Aller au contenu

Gilles Balbastre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gilles Balbastre est un journaliste français, qui a travaillé à France 2, FR3, M6, en tant que pigiste. Il a suivi une formation de journaliste reporter d'images et est l'auteur de plusieurs documentaires diffusés sur France 5.

Gilles Balbastre exerce à partir de 1987 et durant une dizaine d'années le métier de journaliste à France 3, M6, France 2. Très critique de son dernier poste en tant que correspondant de France 2 dans la région Nord-Pas-de-Calais, il livre un long témoignage du fonctionnement d'une rédaction d'une chaîne de télévision[pertinence contestée] dans le livre du sociologue Alain Accardo, Journalistes au quotidien, pour une socioanalyse des pratiques journalistiques paru en 1995.

À partir des années 2000, il se tourne vers la réalisation de documentaires comme Le chômage a une histoire[1] diffusé sur France 5. En 2003, son documentaire Moulinex, la mécanique du pire (France 5) est nommée au FIPA (Festival international des productions audiovisuelles)[réf. nécessaire]. En 2006, il conçoit pour France 5 une nouvelle série de trois documentaires sur la privatisation des services publics et ses enjeux, dont un documentaire EDF, les apprentis sorciers qu'il réalise lui-même.

En 2008, il réalise Fortunes et infortunes des familles du Nord (France 5), un documentaire traitant de la mainmise des grandes familles industrielles sur les villes et les ouvriers de Roubaix et Tourcoing[2].

Il est le co-réalisateur du documentaire Les Nouveaux Chiens de garde sorti au cinéma en 2012 et nommé aux César l'année suivante[réf. nécessaire]. En 2013, France 5 diffuse tardivement,après avoir tenté de le censurer[réf. nécessaire][Interprétation personnelle ?], son dernier documentaire pour la télévision, Salariés, sans frontières.

Gilles Balbastre a été durant les années 2000 membre de la rédaction du journal satirique PLPL[source secondaire souhaitée], puis directeur de son successeur Le Plan B[3]. Il collabore régulièrement au mensuel Le Monde diplomatique.

En 2013, Gilles Balbastre lance la plate-forme d'auto-production de documentaires Nada-info[source secondaire souhaitée] et réalise coup sur coup Cas d’école et Vérités et mensonges sur la SNCF.

En 2018, Gilles Balbastre signe un nouveau documentaire abordant le sujet sensible de l’énergie, conçu en partenariat avec la Fédération nationale des mines et de l'énergie CGT (FNME-CGT) et l'émission de France Inter Là-bas si j'y suis, devenue média en ligne en 2014[4].

Documentaires

[modifier | modifier le code]
  • 1997 : La saga des Massey-Ferguson[5].
  • 2001 : Le chômage a une histoire, (une histoire du chômage en France de 1967 à 2001), 52 min, production Point du jour[6],[7].
  • 2003 : Moulinex, la mécanique du pire, 52 min, production Point du jour[8].
  • 2006 : EDF, les apprentis sorciers, 51 min, production Point du jour[9],[10] (troisième opus d'une série de trois films documentaires conçue par Gilles Balbastre, avec La Poste, un drôle de pli, de Marie-Pierre Jaury[11], et SNCF, une erreur d'aiguillage, d'Atisso Médessou).
  • 2008 : Fortunes et Infortunes des familles du Nord, 51 min, production Point du jour[12].
  • 2012 : Salariés sans frontières, 55 min, production Jem.
  • 2014 : Cas d'école, 55 min, production Nada-Info.
  • 2015 : Vérités et Mensonges sur la SNCF, 52 min, production Comité d'entreprise régional SNCF Nord-Pas-de-Calais et Émergences.
  • 2016 : Transport de marchandises : changeons d'ère !, 56 min, production Comité d'entreprise Fret SNCF et Emergences.

Longs-métrages

[modifier | modifier le code]
  • Journalistes au quotidien (sous la direction d'Alain Accardo), éd. Le Mascaret, Bordeaux, 1995. (ISBN 2-904506-34-9)
  • Journalistes précaires (sous la direction d'Alain Accardo), éd. Le Mascaret, Bordeaux, 1998. (ISBN 2-904506-36-5)

Ces deux enquêtes ont fait l'objet en 2007 d'une réédition en un seul volume :

  • Journalistes précaires, journalistes au quotidien, (sous la direction d'Alain Accardo), Agone, Marseille, 2007. (ISBN 978-2-7489-0064-4)

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. « La guerre de l'emploi », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « FORTUNES ET INFORTUNES DES FAMILLES DU NORD », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Sur les forums, les Fatals flatteurs jouent les flagorneurs », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Un film coproduit par la CGT pour défendre le service public », sur Le Figaro, (consulté le )
  5. « ARTE, 20h35. «La saga des Massey-Ferguson», documentaire sur une usine fermée en 1984. Chronique ouvrière inachevée. », sur Libération, (consulté le )
  6. Lien brisé Le chômage a une histoire. Les écrans du social
  7. Muriel GREMILLET, «Le travail était une richesse, il est devenu un coût», sur Libération, (consulté le )
  8. Lien brisé Moulinex, la mécanique du pire. Une histoire économique. Les écrans du social
  9. Lien brisé EDF, les apprentis sorciers Centre national de documentation pédagogique
  10. Sophie ROSTAIN, « EDF dans le courant ultralibéral. », sur Libération, (consulté le )
  11. « La poste, un drôle de pli », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. Lien brisé Fortunes et infortunes des familles du Nord. Les écrans du social
  13. « "Les nouveaux chiens de garde", ou la voix de leurs maîtres », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  14. « Ball-trap tragique dans les médias », sur Le Figaro, (consulté le )
  15. « "Les Nouveaux Chiens de garde" : en surveillant les surveillants », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes

[modifier | modifier le code]