Alain Cotta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cotta.
Alain Cotta
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (84 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Fratrie
Autres informations
Membre de
Cercle nation et République (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Alain Cotta est un économiste français né le .

Professeur à l'École des hautes études commerciales de Paris et à l'Université Paris-Dauphine, il est l'auteur de nombreux ouvrages économiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jacques Cotta, avocat pénaliste et maire SFIO de Nice à la Libération (de 1945 à 1947) et d'Hélène Scoffier (avocate), Alain Cotta est le frère de la journaliste Michèle Cotta[1] et le demi-frère du journaliste et réalisateur Jacques Cotta et de l'avocate Françoise Cotta. Il naît le [2].

Diplômé de HEC Paris, agrégé de droit et de sciences économiques, il commence sa carrière à l'université de Caen, à partir de 1960 puis en 1968, il participe à la création de l'Université Dauphine. Il prend la direction de l'UFR « Sciences des Organisations » jusqu'en 1975. Il assure la direction du CREPA depuis 1971. Il dirige le DEA 101 « politique générale des organisations » jusqu'en 2002. Le DEA 101 est devenu le Master 2 101 « Politique générale et stratégie des organisations ».

Il est membre de la Commission Trilatérale[3] et du Siècle[4]. Il est vice-président du Cercle nation et République[5].

Radio[modifier | modifier le code]

Il a tenu une émission mensuelle sur Radio Courtoisie[6] de mi-2011 à mi-2013. Il participe depuis les années 2000 à l'émission Le libre journal de la France libre sur Radio Courtoisie, animée par Henri Fouquereau.

Engagements[modifier | modifier le code]

En , il fait partie des membres fondateurs du Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés[7].

Il milite pour une sortie de la France de l'euro[8],[9]. Il cosigne ainsi en 2012 un appel en faveur d'une sortie « paisible » de l'euro[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Dépréciation du capital et le sujet économique, 1958
  • La Théorie générale du capital, de la croissance et des fluctuations, 1966
  • Analyse quantitative de la croissance en pays sous- développés, 1967
  • Dictionnaire de science économique, 1970
  • Taux d'intérêt, plus-values et épargne en France et dans les nations occidentales, 1977
  • Le Capitalisme, 1977
  • La France et l’impératif mondial, 1978
  • Réflexions sur la grande transition, 1979
  • La Société ludique : La Vie envahie par le jeu, 1980
  • Le Triomphe des corporations, 1983
  • Le Corporatisme (collection « Que sais-je ? »), 1984
  • Les 5 erreurs, 1985
  • L’Homme au travail, 1987
  • La France en panne, 1991
  • Le Capitalisme dans tous ses états, 1991
  • Pour l’Europe, contre Maastricht, 1992
  • La Société du jeu, 1993
  • Un nouveau président pour rien, 1994
  • La Troisième Révolution Française, 1995
  • L’Ivresse et la Paresse, 1998
  • Wall Street ou le Miracle américain, 1999
  • Une glorieuse stagnation, 2003
  • Le Rose ou le Noir, 2006
  • Le Corporatisme, stade ultime du capitalisme, 2008
  • Sortir de l’euro ou mourir à petit feu, 2010[11]
  • Le Règne des oligarchies, 2011
  • La Domestication de l’humain, 2015
  • L'Hyper capitalisme mondial, Odile Jacob, , 208 p. (ISBN 978-2738141460)

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix Renaissance de l'économie 2011[12].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]