Hué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hué
Pont Trang Tien (ancien pont Clemenceau) construit par Gustave Eiffel
Pont Trang Tien (ancien pont Clemenceau) construit par Gustave Eiffel
Administration
Pays Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam
Démographie
Population 338 994 hab. (2009)
Densité 4 070 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 28′ 10″ N 107° 34′ 40″ E / 16.4694, 107.577816° 28′ 10″ Nord 107° 34′ 40″ Est / 16.4694, 107.5778  
Superficie 8 330 ha = 83,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Viêt Nam

Voir la carte administrative du Viêt Nam
City locator 14.svg
Hué

Géolocalisation sur la carte : Viêt Nam

Voir la carte topographique du Viêt Nam
City locator 14.svg
Hué
Liens
Site web http://www.huecity.gov.vn/

Hué (du vietnamien Huế) est l'ancienne capitale impériale du Viêt Nam (1802-1945). Elle est située au centre du pays, juste au sud du fameux 17e parallèle, non loin de la mer. Le fleuve Sông Hương (rivière des Parfums) la traverse et sépare la vieille ville au nord de la cité moderne au sud.

Hué est aujourd'hui la capitale de la province de Thừa Thiên et vit essentiellement de la pêche et du tourisme. Sa population est d'environ 340 000 habitants. Elle est desservie par l'aéroport international de Phú Bài et la gare de Hué.

Le fait qu'elle a été capitale impériale du Viêt Nam (appelé à l'époque par les occidentaux empire d'Annam), donne un caractère particulier à Hué dont la culture aristocratique des mandarins, la finesse de la poésie de ses lettrés et l'agilité intellectuelle de ses habitants lui confèrent tout son charme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Capitale des Nguyễn, les seigneurs du Sud, au XVIe siècle, Hué devient la capitale du Viêt Nam tout entier après sa réunification par Gia Long en 1802. La Cité impériale de Hué se bâtit tout au long du XIXe siècle. Devenue la résidence impériale et le siège de la cour, Hué acquiert un grand prestige et un grand raffinement qui se traduisent notamment dans la musique et dans la gastronomie. La cité interdite est entièrement détruite en 1885 par les Français qui massacrent, incendient et pillent la ville. Les palais, archives et bibliothèques furent réduits en cendres[1]. Puis en 1947 par le Viêt Minh.

À l'époque de l'Indochine française, Hué devient la capitale de l'Annam, une des cinq subdivisions du territoire. La monarchie est maintenue, mais passe sous tutelle. Les Français encouragent alors le développement architectural de la ville, gardant à Hué son statut de ville impériale jusqu'en 1945, date de l'abdication de l'empereur Bảo Đại.

Bataille de Huế[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Huế.

Le 29 janvier 1968 dans le cadre de l'offensive du Têt, les Nord-Vietnamiens attaquèrent la ville. Après avoir massacré plus de deux mille cinq cents habitants de ceux considérés comme l'« élite », ils tentèrent un assaut sur le camp retranché qui échoua. Les Américains quant à eux bombardèrent la Cité impériale.

Les forces de l'armée populaire vietnamienne ne reprendront la ville que le 25 mars 1975 lors de l'offensive de Tay Nguyen contre l'armée sudiste de Thiệu.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la rivière des Parfums (sông Hương).

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Hué
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 18 19 20 23 24 25 26 25 24 23 21 19
Température maximale moyenne (°C) 24 25 27 31 33 34 33 33 32 29 26 24
Ensoleillement (h) 217 196 217 210 217 150 186 155 180 186 210 217
Précipitations (mm) 131 44 50 47 85 96 98 113 351 520 445 250
Nombre de jours avec précipitations 4 5 5 8 15 20 20 24 19 15 6 4
Source : world climat guide


Photos[modifier | modifier le code]

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Ensemble de monuments de Hué *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Vue de la Porte du Midi
Vue de la Porte du Midi
Pays Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam
Subdivision Thừa Thiên-Huế, Bắc Trung Bộ
Type Culturel
Critères (iii) (iv)
Numéro
d’identification
678
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1993 (17e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Cité impériale[modifier | modifier le code]

L'ancienne cité impériale (Đại Nội en vietnamien[2]) se situe dans l'enceinte de la Citadelle royale (Hoàng Thành en vietnamien[2]). Construite au bord de la rivière des Parfums à partir de 1805, celle-ci est entourée de larges douves qui délimitent sensiblement un carré sur un périmètre de plus de 10 km ainsi que de murs de 6 m de haut sur un périmètre de 2,5 km. La largeur des murs atteint par endroit 20 m. La citadelle est accessible par dix portes fortifiées, chacune munie d'un pont.

À l'intérieur de l'enceinte constituée par la citadelle, se trouvent les deux ensembles de la Cité jaune impériale et de la Cité pourpre interdite, séparée par sept barrières.

Le site a souffert de l'attaque américaine de 1968 et a perdu de nombreux bâtiments. C'est essentiellement la Cité pourpre interdite, c'est-à-dire les bâtiments où vivaient l'empereur et sa famille, qui a été anéantie.

On y trouve la porte Ngo Môn (Porte du Midi) percée de cinq entrées, où l'empereur faisait part de ses décisions ; le palais de l'Harmonie suprême, avec la salle du trône aux quatre-vingts colonnes laquées de pourpre et jaune ; le Musée impérial qui abrite les vêtements royaux, des meubles et de la porcelaine; le palais Diên Thọ; le pavillon Tứ Phương Vô Sự; le pavillon de la Splendeur et le temple Thê. Le tout se situe dans un parc.

Au-delà vers le nord, La Cité pourpre interdite, qui regroupait avant 1968 de nombreux pavillons et palais reliés par de longues galeries, était l'espace où vivaient l'empereur et sa famille. On peut y admirer aujourd'hui les édifices qui subsistent, comme le Théâtre royal où sont encore donnés aujourd'hui des spectacles de la musique traditionnelle de la Cour de Hué (Nha Nhac) reconnue comme patrimoine culturel immatériel du monde en 2003.

Depuis 1993, cet ensemble de monuments est classé patrimoine mondial de l'Unesco[3].

Pont Trang Tien[modifier | modifier le code]

Vue du pont Trang Tien en 2007, construit par Gustave Eiffel

Le pont Trang Tien (Cầu Trường Tiền ou Cầu Tràng Tiền en vietnamien; autrefois pont Clemenceau) enjambe la rivière des Parfums au cœur de la ville d'Hué. Il est composé de six arches en acier de 67 mètres ce qui en fait un pont de 403 mètres de longueur pour 6 mètres de largeur.

Historiquement, au même endroit, un pont en rotin a d'abord été conçu à l'époque du roi Lê Thánh Tôn, puis il a été remplacé par un pont en bois. À l'époque du roi Thành Thái (1897), sous le protectorat français, la construction d'un nouveau pont en métal a été confiée à Gustave Eiffel. Après deux ans de construction, le nom du roi lui a été donné : pont Thành Thái. En 1904, le pont a été gravement endommagé par une tempête, puis a été réparé deux ans plus tard en utilisant du béton armé. Après l'exil du roi Thành Thái, le pont a été rebaptisé en 1907 pont Clemenceau, d'après le nom de Georges Clemenceau, premier ministre français de l'époque. Le pont a été rénové en 1937 et rebaptisé en 1945 pont Nguyễn Hoàng, d'après Nguyễn Hoàng, ancêtre de la dynastie Nguyen.

Pendant la guerre d'Indochine, le pont fut miné et détruit en 1946, puis réparé en 1953. Lors de l'attaque du Têt de 1968, les troisième et quatrième arches furent détruites, le pont Trang Tien n'a été réparé qu'en 1991.

Depuis 2002, le pont Trang Tien est doté d'un système d'éclairage coloré pour le Festival de Hué.

Le long de la rivière[modifier | modifier le code]

Arrière du mausolée de Minh Mang
Garde d'honneur du tombeau de Khải Định

Sur une colline de la rive droite de la rivière des Parfums, se trouve la pagode de la Dame céleste (Thien Mu). C'est une tour octogonale de sept étages et 21 mètres de haut construite en 1844 par l'empereur Thiệu Trị. Chaque étage représente une apparition humaine de Bouddha. Les bâtiments abritent actuellement cinq bonzes et sept novices.

Sur la rive ouest de la rivière des Parfums, on trouve les tombeaux des empereurs Nguyễn (1802-1845)[3] :

  • le tombeau de Tự Đức, est un domaine de 12 hectares avec des palais, un pavillon sur pilotis devant un lac artificiel, ainsi qu'une cour funéraire possédant des statues de mandarins civils et militaires, des chevaux et des éléphants en pierre grise,
  • le tombeau de Khải Định,
  • le tombeau de Minh Mạng, qui rappelle les tombeaux Ming chinois par ses pavillons, bassins et jardins,
  • les tombeaux royaux de Đồng Khánh et de Gia Long.

Au nord du tombeau de Tự Đức, on peut admirer la pagode Tu Hieu construite en 1848 par les eunuques de haut rang de la Cité jaune impériale. Elle se trouve dans une grande pinède et possède un étang aux lotus en forme de croissant.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Petite église paroissiale catholique construite du temps de l'Indochine française

Sport[modifier | modifier le code]

Personnalités née à Hué[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Brocheux, Le colonialisme français en Indochine, p. 355 dans Le livre noir du colonialisme, Editions Robert Laffont, Paris, 2003
  2. a et b « Visite de la ville d'Hué », sur www.bourlingueurs.com
  3. a et b « Hué - Vietnam », sur www.azurever.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :