Pierre Moussa (banquier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Moussa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Le Siècle
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Archives conservées par

Pierre Moussa (, Lyon - ), est un haut fonctionnaire français devenu banquier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était un universitaire égyptien et sa mère une sage-femme française, fille de sage-femme. C'est sa mère qui l'a élevé, son père étant rapidement retourné en Égypte[1],[2].

Pierre Moussa entre en 1940 à l'École normale supérieure, et passe avec succès l'agrégation des lettres en 1943. Se destinant à une carrière dans la haute fonction publique, il entre en 1946 à l'Inspection générale des finances dont il sort major. Il partage ensuite sa vie entre les cabinets ministériels, les postes de haut fonctionnaire (Directeur du transport aérien, Président de la fédération française des sociétés d'assurances...) et les grandes organisations internationales (OCDE, Banque mondiale). Il occupe plusieurs fonctions liées à l'outre-mer[3] et est professeur à l'école de la France d'outre-mer, à Sciences Po et à l'Ena.

On lui doit la paternité de l'expression « complexe hollandais » qui fut utilisée pour souligner la bonne performance de l'économie hollandaise à la suite de la perte de l'Indonésie[réf. nécessaire]. En 1962, lorsque la Banque Mondiale créa un nouveau département, consacré au continent africain, Pierre Moussa fut le premier directeur de ce département, et le demeura 3 ans.

En 1965, il passe dans le privé. En , Jacques de Fouchier lui confie le poste de directeur général adjoint de la Banque de Paris et des Pays-Bas (Paribas) et quelques mois plus tard, il en devient le directeur général. En 1975, il devient vice-président, puis président-directeur général (1978-1982) de la Compagnie financière de Paris et des Pays-Bas.

Lorsque le gouvernement de Pierre Mauroy entreprend un certain nombre de nationalisations (loi du 13 février 1982), dont celles des compagnies financières Suez et « Paribas », Moussa, après avoir en vain essayé de convaincre le gouvernement, d'abord de ne pas nationaliser Paribas, puis de limiter la nationalisation à la partie bancaire de Paribas, imagine un procédé (dit opération « Arche de Noé[4] ») qui permettra de soustraire au fisc français l'essentiel des actifs de la société qu'il dirige : après transfert de fonds vers les filiales belges et suisse de la compagnie : (Compagnie belge de participations-Cobepa et Paribas Genève SA-Pargesa) en transférant une partie de leur capital[5] à un nouveau holding, la société suisse Pargesa, contrôlée par des partenaires étrangers de Paribas, dont Albert Frère. La réalisation de ce plan est confiée à Gérard Eskenazi[4], tandis que Moussa, montré du doigt par le gouvernement français, doit démissionner de la présidence de la compagnie et part à l'étranger[6]. Il ne reviendra en France qu'en 1986, sous le gouvernement Chirac.

En 1984, Pierre Moussa créa Pallas group (devenu ensuite Pallas holding)[7] dont il demeurera président-directeur général jusqu'à sa fusion avec la banque Pallas-Stern, la petite Banque Morhange, et la Compagnie industrielle de Paris (COMIPAR) en 1992. Pallas-Stern, fortement touchée par l'effondrement de l'immobilier du marché parisien à partir de 1991, déposa son bilan en 1995 ; mais selon l'IFRAP, Pierre Moussa porte une responsabilité décisive dans le dépôt de bilan de cet établissement[8].

Pierre Moussa préside le club Le Siècle du au .

En 1999, il crée, avec son épouse Annie, décédée en 2014, la Fondation pour l'entreprise africaine[9], reconnue d'utilité publique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Écrits de Pierre Moussa[modifier | modifier le code]

  • Les nations prolétaires, PUF, 1959
  • Les États-Unis et les nations prolétaires, Seuil, 1965
  • La Roue de la fortune. Souvenirs d'un financier, Fayard, 1989 - Prix Jackie-Bouquin[5]
  • Caliban naufragé, les relations Nord/Sud à la fin du XXe siècle, Fayard, 1994
  • Notre aventure humaine, Grasset, 2005
  • Les 25 empires du désert, Saint-Simon, 2011[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Maurice Bonnet, Enquête sur le destin, Paris, L'AEncre, , 212 p. (ISBN 978-2-36876-024-6)
  2. a et b Paula Boyer, "Pierre Moussa, le banquier lettré", La Croix, 7 octobre 2011
  3. En particulier, le 1/1/1951, il est à la DREE comme chargé des travaux liés au Plan Marshall et secrétaire permanent du Comité des approvisionnements, poste dans lequel il succède à Guy de FRONDEVILLE, ingénieur en chef des mines qui lui-même est transféré en Tunisie comme Chef du service des Mines
  4. a et b Bruno Abescat, « Chute d'un héros de la finance », L'Express,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Martine Vanden Driessche, PIERRE MOUSSA: LES AMIS BELGES, Lesoir.be, 27 octobre 1989
  6. Cf. Time Magazine, n° du 9 nov. 1981.
  7. Pierre Moussa: Au vrai chic financier, Nouvel Obs, 12 septembre 1986
  8. Cf. le mensuel Société Civile publié par l'IFRAP, n° du 20 mars 2006.
  9. Pierre Moussa, un exemple, Fondation Alliance Française

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]