John Schlesinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schlesinger.

John Schlesinger (Londres, 16 février 1926 - Palm Springs, 25 juillet 2003) est un réalisateur, acteur, scénariste et producteur de cinéma britannique. Il est considéré, avec Tony Richardson et Karel Reisz, comme l'un des réalisateurs de la « nouvelle vague » britannique des années 1960[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

John Schlesinger est né à Londres dans une famille juive appartenant à la classe moyenne[2], fils de Winifred Henrietta (née Regensburg) et de Bernard Edward Schlesinger, médecin[3]. Après avoir terminé ses études à l'école d'Uppingham, puis au Balliol College de l'université d'Oxford, il commença à travailler comme acteur pour la télévision.

Carrière[modifier | modifier le code]

L'une de ses premières réalisations, le court métrage documentaire Terminus (1961), lui vaut d'obtenir le prix de la British Academy of Film and Television Arts (BAFTA) du meilleur court-métrage.

Ses deux premiers longs métrages de fiction, Un amour pas comme les autres (A Kind of Loving, 1962), couronné par l'Ours d'or au Festival de Berlin l'année de sa sortie, et Billy le menteur (Billy Liar, 1963) décrivent la vie triste et ordinaire de gens simples du Nord de l'Angleterre. Son troisième film, Darling (1965), qui remporte entre autres récompenses 3 Oscars (dont ceux de la meilleure actrice pour Julie Christie et du meilleur scénario original pour Frederic Raphael) et 4 BAFTAs, se conçoit comme une peinture acerbe du mode de vie urbain moderne dans la capitale britannique. Il est l'un des premiers films à évoquer le Swinging London. Son film suivant, sorti en 1967, est une adaptation du célèbre roman homonyme de Thomas Hardy, Loin de la foule déchaînée (Far from the Madding Crowd). C'est cependant en 1969 que Schlesinger connaît son plus grand succès, avec Macadam cow-boy (Midnight Cowboy), salué à travers le monde, qui lui vaut les Oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur.

Parmi les films qui suivent figurent Un dimanche comme les autres (Sunday Bloody Sunday, 1971), Le Jour du fléau (The Day of the Locust, 1975), Marathon Man (1976), Yanks (1979), Fenêtre sur Pacifique (Pacific Heights, 1990), A Question of Attribution (1991), réalisé pour la télévision, L'Innocent (The Innocent, 1993) et Un couple presque parfait (The Next Best Thing, 2000).

Au théâtre, Schlesinger dirige Timon of Athens (1965) pour la Royal Shakespeare Company et le spectacle musical I and Albert (1972) au Piccadilly Theatre de Londres. À partir de 1973, il occupe la fonction de directeur associé du Royal National Theatre.

Fait notable, Schlesinger a également réalisé un spot politique pour le compte du Parti conservateur britannique, dans le cadre des élections générales de 1992 au Royaume-Uni. Ce spot montre le Premier Ministre John Major retournant à Brixton dans la partie sud de Londres, là où il a passé son adolescence, ce qui souligne les origines humbles (et atypiques pour un Conservateur traditionnel) de l'homme politique.

Ouvertement homosexuel, Schlesinger traite de ce sujet dans Macadam Cowboy, Un dimanche comme les autres et Un couple presque parfait.

Mort[modifier | modifier le code]

Schlesinger dut subir un quadruple pontage en 1998, avant d'être victime d'un accident cérébrovasculaire en décembre 2000. Le 24 juillet 2003, le respirateur artificiel qui le maintenait en vie au Desert Regional Medical Center de Palm Springs (Californie) fut débranché en présence de celui qui fut le compagnon du réalisateur pendant plus de trente ans, le photographe Michael Childers. Tôt le lendemain, Schlesinger est décédé à l'âge de 77 ans.

Filmographie (partielle)[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts, moyens métrages et téléfilms[modifier | modifier le code]

Acteur/ Intervenant[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le cahier du Monde daté du 4 mai 2008, page III consacré à John Schlesinger
  2. Obituary: John Schlesinger, filmmaker, 1926-2003
  3. John Schlesinger Biography (1926-)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Nancy J. Brooker, John Schlesinger : A Guide to References and Resources, G.K. Hall/George Prior, 1978, 132 p.
  • (en) Gene D. Philips, John Schlesinger, Twayne Publishers, 1981, 199 p.
  • (en) Jonathan Hacker et David Price, « John Schlesinger », Take 10 Contemporary British Film Directors, Oxford et New York, Oxford University Press, 1991, p. 382-422.