Stinson SM-6000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stinson SM-6000
Image illustrative de l'article Stinson SM-6000

Rôle Avion de ligne
Constructeur Drapeau : États-Unis Stinson Aircraft Corporation.
Équipage 2
Premier vol février 1930
Mise en service septembre 1930
Retrait 1969
Premier client NYC-Philadelphia-Washington Airways.
Client principal American Airways.
Production 53 exemplaires.
Dérivé de Carman 3000
Variantes Stearman U.
Dimensions
Longueur 13,05 m
Envergure 18,29 m
Hauteur 3,65 m
Aire alaire 45,55 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 2,572 t
Max. au décollage 3,946 t
Passagers onze
Motorisation
Moteurs 3 moteurs en étoile Lycoming R-680
Puissance unitaire 160 kW
(215 ch)
Puissance totale 320 kW
(430 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 200 km/h
Vitesse maximale 222 km/h
Autonomie 560 km
Plafond 4 330 m
Vitesse ascensionnelle 5 m/s

Le Stinson SM-6000 est un avion de ligne trimoteur américain des années 1930[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1929 l'avionneur américain Stinson Aircraft Corporation (communément appelé Stinson) fit l'acquisition de son concurrent canadien Corman. L'idée était alors de donner un successeur à l'avion de ligne Corman 3000, un avion relativement réussi mais n'ayant jamais rencontré de succès. Les équipes de Stinson lui attribuèrent alors la désignation de SM-6000. Ils ne mirent pas longtemps à développer sa configuration très en vogue à l'époque, à savoir celle d'un trimoteur à aile haute. Il vola pour la première fois au début de l'année 1930[1] et fut commercialisé dès le mois de septembre suivant.

Les premières commande parvinrent de deux petites compagnies américaine, NYC-Philadelphia-Washington Airways et Western Air Service[2] qui achetèrent respectivement trois et deux avions de la première version de série SM-6000A. Ils furent par la suite imités par Rapid Air Lines qui devint le plus important utilisateur de SM-6000A avec six machines acquises.

Début 1931 Stinson proposa une version améliorée désignée SM-6000B[2]. Peu de choses différenciaient les deux versions si ce n'est l'aménagement intérieur légèrement plus luxueux sur la seconde version. Celle ci fut construite à 42 exemplaires[1] dont une quinzaine pour la seule American Airways. Stinson développa également une version mixte capable de transporter des passagers et du courrier pour des vols au profit de l'US Air Mail, la poste aérienne des États-Unis.

La majorité des SM-6000 furent vendus aux États-Unis et volèrent au cours des années 30 et 40. En 1942 l'US Army Air Forces réquisitionna un SM-6000B1 pour des missions de soutien opérationnel. Cet avion reçut la désignation de C-91[2]. Celui ci ne quitta toutefois jamais le territoire américain, et ce durant toute la guerre. Il fut réformé en 1945.

Conception[modifier | modifier le code]

Stinson SM-6000

Aspect technique[modifier | modifier le code]

Le Stinson SM-6000 se présente sous la forme d'un trimoteur monoplan à aile haute construit en bois et métal. Il possède un empennage classique. Le cockpit biplace côte à côte permet l'accueil du pilote et du copilote tandis que les onze passagers prennent place dans un cabine arrière aménagé dans le fuselage de l'avion. Il n'est pas pressurisé. Le train d'atterrissage classique est fixe et se compose de deux roues principales et d'une roulette de queue orientable. Les deux moteurs Lycoming R-680 extérieures, maintenus aux ailes par des haubans, sont d'une puissance unitaire de 215 chevaux et entraînent une hélice bipale en métal.

Versions[modifier | modifier le code]

  • SM-6000 : Désignation du prototype[2].
  • SM-6000A : Désignation de la version d'origine construite à onze exemplaires.
  • SM-6000B1 : Désignation de la version améliorée à l'aménagement intérieur revu.
  • SM-6000B2 : Désignation de la version améliorée mixte passagers/courrier[1].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Utilisateurs civils[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis

  • NYC-Philadelphia-Washington Airways.
  • Pennsylvania Airlines.
  • Rapid Air Lines.
  • TWA.
  • Western Air Service.

Utilisateurs militaires[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis

Notes et références[modifier | modifier le code]

Avions similaires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Alain Pelletier, Les avions de ligne américains, des origines à nos jours, Guides Larivière,‎ 2007 (ISBN 978-2-84890-128-2)
  2. a, b, c et d (en) Stewart Wilson, Airliners of the world, Aerospace Publications Australia,‎ 1999 (ISBN 1-875671-44-7), p. 63