Slikke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Slikke

La slikke est l'une des zones caractéristiques des vasières de l'estran ; ces vasières étant caractérisées par deux milieux biologiquement très différents : le schorre en amont, la slikke en aval, des vasières littorales. La slikke est donc la partie inférieure de l'estran, celle qui est la plus souvent inondée ; à chaque marée haute, même de morte eau.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Slikke est un mot néerlandais signifiant « boue ».

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Ses sédiments ont une origine marine (érosion marine), et/ou terrestre (essentiellement des matériaux apportés par les fleuves). Ils sont fins : vase, tangue, sable vaseux de consistance molle.

La structure et l'épaisseur de la slikke peuvent varier saisonnièrement. Elles dépendent notamment :

  • du contexte abiotique ; principalement des caractéristiques rhéologiques, d'apports liés aux crues et du forçage tidal (importance des marées). La slikke est aussi exposée à des conditions extrêmes (courant, salinité, exposition aux UV solaires à marée basse...).
  • du contexte biotique (activité bioturbatrice des organismes, en particulier organismes fouisseurs de type vers ou à siphons (mollusques à coquilles ; ex : Hydrobia ulvae et Scrobicularia plana étudiés en tant que bioturbateurs par l'Ifremer)

Écologie[modifier | modifier le code]

La slikke est nue ou très pauvre en végétation, mais elle abrite une énorme biomasse bactérienne qui joue un rôle essentiel dans les processus d'autoépuration et de recyclage de la nécromasse.

Elle abrite également une faune variée d'espèces bivalves (palourdes, coques...), de petits gastéropodes brouteurs, de crabes verts, de poissons brouteurs ou chasseurs (mulets, carrelets, bars). Beaucoup de vers et de mollusques vivant dans la vase salée sont une nourriture appréciée de nombreux d'oiseaux qui viennent s'y nourrir à marée basse. Il s'agit généralement d'oiseaux à longs becs dits limicoles.

Services écologiques[modifier | modifier le code]

Deux fois par 24 h, à chaque marée, une partie des sédiments est remise en suspension dans l'eau et se redépose en entretenant le biofilm, dans un système qui fonctionne un peu comme une station d'épuration à lit fluidisé. Dans la vase, si elle n'est pas rendue toxique par des polluants, de nombreux organismes filtreurs contribuent à la richesse discrète de cet écosystème qui joue un rôle important dans le réseau trophique estuarien.

La slikke produit de nombreux microorganismes qui sont la première nourriture abondante d'alevins ou de petits crustacés. Elle joue un rôle dans l'alimentation des nurseries de certaines espèces.

On y trouve parfois une biomasse très abondante (jusqu'à plusieurs milliers d'individus au mètre carré à marée basse et en zone tempérée au moins 60 espèces de poissons et crustacés s'y nourrissent en tout ou partie de leur vie. A marée basse, ce sont des milliers d'oiseaux qui viennent y rechercher des mollusques ou du macro-zoobenthos.

Pressions, menaces[modifier | modifier le code]

Ces milieux apparemment pauvres et peu appréciés des touristes reculent face au développement des ports et localement à la destruction des vasières pour l'extension de villes, d'aéroports, etc.

Ils sont localement victimes de pollutions graves, notamment en aval d'estuaires pollués ou dans ces estuaires mêmes. Du plomb de chasse (grenaille toxique) peut s'y être accumulé (environ 4 millions de plomb par hectare en Camargue[1]) et menacer ou tuer (par saturnisme aviaire) les oiseaux marins qui s'y nourrissent.

Les slikkes souffrent probablement de l'eutrophisation générale de l'environnement.

Où observer des slikkes ?[modifier | modifier le code]

En France, les slikkes les plus importantes sont au Mont Saint-Michel, en baie d'Audierne, dans le golfe du Morbihan, en baie de Somme, Nord-Pas-de-Calais en baie de Canche, baie d'Authie et au platier d'Oye.

En Belgique, on en trouve dans la réserve naturelle «De IJzermonding» située à l'embouchure de l'Yser à Nieuport ainsi que dans la réserve naturelle du Zwin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. selon François Ramade

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :