Université de Manchester

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Manchester
Devise Cognitio, sapientia, humanitas
Nom original University of Manchester
Informations
Fondation 2004 fusion de
1851 Victoria University of Manchester
1824 UMIST
Type Université publique
Budget 127 millions de £ (2009)
Localisation
Coordonnées 53° 27′ 56″ N 2° 14′ 01″ O / 53.465556, -2.233611 ()53° 27′ 56″ Nord 2° 14′ 01″ Ouest / 53.465556, -2.233611 ()  
Ville Manchester
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Direction
Chancelier Tom Bloxham
Vice-Chancelier Dame Nancy Rothwell
Chiffres clés
Personnel 10 407
Étudiants 39 165
Undergraduates 27 310
Postgraduates 11 850
Divers
Affiliation Red brick university, Russell Group, N8 Group, NWUA
Site web www.manchester.ac.uk/

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Université de Manchester
Bâtiment principal, Whitworth Street
Whitworth Hall
Manchester Museum

L'université de Manchester (University of Manchester) est une université anglaise située à Manchester. Elle a été officiellement fondée le 1er octobre 2004 par la fusion de l'université Victoria de Manchester (Victoria University of Manchester 1851, connue sous le nom d'université de Manchester avant la fusion) et de l'Institut de sciences et technologies de l'université de Manchester (University of Manchester Institute of Science and Technology (en), 1824). L'université a été officiellement inaugurée le 22 octobre 2004 par la Reine Élisabeth II lorsqu'elle a remis la charte royale. Elle fait partie du Red brick university.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières origines de cette nouvelle université remontent à 1824 lorsque fut fondé l'Institut de mécanique de Manchester (Manchester Mechanics' Institute) qui devient plus tard l'UMIST. L'université Victoria fut quant à elle fondée sous le nom de Owens College en 1851. La nouvelle université de Manchester possède le plus grand nombre d'étudiants de tout le Royaume-Uni si on ne considère pas l'université de Londres comme une seule et même université. On y trouve plus de matière enseignées que dans n'importe quelle autre université britannique. Une des ambitions de cette nouvelle université est de devenir en 2015 une des 25 plus grandes universités de recherche au monde, selon les critères de sélection académiques classiques[1].

Faculté en 4 secteurs[modifier | modifier le code]

  • Faculty of Medical and Human Sciences :
    • School of Medicine, University of Manchester
  • Faculty of Engineering and Physical Sciences :
  • Faculty of Humanities :
  • Faculty of Life Sciences :

Autres secteurs[modifier | modifier le code]

  • Observatoire Jodrell Bank
  • The JRUL (John Rylands University Library) est la bibliothèque et service d'information de la université. Elle a été formée en juillet 1972 de l'amalgamation de la bibliothèque de la Victoria University of Manchester avec la Bibliothèque John Rylands[2],[3]. Au 1er octobre 2004 elle a été unie avec la bibliothèque du University of Manchester Institute of Science and Technology (UMIST)[4].
  • Whitworth Art Gallery
  • Manchester Museum: établi en 1867 le musée est situé sur Oxford Road parmi les bâtiments néogothiques de l'université. Il possède environ six millions de pièces provenant de tous les continents et sert comme ressource académique et comme musée régional public.
  • Manchester University Press
  • Théâtre Contact
  • Chancellors Hotel & Conference Centre

Lauréats du prix Nobel[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants ou professeurs de l'ensemble des 3 universités :

Chimie
Physique
Psychologie & Médecine
Économie

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vision for the future » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30
  2. Guardian, The (London); Jul 20, 1972
  3. Manchester Evening News; Jul 19, 1972
  4. MacLeod, Donald, « Umist and Victoria--an impressive legacy: a timeline », The Guardian, London,‎ 21 October 2004 (lire en ligne)