Cy Endfield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cy Endfield

Nom de naissance Cyril Raker Endfield
Naissance
Scranton, Pennsylvanie
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 80 ans)
Shipston-on-Stour, Warwickshire
Royaume-Uni
Profession Réalisateur
Films notables Fureur sur la ville (en)
Train d'enfer
L'Île mystérieuse
Zoulou

Cyril Raker Endfield, dit Cy Endfield ( - ), est un scénariste, metteur en scène de théâtre et de cinéma, écrivain, magicien, et inventeur américain, établi en Grande-Bretagne à partir de 1953.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le cinéaste

Né à Scranton, en Pennsylvanie, Endfield, après avoir fréquenté l'université Yale, commença sa carrière comme metteur en scène de théâtre et professeur d'art dramatique, domaine dans lequel il s'acquit une solide réputation dans le monde du théâtre new-yorkais progressiste. En dépit de ce bagage qu'il partageait avec Orson Welles, ce fut essentiellement l'habileté d'Endfield en matière de tours de cartes qui suscita pour lui l'intérêt du père de Citizen Kane ; Welles l'engagea comme apprenti pour les productions Mercury (qui avaient à cette époque pour siège la RKO) mais, après l'échec cuisant de La Splendeur des Amberson (qui déboucha sur l'expulsion de l'équipe Mercury des terres de la RKO), Endfield signa un contrat de réalisateur avec la MGM, pour laquelle il dirigea un grand nombre de courts-métrages (dont les derniers films de l'inusable série Our Gang), avant de travailler en indépendant sur des productions à petit budget pour la société Monogram, entre autres.

Ce fut avec le film noir The Underworld Story (1950), une production indépendante distribuée par United Artists, qu'Endfield obtint un premier succès critique qui attira en même temps l'attention des grands studios. Le film constituait un grand bond en avant par rapport à ce qu'il avait produit précédemment en matière de budget, et de critique sociale, une attaque cinglante de la presse corrompue, qui peut aussi bien être interprétée, plus largement, comme une attaque contre l'idéologie maccartyste qui sévissait à l'époque. Il continua sur sa lancée en réalisant ce que d'aucuns considèrent comme son chef-d'œuvre : Fureur sur la ville (en) (The Sound of Fury ; connu aussi sous le titre Try And Get Me !), un thriller de lynchage basé sur une histoire vraie. C'est avec ces deux réalisations que l'approche des personnages caractéristique d'Endfield se développa, avec un pessimisme non dénué de sentiments.

En 1951, Endfield fut cité comme communiste à une audition devant la Commission des activités anti-américaines (House Un-American Activities Committee : HUAC). Mis sur liste noire par les patrons des studios de cinéma, il se retrouva dans l'incapacité de trouver du travail à Hollywood et partit s'établir au Royaume-Uni, pays où il écrivit et dirigea des films sous différents pseudonymes[1], avec au générique, les noms d'acteurs eux aussi mis sur liste noire. En 1958, Endfield fut nommé pour le BAFTA du Meilleur scénario original pour Train d'enfer (Hell Drivers). En 1961, il réalisa L'Île mystérieuse (Mysterious Island) avec des effets spéciaux signés Ray Harryhausen.

Son œuvre la plus connue est Zoulou (Zulu), réalisé en 1964. Après une poignée d'autres productions indépendantes, il abandonna la mise en scène de cinéma en 1971, son ultime film étant Universal Soldier (en), dans lequel il fait une apparition à la manière d'Hitchcock, en compagnie de Germaine Greer. En 1979, il écrivit un livre documentaire, Zulu Dawn, qui relate la campagne militaire britannique contre la nation zoulou en 1879. De ce livre, un film (L'Ultime Attaque) a été tiré, sorti la même année et au scénario duquel Endfield collabora, un film mis en scène par Douglas Hickox.

L'inventeur

On attribue par ailleurs à Endfield la paternité de l'invention d'un ordinateur de poche muni d'un pavé numérique accordé permettant d'accélérer de façon sensible la vitesse de frappe, une alternative au gros clavier à « une frappe : un caractère ». L'appareil fonctionne comme un instrument de musique, en pressant des combinaisons de touches, produisant une série entière de caractères alphanumériques. Endfield l'a appelé « Microwriter » — un nom qui est devenu par la suite « CyKey ». L'appareil continue à être développé à l'heure actuelle, par l'un des anciens collaborateurs d'Endfield, Chris Rainey, et la société Bellaire Electonics.

Le magicien

Comme dit plus haut, Endfield était également un magicien accompli, et un créateur de tours de cartes. Le magicien britannique Michael Vincent se plaît à citer Endfield comme l'une de ses influences majeures. Certaines de ses inventions dans le domaine des tours de cartes ont été consignées par écrit dans un livre de Lewis Ganson, devenu un classique du genre : Cy Endfield's Entertaining Card Magic.

Cy Endfield est mort en 1995 à Shipston-on-Stour, dans le Warwickshire, en Grande-Bretagne, à l'âge de 80 ans.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  • traduction de la page consacrée au cinéaste du Wikipedia en anglais

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles De Latour, C. Raker Endfield, Cyril Endfield, Cyril Enfield, Hugh Raker, Jonathan Roach