Fokker F27

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fokker F27 Friendship
Fokker F27 de la compagnie pakistanaise PIA à Lahore en janvier 2006
Fokker F27 de la compagnie pakistanaise PIA à Lahore en

Constructeur Drapeau : Pays-Bas Fokker
Équipage 2 ou 3
Premier vol 1955
Mise en service 1958
Retrait Toujours en service
Premier client Aer Lingus
Dimensions
Longueur 25,06 m
Envergure 29,00 m
Hauteur 8,72 m
Aire alaire 70,07 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 11,2 t
Max. au décollage 19,8 t
Passagers 52 à 56
Motorisation
Moteurs 2 turbopropulseurs Rolls-Royce Dart (en)
Performances
Vitesse de croisière maximale 516 km/h
Autonomie 1 826 km
Plafond 2 895 m
Vitesse ascensionnelle 7,37 m/s

Le Fokker F27 est un avion turbopropulseur court courrier de 44 places développé et construit par le fabricant hollandais Fokker, conçu pour succéder au DC-3. Le premier vol eut lieu le . Le premier exemplaire fut livré à Aer Lingus en .

Développement et construction[modifier | modifier le code]

Le développement du Fokker F-27 a commencé dans les années 1950 pour remplacer le fameux Douglas DC-3. Les concepteurs ont étudié différentes configurations avant de retenir le projet d'un bi-turbopropulseur (avec des moteurs de type Rolls-Royce Dart) à ailes hautes et cabine pressurisée, pouvant contenir 26 passagers.

Le premier prototype (immatriculé PH-NIV) a effectué son premier vol le 24 novembre 1955. Le second prototype a été rallongé de 0,9 m par rapport à son prédécesseur, résolvant ainsi le problème de manœuvrabilité de l'appareil, celui-ci étant auparavant légèrement trop centré arrière. Par la même occasion, cette extension a permis de rajouter quatre sièges, portant la capacité à 32 passagers. Par ailleurs, cette seconde version a été motorisée par des moteurs Rolls-Royce légèrement plus puissants (Version Dart Mk 528).

Production[modifier | modifier le code]

Le premier modèle produit en série (le Fokker F27-100), a été livré à Aer Lingus en 1958. Les premières compagnies à s'être portées acquéreurs de cet appareil furent entre autres Braathens, Luxair, Ansett, Trans Australia Airlines etTurkish Airlines.

En 1956, Fokker signa avec Fairchild un accord autorisant le constructeur américain à produire des Fokker 27 sous leur propre franchise aux États-Unis. Le premier de ces avions construit aux États-Unis a effectué son premier vol le 12 avril 1958. Par la suite, Fairchild a développé indépendamment une version rallongée du Friendship, appelée FH-227. La plupart des ventes des F-27 effectuées par Fairchild se sont faites au sein du marché américain.

En 1987, la production de F27 s'arrête. 586 modèles ont été vendus par Fokker, auxquels doivent s'ajouter 207 F-27 et FH-227 produits sous licence Fairchild. Ces chiffres font de cet appareil le plus gros succès commercial en Europe occidentale pour un avion de ligne turboproplusé.

De nombreux appareils furent convertis du transport de passagers afin d'en faire des avions-cargos. Bon nombre d'entre eux sont toujours en service actuellement.

Dès le début des années 1980, Fokker a développé le Fokker 50, désigné comme étant le successeur du Friendship. Bien que basé essentiellement sur la cellule du F-27, le Fokker 50 n'en reste pas moins un avion moderne, avec une avionique récente et des moteurs Pratt & Whitney Canada PW124.

Liste des pays exploitant des Fokker 27[modifier | modifier le code]

Accidents notables[modifier | modifier le code]

Le Fokker F27 qui s'est écrasé dans les Andes en octobre 1972
  • Le 10 juin 1960, un Fokker 27 de la compagnie australienne TAA s'écrase au cours de son approche de nuit et par brouillard à Mackay en Australie, causant la mort de 29 personnes. Cet incident reste à ce jour le plus gros désastre dans l'histoire de l'aviation civile australienne. L'enquête n'a pas réussi à déterminer les causes exactes de l'accident.
Article détaillé : Vol 571 Fuerza Aérea Uruguaya.
  • Le 24 juillet 1974, un Fokker 27 d'Air France, assurant le service postal Rennes- Nantes, accroche de nuit une ligne à haute tension et s'écrase, faisant 3 victimes.
  • Le 28 janvier 1979, à 17 heures 30, alors qu'un équipage composé de mécaniciens effectuait un vol d'essai après être intervenu sur un aileron, l'avion de la compagnie Uni Air Rouergue (UAR) qui assurait d'ordinaire la liaison Rodez-Marcillac-Paris-Le Bourget volant à basse altitude a percuté la pente d'un champ à la Landrerie, près de Sainte-Radegonde. L'appareil s'est abimé dans ce champ, entre deux arbres. Parmi les décombres de l'appareil, les secours ne retrouveront qu'un seul survivant, un jeune ingénieur. Le Fokker en question, d'une capacité de 50 places, avait été réceptionné par UAR le 1er février 1978 et mis en service le 10 février. Sa garantie courait jusqu'au 10 février 1979. C'est en phase d'approche pour atterrir à l'aéroport que l'avion s'est écrasé. Plusieurs anomalies quant à cette approche de la piste d'atterrissage ont été révélées par l'enquête. En effet, d’après cette dernière, il y aurait eu un échec de l’équipage à se « niveler » à l’altitude demandée pour l’approche de la piste et il semblerait que d’autres facteurs aient participé à ce drame dont un manque de préparation à ce vol et l'absence d'utilisation de l’altimètre. De plus, aucune carte d’approche n’était évidente, à cette époque, dans la cabine pour approcher l'aéroport de Marcillac[1],[2]
  • Le 29 mars 1979, un vol de la compagnie Québecair s'écrase dans un champ, peu après son décollage de l'aéroport international Jean-Lesage de Québec. Le bilan de la tragédie est de 17 morts et 7 blessés.
  • Le 8 décembre 1979, le vol 631 de la compagnie PIA s'écrase et cause la mort de 26 personnes, à Multan au Pakistan.
  • Le 8 décembre 1987, l'équipe de football péruvienne de l'Alianza Lima périt à la suite du crash de l'avion qui les ramenait d'un match à Pucallpa. Seul le pilote survécut au drame.
  • Le 4 mars 1988, effectuant un vol entre l'aéroport de Nancy-Essey et l'Aéroport d'Orly s'écrase près de Machault (Seine-et-Marne) à 6h37, tuant ses 3 membres d'équipage et 20 passagers. La cause de l'accident est due à une panne électrique. Parmi les passagers se trouvait Olivier Lejeune, jeune fondateur d'Olitec.
  • Le 19 octobre 1988, 34 personnes périrent dans le crash d'un appareil de la compagnie indienne Vayudoot dans les alentours de Guwahati.
  • Le 10 avril 1989, un FH227 exploité par la compagnie Uni Air International, percute une paroi du Vercors, en approche sur Valence, ne laissant aucun survivant parmi la vingtaine de personnes à bord. L'accident est dû à une erreur de navigation.
  • Le 11 novembre 2002, un F27 de la compagnie Laoag Air s'écrase dans la baie de Manille causant la mort de 20 personnes.
  • Le 20 février 2003, un F27 militarisé s'est écrasé dans le Nord-Ouest du Pakistan, entraînant le décès du chef de l'armée de l'air pakistanaise, Mustafa Ali Mirza, ainsi que sa femme et 15 autres personnes.
  • Le vol 688 de la compagnie Pakistan International Airlines s'est écrasé quelques minutes après son décollage de l'aéroport de Multan le 10 juin 2006. Cet appareil transportait 45 personnes, et aucune d'entre elles ne survécurent à l'accident. Un feu moteur serait responsable de la perte de l'appareil.
  • Le 6 avril 2009, un F27 de l'Armée de l'air indonésienne s'est écrasé à Bandung en tuant les 24 occupants de l'appareil. De fortes chutes de pluie seraient responsables de l'accident. D'après certaines informations, l'appareil se serait écrasé dans un hangar durant sa phase d'atterrissage. Un instructeur, 6 membres d'équipage et 17 recrues des Forces Spéciales se trouvaient à bord.
  • Dans la nuit du 24 au 25 octobre 2013, un F27 appartenant à Europe Airpost et opéré par la société MiniLiner (en) a subi une explosion moteur après le décollage, le forçant à réaliser un atterrissage d'urgence sur l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle[4].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :