Ed Harris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Edward et Harris.

Edward Allen "Ed" Harris est un acteur, réalisateur et scénariste américain, né le 28 novembre 1950 à l'hôpital d' Englewood, New Jersey (3), mais a grandi à Tenafly, New Jersey. Sa mère, Margaret, était agent de voyages; son père, Robert, choriste du chanteur Fred Waring et aussi libraire au "Art Institute" de Chicago (5). Le couple a trois garçons: Robert, l'aîné, puis Ed et le cadet, Spencer. Ed mesure 1,75 m [1] et a les yeux bleus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant d'entamer sa carrière cinématographique Ed Harris a failli faire son chemin dans le sport professionnel, notamment dans le football américain et le baseball. Il deviendra capitaine de l'équipe des 'Tigers' de Tenafly. Il sort du lycée en 1969 et, vu ses capacités sportives, se fait recruter par l'équipe de football de la Columbia University de New-York, où il jouera pour les couleurs de cette dernière. Mais bientôt il se rendra compte que ses qualités physiques, bien que bonnes, sont insuffisantes pour une vraie carrière de pro du sport. Au bout d'un an, il abandonne et le football américain et le baseball et va, pour faire le point, rejoindre ses parents qui avaient déménagé entre-temps en Oklahoma. Il réalise qu'il a besoin de plus de 'concentration' (2). Il se décidera, à cause de sa timidité aussi (4), pour une autre forme de jeu, le théâtre.

À l'université d'Oklahoma en 1971, il fait la connaissance d'un enseignant, le professeur Robert Greenwood, qui l'initiera aussi bien à la comédie et au chant qu'à la danse. Il rejoint la troupe théâtrale de la fac : il y jouera avec brio le roi Arthur. Le soir de la Première il trouve sa voie : quand il entre sur scène, il ne joue plus le rôle, il l'habite. Il "est" le roi Arthur. Ed Harris dira plus tard qu'il ne se rappelle pas d'avoir joué ! (2) Il part pour Los Angeles où il suit des cours au California Institute of the Arts : il en sortira, après deux ans, diplômé (avec un BFAD, "Bachelor of Fine Arts Degree") en 1975. Trois ans plus tard, en 1978, il est figurant dans "Morts Suspectes" de Michael Crichton.

Dans les années 1980 il se fait connaître de plus en plus, tout spécialement lorsqu'il fait, en 1983, ses débuts à Broadway dans la pièce de Sam Shepard, "Fool of Love" pour laquelle il reçoit un Obie Award (5). Peu de temps après on lui propose de jouer pour le cinéma et de tourner en Floride, ce qu'il accepte. Un jeune acteur débutant reprendra son rôle au théâtre, Bruce Willis. À aucun moment cependant il n'abandonnera le théâtre et y reviendra souvent : en 1986 il remporte pour son rôle dans "Precious Son" le "Theater World Award".

Après quelques apparitions dans des séries télévisées, il joue le rôle de l'astronaute John Glenn dans L'Étoffe des héros (1983). Il reprendra ce même type de rôle, 12 ans plus tard dans Apollo 13, lorsqu'il incarne Gene Kranz, directeur de vol de la mission. Il jouera encore une troisième fois un rôle dans la thématique de la conquête spatiale en faisant la voix-off de Houston dans le film Gravity (2013). Il cumulera les seconds rôles, souvent de méchants : La Firme (1993), Nixon (1995), Stalingrad (2001) dans lequel il joue le Major König, sniper allemand, ou Benjamin Gates et le livre des secrets (2008). Souvent remarqué dans des rôles de militaire ou de shérif, il demeure néanmoins inclassable, capable de jouer les Marine terroristes dans The Rock (1996), un enquêteur manipulé dans Les Pleins Pouvoirs (1997), ou encore un agent secret trouble dans Un homme d'exception. Il s'illustre également dans le rôle du créateur du Truman Show ou comme artiste rongé par le sida dans The Hours (2002). Il joue avec brio le rôle d'un évadé, échappé d'un goulag, dans Les Chemins de la liberté (2011). Il a prêté sa voix à Jason Hudson, un agent de la CIA dans le jeu vidéo Call of Duty: Black Ops.

Appaloosa, d'après le roman de Robert B. Parker, est, après Pollock, le deuxième film de Harris en tant que réalisateur, acteur, producteur et même scénariste (pour "Pollock" il n'était pas scénariste) : il est présenté en Première au Festival de Deauville en 2008.

Démocrate, il soutient John Kerry lors de l'élection présidentielle de 2004.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 21 novembre 1983, il épouse l'actrice Amy Madigan, à Waxahachie / Texas (4), rencontrée en 1981 sur le tournage de ' Prairie Avenue' (2).

Ils ont joué dans un film commun, Gone Baby Gone, de Ben Affleck, ainsi que dans le film biographique sur Jackson Pollock, premier film réalisé, joué et produit par Ed Harris.

Ed Harris et sa femme ont une fille, Lilly Dolorès, née le 3 mai 1993. Ils vivent à Malibu (Californie) (4).

Par une certaine presse américaine, Harris est qualifié de "The Thinking Woman's Sex Symbol" (le sexe-symbole des femmes intelligentes)(4)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Prochainement

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

5 - in Ed Harris, Film-zeit.de/Person/

4 - in Ed Harris, imdb.com

3 - in Ed Harris, Wikipedia anglais.

  1. Next Cinéma, "Ed Harris, le chauve sourit", article de Bruno Icher
  2. a et b « Comédiens ayant doublé Ed Harris en France » sur RS Doublage, consulté le 6 juillet 2013, mis en ligne le 6 novembre 2013
  3. « Fiche du doublage français du film Planes 2 » sur AlloDoublage, consulté le 23 juillet 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]