Pressurisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La pressurisation est le fait de maintenir à pression constante un milieu clos, indépendamment du milieu extérieur. Outre l'aéronautique, nombre d'autres domaines sont particulièrement utilisateurs de cette technologie.

Domaines d'utilisation[modifier | modifier le code]

Agroalimentaire[modifier | modifier le code]

Dans une usine agroalimentaire l'ensemble de la chaîne de production est généralement pressurisé avec une pression légèrement supérieure à celle de l'extérieur, afin qu'une porte ouverte ne laisse pas entrer de germes dans les denrées alimentaires. Inversement, dans un centre atomique, biologique ou chimique, où il faut réduire tout risque de fuite de matières dangereuses, les locaux sont pressurisés avec une pression légèrement inférieure avec celle du milieu extérieur, afin qu'aucune substance volatile ne puisse s'échapper.

On retrouve, toujours dans l'agroalimentaire, d'autres applications de la pressurisation pour les emballages de chips, gâteaux ou autres denrées susceptibles de se retrouver écrasées : les emballages hermétiques sont pressurisés avec une pression supérieure à la pression atmosphérique afin qu'en cas de changement de temps, les emballages ne s'écrasent pas sur eux-mêmes, risquant ainsi de détériorer l'aspect de leur contenu.

La technologie d'appertisation pour les boîtes de conserve exige bien souvent une pressurisation de l'autoclave afin de porter à température le contenu sans soumettre l'emballage à un écart de pression qu'il ne supporterait pas. Ceci est particulièrement vrai pour les emballages plastiques appertisables car barquette et opercule sont très déformables.

Voir aussi Sac sous vide et Atmosphère protectrice qui sont des procédés de pressurisation différentielle en emballage agroalimentaire

Aéronautique[modifier | modifier le code]

La pressurisation est largement utilisée dans l'aéronautique civile et militaire : elle consiste à rétablir une pression acceptable par l'organisme humain à l'intérieur du cockpit et/ ou de la cabine de l'avion lorsque celui-ci vole à des altitudes élevées, où les conditions extérieures (-50 °C et 200 millibars de pression, par exemple, c’est-à-dire le cinquième de la pression atmosphérique au sol), ne permettent pas la survie.

Son principe consiste à prélever de l'air comprimé derrière le compresseur du réacteur (ou du turbomoteur) pour ensuite le détendre partiellement, le refroidir à la température choisie et l'envoyer dans l'habitacle. On rétablit ainsi, partiellement au moins, une pression et une température acceptables pour les pilotes/ les passagers de l'aéronef.

On ne rétablit pas totalement la pression au sol, dans la mesure où la cellule de l'aéronef supporterait alors des efforts trop importants en haute altitude, risquant d'entraîner la décompression explosive, quand la cabine se viderait violemment de son air, par une perforation accidentelle ou une pression intérieure trop élevée.

La réglementation internationale de l'aviation civile impose aux avions transportant des passagers à plus de 6 000 m (20 000 ft) de maintenir dans la cabine une pression équivalente à environ 2 400 m (8 000 ft). Si la pression dans la cabine diminue jusqu'à l'équivalent de 4 200 m (14 000 ft), alors les masques doivent être présentés automatiquement[1].

Traitement d'eau industriel par flottation[modifier | modifier le code]

ballon Pressurisation

La pressurisation l'organe indispensable pour réaliser la flottation, principe d'épuration des effluents industriels pollués par des graisses, huiles, hydrocarbures.

Principe 

Une pompe haute pression reprend une partie du débit d'eau à traiter à la sortie du flottateur (env 1/3) et pressurise à environ 4 bar dans un ballon de pressurisation. Un niveau constant est établi avec une entrée d'air comprimé et une vanne de détente également pilotée par air comprimé. En se détendant, Le mélange air/eau libère les micro-bulles solubilisées dans l'eau pressurisée. Ces micro-bulles entraînent alors dans leur remontée les flocs (pollution coagulée/floculée) à la surface du flottateur afin de pouvoir être éliminée par raclage de surface.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]