William Friedkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Friedkin (né en 1935 à Chicago) est un réalisateur, scénariste et producteur de film américain. Plusieurs de ses films comme L'Exorciste ou French Connection sont considérés comme des classiques du cinéma américain. Il a reçu notamment l'Oscar du meilleur réalisateur pour French Connection.

Biographie[modifier | modifier le code]

William Friedkin est né en 1935 à Chicago (Illinois). Ses parents, Rachel et Louis Friedkin, étaient des immigrants juifs d'Ukraine, la plus grande partie de sa famille ayant fui ce pays à la suite de pogroms en 1903.

Il a été scolarisé à l'école Senn High School, où il s'est fait apprécier bien plus pour ses qualités au basketball que pour son assiduité. Après avoir vu Citizen Kane d'Orson Welles, Friedkin se découvre une vocation pour le cinéma et plus précisément la réalisation.

Pur produit de l'École de Chicago, William Friedkin fait ses armes comme réalisateur de directs, puis de fictions et de documentaires pour la télévision. En 1965, il produit et dirige le documentaire The People vs. Paul Crump, sur un condamné à mort en attente de son exécution. Le film, qui tente de mettre en lumière les défaillances de l’enquête policière, entraine une réévaluation du dossier et le héros, Paul Crump, voit sa sentence commuée en prison à vie.

En 1967, Friedkin dirige son premier film pour le cinéma, Good Times, une comédie musicale mettant en vedette le tandem Sonny and Cher. Suit, en 1968, L'Anniversaire d’après la pièce de Harold Pinter et, en 1970, Les Garçons de la bande, un des rares films de l’époque à traiter d’homosexualité. Puis, Friedkin réalise coup sur coup deux très gros succès commerciaux maintenant considérés comme des classiques du cinéma américain : le drame policier French Connection en 1971 et le drame fantastique L'Exorciste en 1973.

William Friedkin en 1973 sur le tournage de L'Exorciste.

La suite de sa filmographie sera moins riche en succès en box-office, mais pas en réussites artistiques, telles Le convoi de la peur, son plus gros échec à Hollywood, remake étonnant du Salaire de la peur d'Henri-Georges Clouzot, La Chasse (Cruising) avec Al Pacino qui fit scandale pour sa description très crue des milieux homosexuels S.M. , Police fédérale Los Angeles, le plus gros succès de Friedkin durant les années 80, polar halluciné autour d'un personnage de flic antipathique et suicidaire, ou le plus récent Bug, plongée cauchemardesque au cœur de la schizophrénie.

Friedkin est un cinéaste des excès, du malaise et de la violence. Souvent stigmatisé pour son caractère difficile et ses lubies sur certains tournages houleux, cet enfant prodige du Nouvel Hollywood demeure une référence dans le cinéma d'action contemporain. Il fut brièvement l'époux de Jeanne Moreau. (mariage en 1977).

Au milieu des années 1990, Friedkin ajoute une autre corde à son arc en devenant metteur-en-scène d’opéras. En 1998, à l’instigation du chef Zubin Mehta, il monte l’opéra Wozzeck de Alban Berg dans le cadre d’un festival d’art lyrique à Florence. Par la suite, il dirige notamment Ariadne auf Naxos de Richard Strauss à Los Angeles, Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns en Israël et Aïda de Verdi en Italie.

William Friedkin et sa femme Sherry Lansing le 9 février 2008

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Récompenses / Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Boulenger, Le Petit livre de William Friedkin (ISBN 2-9510947-0-1)
  • Jean-Baptiste Thoret, Le Cinéma américain des années 1970 (Cahiers du Cinéma, 2006)
  • Entretien avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud dans la revue Les Inrockuptibles (Novembre 1995)
  • Entretien avec Laurent Vachaud dans la revue Positif (Janvier 1998)
  • Dossier William Friedkin dans la Revue Panic (Juillet/Août 2006)
  • Entretien avec Laurent Vachaud dans la revue Positif (Juillet/Août 2006)
  • Franck Buioni, Absolute Directors : Le temps de la décadence, Camion Noir, 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]