Jack Palance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palahniuk.

Jack Palance

Description de cette image, également commentée ci-après

Jack Palance en 1974 durant le tournage de The Godchild.

Nom de naissance Volodymyr Palahniuk
Naissance
Lattimer Mines, Pennsylvanie
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 87 ans)
Montecito, Californie
États-Unis
Profession Acteur
Films notables Panique dans la rue
L'Étrange Mr. Slade
Le Jugement dernier
Bagdad Café
La Vie, l'amour... les vaches
Jack Palance (à gauche) visitant un hôpital de vétérans américains en 2005.

Volodymyr Palahniuk (en ukrainien: Володимир Палагнюк) connu sous le nom de scène Jack Palance (né le à Lattimer Mines (en) en Pennsylvanie et mort le à Montecito, en Californie) est un acteur américain d'origine ukrainienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un immigrant ukrainien mineur de charbon, Jack Palance débute au cinéma en 1950 dans Panique dans la rue (Panic in the Streets), d'Elia Kazan. Au cours des années 1950, il tourne pour des réalisateurs comme Charles Marquis Warren, dans Le Sorcier du Rio Grande (Arrowhead), et Vol sur Tanger (Flight to Tangier), tous deux en 1953, Douglas Sirk dans Le Signe du païen (Sign of the Pagan, en 1954, ou Robert Aldrich, dans Le Grand Couteau (The Big Knife) en 1955 et Attaque (Attack) en 1956.

Son visage aux traits anguleux et émaciés, refait à la suite de blessures reçues lors de la Seconde Guerre mondiale, et toute son allure le cantonnent à des rôles de méchants dans des westerns ou des films de gangsters. À l'exception du film Les Professionnels (The Professionals) de Richard Brooks, en 1966, où il interprète un révolutionnaire mexicain qui aurait enlevé une femme mariée dont il était en fait l'amant.

Durant les années 1960, il joue dans plusieurs films européens, entre autres pour Jean-Luc Godard dans Le Mépris en 1963. Dans ce film, il joue le producteur qui emploie Brigitte Bardot et dont est jaloux son mari Michel Piccoli.

Sa carrière est relancée par le succès inattendu du film Bagdad Café en 1987 dans lequel il dévoile une autre facette de son talent. Un Oscar couronne sa carrière en 1990. En 1992, Jack Palance reçoit l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour La Vie, l'amour... les vaches de Ron Underwood.

Impact dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En 1956, Morris le met en scène, dans le rôle d'un tueur à gages, dans l’album de bande dessinée : Lucky Luke et Phil Defer. Son visage a probablement inspiré également le chef apache Patronimo dans l'album de Lucky Luke : Canyon Apache

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Oscar du meilleur acteur dans un second rôle Suivi par
Joe Pesci pour Les Affranchis
Jack Palance
pour le rôle de Curly
dans La Vie, l'Amour, les Vaches (City Slickers) (1991)
1992
Gene Hackman pour Impitoyable