Jean-Yves Haberer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haberer.
Jean-Yves Haberer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Yves Haberer, né le , est un inspecteur des finances, directeur de plusieurs cabinets ministeriels, directeur du Trésor à partir de 1978, président de Paribas en 1982-1986, puis du Crédit lyonnais en 1988-1993 dont il est tenu responsable de la retentissante quasi-faillite.

Biographie[modifier | modifier le code]

À Sciences Po Paris, dont il sort major, Jean-Yves Haberer se lie avec Christian Bourgois, Jacques Chirac et Michel François-Poncet. De 1970 à 1982, il y enseigne les finances publiques « jouissant d'un grand prestige »[1].

En 1959, Jean-Yves Haberer sort de l'ENA second de sa promotion et se lance dans une carrière qui, de ses débuts à son épilogue juridique, marque profondément le paysage financier français.

En 1966, jeune conseiller technique (à 33 ans) de Michel Debré, ministre de l’Économie et des Finances, il redessine le paysage financier français en organisant la fusion des établissements nationalisés, donnant naissance à la BNP, à l'UAP, aux AGF et au GAN.

En 1969, il devient directeur de cabinet de Michel Debré, ministre des affaires étrangères. Il le suit au ministère de la Défense, toujours comme directeur de cabinet.

En 1976, il est directeur de cabinet de Michel Durafour, ministre de l'économie, puis de ses successeurs, Robert Boulin et René Monory[2]. Il est nommé directeur du Trésor en 1978, il participe à la mise en place du système monétaire européen.

En 1981, après la victoire de François Mitterrand, il ne conteste pas la légitimité du nouveau pouvoir. Il y gagne, en 1982, la présidence de Paribas, mais Édouard Balladur met fin à ses fonctions en 1986.

Le Crédit lyonnais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire du Crédit lyonnais.

Lorsque la gauche revient, en 1988, il est nommé président du Crédit lyonnais par Pierre Bérégovoy[3].

Ambitieux, il multiplie les acquisitions bancaires hasardeuses, laisse à ses filiales la bride sur le cou, gonfle son portefeuille de participations industrielles, une stratégie obstinément offensive malgré une conjoncture économique difficile. Sous sa direction, le Crédit lyonnais possède bientôt le premier réseau bancaire européen. Il est entré dans le capital de 1 500 sociétés (dont Usinor-Sacilor pour 20 %). Une partie de la presse comme le quotidien Le Monde salue alors celui qui a « sacrément réveillé » le monde bancaire[4]. En quatre ans, le bilan de la banque augmente de 80 % pour dépasser 1 900 milliards de francs, davantage que le budget annuel de la France[5]. Le Crédit lyonnais a également acquis un énorme portefeuille dans l'immobilier de 100 milliards de francs (15 milliards d'euros)[6]. Or, en 1992, l’immobilier s’effondre.

Les mauvaises surprises apparaissent vite, avec les dossiers de la participation dans IBSA, du financement de Bernard Tapie et de la société financière SASEA, par exemple, ou celui du rachat de la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM). Jugeant que le nouveau propriétaire de la MGM, Giancarlo Parretti en dépit des ennuis judiciaires que celui-ci a connu en Italie, est « un personnage hors du commun », Jean-Yves Haberer « ne s'inquiète [pas] des engagements du Lyonnais » vis-à-vis de l'homme d'affaires italien. Bien que n'ignorant rien de la situation désastreuse de l'entreprise de cinéma, il ne provisionne pas les pertes estimées ce qui « affecte gravement la sincérité des comptes de l'exercice 1991 » de la banque. Informé très exactement des risques encourus tant dans le cadre de la SASEA que des actifs immobiliers de Michel Pelège, Jean-Yves Haberer présente un bilan 1991 avec « des résultats plus qu'honorables : 750 millions de francs de bénéfices en social et 4 milliards en consolidé »[7].

La situation change cependant à l'issue de l'exercice 1992 : c'est l'apparition des premiers déficits, pour un total de 1,8 milliard de francs. En mars 1994, Jean-Yves Haberer doit annoncer une perte monumentale de 6,9 milliards de francs pour l'année 1993[8].

Entretemps, en novembre 1993, Jean-Yves Haberer a été remercié et nommé président du Crédit national, où il ne restera pas. Jean Peyrelevade se prononçant sur la gestion du groupe jugera que « certaines des disciplines élémentaires de notre métier ont été complètement oubliées »[7].

Le Crédit lyonnais ne cessera plus de défrayer la chronique entre la faillite proprement dite, l'affaire Adidas avec Bernard Tapie[9] et l'affaire Executive Life, absorbant quelque 15 milliards d'euros d'aides de l'État.

Condamnations[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Haberer et François Gille, l'un de ses anciens directeurs généraux, seront respectivement condamnés le 23 février 2005 par la cour d'appel de Paris à dix-huit et neuf mois de prison avec sursis dans l'affaire des comptes frauduleux de la banque. Ils devront également verser 1 de dommages-intérêts au Crédit lyonnais. Les deux hommes ont été reconnus coupables de présentation de comptes inexacts, de diffusion de fausses informations ou de nature trompeuse, ainsi que de distribution de dividendes fictifs, au cours des exercices 1991, 1992 et du premier semestre 1993 du Crédit lyonnais.

En janvier 2008, le Conseil d'État confirme la décision de février 2006 de la Cour de discipline budgétaire et financière qui a condamné Haberer à une amende de 59 000 (au titre de sa présidence d'Altus Finance). Cette condamnation est la seule sanction pécuniaire qui incombera à l'ancien banquier[10].

Longtemps silencieux, Jean-Yves Haberer a publié, en 1999, un livre-plaidoyer, Cinq ans de Crédit lyonnais (Ramsay). Les critiques qui lui sont adressées sont regroupées dans un chapitre intitulé « Diabolisation du bouc émissaire »[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Enquête sur J.-Y. Haberer », lepoint.fr, 25 mars 1995.
  2. a et b « Jean-Yves Haberer, 67 ans. Le banquier qui a creusé le gouffre du Crédit Lyonnais tente de s'en justifier dans un livre à sa gloire », liberation.fr, 8 avril 1999.
  3. « Jean-Yves Haberer, l'ancien PDG amateur d'art », leparisien.fr, 6 janvier 2003.
  4. Le Monde, 11 janvier 1990.
  5. « 1988-1994 la folle aventure Haberer », lepoint.fr, 14 janvier 1995.
  6. « Chronique d’un scandale », leparisien.fr, 10 novembre 2013.
  7. a et b Gilles Gaetner, « Retour sur un scandale d'Etat », sur L'Express.fr, .
  8. « Le scandale financier du siècle, ça ne vous intéresse pas ? ». Difficiles mobilisations autour du Crédit lyonnais, Damien de Blic, Politix, année 2000, volume 13, numéro 52, p. 157-181.
  9. « Affaire Adidas-Crédit lyonnais : non, Tapie n'a pas été volé ! », tempsreel.nouvelobs.com, 2 juillet 2013.
  10. Voir sur leparisien.fr, 13 mars 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]