Mirabeau (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mirabeau.
Mirabeau
Image illustrative de l'article Mirabeau (cuirassé)
Le Mirabeau bombardant Athènes en décembre 1916

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Quille posée 4 mai 1908
Lancement 28 octobre 1909
Mise en service 1er août 1911
Statut retiré en 1921, détruit en 1928
Caractéristiques techniques
Type cuirassé
Longueur 144,9 m
Maître-bau 25,8 m
Tirant d'eau 9 2 m
Déplacement 18 318 tonnes
Vitesse 19,2 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture : de 255 à 200 mm
ponts : 75 mm
barbettes : 280 mm maximum
tourelles secondaires : 225 mm
Armement 2 x 2 canons de 305 mm/45 Modèle 1906
6 x 2 canons de 240 mm
16 canons de 75 mm
2 tubes lance-torpilles de 450 mm
Autres caractéristiques
Équipage 920
Chantier naval arsenal de Lorient

Le Mirabeau était un cuirassé de la marine française de la classe Danton construit à l'arsenal de Lorient à partir de 1908. Mis en service actif en août 1911, il fut désarmé en 1921 et détruit en 1928.

Historique[modifier | modifier le code]

Le cuirassé est nommé d'après le Comte de Mirabeau, un homme politique ayant joué un rôle important au début de la Révolution française. De type pré-dreadnought, il est déjà obsolète, comme tous les navires de sa classe, lorsque se déclenche la Première Guerre mondiale.

Le Mirabeau sert sans dommage pendant la bataille des Dardanelles. Il se retrouve ensuite en escadre avec le Danton, et le Liberté à Moudros, les Alliés ayant organisé lors des Vêpres grecques un blocus de la Grèce et des forces de la Triplice (Bulgarie, Turquie) en Méditerranée orientale.

Il est envoyé en 1919 en mer Noire avec un groupe d'autres cuirassés et croiseurs pour soutenir les forces blanches contre l'armée Rouge pendant la guerre civile russe durant laquelle il participe en mars 1919 au bombardement de Kherson pour protéger la garnison franco-grecque encerclée par les forces bolcheviques. Le Mirabeau est touché à ce moment-là par les premiers troubles qui secouent la flotte française lors de la vague de mutineries de 1919 et s'échoue ensuite devant Sébastopol à cause d'une violente tempête de neige. Plusieurs semaines de travail sont nécessaires pour le déséchouer en démontant une partie de son blindage et son artillerie. Le cuirassé rentre en France pris en remorque par le Justice mais beaucoup trop endommagé pour être réparé, il est désarmé en 1921, avec l'apparition d'une nouvelle classe de cuirassés et sert de cible d'entrainement avant d'être ferraillé en 1928.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France,‎ 1994, 427 p. (ISBN 2-7373-1129-2)
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2002