Burt Lancaster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lancaster.

Burt Lancaster

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Burt Lancaster dans La Furie du désert en 1947

Nom de naissance Burton Stephen Lancaster
Surnom Mr Muscles and Teeth
Naissance 2 novembre 1913
New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès 20 octobre 1994 (à 80 ans)
Century City, Californie, États-Unis
Profession Acteur, Réalisateur
Films notables Les Tueurs
Raccrochez, c'est une erreur
Tant qu'il y aura des hommes
Vera Cruz
Elmer Gantry le charlatan
Jugement à Nuremberg
Le Guépard
Sept jours en mai
Les Professionnels
Fureur Apache
Violence et Passion
L'Ultime attaque
Ava Gardner et Burt Lancaster dans Les Tueurs (1946)
Burt Lancaster dans La Vallée de la vengeance (1951)

Burton Stephen Lancaster, dit Burt Lancaster, né le 2 novembre 1913 à New York et mort le 20 octobre 1994 à Los Angeles, est un acteur et réalisateur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un athlète hors pair[modifier | modifier le code]

Burt Lancaster est né au 209 de la 106e Rue[1] à East Harlem, dans le quartier de Manhattan à New York, d’une famille d’origine anglo-irlandaise[2].
Quatrième de cinq enfants, il cultive le goût pour la lecture, le dessin et le piano. Il a également une passion pour l’opéra et, possédant une voix de soprano, il fait partie de la chorale d'une église[1]. Mais surtout, c’est un athlète accompli et doué pour toutes les activités sportives, il pratique le basket-ball, l’athlétisme, la gymnastique et a une attirance prononcée pour les acrobaties de cirque[3]. Il monte un numéro de barres avec Nick Cravat[3], ami d’enfance dont il conservera l’amitié toute sa vie et qu’il fera tourner à ses côtés dans bon nombre de ses films[4]. Les deux compères quittent l’université de New York en 1932 pour se produire dans un cirque et partager la vie de saltimbanque des gens du voyage dans différentes tournées[1]. Burt Lancaster se marie en 1935 avec June Ernst, une partenaire de piste, dont il divorcera en 1946[1]. Puis Lancaster et Cravat se produisent dans des music-halls, mais à la suite d'un accident Lancaster se fait une grave blessure au doigt et risque l’amputation s’il ne renonce pas à son métier[5]. Il se retrouve à Chicago sans un sou et exerce divers boulots pour s’en sortir, vendeur, pompier, contrôleur dans une entreprise, organisateur de concerts…[4]
En 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale, il est appelé sous les drapeaux aux Services Spéciaux de la Ve Armée à Fort Riley dans le Kansas. Il sera affecté à la section pour le théâtre aux armées afin de monter des spectacles destinés à maintenir le moral des troupes[5]. Il participe au débarquement en Afrique du Nord en 1943 et suit la Ve Armée en Italie[3], conduisant une revue itinérante « Stars and Gripes », il remontera jusqu’en Autriche[4].

Il repose à Los Angeles, au cimetière Westwood Memorial Park.

Ses rôles importants[modifier | modifier le code]

Burt Lancaster, présenté souvent comme un aristocrate du cinéma, a incarné des rôles importants dans des films que l'on peut qualifier de monuments du cinéma mondial ou de fresques cinématographiques monumentales:

Carrière[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Récompenses[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Burt Lancaster a sans doute été un des acteurs américains les plus engagés. Inquiété pendant le maccarthysme, membre de l'American Civil Liberties Union jusqu'à la fin de sa vie, soutien permanent de Martin Luther King dans son combat pour les droits civiques, opposant farouche à la Guerre du Viêt Nam, soutien du démocrate de gauche Mc Govern, un des premiers avec Élisabeth Taylor dans la lutte contre le SIDA, il ne craignait pas de se classer comme "très à gauche".
  • Acteur cultivé et amoureux de peinture, il fut cependant le seul à ne pas être inquiété lors du tournage du Pont de Cassandra en Yougoslavie, alors que plusieurs vedettes du film avaient tenté de faire passer la frontière à des œuvres d'art.
  • Immense vedette, parfois tyrannique, il était capable d'une grande humilité. Pendant le tournage du Guépard (Alain Delon et Claudia Cardinale gardent toujours un souvenir ému et une grande admiration pour lui), il aimait passer du temps avec Serge Reggiani, qu'il avait admiré dans Casque d'Or et qu'il plaçait très haut.
  • Lancaster était capable de jouer pour rien ou presque rien s'il estimait que le jeu en valait la chandelle. Bertolucci le voulait pour 1900 mais n'avait pas assez pour le tarif habituel. Admirateur du cinéaste, Lancaster offrit de jouer pour rien. Pour Go Tell The Spartans', il finança de sa poche les dix derniers jours de tournage tant il tenait à ce film qui fut le premier à dénoncer l'intervention américaine au Viêt Nam. Il avait déjà financé Executive Action, le premier film sur l'assassinat de Kennedy qui exposât la thèse du complot et des trois tireurs.

Doublage des cascades en France[modifier | modifier le code]

L'une de ses doublures lumière fut Jean Minisini, acteur français au gabarit impressionnant également habitué aux rôles de second plan dans les films de Gérard Oury.

Il faut cependant signaler que Lancaster, athlète accompli, effectuait la plupart de ses cascades. Sur le tournage du western Les Professionnels, à 54 ans et bien qu'il fût un gros fumeur, il stupéfiait ses partenaires, tels que Claudia Cardinale, comme il le fera de nouveau à Vienne en 1973 avec Alain Delon pendant le tournage de Scorpio. Comme il n'était que rarement doublé, Lancaster versait l'équivalent de ce qu'aurait gagné un cascadeur professionnel à la Caisse des cascadeurs, un organisme social venant en aide aux anciens cascadeurs blessés ou sans retraite suffisante.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Roland Lacourbe 1987, p. 9.
  2. wikipedia anglais
  3. a, b et c Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma : les acteurs, Paris, R. Laffont,‎ 2004 (ISBN 2-221-10259-2)
  4. a, b et c Roland Lacourbe, Burt Lancaster, Paris, Edilig,‎ 1987 (ISBN 2-856-01172-1), p. 10
  5. a et b Le Cinéma Grande histoire illustrée du 7e art. Volume 7. Éditions Atlas