Classe Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Normandie
Image illustrative de l'article Classe Normandie
Diagramme classe Normandie
Caractéristiques techniques
Type cuirassé rapide
Longueur 170,6 m
Maître-bau 27 m
Tirant d'eau 8,65 m
Déplacement 25.230 tjb
Propulsion 4 machines à vapeur à triple expansion et turbine
Puissance 40 000 cv
Vitesse 21,5 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 300 mm
pont = 50 mm
barbette = 284 mm
tourelle = 250-300 mm
casemate = 160-180 mm
Kiosque =
Armement Principal :
3X4 canons de 340 mm/45 Modèle 1912
Secondaire :
21 canons de 138 mm
6 canons de 47 mm (anti-aérien)
6 Tubes Lance-torpille(450 mm)
Aéronefs non
Rayon d’action 6 500 miles à 12 nœuds( tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 1 200 hommes
Histoire
Commanditaire Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Période de service 1878-1910
Navires construits 1
Navires prévus 5
Navires annulés 4
Navires démolis 5
Précédent Classe Bretagne Classe Lyon (non construite)
Classe Dunkerque
Suivant

La classe Normandie a été la dernière classe de cuirassés de 1re classe de type dreadnought commandée pour la Marine française avant la Première Guerre mondiale. Chaque unité porte le nom d'une province française.

Ces navires n'ont jamais été terminés comme cuirassés parce que leur construction fut arrêtée durant la guerre. Après la guerre la reprise de leur construction a été examinée, mais finalement ils ont été mis au rebut selon les termes du Traité de Washington de 1922. Un seul, le Béarn a été achevé par sa transformation en porte-avions[1].

Conception[modifier | modifier le code]

La classe Normandie comportait à l'origine quatre unités dans la commande de 1912-13. Un cinquième navire, le Béarn, fut autorisé le 3 décembre 1913, pour disposer d'une escadre de quatre bâtiments opérationnels.

L'atout majeur de cette conception de cuirassé rapide était de gagner en poids par l'adoption de trois tourelles à quatre canons de 340 mm pour son armement principal. Le blindage à 300 mm était globalement comparable aux autres navires étrangers de même génération.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les travaux ont été suspendus au début de la guerre, mais ils étaient presque achevés. Certaines pièces de gros calibres furent débarquées pour servir dans l'infanterie, d'autres pour remplacer les tubes des canons usés de 340 mm des cuirassés de la classe Provence.

Le Béarn fut équipé de nouvelles turbines à vapeur chauffant au mazout, lui permettant de filer 25 nœuds.

Immobilisé aux Antilles pendant la Seconde Guerre mondiale, le Béarn a rejoint la marine de la France combattante en 1943 où a joué un rôle important dans l'effort de guerre allié comme transport d'aviation.

Les unités de la classe Normandie[modifier | modifier le code]

Classe Normandie
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Armement Fin Photo
Normandie A & CH Saint Nazaire
18 avril 1913 19 octobre 1914 non terminé détruit en 1924
Flandre Arsenal
Brest
1er octobre 1913 20 octobre 1914 non terminé détruit en 1924
Gascogne Arsenal de Lorient 1er octobre 1913 20 septembre 1914 non terminé détruit en 1924
Languedoc Forges et Chantiers de la Gironde
Bordeaux
18 avril 1913 1er mai 1916 non terminé détruit en 1929
Béarn Forges et Chantiers de la Méditerranée
La Seyne-sur-Mer
10 janvier 1914 15 avril 1920 converti en porte-avions
en 1927
ferraillé en 1967 PA Bearn.jpg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]