre 2022, Le Parisien publie les témoignages de deux nouvelles femmes portant plainte contre Patrick Poivre d'Arvor pour des faits de viol en 1992 et 2005[164]. En janvier 2023, le journaliste Romain Verley publie Le Prince noir, un ouvrage enquête, après un an et demi d'investigations[165], sur les agissements de PPDA pendant des décennies. Une des femmes ayant témoigné demande à être anonymisée, l'éditeur Fayard et l'auteur acceptent cette requête en février pour les rééditions à venir du livre[166],[167].

Les 2 et 8 mars 2023[168], Patrick Poivre d'Arvor est interrogé deux fois en l'espace d'une semaine par les enquêteurs. Il avait déjà été auditionné le 12 juillet 2022, mais les nouveaux témoignages qui ont suivi ont entraîné ces nouvelles auditions[169].

En avril 2023, trois nouvelles femmes témoignent devant la justice, ce qui relance une seconde enquête préliminaire, qui était en voie de clôture. Les témoignages passent alors au nombre de 22[170].

En juillet 2023, PPDA fait face pour la première fois à l'une de ses accusatrices, dans les locaux de la Brigade de la répression de la délinquance aux personnes (BRDP)[171]. Le total des femmes ayant saisi la justice à cette date est de quarante cinq. La plupart affirment avoir été violées dans le bureau du présentateur, située dans la tour de TF1, après le journal qu'il présentait à 20 heures[171].

Mise en examen[modifier | modifier le code]

En décembre 2023, PPDA est mis en examen pour viol sur la journaliste Florence Porcel[172]. Les faits reprochés remontent à 2009. Il s'agit de sa première mise en examen[173].

Engagement[modifier | modifier le code]

Patrick Poivre d'Arvor, à vélo, lors de l'opération « On a tous un cœur », à Montpellier au cours du Tour de France 2009.

Militant giscardien dans sa jeunesse[174], il est membre du club Le Siècle, club d’influence rassemblant dirigeants politiques, économiques, culturels et médiatiques français[175].

Il intervient dans les années 1980 au Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés (CIEL), une organisation conservatrice qui s'oppose notamment à François Mitterrand[176].

Il remporte le rallye de Tunisie en 1984. En 1996, PPDA participe avec Yvan Bourgnon à la Transat Québec-Saint-Malo pendant onze jours[177]. Il participe au marathon de New York en 2001 et 2006. En 2005, il escalade le mont Blanc en compagnie de Gérard Holtz puis le Kilimandjaro en 2012[178]. Il remporte à deux reprises le Trophée des Personnalités à Roland-Garros. Il pratique de nombreux sports (football, rugby, parachutisme, saut à l’élastique entre autres)[179].

En 2006, il participe au théâtre de la Madeleine à la mobilisation en faveur des populations du Darfour. Il parraine un défi sportif de la navigatrice française Maud Fontenoy.

En 2007, PPDA participe avec Sylvie Pinatel à la course Le Grand Parcours sous le drapeau de Reporters sans frontières.

Il est ambassadeur de bonne volonté de l'UNICEF pour la France depuis novembre 2004[180] et pour les pays francophones depuis 2007[181],[182].

Patrick Poivre d’Arvor et Maud Fontenoy en 2006

En 2008, il est avec Maud Fontenoy, le parrain de la 40e édition de la Course Croisière EDHEC[183].

En 2009, il participe à l'émission Fort Boyard : son équipe récolte 20 620 € pour le Secours populaire français[184].

En , il soutient le bus parrainé par la cantatrice Natalie Dessay pour la libération d'Aung San Suu Kyi, figure de l'opposition non-violente à la dictature militaire de Birmanie, prix Nobel de la paix en 1991[185].

Il est le parrain du musée des lettres et manuscrits de Paris[186]. À la suite des problèmes judiciaires rencontrés par la société Aristophil, le Musée des lettres et manuscrits a fermé en 2015.

En 2017, il devient le parrain de l'école Espérance banlieue à Asnières-sur-Seine et offre un chèque de 50 000 euros à celle-ci, au nom de la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse[187].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Patrick Poivre d’Arvor et les Écrivains de Marine en 2014

Jurys[modifier | modifier le code]


Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2001 il est lauréat du prix Roland-Dorgelès En 2007, il est élu vice-président de l'association des écrivains de Marine[191], et a donc, à ce titre le grade de capitaine de frégate de la réserve citoyenne. En 2022, il démissionne des écrivains de Marine, sous la pression notamment du président de l'association, Didier Decoin[192].

En , Armor magazine lui a décerné le titre de « Breton de l'année »[193].

Le 26 mai 2011, la rose « Patrick Poivre d’Arvor » a été baptisée lors des journées « jardins, jardin » à Paris[194].

En , Patrick Poivre d'Arvor brigue le fauteuil numéro 40 de l'Académie française[195] mais échoue, ne récoltant que trois voix (selon les tours) sur vingt-cinq votants[196],[197]. Personne n'est élu ce jour-là.

En , il est intronisé compagnon du Beaujolais lors d'une cérémonie à Villié-Morgon[198].

Patrick Poivre d’Arvor et les membres du jury du Prix Bretagne en 2017

Décorations[modifier | modifier le code]

En , sous la présidence de Jacques Chirac, Patrick Poivre d'Arvor est fait chevalier de la Légion d'honneur. Il est élevé, en , au grade de commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres. Après avoir été nommé chevalier en , il est promu, en , officier de l'ordre national du Mérite[199].

Caricature et critique[modifier | modifier le code]

PPD des Guignols de l’info lors d’une exposition de marionnettes à la citadelle de Besançon en 2013

À partir de 1988, sa caricature marionnette, surnommée « PPD » avec une voix imitée par Yves Lecoq, assure la présentation du journal satirique Les Guignols de l'info sur Canal+, d'abord en duo avec la marionnette de Christine Ockrent, puis en solo à partir de 1990. Sa marionnette reste à ce poste plusieurs années après sa propre éviction du journal télévisé. En , dans le cadre du 20e anniversaire de l'émission, il présente une émission en personne sur le plateau, à la place de sa marionnette[200].

Publications[modifier | modifier le code]

Patrick Poivre d'Arvor au festival de Cannes 2008.

Patrick Poivre d'Arvor est un écrivain prolifique avec une soixantaine d'œuvres littéraires, coécrites pour certaines avec son frère Olivier Poivre d'Arvor. Une partie de son œuvre est d'inspiration autobiographique. Il est auteur de nombreuses préfaces.

Romans[modifier | modifier le code]

Ouvrages autobiographiques[modifier | modifier le code]

Patrick Poivre d'Arvor en 2011.

Documents et biographies[modifier | modifier le code]

Anthologies[modifier | modifier le code]

Livres audio[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Patrick Poivre d'Arvor a fait plusieurs apparitions dans des œuvres cinématographiques, interprétant souvent son propre rôle de présentateur du journal télévisé.

En 2019, il est l'invité d'honneur du Festival films courts Dinan (en Bretagne) et présente son premier téléfilm en tant que réalisateur, Mon frère Yves[204].

Acteur ou intervenant[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Parc d'attraction[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Dragon Ride, au parc Vulcania : présentation d'un faux JT

Autres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Mise en scène[modifier | modifier le code]

En juin 2010, Patrick Poivre d’Arvor met en scène avec Manon Savary l'opéra-comique Carmen de Georges Bizet au château du Champ-de-Bataille dans l'Eure[209]. Il est également présenté de juin à septembre dans différents lieux prestigieux dans le cadre de l'opération « Les opéras en plein air » : au parc de Sceaux[210], à la cité de Carcassonne, à Perpignan, au mont Saint-Michel, aux châteaux de Chambord, de Vincennes[211] et de Fontainebleau[212] et dans la cour d'honneur des Invalides[209].

Depuis mars 2010 il a créé avec le pianiste Jean-Philippe Collard le récital L'Ame déchirée[213].

En juin et juillet 2011, il réalise le film Mon frère Yves, d'après le roman Mon frère Yves de Pierre Loti avec Thierry Frémont et Jérôme Kircher, diffusé le sur France 3.

Depuis 2012 il se produit avec le quatuor Salieri dans le Transsibérien[214].

Depuis janvier 2013, il a créé avec le pianiste Hugues Leclère le récital L'Engrenage[215].

En août et septembre 2014 il met en scène Don Giovanni avec Manon Savary dans différents sites historiques français (parc de Sceaux, château du Champ-de-Bataille, château de Vincennes, cité de Carcassonne, château d'Haroué, cour d'honneur de l'hôtel des Invalides et château de Fontainebleau), toujours dans le cadre des « Opéras en plein air »[216].

Opéra[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Un amour en guerre, opéra en quatre actes avec un livret écrit par Patrick Poivre d'Arvor et une musique composée par Caroline Glory, créé le avec une mise en scène de Patrick Poivre d'Arvor à l'opéra-théâtre de Metz[217],[218]. La distribution est composé de Jacques Blanc qui interprète le chef d'orchestre, Nathalie Manfrino qui interprète madeleine, Sabine Revault d'Allones qui interprète France, Sébastien Guèze qui interprète Jacques, Jean-Baptiste Henriat qui interprète Antoine, et Antoine Chenuet qui interprète Augustin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Beaucarnot, Frédéric Dumoulin, Dictionnaire étonnant des célébrités, First Editions, , p. 96.
  2. a et b « Fichier des personnes decedees ».
  3. https://www.public.fr/News/PPDA-Il-pleure-son-pere-1723220
  4. avec Olivier Poivre d'Arvor, Le Roman de Virginie, Paris, Balland, , 218 p. (ISBN 2-277-22080-9).
  5. a et b Jean-Louis Beaucarnot, Frédéric Dumoulin, Dictionnaire étonnant des célébrités, First Editions, , p. 97.
  6. a et b « Patrick Poivre d'Arvor: « J'étais un enfant sauvage » ; Le journaliste nous raconte son enfance », Gala, (consulté le ).
  7. « Patrick Poivre d'Arvor victime de harcèlement », Le Point, .
  8. « Patrick Poivre d'Arvor : harcelé à l'école, sa surprenante astuce pour échapper aux coups », Voici, (consulté le ).
  9. Anissa Nassr, « PPDA a survécu au harcèlement scolaire grâce au "Petit Prince" », Femme actuelle, (consulté le ).
  10. Jacques Asline, op. cit., p. 409
  11. a et b Corinne Thermes, « L'enfance au cœur »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], Vivre, , p. 4-7.
  12. a b c d e f et g « Patrick Poivre d'Arvor », sur ActuStar.com (consulté le ).
  13. https://www.lefigaro.fr/livres/2009/04/16/03005-20090416ARTFIG00400-ppda-le-poeme-cache-.php
  14. Institut national de l'audiovisuel, « Jack Lang interrogé par Arlette Chabot et Alain Duhamel sur France 2 dans l'émission Franchement »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [vidéo], sur ina.fr, .
  15. "PPDA : "J'ai fondé les Jeunes républicains indépendants en Champagne-Ardenne" France Info le 10/05/2015 [1]
  16. « Entretien de Françoise Moreux avec Patrick Poivre d’Arvor », Orients. Bulletin de l’association des anciens élèves et amis des langues orientales,‎ , p. 17-18 (lire en ligne).
  17. Marie-Hélène Hérouart, « Patrick Poivre d’Arvor « inapte au métier » ? Le jugement sévère pendant ses études », sur gala.fr, (consulté le ).
  18. a b c d e et f "PPDA. L'inconnu du 20 heures", par Hubert Coudurier, en 1996 aux Éditions Robert Laffont [2]
  19. Parmi lesquelles on compte Le Harem en folie (1927), Filles de joie (1925), L'Amant frénétique (1927) ou encore L'Abbé chez les poules (1925).
  20. Cécile Morana, « Vivement dimanche, France 2 : découvrez le vrai nom de famille de Patrick Poivre d'Arvor  », Télé Star,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. a et b Romain Verley, PPDA le prince Noir, Fayard, .
  22. a et b François Audigier, « Les jeunes Giscardiens »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Recherches contemporaines, 2000-2001, p. 207.
  23. Pierre-Marie Dioudonnat et Sabine Bragadir, Dictionnaire des 10 000 dirigeants politiques français, Paris, Sedopols, , p. 574.
  24. « Envoyé Spécial » [vidéo], sur INA.fr (consulté le ).
  25. « Patrick Poivre d'Arvor », sur France 5.fr (consulté le ).
  26. Patrick Poivre d'Arvor, A demain, Fayard, , p. 87.
  27. Frédéric Attal, Christophe Bellon, Noëlline Castagnez-Ruggiu, La France de la Ve République, Armand Colin, , p. 233.
  28. « Patrick Poivre d'Arvor », sur Voici (consulté le ).
  29. « Patrick Poivre d'Arvor », sur Paris Match (consulté le ).
  30. « Et le Dakar survécut », L’Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « À la folie… », sur Toutelatele.com (consulté le ).
  32. Thibault Leroi, « RTL : « Une grille de conquête » », sur radioactu.com, .
  33. « PPDA ne souhaite pas prendre les rênes du CSA », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Jacques Séguéla, La parole de Dieu, le Club, , p. 367.
  35. Jacques Santamaria, Patrice Duhamel, L'Élysée. Histoire, secrets, mystères, éditions Plon, , p. 107.
  36. « TF1 embauche Laurence Ferrari pour le 20h à la place de PPDA », sur jeanmarcmorandini.com, .
  37. « PPDA : une génération d'actu au 20H de TF1 », sur ozap.com, .
  38. « Laurence Ferrari présente le 20H de TF1 à la rentrée 2008 », sur RTL, .
  39. « TF1 : Laurence Ferrari prend les rênes du 20 heures », sur TF1, .
  40. « PPDA sur le départ... en 2012 », sur Libération.fr, .
  41. « PPDA : “Mon éviction n'est pas journalistique !” », sur jeanmarcmorandini.com, .
  42. Serge Portelli, Le sarkozysme sans Sarkozy, Grasset, , p. 121.
  43. Rémi Jacob, « Combien gagnait Patrick Poivre d'Arvor lorsqu'il était le présentateur du 20 heures de TF1 ? Son salaire dévoilé », sur programme-tv.net, .
  44. Joseph Agostini et Alexandre Raveleau, « Patrick Poivre d’Arvor, le roi de l’info (partie 2) », sur toutelatele.com, .
  45. Julien Lalande, « PPDA « polémiste » sur RTL mercredi ! », sur Ozap.com, .
  46. « Gulli lance ce soir à 20h35, "Qui l'a lu", un nouveau magazine produit par 2P2L consacré à la littérature parrainé par Patrick Poivre D'Arvor », sur telesatellite.com, .
  47. « Qui l'a lu », sur Gulli.
  48. Julien Lalande, « PPDA va travailler à "Paris Match" », sur Ozap.com, .
  49. Julien Mielcarek, « France 5 confirme l'arrivée de PPDA dès le 11 janvier », sur Ozap.com, .
  50. « La nouvelle émission de PPDA sur France5 change de titre », sur jeanmarcmorandini.com, .
  51. « Patrick Poivre d'Arvor annonce l'arrêt de son émission sur France 5 », sur jeanmarcmorandini.com, .
  52. Daniel Psenny, « PPDA animera dès février un mensuel sur Arte », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  53. Julien Mielcarek, « Bande-annonce : PPDA arrive sur Arte dès ce soir », sur Ozap.com, .
  54. agence France-Presse, « France Soir lance une nouvelle formule », sur lefigaro.fr, .
  55. Adeline Journet, « PPDA congédié de France Soir », sur lexpress.fr, .
  56. « Une maison, un écrivain : PPDA visite des maisons d'écrivains tout l'été sur France 5 », sur tele.premiere.fr, .
  57. Benoît Daragon, « Affaire Patrick Poivre d’Arvor : France Télévisions évince le journaliste de son magazine «Une Maison, un Artiste» », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  58. « Affaire PPDA : l’ex-présentateur retiré d’« Une maison, un artiste », sa dernière émission », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. « PPDA donne la parole aux Français », sur lefigaro.fr, .
  60. Jean-Marc Verdrel, « “Flash-Back”, le nouveau mag de France 3 avec Arnaud et Patrick Poivre d'Arvor », sur coulisses-tv.fr, .
  61. « Patrick Poivre d'Arvor sera le président du jury du festival de Luchon 2014 », sur jeanmarcmorandini.com (consulté le ).
  62. Enguérand Renault, « Radio Classique offre une tranche d'information à PPDA », Le Figaro, encart « Économie », samedi 16 / dimanche 17 novembre 2013, p. 26
  63. PPDA placé en garde à vue, Europe 1 (26 novembre 2015).
  64. « Elkabbach, PPDA, Arhab, Menant : La nouvelle grille de CNews (ex-iTELE) », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. « Radio Classique : Laurence Ferrari arrive, Patrick Poivre d'Arvor s'en va », sur ozap.com, (consulté le ).
  66. Philippe Laloux, « Christine Ockrent et PPDA bientôt chroniqueurs pour LN24 », le soir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. Dans ses livres, PPDA affirme en effet que, selon la légende familiale, il descend du célèbre botaniste Pierre Poivre : « [Pierre Poivre] dont la légende familiale prétendait que nous descendions. » Mais il précise que, celui-ci n'ayant eu que des filles (Marie, Françoise et Sarah), il descend en réalité du frère de Pierre, Jacques Poivre : « [...] une généalogie de l'explorateur botaniste montrant que nous descendions de son frère Jacques. » Or Jacques Poivre (né en 1726) était moine bénédictin et n'a pas eu de descendance. Jacques et Pierre n'ont eu que deux frères - Denis et Jean Poivre, respectivement nés en 1722 et 1724 - qui ne comptent pas davantage parmi les ancêtres du journaliste. Ces quatre frères Poivre descendent d'une longue lignée de maîtres passementiers, déjà présents dans la région Auvergne-Rhône-Alpes à la fin du 16e siècle. Au XVIIIe siècle, les ascendants de PPDA sont le journalier Hugues Lepoivre (1686-1761), son fils Jean-Baptiste Lepoivre (1716-1782) et le fils de ce dernier, Bernard-Joseph Poivre (1746-1814). Tous trois résident dans le Pas-de-Calais. L'assertion selon laquelle il existe un lien familial entre les frères Poivre et la famille de PPDA est donc fausse.
  68. Époux d'Augustine-Amélie Béchard (originaire d'Eure-et-Loir), Laurent Kaudren décède en banlieue parisienne, où il installe son foyer.
  69. « Patrick Poivre d’Arvor : son épouse et mère de ses six enfants est décédée ! », sur Public.fr, (consulté le )
  70. Prisma Média, « Patrick Poivre d’Arvor et Véronique Courcoux : ces terribles épreuves qu’ils ont dû affronter - Gala », sur Gala.fr, (consulté le )
  71. Jérôme Dupuis, « On n'empêche pas Claire Castillon... », sur L'Express, .
  72. a et b Jérôme Dupuis, « PPDA poursuivi pour un premier plagiat », sur lexpress.fr, .
  73. https://www.public.fr/News/Patrick-Poivre-d-Arvor-l-impossible-deuil-de-ses-3-enfants-1600879
  74. Sonia Ouadhi, « Patrick Poivre d'Arvor : ces deux autres deuils qui l'ont marqué à vie », sur voici.fr, .
  75. « Patrick Poivre d'Arvor », sur Paris Match (consulté le ).
  76. Journal officiel de la République française,  : demandes 68656 à 68659.
  77. BFM TV qui êtes vous PPDA 12/03/2016
  78. Le décret du 16 mai 2014 paru le 18 mai 2014 au journal officiel nommant Olivier Poivre d'Arvor comme président du conseil d'administration du Musée national de la marine n'emploie pas la locution "dit poivre d'arvor" comme l'a fait celui du 13 juillet 2005 attribuant une légion d'honneur à PPDA.
  79. « Vingt et une listes pour dix sièges à pouvoir, et quelques fortes personnalités », Le Figaro,‎ .
  80. Parlement européen, « Présentation des listes », sur europa.eu, .
  81. Sébastien Kerroux, « Interview avec PPDA effectuée ! Visite à TF1 également ! », sur blogg.org, .
  82. Olivier Cyran et Mehdi Ba, Almanach critique des médias, éditions Les Arènes, (ISBN 2-912485-83-5), « PPDA/Castro - Fausse interview, vrai mensonge ».
  83. TF1, 20 heures, ouverture du journal par Patrick Poivre d'Arvor.
  84. a et b « Les casseroles de PPDA », L'Express.fr, 05 janvier 2011.
  85. « Magazine du fô » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le ).
  86. « "Bouillon de culture" La télévision et les pouvoirs (TV Episode 1992) », sur IMDb (consulté le ).
  87. Laurence Leveneur, « Réflexivité diffuse et représentations stéréotypées du journaliste : le miroir aux alouettes », sur hal.archives-ouvertes.fr (consulté le ).
  88. Antenne 2, Bouillon de Culture La télévision et les pouvoirs du 18 octobre 1992.
  89. « Il présente merveilleusement le journal. Et un jour je lui ai dit en tête à tête : je n'arrive pas à comprendre pourquoi de temps en temps ... il ne dit pas la vérité. Moi je suis persuadé que pour l'histoire de Castro s'il avait dit : écoutez, j'ai fait une connerie, qui n'a pas fait une connerie dans sa vie, il aurait mis tous les rieurs de son côté. Au lieu de ça il s'enfonce dans un truc interminable, il a encore fait 25 pages là dessus… Moi je pense qu'il a eu tort ! »

    — Bernard Pivot

  90. Télés Dimanche du 25 octobre 1992.
  91. A. Montebourg sur politique.net.
  92. TGI Paris, 1re ch., 28-04-1993, obs. « Un téléspectateur et une association peuvent-ils agir en justice pour défendre le droit à une information honnête et exacte ? » – Thierry Massis – D. 1995. 263.
  93. Conversations avec Serge Raffy 2005, p. 126-127
  94. « Les casseroles de PPDA », LExpress.fr,‎ (lire en ligne).
  95. Jérôme Dupuis, « Patrick Plagiat d'Arvor », L'Express,‎ (lire en ligne).
  96. Augustin Scalbert, « PPDA accusé de plagiat pour sa biographie d'Hemingway », sur Rue89, nouvelobs.com, .
  97. Geoffrey Le Guilcher, « Plagiat de PPDA : les éditions Arthaud plaident pour une erreur due aux vacances… », sur lesinrocks.com, .
  98. https://www.lexpress.fr/culture/les-casseroles-de-ppda_950057.html
  99. « Reportage de l'émission "Télés-Dimanche" sur le retour de PPDA au 20h00 », sur dailymotion.com, (consulté le ).
  100. Julien Mielcarek, « PPDA condamné pour diffamation envers Nonce Paolini », sur Ozap.com, .
  101. Guy Dutheil, « Plaintes en série de TF1 contre l'ancien présentateur Patrick Poivre d'Arvor », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  102. Emmanuel Berretta, « PPDA condamné à verser 400 000 euros à TF1 », sur Le Point, .
  103. Julien Bellver, « TF1 : La cour d'appel de Versailles confirme la condamnation de PPDA », sur PureMédias, .
  104. Chambre sociale de la Cour de cassation, 14 janvier 2014, no 12-27284, "Patrick Poivre d’Arvor c/ société France Télévision 1".
  105. Alfredo Allegra, « Patrick Poivre d’Arvor aurait dû s’abstenir de critiquer TF1 », sur Lextimes.fr, .
  106. « PPDA condamné pour atteinte à la vie privée et au droit d'auteur », sur L'Express,  ; Jugement du TGI de Paris, 7 septembre 2011.
  107. « Patrick Poivre d'Arvor visé par une enquête pour viols », sur RTL Info (consulté le ).
  108. Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê, « Patrick Poivre d’Arvor visé par une enquête pour viols », sur Le Parisien, (consulté le ).
  109. « Patrick Poivre d'Arvor visé par une enquête pour viols aggravés », sur nicematin.com, (consulté le ).
  110. « Patrick Poivre d’Arvor poursuivi dans le cadre d’une enquête pour viols », sur Le Monde, (consulté le ).
  111. Alexandra Milhat, « PPDA accusé de viols par Florence Porcel : que sait-on de l’affaire ? », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  112. « Patrick Poivre d'Arvor s'exprime pour la première fois après avoir été accusé de viols », sur MYTF1, (consulté le ).
  113. Les deux femmes ne se connaissent, alors, pas encore.
  114. « Impunité et VSS : Comment fracasser le mur du silence ? » (consulté le ).
  115. Benoît Daragon, Michael Zoltobroda et Jean-Michel Décugis, « Affaire PPDA : «Je lui ai dit, arrêtez Patrick, ça ne va pas !» », sur Le Parisien, (consulté le ).
  116. Aude Lorriaux et Thibaut Chevillard, « PPDA accusé de viol : D’autres femmes témoignent de violences sexuelles et de comportements déplacés », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  117. Juliette Pierron, « PPDA accusé de viols : "Seule avec lui, j'ai eu peur" », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  118. « Après Florence Porcel, huit femmes accusent PPDA de violences sexuelles », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  119. a et b Aude Dassonville, Yann Bouchez et Lorraine de Foucher, « De nouvelles accusations de violences sexuelles contre Patrick Poivre d’Arvor », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  120. « Hélène Devynck et 7 autres femmes livrent de nouveaux témoignages contre PPDA », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  121. Laurent Louët, « « C’était impensable de ne pas passer à la casserole »: Patrick Poivre d’Arvor ciblé par de nouveaux témoignages », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  122. « PPDA : La justice a reçu deux autres témoignages de viols, aucune plainte supplémentaire », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  123. « PPDA : ses assistantes surnommaient les femmes qui passaient dans son bureau les “Mcdo de Patrick” », sur aufeminin.com, .
  124. « Accusations de viols : Patrick Poivre d'Arvor visé par deux nouvelles plaintes », sur Franceinfo, (consulté le ).
  125. Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê, « L’enquête pour «viols» visant PPDA classée sans suite », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  126. « L’enquête pour viols contre Patrick Poivre d’Arvor classée sans suite pour « prescription » et « insuffisance de preuves » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  127. Pascal Ceaux, « Affaire PPDA : pourquoi l'enquête a été classée », sur lejdd.fr, .
  128. « L’enquête pour viols contre Patrick Poivre d’Arvor classée sans suite pour « prescription » et « insuffisance de preuves » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  129. « Affaire PPDA : une nouvelle accusation de viol contre l'ex-présentateur », sur actu.fr (consulté le ).
  130. « Nouvelle accusation contre PPDA, d’une femme mineure au moment des faits », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  131. "Sabine Prokhoris : l'hégémonie à visée purificatrice de MeToo étend son empire" par Sabine Prokhoris dans L'Express le 28/11/2021 [3]
  132. Jérôme Lefilliâtre et Anne Diatkine, « Violences sexuelles: huit femmes accusent PPDA », sur Libération (consulté le ).
  133. François Rousseaux, « Sur “Mediapart”, vingt femmes accusent PPDA : les coulisses d’une émission exceptionnelle » Accès payant, sur Télérama, (consulté le ).
  134. Anne Diatkine et Jérôme Lefilliâtre, « Affaire PPDA : une accumulation de nouvelles accusations », sur Libération (consulté le ).
  135. « Affaires PPDA : deux nouvelles procédures judiciaires pour viol », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  136. « "Je me suis retournée, il avait baissé son pantalon": deux nouvelles plaintes contre PPDA, dont celle d'une femme belge », sur lalibre.be, (consulté le ).
  137. LIBERATION et AFP, « Affaire PPDA : trois nouvelles femmes saisissent la justice », sur Libération (consulté le ).
  138. « Patrick Poivre d'Arvor porte plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre 16 femmes l'accusant de harcèlement et violences sexuelles », sur France Info, (consulté le ).
  139. « Avant Complément d’enquête, Patrick Poivre d’Arvor porte plainte contre 16 femmes pour «dénonciation calomnieuse» », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le ).
  140. « Affaire PPDA : une nouvelle plainte pour viol vise le journaliste », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  141. https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/affaire-patrick-poivre-d-arvor-ou-en-sont-les-procedures-judiciaires-apres-les-accusations-de-harcelement-et-de-violences-sexuelles-visant-le-journaliste_5105359.html
  142. « Affaire PPDA : L’ancien présentateur abandonne ses poursuites pour diffamation contre Le Parisien », 20 Minutes, 19 avril 2023.
  143. « Affaire PPDA : "Tout un milieu savait, tout un milieu le protégeait" », sur arretsurimages.net (consulté le ).
  144. « « PPDA, la chute d’un intouchable », sur France 2 : grandeur et décadence d’un Janus cathodique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  145. Johanna Luyssen, « «Pendant dix ans je n’ai jamais envoyé une fille en stage chez TF1»: l’affaire PPDA et les carrières entravées », sur Libération (consulté le ).
  146. « PPDA m’a juste montré qu’on pouvait être une star du JT et une ordure », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  147. Juliette Geay, « PPDA : ce que contient l'émission spéciale "20 femmes prennent la parole" diffusée sur Mediapart », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  148. « Affaire PPDA : les investigations étendues aux faits a priori prescrits dénoncés par Florence Porcel », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  149. Anne Diatkine et Jérôme Lefilliâtre, « Affaire PPDA: de nouveaux témoignages accablants », sur libération.fr (consulté le ).
  150. Lauren Provost, « Affaire PPDA : elles attendent », sur Libération (consulté le ).
  151. « Affaire PPDA : "Ces nouveaux témoignages me mettent profondément en colère", réagit une des membres du collectif de plaignantes », sur Franceinfo, (consulté le ).
  152. Yves Jaeglé, « Affaire PPDA : Impunité, le livre-enquête accablant d’Hélène Devynck », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  153. Anne Diatkine, « Frédéric Beigbeder réagit aux révélations de «Libé» dans l’affaire PPDA : «J’étais très con à cette époque» », sur Libération (consulté le ).
  154. « Affaire PPDA : « J’étais très con à cette époque », admet Beigbeder », sur Le Point, (consulté le ).
  155. « Pour la sociologue Irène Théry, « avec l’affaire PPDA, nous vivons notre affaire Weinstein » », sur L'Obs, (consulté le ).
  156. « Affaire PPDA : «On savait qu’il aimait les femmes jusqu’à l’excès», confie Jacques Legros », sur Europe 1 (consulté le ).
  157. « "Il aimait à l'excès" : pourquoi les propos de Jacques Legros sur PPDA indignent », sur terrafemina.com (consulté le ).
  158. Marceau Taburet, « La présence de PPDA dans le jury du Grand prix du rayonnement français suscite l’indignation », sur libération.fr (consulté le ).
  159. Marceau Taburet, « Affaire PPDA: la cérémonie de remise du Grand prix du rayonnement finalement reportée », sur Libération (consulté le ).
  160. Lucie Oriol et Sarafina Spautz, « Pourquoi porter plainte pour des faits prescrits, comme dans l’affaire PPDA, est important », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  161. Jean-Philippe Deniau, « PPDA : des poursuites pourraient être engagées malgré la prescription », sur radiofrance.fr, (consulté le ).
  162. « L’affaire PPDA, un tournant dans la lutte contre les violences sexuelles ? », sur L'Humanité, (consulté le ).
  163. « Élisabeth Badinter a choqué ces victimes présumées de PPDA en parlant des violences sexuelles », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  164. https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/affaire-patrick-poivre-darvor-deux-nouvelles-plaignantes-sortent-du-silence-2142161
  165. « Affaire PPDA : malgré le feu vert de la justice, l'auteur d'un livre-enquête accepte d'anonymiser un témoignage et d'amender les futurs exemplaires », sur Franceinfo, (consulté le ).
  166. « Fayard assignée en justice à la veille de la sortie d’une enquête sur PPDA », sur Livres Hebdo (consulté le ).
  167. « Après l’indignation, les nouveaux tirages de ce livre sur PDDA vont être amendés », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  168. Par Le Parisien avec AFP Le 8 mars 2023 à 20h18, « Accusé de viols, PPDA à nouveau interrogé par les enquêteurs », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  169. « Patrick Poivre d'Arvor interrogé par les enquêteurs », sur www.20minutes.fr, (consulté le ).
  170. « Florence Porcel « ne lâchera rien » dans l’affaire PPDA », sur www.20minutes.fr, (consulté le ).
  171. a et b « "Je veux y croire mais je suis blasée" : les femmes qui accusent PPDA de viols et d'agressions sexuelles redoutent un nouveau revers judiciaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  172. « Patrick Poivre d’Arvor mis en examen pour viol sur la journaliste Florence Porcel », sur Le Figaro, (consulté le )
  173. « Patrick Poivre d'Arvor mis en examen pour un viol commis en 2009 - France Bleu », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le )
  174. Jean Teulière, « Les fabuleuses histoires de Poivre d’Arvor », sur Acrimed, .
  175. https://www.lesechos.fr/2008/03/les-coulisses-du-siecle-1078112
  176. Serge Halimi, « Avoir tort avec Raymond Aron », sur Le Monde diplomatique, .
  177. Bertrand Lambert, TF1 une expérience, Paris, B. Lambert, , 183 p. (ISBN 978-2-9531995-0-5, lire en ligne), p. 152.
  178. « PPDA et Gérard Holtz vont gravir… le Kilimandjaro ! », sur purepeople.com, .
  179. Seules les traces font rêver, Paris, éditions Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-11691-3 et 2-221-11691-7).
  180. https://www.jeanmarcmorandini.com/article-3010-ppda-devient-ambassadeur-de-l-unicef.html
  181. « Patrick Poivre d'Arvor », sur Gala (consulté le ).
  182. (en) « UNICEF People - Regional », sur unicef.org (consulté le ).
  183. https://lessablesdolonne.maville.com/actu/actudet_-PPDA-et-Maud-Fontenoy-stars-dominicales-de-l-Edhec-_dep-618966_actu.Htm
  184. Guillaume Comont, « Samedi 29 août 2009 - Équipe no 10 - Patrick Poivre d’Arvor », sur Fortboyard.net, .
  185. Collectif Aung San Suu Kyi, « Un bus pour libérer Aung San Suu Kyi », sur Dailymotion, , min 5 s.
  186. « Patrick présente son visage littéraire et patrimonial », sur Challenges.fr, .
  187. Adeline Daboval, « Asnières : PPDA remet 50 000 € à l’école où on salue le drapeau », sur leparisien.fr, .
  188. « Duras a un prix », sur lexpress.fr, .
  189. [PDF] dossier de presse du prix Françoise Sagan, « Prix Françoise Sagan », sur domaine-sagan.fr, , p. 2
  190. « Le Salon du livre d'Oletta en Corse crée un prix en hommage au journaliste nordiste Hervé Ghesquière », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  191. Marine nationale / Ministère de la Défense, « Marine - Les Écrivains de marine », sur defense.gouv.fr (consulté le ).
  192. « Patrick Poivre d’Arvor : un paria si tranquille », sur La Presse+, (consulté le ).
  193. « PPDA, Breton de l'année d'Armor-Magazine - Bretagne », sur Ouest-France, .
  194. « La nouvelle rose Meilland 'Patrick Poivre d'Arvor' », Rustica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  195. « Patrick Poivre d'Arvor souhaite devenir immortel », sur LeMonde.fr, .
  196. « L'Académie française recale PPDA », sur Le Monde, .
  197. « PPDA ne sera pas immortel », sur Libération, .
  198. « Site de l'Ordre des Compagnons du Beaujolais » (consulté le ).
  199. JORF, « Décret du 13 novembre 2009 portant promotion et nomination - 1er ministre », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  200. https://www.ozap.com/photos-images/photo-ppda-dans-le-decor-des-guignols-a-l-occasion-des-20-de-l-emission-satirique-de-canal-le-16-mars-2009-1981316.html
  201. Juliette Vincent et Gaële Joly, « PPDA fait ses adieux à TF1 », sur RMC, .
  202. Karine Papillaud, « Les Frères Poivre d’Arvor se livrent à l’occasion de la réédition du «Roman de Virginie» », sur 20minutes.fr, .
  203. Jean-Rémi Barland, « À celle qui s'est abîmée en mer », Lire,‎ (lire en ligne).
  204. « Dinan. Jacques Doillon, Jean Becker et PPDA au film court », sur Le Telegramme, (consulté le ).
  205. Patrick Poivre d’Arvor, Seules les traces font rêver, éditions Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-11691-3 et 2-221-11691-7).
  206. Patrick Poivre d'Arvor, Seules les traces font rêver, éditions Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-11691-3 et 2-221-11691-7).
  207. « Garde alternée » (consulté le ).
  208. « Patrick et ses Fantômes » (consulté le ).
  209. a et b Élodie Maurot, « Patrick Poivre d'Arvor met en scène une Carmen brouillonne », sur La Croix, .
  210. « Carmen au parc départemental de Sceaux », sur arts-spectacles.com, .
  211. « Carmen, opéra en plein air ».
  212. « Le château sur un air d'opéra », sur leparisien.fr, .
  213. « PPDA et Jean-Philippe Collard évoquent l'âme de Chopin », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  214. « PPDA et le Quatuor Salieri ont ouvert la saison à Aigueperse », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  215. « Nancyphonies : « L’engrenage 1913-14 » avec PPDA le 9 août », L’Est Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  216. « Don Giovanni en tournée en plein air cet été », sur radioclassique.fr, .
  217. « "Un amour en guerre", un opéra signé Patrick Poivre d'Arvor à Metz », sur Franceinfo, .
  218. « capatationopera-un amour en guerre », sur chapeau rouge studio (consulté le ).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • Pierre Philippe Cader (journaliste), « Patrick Poivre d'Arvor se raconte », La Première, Radio télévision suisse « Vertigo »,‎ (lire en ligne [audio]) [lien audio]
    Interview radiophonique par Pierre Philippe Cader de Patrick Poivre d’Arvor basée sur le contenu de l'ouvrage Seules les traces font rêver. Cf. minutages allant de 00:00 à 26:01, de 30:20 à 38:29 et de 41:58 à 49:45. Durée globale : 49:45.

Vidéos[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :