Vaisseau de 74 canons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Redoutable à Trafalgar (Louis-Philippe Crépin, 1807, Musée national de la Marine). Le Redoutable (un vaisseau de 74 canons, au centre) aux prises avec le HMS Temeraire (à sa gauche) et le HMS Victory (à sa droite).

Le vaisseau de 74 canons est généralement considéré comme le compromis le plus performant des vaisseaux militaires de l'époque de la marine à voile, eu égard à sa maniabilité, sa puissance de feu, ses performances maritimes et militaires globales d'une part, et d'autre part son coût et sa rapidité de fabrication, son équipage presque moitié moindre que les grands trois-ponts. Épine dorsale des flottes européennes, le « 74 », comme on le surnomme, fut au centre de toutes les batailles d'envergure de la seconde moitié du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle. C'est aussi l'un des premiers navires à être construit en série de manière standardisée. Le « 74 » est un vaisseau de troisième rang portant deux ponts d'artillerie.

Bref historique d'une révolution navale[modifier | modifier le code]

Les années 1740 : Les premiers exemplaires et la standardisation de l'armement[modifier | modifier le code]

Vaisseau de 74 canons vers 1760. Texte et dessin de Nicolas Ozanne.
Maquette d'un navire de 74 canons de troisième rang de 1760 ; soit le HMS Hercules de 1759, soit le HMS Thunderer de 1760. Musée national de la Marine (Londres).

Lors de la première moitié du XVIIIe siècle, la marine française met progressivement au point un nouveau type de vaisseau de ligne du deuxième rang, portant soixante-quatorze canons, dont le premier représentant est le navire expérimental le Bourbon. Un grand nombre d'exemplaires sont construits, variant pour les dimensions et quelque peu pour la disposition de l'armement. Celui d'abord constitué de 26 pièces de 36 livres, 28 de 18, 16 de 8 et 4 de 4, se fixe dès le Terrible de 1739, à 28 pièces de 36, 30 de 18 et 16 de 8.

Ces vaisseaux sont conçus sous l'impulsion de Maurepas, le ministre de la marine, qui essaie de combler l'infériorité numérique de la Marine royale par des vaisseaux de ligne plus manœuvrant et porteurs d'un armement important[1]. Les trois-ponts, trop peu manœuvrant et hors de prix sont abandonnés. La longueur d'un vaisseau est déterminée par l'écart entre deux sabords. Les ingénieurs proposent grâce à un nouveau mode de construction d'augmenter la longueur des vaisseaux et donc le nombre des sabords. C'est ainsi qu'est mise sur cale une nouvelle catégorie de vaisseaux à deux ponts plus puissants, seul moyen disponible pour compenser la supériorité numérique de la Royal Navy. Le premier 64 canons deux ponts sort en 1735, suivi du premier 74 canons en 1743-1744 et le premier 80 canons deux ponts est opérationnel en 1744[2].

C'est le 74 canons que l'Histoire va retenir. Le Terrible que l'on peut considérer comme le premier 74 canons est lancé en 1743. L'année suivante il est suivi du Magnanime[3] et de l'Invincible, lancés à Rochefort en version un peu plus longue[4]. L' Intrépide de 74 canons est ainsi percé à 14 sabords, soit 28 canons de 36 à la batterie basse, 30 canons de 18 sur le second pont et 16 canons de 8 sur les gaillards[5]. Les vaisseaux du XVIIe siècle avaient aussi une ligne de flottaison trop basse sur l'eau, ce qui les empêchait par gros temps d'utiliser leur batterie basse, (la plus puissante). C'est entre autres un des grands défauts des trois ponts anglais de 80 canons. Or les nouveaux vaisseaux français évitent pour la plupart ce problème[6]. Il en résulte une avance technique spectaculaire. Comme le note l'ingénieur Ollivier, un nouveau deux ponts français de 74 canons peut aisément tenir tête à un trois ponts anglais de 80, voire 90 canons. Trop confiants dans leur supériorité numérique, les Anglais ne vont s'en rendre compte que tardivement en 1745-1746. L'apparition de ce navire est donc au départ une révolution navale silencieuse, car menée en période de paix, et qui n’apparaît aux yeux des observateurs qu'au retour de la guerre.

Ces navires font leur entrée dans l'histoire lorsque prennent fin avec la guerre de Succession d'Autriche les 32 années de paix qui s'étaient écoulées depuis la guerre de Succession d'Espagne. Un certain nombre d'exemplaires sont très difficilement capturés par la Royal Navy en 1747 lors des deux batailles du cap Ortegal et du cap Finisterre. L’Invincible, à cours de munitions est saisi après 8 heures de combat. Le Monarque livre bataille pendant 7 heures avant de succomber à 1 contre 5, et le Terrible se rend dans des conditions voisines. La qualité des vaisseaux français capturés laisse pantois les amiraux anglais. « Je puis seulement vous dire que l'Invincible surpasse toute la flotte anglaise. Je ne puis m'empêcher de penser que c'est une honte pour les Anglais qui font toujours grand cas de leur marine » déclare Augustus Keppel après inspection du vaisseau français.

La Royal Navy se met aussitôt à l'école française en copiant les vaisseaux capturés. Elle adapte ses effectifs en supprimant la catégorie des trois-ponts de 80 canons trop courts, peu manœuvrant, moins bien armés et plus chers que les « 74 canons » à deux ponts des Français. Ainsi naît la Valliant class de 74 canons à deux ponts copiée sur l’Invincible, et qui va rester la norme jusqu'en 1815[7].

Les années 1760 : la nécessité d'une reconstruction adaptée[modifier | modifier le code]

À la sortie de la guerre de Sept Ans, sa flotte décimée, le Royaume de France lance un nouveau programme de constructions navales. Progressivement les vaisseaux de petite taille (de 58 à 70 canons) disparaissent des flottes au profit de navires plus uniformes dotés de la même puissance de feu et corollairement à peu près de la même taille. Le schéma d'une batterie de 28 pièces de 36 livres, d'une seconde de 30 pièces de 12 ou de 18, et de 16 pièces de petits calibres sur les gaillards s'impose comme un standard de construction. Le « 74 », vaisseau de base des flottes est défini. En 1765, la Marine française est dotée de 22 vaisseaux de 74 canons, ils sont 26 en 1775, 33 en 1780, 43 en 1785. La Royal Navy fait un effort encore supérieur, avec 44 vaisseaux de ce type en 1765, 49 en 1775, 53 en 1780[8]. Il est vrai que les deux pays sont engagés après la guerre d'Amérique dans une course à l'armement naval qui ne trouvera sa conclusion qu'à Aboukir et Trafalgar. En 1783, l'arsenal de La Havane construit le premier 74 canons d'Amérique du Nord, l’America[9].

Les navires suivent aussi l'évolution technique de la fin du XVIIIe siècle, particulièrement sous les effets accélérateurs de la guerre d'Amérique, avec l'apparition du doublage de cuivre et de la caronade en Angleterre. Le doublage de cuivre, inventé dans les années 1770 a pour but au départ de protéger la coque contre les incrustations d'algues, de vers et de coquillages, mais on se rend compte rapidement qu'il a aussi pour effet de rendre les vaisseaux plus rapides. La caronade, inventée dans les forges Carron en Écosse, est une canon court de gros calibre pour tirer à courte distance en faisant le maximum de dégâts sur l'adversaire. Ses effets dévastateurs sont remarqués lors de la bataille des Saintes, en 1782[10]. À la fin des années 1780, tous les 74 canons français et britanniques sont doublés de cuivre, mais seuls les Britanniques ont mis des caronades sur tous leurs vaisseaux.

Les grands et coûteux trois-ponts de 100 canons ou plus, si nombreux dans les escadres du XVIIe siècle se réduisent à la portion congrue au fil du XVIIIe siècle. La France en a même abandonné la construction pendant plusieurs décennies, mais les progrès techniques enregistrés sur les 74 canons permettent de faire renaître ce type de navire à l'occasion du « don des vaisseaux ». Ainsi sont lancés en 1764 et 1766 le Ville de Paris et le Bretagne. La Royal Navy et la Marine française en alignent cependant moins de 5 exemplaires chacune, réservés au amiraux à la tête des grandes escadres de la guerre d'Amérique comme le HMS Victory ou le Ville de Paris. La construction en nombre des vaisseaux trois-ponts reprendra à partir de 1788 avec les énormes vaisseaux de 118 canons. Enfin à partir de 1789 seront lancés les premiers exemplaires d'une nouvelle série de vaisseaux, intermédiaires entre les nombreux « 74 » et les immenses « 118 », des navires armés de 80 pièces, de la classe Tonnant. Ces vaisseaux étant établis dans le prolongement de la réussite des 74 de la classe Téméraire.

Les années 1780 : la classe Téméraire[modifier | modifier le code]

Modèle réduit du Duquesne, un vaisseau de 74 canons de la classe Téméraire. (Musée national de la Marine de Toulon).
Article détaillé : classe Téméraire.

En 1782, alors que s'achève la guerre d'indépendance américaine, sous l'impulsion du chevalier Jean-Charles de Borda, assisté par l'ingénieur naval Jacques-Noël Sané, les types de bâtiments sont normalisés, grâce à l'établissement de plans à l'échelle 1/48, et les pièces, en particulier la mâture, sont standardisées. Le plan des navires de 74 canons est dressé pour la construction du vaisseau le Téméraire, qui devient ainsi le chef de file d'une longue série de plus de 100 navires construits de 1783 à 1814.

Selon le règlement français du [11], l'équipage de temps de guerre doit être théoriquement de 705 hommes (495 en temps de paix) : soit 12 officiers, 7 élèves ou volontaires, 55 officiers-mariniers, 42 canonniers (des troupes de marine), 6 timoniers, 404 matelots, 100 soldats (troupes de marine ou infanterie de ligne), 50 mousses, 13 surnuméraires et 13 valets.

La vie à bord d'un « 74 » à la fin du XVIIIe siècle[12][modifier | modifier le code]

Près de 750 hommes sur environ 57 mètres de long, une multitude de métier, une hygiène et une alimentation rudimentaires, une discipline de fer rythmée par 5 Quarts où les périodes de travail et de repos priment sur les loisirs, voilà qui résume la dure réalité des marins à bord de la marine à voile de cette époque. Nombreux sont ceux qui ne revoient jamais le pays en s'embarquant à bord ; entre les maladies, les combats, les accidents de manœuvre et les naufrages, les probabilités de survie étaient somme toute assez minces. Cela dépendait aussi beaucoup du commandant du navire : un bon capitaine a le souci du fonctionnement de son vaisseau afin que la machine de guerre soit toujours en état de marche, et il est évident que cette machine ne s'en portera que mieux si son équipage est au complet, bien formé, en bonne santé et avec un solide moral !

NB : ceci est valable pour n'importe quel type de navire…

L'équipage[modifier | modifier le code]

Les « 74 », pièces maîtresses sur l'échiquier de la marine militaire de l'époque, obéissent à une organisation très rigoureuse ainsi qu'à une hiérarchie bien établie. De nombreux métiers cohabitent afin de maintenir le navire en bon état de combattre et de naviguer. On distingue cinq catégories de personnel distinctes servant à bord (valable aussi sur les autres navires de l'époque dans des proportions plus ou moins importantes selon la taille du bâtiment)

L'état-major[modifier | modifier le code]

Un officier de marine en grand uniforme sous Louis XV.

Il s'agit pour la grande majorité d'officiers. Ils sont au nombre de 17 et répartis de la façon suivante :

  • Le commandant :

Seul maître à bord après Dieu, il a la responsabilité du vaisseau et de sa conduite et sert en tant que capitaine de vaisseau. Il supervise l'ensemble des activités du navire en temps normal et pendant la bataille avec l'aide de ses subalternes. Il reçoit ses directives de sa hiérarchie (roi, ministre de la marine, amiraux) mais est le seul à décider de la marche à suivre à bord. C'est aussi le seul (avec le second) à bénéficier d'une chambre et d'un bureau, au niveau du gaillard d'arrière).

Il est l'adjoint du commandant sur l'ensemble des tâches du navire. Il est chargé de prendre le commandement du vaisseau en cas de décès du commandant

Officiers confirmés au nombre de 5, ils ont déjà servi au moins deux ans comme enseigne. Ils ont en charge la transmission des ordres du commandant et du second et assurent les quarts à tour de rôle. Ils ont chacun un domaine de compétence particulier, comme la coque, le gréement ou les vivres. L'un d'eux sert comme officier de détail, charge particulière car il doit être les yeux et les oreilles du commandant en ayant connaissance de tout ce qui se passe à bord du vaisseau. Ils partagent des cabines isolées à l'arrière du navire.

Également au nombre de 5, ils sont chargés de seconder les lieutenants de vaisseaux dans leurs travaux. Membres du corps des officiers, ils complètent leur formation avant de pouvoir prétendre monter en grade. Ils ont déjà navigué au moins deux ans et demi.

  • Le capitaine corps royal infanterie :

Il est chargé du commandement de la garnison embarquée (130 hommes) et est secondé par deux lieutenants du corps royal.

Il a la charge des âmes de tout le personnel embarqué. Son rôle et de maintenir la pratique religieuse et la foi à bord à une époque où la religion est omniprésente dans la vie quotidienne et rythme la vie à bord. Il assure les messes tous les dimanches et jours de fêtes ainsi que les prières quotidiennes, il administre les saints sacrements aux mourants et participe aux funérailles. Il est aussi à l'écoute des marins et peut servir de confident.

  • Le chirurgien major :

Chargé de la santé de l'équipage, c'est un personnage clef à bord car il peut faire des miracles là où la religion s'arrête. Il soigne les malades, les blessures accidentelles, les blessés au combat (parfois en amputant afin d'éviter que le membre ne se gangrène) et veille à la prévention ou à la non-prolifération des épidémies parmi l'équipage.

La Maistrance[modifier | modifier le code]

Véritable intermédiaire entre l'état-major et les matelots, la maistrance est composée de marins expérimentés qui ont en charge l'encadrement et la formation des hommes du bord. Ils transmettent et font appliquer les ordres reçus de l'état-major. La maistrance existe toujours aujourd'hui et assure des missions assez équivalentes. Au nombre de 93 ils sont répartis en 6 principaux domaines de compétences.

Maître d'équipage[modifier | modifier le code]

Appelé aussi premier maître, il s'occupe de tout ce qui est nécessaire à la bonne marche du navire, il visite le vaisseau avec le capitaine et inspecte aussi bien le matériel que le travail des mousses et matelots. Meneur d'hommes, il s'implique auprès de l'équipage en expliquant tel ou tel travail mais aussi en punissant ceux qui ne font pas les tâches demandées. Il est assisté dans ses tâches par :

  • 2 seconds maîtres ;
  • 2 contre-maîtres ;
  • 2 bossemen (surtout responsables des ancres et des câbles) ;
  • 15 quartiers-maîtres.

Les quartiers-maîtres sont des marins d'expérience (sorte de sergents modernes) qui guident et assistent les matelots dans leurs travaux. Ils sont particulièrement chargés de la propreté du navire.

La maistrance compte aussi trois patrons de chaloupe et canots qui sont chargés des manœuvres et de l'équipage (provisoire) de ces embarcations, lors d'un transbordement d'officier, de passager ou d'une mission particulière par exemple.

Maître pilote[modifier | modifier le code]

Expert de navigation, il est l'équivalent actuel du navigateur. Le maître pilote travaille aux côtés du capitaine (ou de l'officier de quart) en lui communiquant de façon régulière la position du vaisseau et les dangers éventuels de navigation (courants, récif, haut-fond). Pour ce faire il dispose d'instruments de navigation tels que la boussole, le compas ou encore le sextant. Il vérifie ses instruments de façon quotidienne et note toute observation d'importance. Il est assisté dans ses tâches par :

  • 2 seconds pilotes ;
  • 2 aides pilotes.
Maître canonnier[modifier | modifier le code]
La muraille et la batterie d'un vaisseau de 74 canons. (Musée de la marine).

Au nombre de 2, les maîtres canonniers ont la charge de toute l'artillerie du bâtiment. Ils commandent aux canonniers lors des combats et supervisent le matériel lié aux armes lourdes. L'ensemble des 74 canons doivent être en permanence en état de fonctionner. Ils sont assistés par :

  • 2 seconds canonniers ;
  • 37 chefs de pièces (qui ont chacun la responsabilité d'un canon).
Maître calfat[modifier | modifier le code]

Le calfat est responsable de l'étanchéité du bâtiment par temps de guerre comme par temps de paix. Il supervise les opérations de calfatage de la coque en réparant les éventuelles voies d'eau avec du goudron et de l'étoupe. C'est aussi lui qui gère les pompes. Il est assisté par :

  • 1 second calfat ;
  • 3 aides calfats.
Maître charpentier[modifier | modifier le code]

Le charpentier du bord, tout comme le calfat, est en alerte permanente pour vérifier le bon état du navire. Le bois composant l'essentiel du vaisseau, il vérifie quotidiennement la coque et les mâts en faisant des rondes. Il peut aussi intervenir lors de voies d'eau. Il est assisté par :

  • 2 seconds charpentiers ;
  • 3 aides charpentiers.
Maître voilier[modifier | modifier le code]

Le maître voilier est chargé de l'entretien et de la réparation de toute la voilure du vaisseau. Cette dernière atteint 2 500 m2 sur un 74, c'est dire l'importance du travail d'inspection, de réparation et de conservation qu'il effectue. Il est assisté par :

  • 1 second ;
  • 2 aides voiliers.

Les hommes du bord[modifier | modifier le code]

Des gabiers à la manœuvre dans le gréement d'un vaisseau (Pierre Ozanne).
Un mousse anglais (cabin boy) en 1799 (National Maritime Museum).

Composant l'essentiel de l'équipage, les hommes du bord (ou gens de la mer) sont chargés d'exécuter les ordres reçus des maistranciers sur l'ensemble du navire. Ils sont répartis en 4 catégories.

Au nombre de 13, ce sont des matelots expérimentés et spécialisés dans le maniement des voiles. Ils ont la charge des manœuvres sur le gréement et les haubans. De son poste le gabier est responsable de son mât et commande aux matelots qui l'assistent dans son travail. Il effectue une inspection quotidienne du matériel qui lui est confié et rend compte de l'état de la voilure et des cordages. Leur travail s'effectue en collaboration avec les voiliers.

Au nombre de 10, les timoniers ont la charge de la barre du navire et se relaient à cette dernière pour assurer une permanence. Ils travaillent sous les ordres du maître pilote.

497 matelots composent l'équipage d'un 74, ils forment donc 2/3 de l'effectif global et sont répartis en 3 catégories distinctes (en fonction de leur solde). Leurs tâches sont multiples, ils peuvent aussi bien être affectés aux manœuvres de navigation (travail en hauteur, cordage) qu'à l'entretien du vaisseau et de ses équipements (cordage, pont, etc.) ou encore au combat naval (maniement de l'artillerie, défense, abordage). Le matelot, marin polyvalent, doit être âgé de 18 ans et avoir servi au moins 6 mois en mer.

Situés tout en bas de l'échelle hiérarchique, 65 mousses et novices complètent l'équipage des hommes du bord. Les mousses sont des enfants qui peuvent être embarqués dès l'âge de 8 ans, ils sont sous les ordres des maistranciers qui les affectent à des tâches peu reluisantes. Les novices quant à eux font leur apprentissage en vue de devenir matelot (au bout de 6 mois minimum).

La garnison[modifier | modifier le code]

Composée d'environ 130 hommes, soldats et policiers du bord, la garnison remplit plusieurs rôles sur un vaisseau. Elle maintient l'ordre à bord en dissuadant (ou en réprimant) les mutineries ou les mouvements contestataires mais aide aussi à compléter l'équipage lorsque celui-ci en a besoin : lors de tempêtes, lors des batailles (artillerie), ou pour combler des pertes dues au combat ou à la maladie. La garnison est reconnue en tant qu'unité d'infanterie, et en ce sens elle participe aux débarquements, aux combats à terre (bataille rangée, assaut de fortifications, etc.) et bien entendu aux batailles navales (canonnade, abordage).

Outre le capitaine corps royal d'infanterie et ses deux lieutenants (voir L'état major), la garnison est composée des éléments suivants:

Sous-officier du corps royal d'infanterie, le capitaine d'armes s'occupe de toutes les armes légères du navire et aussi de la sécurité du vaisseau en effectuant des rondes régulières.

Subalterne du capitaine d'armes, il est chargé de l'armement portatif et de son entretien. Il a aussi un rôle de serrurier à bord.

Au nombre de 12 les gardes de la marine sont destinés à la carrière d'officier. Après une formation à terre dans une école militaire au port, les gardes embarquent à bord pour compléter leur formation « sur le terrain ».

96 fusiliers composent la garnison. Leur rôle est celui décrit ci-dessus (maintien de l'ordre, combat à terre et combat naval).

Les surnuméraires[modifier | modifier le code]

Le terme désigne ceux qui ne sont pas comptabilisés dans l'effectif marin du vaisseau. Sur un 74 canons on compte environ 33 hommes appartenant à cette catégorie qui se répartit de la façon suivante :

  • 2 seconds chirurgiens (ils aident le chirurgien major) ;
  • 2 aides chirurgiens ;
  • 1 apothicaire ;
  • 1 secrétaire ;
  • 1 maître armurier ;
  • 1 aide armurier ;
  • 2 commis du munitionnaire ;
  • 1 tonnelier (il entretient, répare ou refait la grande quantité de tonneaux présents à bord) ;
  • 1 coq (souvent ancien marin handicapé d'une jambe, on le surnomme « coq » car il se tient sur une seule patte comme un coq) ;
  • 1 boucher ;
  • 1 boulanger ;
  • 2 maîtres valets (ils encadrent les valets et œuvrent comme maitre d'hôtel pour l'état-major) ;
  • 17 valets (entretenus par le capitaine, ils s'occupent de la préparation des repas de l'état-major et du commandant ainsi que du service).

Le matériel embarqué[modifier | modifier le code]

Véritable village flottant, le « 74 » doit pouvoir être autonome pendant plusieurs mois, aussi bien en vivres qu'en matériel, et pouvoir effectuer des réparations en mer à la suite de dégâts reçus au combat ou lors de tempêtes. Pour cela il embarque de grandes quantités de vivres et d'équipement soigneusement établis et référencés. Le chargement de tout le matériel suit une règle bien précise. Le rangement des vivres et équipement se fait de façon à ce que la stabilité du vaisseau soit préservée. Ce qui est lourd est positionné au centre du navire et au fond, puis vient ensuite ce qui est plus léger qui sera rangé sur les côtés et plus en hauteur. L'artillerie suit le même principe, les canons de gros calibre sont situés dans la batterie basse et plus on s'élève dans les œuvres mortes plus le calibre se réduit.

Les vivres[modifier | modifier le code]

Différents types de biscuit militaire. Le biscuit de mer se conserve longtemps et forme la base de l'alimentation du matelot.
Vue d'une partie des animaux destinés à la consommation de produits frais pour les officiers (vers 1775).

On trouve à bord tout ce qu'il faut pour permettre à l'équipage d'être autonome pendant trois à six mois, aussi bien en liquide qu'en solide ou en « vivant ». Pour cela on privilégie des aliments ayant une bonne durée de conservation, vient ensuite l'apport calorique et enfin le goût et diversité. Exception faite de l'état-major qui bénéficie de produits frais (comme les animaux, le lait, les œufs), la grande majorité de l'équipage doit se contenter de produits qui se détériorent dans le temps (ex : l'eau).

La décomposition des vivres liquides est la suivante :

  • 210 000 litres d'eau (environ 3 L par jour et par homme) ;
  • 101 000 litres de vin rouge (environ 1 L par jour et par homme) ;
  • 1 450 litres d'eau de vie ;
  • 1 440 litres de vinaigre (il sert parfois à couper l'eau lorsque celle-ci est croupie).

Les vivres solides sont constituées de :

  • 52 tonnes de biscuits de mer (la base de l'alimentation du marin car il peut se conserver longtemps) ;
  • 25,92 tonnes de farine (destinée à la fabrication du pain) ;
  • 15 tonnes de salaisons (viande et lard qui constituent un apport de protéine) ;
  • 14,3 tonnes de fèves et fayots (haricot sec) (bonne conservation) ;
  • 2,88 tonnes de sel (seul moyen de conservation connu avant l'apparition des boites en fer blanc du même nom) ;
  • 2 tonnes de riz ;
  • 1,1 tonne de fromage (fromage de gruyère et de Hollande, il constitue un substitut à la viande et au poisson) ;
  • 1,05 tonne de poisson salé (assez peu apprécié) ;
  • 350 kg de sucre.

Les produits frais et les animaux/volailles sont réservés à l'état-major et aux malades/blessés ; on trouve ainsi à bord :

  • 500 poules ;
  • 48 canards ;
  • 36 pigeons ;
  • 24 dindes ;
  • 24 moutons ;
  • 12 oies ;
  • 12 cochons ;
  • 8 bœufs ;
  • 6 veaux ;
  • 4 truies ;
  • 2 vaches à lait ;
  • 1 verrat (porc) ;

L'équipement[modifier | modifier le code]

Tout comme les vivres, le navire doit être autonome en matériel pour faire face aux nombreuses exigences qu'imposent plusieurs mois en mer. Qu'il s'agisse d'armes, de munitions, de voiles, pièces de gréement, de bois de rechange ou de cordage, le vaisseau doit pouvoir réparer les dégâts dus aux tempêtes et aux combats, où encore remplacer des pièces défectueuses sans que cela n'entache sa mission.

Pour cela un 74 canons embarque le matériel suivant :

En armement :

  • 22 tonnes de poudre réparties dans des barils de 100 ; 50 et 25 livres
  • barils porte-mèche (destinés comme le nom l'indique, à conserver les mèches allumées)
  • gargousses de poudre pour les canons
  • 50 tonnes de boulets de canons de tous calibres, soit 4 440 pièces (60 boulets par canon)
  • mitraille (ou grappe de raisin)
  • pierriers avec leur support (chandelier) et leurs charges
  • 340 mousquetons, fusils et pistolets
  • barils de cartouche
  • refouloirs et écouvillons (instrument d'artillerie)
  • anspects et pinces destinés à lever les canons
  • 70 sabres et coutelas
  • banc d'armurier et coffres

En matériel non-militaire :

  • mâts de hune de rechange
  • cordage et filins
  • bouées
  • lanternes et fanaux
  • 1 grande ancre
  • 1 ancre à jet

Bien entendu cette liste est non exhaustive et reflète ce que devait embarquer dans l'idéal un 74 canons au moment de son départ en mission ; selon l'époque et l'endroit où se trouvait le navire le chargement pouvait différer, tant en hommes qu'en matériel pour des raisons d'approvisionnement ou de finance.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'est d'abord tourné vers l'espionnage, mission que remplissent avec beaucoup de soin les ingénieurs Blaise Geslain en 1729 et Blaise Ollivier en 1737. Ollivier parcourt les ports hollandais et anglais pendant cinq mois en 1737 (Martine Acerra, André Zysberg,L’Essor des marines de guerre européennes, éditions Sedes, 1997, p. 67) Geslain repart sous un faux nom en Hollande en 1739. Ollivier reconnaît de bonne foi la supériorité de certains procédés anglais dont il adopte une partie pour la construction des vaisseaux. Mais il constate aussi l'excellence des méthodes françaises.
  2. Martine Acerra, André Zysberg, op. cit., p. 67.
  3. À ne pas confondre avec le Magnanime, un autre 74 canons, mais sorti des chantiers en 1779.
  4. Jean Meyer, Martine Acerra, Histoire de la marine française, éditions Ouest-France, 1994, p. 90-91.
  5. Patrick Villiers, Jean-Pierre Duteil, L'Europe, la mer et les colonies XVIIe-XVIIIe siècle, Collection Carré Histoire, éditions Hachette, 1997, p. 78-79. Rappelons qu'à cette époque, le calibre du canon est annoncé en fonction du poids du boulet en livres. Un canons de 36 tire donc des boulets de 18 kg à peu près, un canon de 18 des boulets de 9 kg et ainsi de suite (une livre française représentant 489,5 grammes).
  6. Le 64 canons est percé à 13 sabords à sa batterie basse et le 80 canons à 15 sabords sur la batterie basse. Ibidem.
  7. André Zysberg, Martine Acerra, L’Essor des marines de guerre européennes, 1690-1790, SEDES, 1997, p. 68.
  8. Chiffres fournis par Patrick Villiers et Jean-Pierre Duteil, op. cit., p. 119-127.
  9. Ibidem, p. 75.
  10. Le doublage en cuivre est expérimenté en 1775 et les premières caronades en 1779. Martine Acerra, André Zysberg, L’Essor des marines de guerre européennes, 1680-1790, op. cit., p. 55-56.
  11. Source : Archives nationales, fond Marine, B5-28.
  12. La vie à bord d'un vaisseau de 74 canons, musée de la Marine Nationale

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]