TGV Atlantique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

TGV Atlantique

TGV en gare de Paris-Montparnasse.

TGV en gare de Paris-Montparnasse.

Identification
Exploitant(s) SNCF
Surnom TGVA
Type Automotrice
Motorisation Électrique
Composition 12 caisses
dont 10 articulées
(M1+R1 à R10+M2)
Couplage UM 2 entre elles uniquement
Construction de 1988 à 1992
Constructeur(s) Alsthom
Rénovation de 2005 à 2010
No  de série 301 à 405
(motrices TGV 24001/2 à 24209/10
+ 24211 (réserve))
Effectif 105 + 1 motrice de réserve depuis 1992
Production totale 105 + 1 motrice de réserve
Capacité 1e classe : 116 pl.
2e classe : 369 pl.
Utilisation TGV
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'-11*2'-Bo'Bo'
Écartement standard
 Alimentation Bicourant :
1,5 kV CC
25 kV 50 Hz
Moteurs de traction 8 * STS 44.39.6
synchrones autopilotés
 Puissance continue 3 880 kW
(1,5 kV CC)
8 800 kW
(25 kV 50 Hz)
Tare 444 t
Dimensions
 Longueur 237,590 m
Capacité 454 + 45 strapontins (Renov Lacroix) pl.
Vitesse maximale 300 km/h

[1],[2],[3]

Les TGV Atlantique sont des rames électriques TGV de la SNCF, aptes à 300 km/h, mises en service à partir de 1989 à l'occasion de l'ouverture de la première branche (Ouest) de la LGV Atlantique. C'est la deuxième génération des TGV de la première version, caractérisée extérieurement :

  • par sa livrée « Atlantique » gris métallisé et bleu ;
  • par ses motrices mieux profilées ;
  • par ses rames plus longues (10 remorques au lieu de huit).

D'autres différences importantes les distinguent des TGV Sud-Est :

  • la puissance installée est de 8800 kW (contre 6400 kW pour les TGV Sud-Est) ;
  • l'utilisation de moteurs synchrones : seuls les essieux des motrices d'extrémité sont motorisés ;
  • en conséquence, les compartiments d'extrémités des voitures 1 et 10, au-dessus des essieux contiguës aux motrices auparavant motorisés, sont équipés pour recevoir des voyageurs ;
  • les aménagements intérieurs sont revus, avec notamment des espaces équipés pour les familles.

Le couplage en Unité Multiple est autorisé uniquement entre elles.

Roger Tallon est le designer de la livrée et de l'intérieur de cette version, remplaçant Jacques Cooper. Ce dernier est le designer de la silhouette, en plus d'avoir dessiné le premier TGV[4].

Service[modifier | modifier le code]

Depuis leur mise en service, les TGV Atlantique desservent l'ouest au départ de la gare Montparnasse et empruntent la LGV Atlantique, vers (la liste n'est pas exhaustive) :

Les rames 386 à 405, équipées de la Transmission voie-machine (TVM), version TVM-430, assurent dès la mise en service de cet équipement les TGV inter-secteurs de l'ouest vers le nord, la circulation vers Lyon et les Alpes pouvant être effectuée par n'importe quelle rame du parc car seule la TVM-300 est requise. Les rames amenées à circuler sur la LGV Sud Europe Atlantique en 2017 devront être équipées de la TVM430, la LGV Bretagne-Pays de la Loire restant pour sa part au standard TVM300.

Jusqu'en décembre 2004, le « TGV Vendée » présentait un cas particulier. Bien que la ligne Nantes - La Roche-sur-Yon ne soit pas électrifiée, le Conseil général de la Vendée a souhaité une desserte directe sans rupture de charge à Nantes. Pour ce faire, des rames TGV Atlantique ont été modifiées pour être tractées par des locomotives diesel-électriques CC 72000, elles-mêmes modifiées. Cette desserte a pris fin du fait de son coût (un conducteur reste nécessaire dans le TGV en plus de celui de la CC 72000). Le TGV dessert à nouveau Les Sables-d'Olonne via La Roche-sur-Yon depuis décembre 2008, après les travaux d'électrification en 25 kV 50 Hz de la section Nantes - Les Sables-d'Olonne.

Toutes les rames Atlantiques ont été rénovées Lacroix du 7 novembre 2005 au 18 juin 2010.

Dépôt titulaire[modifier | modifier le code]

Les rames sont entretenues au « Technicentre Atlantique » situé à Châtillon.

  • Radiation motrice 24044 suite collision au passage à niveau n°128 avec un camion le 18 octobre 2013 à Saint-Rémy-de-Sillé (72)

Rames particulières[modifier | modifier le code]

Deux TGV Atlantique se croisent sur la LGV Atlantique à Angervillers (91).
  • Rames 301 et 302 : rames de présérie qui ont longtemps porté une livrée particulière où le gris habituel était remplacé par du blanc.
  • Rame 325 : détient le record du monde de vitesse sur rail officiel, 515,3 km/h, du 18 mai 1990 au 3 avril 2007, record battu ce jour-là par la rame 4402 TGV POS avec une vitesse de 574,8 km/h.
  • Rame 360 : dans la nuit du jeudi 3 janvier 1991, victime de dérive. La rame, tous freins desserrés et sans conducteur, parcourt quelque 6 kilomètres depuis le Technicentre de Châtillon avant de s'écraser dans un heurtoir de la gare Montparnasse-Vaugirard à une vitesse estimée entre 65 et 70 km/h[5]. La rame fut réparée, les motrice M1, remorques R1, R2 et R3 ferraillées et reconstruites[6].
  • Rames 372 à 379 : équipées d'un attelage spécifique pour la traction par une CC 72000 diesel afin d'assurer la desserte dite « TGV Vendée », liaison aujourd'hui électrifiée. Cela consistait principalement à modifier la programmation informatique pour que la rame puisse fonctionner avec les pantographes baissés; et y inclure l'attelage automatique, l'alimentation en énergie électrique de toute la rame (ligne de train) qui provenait de la CC 72000 (équipement désormais déposé).
  • Rames 386 à 405 : équipées de la TVM 430, les autres de la TVM 300.
  • Motrice 24211 de réserve.

Modélisme[modifier | modifier le code]

  • Cette rame a été reproduite en HO par la firme Jouef.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 132, 133, 135, 149, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  2. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  3. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  4. Loc'Revue, Ville Rail Transport, Rail Passion dernier trimestre 2011
  5. http://www.humanite.fr/node/291240
  6. http://www.cheminots.net/forum/index.php?/topic/29896-deraillement-tgv-hendaye/page__view__findpost__p__393371

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]