Guerre de libération du Bangladesh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre de libération.
Guerre de libération du Bangladesh
Théâtre des opérations
Théâtre des opérations
Informations générales
Date 26 mars - 16 décembre 1971
Lieu Pakistan oriental
Issue Indépendance du Bangladesh
Belligérants
Flag of Bangladesh.svg Mukti Bahini
Drapeau de l'Inde Inde
Drapeau du Pakistan Pakistan
Commandants
M. A. G. Osmani
Jagjit Singh Aurora
Sam Manekshaw
Sagat Singh
J. F. R. Jacob
A. A. K. Niazi
Tikka Khan
Forces en présence
175 000 rebelles bangladeshis
250 000 soldats indiens
340 000 soldats pakistanais
Pertes
30 000 rebelles bangladeshis tués
1 426 soldats indiens tués
8 000 soldats pakistanais tués

La guerre de libération du Bangladesh est une guerre d'indépendance qui se déroula en 1971.

Déroulement du conflit[modifier | modifier le code]

Ce conflit opposa l'État et les Forces armées du Pakistan aux rebelles bangladeshis à partir de mars 1971. Les Pakistanais rencontrèrent une résistance indépendantiste facilement matée malgré la guérilla menée par les Mukti Bahini. Le pourcentage de bengalis ayant le rang d'officiers dans les forces armées pakistanaises était d'environ cinq pour cent en 1965 et il n'y avait que deux unités spécifiquement est-pakistanaises[1].

En avril, une résolution du parlement de l'Inde demande que le Premier ministre de l'Inde Indira Gandhi aide à l'approvisionnement des rebelles dans l'est du Pakistan. Elle obéit, mais refuse de reconnaître le gouvernement provisoire du Bangladesh indépendant.

Une guerre de propagande entre le Pakistan et l'Inde suivit le début de cette guerre d'indépendance. Yahya menaça de guerre l'Inde si ce pays faisait une tentative de saisir une partie du Pakistan et affirma que le Pakistan pouvait compter sur ses amis américains et chinois. Dans le même temps, le Pakistan tenta d'apaiser la situation dans sa partie Est. Tardivement, il remplaça Tikka, dont les tactiques militaires avaient causé des dégâts et des pertes de vie humaines, avec le plus sobre lieutenant général A.A.K. Niazi. Un modéré bengali, Abdul Malik, fut installé en tant que gouverneur civil du Pakistan oriental. Ces gestes d'apaisements tardifs ne donnèrent pas de résultats ni n'apaisèrent l'opinion mondiale[2].

L'intervention des forces armées indiennes dans ce qui deviendra la Troisième guerre indo-pakistanaise fut décisive afin de mettre un terme au conflit. Les combats cessèrent le 16 décembre 1971, menant à l'indépendance du Bangladesh.

Les conséquences de cette guerre selon Amnesty International, sont la mort d'environ un million de civils, 200 000 viols et le déplacement en Inde de 8 à 10 millions de réfugiés[3].

Fuyant son pays, le journaliste pakistanais Anthony Mascarenhas fut le premier à témoigner au monde des exactions et massacres commis par les forces pakistanaises au Bangladesh. Son article fut publié dans le Sunday Times le 13 juin 1971. La premier ministre indienne Indira Gandhi dit par la suite que l'article l'avait si profondément choquée qu'il avait impulsé sa décision en faveur d'une intervention militaire pour soutenir les Bangladais. La BBC estime que l'article de Mascarenhas « participa à mettre fin à la guerre. Il contribua à tourner l'opinion internationale contre le Pakistan, et encouragea l'Inde à jouer un rôle décisif »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bangladesh Pakistan Era », sur http://memory.loc.gov/, Bibliothèque du Congrès,‎ Septembre 1988 (consulté le 16 octobre 2010).
  2. « The War for Bangladeshi Independence, 1971 », sur http://memory.loc.gov, Bibliothèque du Congrès,‎ Septembre 1998 (consulté le 16 octobre 2010).
  3. (fr) « L'aide des Nations unies dans le cadre d'enquêtes menées par le Bangladesh sur des crimes de guerre est bienvenue », sur http://www.amnesty.org/, Amnesty International,‎ 7 avril 2009 (consulté le 10 octobre 2010).
  4. (en) "Bangladesh war: The article that changed history", BBC, 16 décembre 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Imtiaz Ahmed, Historicizing 1971 genocide : state versus person, University Press, Dhaka, 2009, 106 p.
  • (en) John H. Gill, An atlas of the 1971 India-Pakistan War : the creation of Bangladesh, Near East South Asia Center for Strategic Studies, National Defense University, Washington, DC, 2003?, 112 p.
  • (en) Christopher Hitchens, « Bangladesh : One genocide, one coup and one assassination », The Trials of Henry Kissinger, Verso, Londres, 2001, p. 44-54 (ISBN 1-85984-631-9)
  • (en) A. M. A. Muhith, American response to Bangladesh liberation war, University Press, Dhaka, Bangladesh, 1996, 499 p. (ISBN 9840513613)
  • (en) Pierre Stephen and Robert Payne, Massacre, Macmillan, New York, 1973 (ISBN 0-02-595240-4)
  • (en) Swaran Singh et Samar Sen, Bangla Desh and Indo-Pak war : India speaks at the U.N. ; speeches by India's External Affairs Minister Shri Swaran Singh and India's permanent representative Shri S. Sen at the United Nations, Publications Division, Ministry of Information and Broadcasting, Govt. of India, New Dehli, 1972, 129 p.
  • (fr) Bernard-Henri Lévy, Bangla Desh, nationalisme dans la révolution, F. Maspero, Paris, 1973, 327 p.
  • (fr) Claude Mossé, Mourir pour Dacca, Ed. R. Laffont, Paris, 1972, 219 p.
  • (fr) Jacques Weber, « La guerre du Bangladesh vue de France », Les conflits en Asie du Sud (1947 - 1999), Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 195, septembre 1999, p. 69-96