South African Defence Force

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La South African Defence Force (SADF, en anglais) ou Suid-Afrikaanse Weermag (SAW, en afrikaans) est le nom porté par les Forces armées sud-africaines entre 1957 et 1994.

La SADF avait succédé à l'ancienne Union Defence Force en 1957. Elle fut impliquée dans des guerres aux frontières des territoires gérés par l'Afrique du Sud, notamment en Angola au côté de Jonas Savimbi, le chef de l'UNITA. Elle fut aussi déployée au sein de l'Afrique du Sud durant les périodes d'état d'urgence, notamment en 1977 et 1986.

En 1994, la SADF a été amalgamée avec les forces de défense des anciens bantoustans et avec les unités para-militaires des différents partis politiques noirs anti-apartheid, tels Umkhonto we Sizwe, pour former la nouvelle South African National Defence Force.

L'effectif de la SADF était notamment composé de conscrits et de volontaires. La conscription était obligatoire en Afrique du Sud pour les hommes blancs alors que les soldats noirs de la SADF ne pouvaient être que des volontaires et des militaires de carrière.


Effectifs[modifier | modifier le code]

Au moment de sa dissolution et refondation en SANDF, la SADF comptait :

  • 40 000 soldats de carrière à temps plein et 5 000 conscrits
  • 500 000 soldats mobilisables
  • 16 000 auxiliaires
  • 24 000 personnels civils
  • 120 000 membres des Citizen Force
  • 130 000 soldats membres des forces spéciales de commando réparties en 200 unités
  • 180 000 réservistes

Organisation[modifier | modifier le code]

Drapeau de la South African Navy de 1981 à 1994

La SADF se répartissait en 4 corps armées :

Armes nucléaires[modifier | modifier le code]

L'Afrique du Sud a été l'un des pays à posséder non officiellement des armes de destruction massive comme des ogives nucléaires. Celles-ci ont été démantelées peu avant les élections multiraciales de 1994 et la victoire du Congrès national africain.


Liste partielle de dirigeants de la SADF[modifier | modifier le code]