Schorre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un schorre près de Chichester en Angleterre.
Un schorre dans le Connecticut.

Les schorres ou prés salés sont des étendues naturelles planes à végétation basse situées à proximité du bord de mer qui sont inondées par les eaux salées uniquement lors des hautes marées. Ils correspondent à la partie de l'estran qui va de la partie supérieure de l'étage médiolittoral à la partie inférieure de l'étage supralittoral[1] et forment ainsi la frange haute des marais maritimes. Ils se développent en amont de la zone de vasière littorale qui reste généralement nue en région tempérée (la slikke) ou qui est colonisée par des palétuviers en région tropicale (la mangrove).

Le schorre est caractérisé par une prairie de végétation halophile répartie en étages. En zone tropicale certaines parties du schorre sont nues car saturées de sel : ce sont les tannes.

Le mot “schorre” a été emprunté au néerlandais « schor » qui désigne un « terrain d'alluvions »[2]. Selon les régions, diverses appellations françaises ou dialectales sont usitées : au bord de la Manche, ce sont les herbus, les prés salés ou plus précisément les mollières (terme picard) au nord (Baie de Somme, d'Authie et de Canche) ; au bord de la Méditerranée, ce sont en Basse-Provence, notamment en Camargue, des sansouïres (mot emprunté au provençal), et dans le Bas-Languedoc, des enganes (terme languedocien) .

Les herbus de la baie du Mont-Saint-Michel sont les plus grands d'Europe d'un seul tenant (4 000 hectares) [3].

Végétation[modifier | modifier le code]

Limite entre le slikke et le schorre, dans l'île de Spiekeroog en Allemagne.

Le schorre est immergé seulement lors des pleines mers de vives eaux et se développe aux dépens de la slikke par un exhaussement progressif et une progression de la végétation. Selon le degré de submersion, la végétation peut s'étager sur 3 niveaux : le bas, le moyen et le haut schorre. La végétation développée est adaptée à une immersion intermittente et à un milieu saumâtre. Le schorre recèle des communautés végétales variées, composées essentiellement d'espèces halophiles (tolérantes à la salinité).

En Europe, le bas schorre, qui est recouvert à chaque marée, excepté en morte-eau, est colonisé par des plantes, telles que la soude maritime (Suaeda maritima) et l'aster maritime (Aster tripolium). Le moyen schorre présente une végétation d'aspect buissonneux due à l'obione (Obione portulacoides). Le haut schorre peut comporter des salicornes (Salicornia sp.), des spartines (Spartina) et de l'atropis, des lavandes de mer (Limonium) ou de l'armoise (Artemisia vulgaris).

Faune[modifier | modifier le code]

Poissons[modifier | modifier le code]

Certaines de ces espèces ne sont présentes dans le marais salé qu'au stade d'alevin exclusivement. C'est le cas des Clupeidae, (harengs, sardines, ...), de la sole, du lançon équille, du lieu jaune, de l'anguille, du prêtre et du barbu. Pour ces espèces, seuls les jeunes de l'année sont présents. D'autres espèces colonisent le marais salé et ses chenaux lors de leurs premières années mais aussi à un stade adulte. C'est en particulier le cas des mulets, des bars ou des flets. Enfin, certaines espèces sont dites « résidentes » comme les gobies des sables, l'épinoche ou le chabot buffle, qui colonisent le marais tout au long de leur cycle biologique.

Avifaune[modifier | modifier le code]

Malgré la venue régulière de la mer, plusieurs espèces sont capables de nicher dans le schorre entre deux grandes marées. En baie de Saint-Brieuc sept espèces ont été ainsi inventoriées dont l'Alouette des champs, la Bergeronnette des ruisseaux, la Bergeronnette flavéole, la bergeronnette printanière, la linotte mélodieuse, et le pipit farlouse...

Importance écologique[modifier | modifier le code]

Les marais salés, « écotones intertidaux » entre des écosystèmes terrestres et marins, constituent l'un des habitats naturels les plus limités de la planète, couvrant au total une surface inférieure à 0,01 % de la surface du globe[4]. Ils présentent une répartition linéaire et fragmentée le long des côtes européennes. Ces caractéristiques, associées au déclin dramatique de leur surface depuis plusieurs années en Europe[5], confèrent de fait à ces écosystèmes un fort intérêt en termes de conservation de la nature[6], intérêt conforté par leurs caractéristiques structurales et fonctionnelles. Cependant la biodiversité végétale y est relativement faible, dû à la nécessité pour les plantes de s'adapter à l'eau saumâtre, et à l'intermittence des marées qui induisent des changements de salinité souvent prononcés.

Distribution[modifier | modifier le code]

En zone tropicale, le schorre apparaît en arrière de la mangrove

Les schorres se retrouvent le plus souvent dans les régions tempérées. Ils couvrent généralement des espaces protégés du vent et de la force des vagues, à très faible altitude et à forte sédimentation, tels que les estuaires, les deltas, les côtes protégés par des barrières rocheuses ou dunaires, ou encore dans les baies. On retrouve ainsi ce type de milieu en Camargue, dans le delta de l'Èbre, dans celui du Mississippi, en Nouvelle-Zélande, dans une large partie de la côte Est des États-Unis et dans les îles de la Frise, etc.

Dans les régions tropicales et sub-tropicales, ils sont généralement remplacés par les mangroves sur une grande partie du littoral ; mais les schorres sont alors encore souvent présents en arrière de la mangrove.

On trouve parfois aussi de rares prés salés en altitude, comme celui du Plan de Phazy en France.

Action de l'homme[modifier | modifier le code]

Les schorres du Mont-Saint-Michel sont les plus étendus d'Europe et servent de pâturages aux agneaux de pré-salé

Depuis longtemps, les schorres sont utilisés comme pâturage pour les ovins et les bovins, mais la transformation des schorres en terres cultivées, via la construction de digues, a été une pratique courante. Ces changements ont produit d'importantes transformations du milieu, avec des variations de salinité, de sédimentation, d'accès à l'eau et surtout de biodiversité. L'exemple le plus frappant est actuellement certainement en Camargue, où, un débat sur l'importance du maintien des digues est toujours en cours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ifremer environnement: définition du schorre
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « schorre » du TLFi, sur le site du CNRTL.
  3. Louis Diard, La Flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 39.
  4. (Desender et Maelfait, 1999)
  5. (Dijkema, 1984)
  6. Gibbs, 2000 ; Bakker et al., 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]