Offensive de la Sarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Offensive de la Sarre
Soldat français du 151e régiment d'infanterie de la 42e division d'infanterie dans le village allemand de Lauterbach le 9 septembre 1939.
Soldat français du 151e régiment d'infanterie de la 42e division d'infanterie dans le village allemand de Lauterbach le 9 septembre 1939.
Informations générales
Date Du 7 septembre 1939
Au 17 octobre 1939
Lieu Allemagne, France
Issue Status quo
Belligérants
Drapeau français France Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau de la France Maurice Gamelin
Drapeau de la France André-Gaston Prételat
Drapeau de l'Allemagne Erwin von Witzleben
Forces en présence
41 divisions
2 400 chars
4 700 pièces d'artillerie
22 divisions
~100 pièces d'artillerie
Pertes
689 capturés
220 blessés
196 tués
114 disparus
356 blessés
11 avions détruits
Seconde Guerre mondiale,
Bataille de France
Batailles
Bataille de France et campagne des 18 jours
Pour le front néerlandais, voir Bataille des Pays-Bas.

Prélude et traversée allemande des Ardennes

Drôle de guerre · Évacuation des civils de la ligne Maginot · Mobilisation · Offensive de la Sarre · Baie de Heligoland · Accident de Mechelen · Plan jaune · Plan Dyle · Luxembourg · Ében-Émael · Hannut

Percées de la Meuse et rupture du front belge :

Sedan · Dinant · Monthermé · Givet · La Horgne · Gembloux · Flavion · Louvain · Charleroi

Tentatives de contre-attaques alliées :

Stonne · Montcornet · La Sambre · Arras

Défense des ports de la Manche et rembarquement britannique à Dunkerque :

L'Escaut · Amiens · La Lys · Massacre de Vinkt · Boulogne-sur-Mer · Calais · Poche de Lille · Massacre du Paradis · Abbeville · Dunkerque · Capitulation belge

Effondrement de la Ligne Weygand et avancée allemande sur la Seine :

L'Aisne · L'Ailette · Opération Paula · l’Exode

Front italien et percée allemande dans le Sud :

Pont-de-l'Arche · Les Alpes · Vallon du Seuil · Bombardement de Toulon · Opération Vado · La Loire · La vallée du Rhône · Bombardements de Marseille · Pont Saint-Louis · Armistice du 22 juin

Coordonnées 49° 10′ N 7° 15′ E / 49.16666667, 7.25 ()49° 10′ Nord 7° 15′ Est / 49.16666667, 7.25 ()  

L'offensive de la Sarre a eu lieu lorsqu'en septembre 1939, alors que les Allemands étaient concentrés sur les combats en Pologne, l'Armée française pénétrait timidement sur le territoire du Troisième Reich.

Une offensive prometteuse[modifier | modifier le code]

Une semaine après le début de la Seconde Guerre mondiale, le 7 septembre 1939, l'État-Major français lance l'opération Sarre dont Maurice Gamelin est le commandant en chef. Les troisième, quatrième et cinquième armées constituant le 2e groupe d'armées (GA2) sous le commandement du général André-Gaston Prételat avancent vers l'Allemagne dont les troupes sont mobilisées en Pologne.

C'est le 9 septembre que les divisions d'infanterie et mécanisées entrent en Allemagne.

À leur grand étonnement, l'Allemagne ne montre aucune résistance face à l'envahisseur français.

Une offensive devenue promenade[modifier | modifier le code]

En traversant les villages allemands, les Français ne rencontrent aucune forme de résistance, mais certains secteurs sont minés par les Allemands, ce qui retarde parfois les troupes françaises durant deux jours. La lente offensive française atteignit son sommet le 12 septembre avec une pénétration de 8 kilomètres en Allemagne. Dans un village, une seule mitrailleuse allemande contint l'avance française pendant plus d'un jour. Le 21 septembre, Maurice Gamelin donne l'ordre de retraite en direction de la Ligne Maginot, certains généraux comme Henri Giraud ne sont pas d'accord voyant une occasion incroyable pour les forces françaises dans la Sarre. Le 17 octobre, les dernières forces françaises de couverture quittent le territoire allemand.

La Wehrmacht marche vers l'Ouest[modifier | modifier le code]

La Pologne étant battue, les divisions allemandes sont transférées du front de l'Est vers le front Ouest. L'artillerie allemande est maintenant à portée des éléments avancés de la Ligne Maginot, et les avions de chasse de la Luftwaffe reviennent dans le ciel occidental.

La première armée allemande de Erwin von Witzleben mène du 16 au 24 octobre une contre-offensive. Épaulée par une division d'infanterie, la Wehrmacht entre en France mais n'occupe que quelques kilomètres carrés[1] et ne progressera pas jusqu'au 10 mai 1940 date du début de la Blitzkrieg allemande. Cette contre-offensive, seul combat d'une certaine envergure sur la frontière durant la drôle de guerre, fait 196 tués[1] et 114 disparus dans les troupes allemandes.

Une unique occasion gâchée[modifier | modifier le code]

Le général allemand Siegfried Westphal a lui-même reconnu que la situation à l'Ouest était dangereuse et risquée et a estimé que les Français auraient pu atteindre le Rhin coté bassin de la Ruhr en deux semaines. Cette offensive ratée annonce le début de la drôle de guerre.

Citation de William L. Shirer,[modifier | modifier le code]

« Il n'y avait eu aucune "résistance vigoureuse" des Allemands qui s'étaient repliés sur la ligne Siegfried après des escarmouches presque sans effusion de sang... Pas une seul division, un seul char, un seul avion allemand ne fut prélevé sur le front polonais pour renforcer celui de l'ouest »

— William L. Shirer, La chute de la IIIe république, p. 546

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chroniques d'octobre de 1939 » dans le magazine Histoires de la dernière guerre, no 1.