José Figueres Ferrer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrer.
José Figueres Ferrer
Image illustrative de l'article José Figueres Ferrer
Fonctions
32e, 34e et 38e Président du Costa Rica
Prédécesseur Teodoro Picado Michalski
Successeur Otilio Ulate Blanco
Prédécesseur Otilio Ulate Blanco
Successeur Mario Echandi Jiménez
Prédécesseur José Joaquín Trejos Fernández
Successeur Daniel Oduber Quirós
Biographie
Nom de naissance José María Hipólito Figueres Ferrer
Date de naissance
Lieu de naissance San Ramón, Alajuela
Drapeau du Costa Rica Costa Rica
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès San José, San José
Drapeau du Costa Rica Costa Rica
Nationalité costaricienne
Parti politique Parti Libération nationale

Signature

José Figueres Ferrer
Présidents de la République du Costa Rica

José Figueres Ferrer, né le à San Ramón et mort le à San José, est un homme d'État costaricien.

Surnommé affectueusement Don Pepe (venant de Chepe, surnom espagnol donné à José), il est considéré comme l'un des personnages costariciens les plus importants de l'Histoire.

L'un de ses fils, José María Figueres, devient également président du Costa Rica de 1994 à 1998.

Accession au pouvoir[modifier | modifier le code]

Après avoir restauré la démocratie en 1948 par la force, José Figueres Ferrer, membre du Parti Libération nationale, devient président de la Junta Fundadora qui garde le pouvoir pendant dix-huit mois.

Il est élu deux fois président de la République du Costa Rica, de 1952 à 1958 puis de 1970 à 1974.

Action politique[modifier | modifier le code]

Il adopte une constitution politiquement libérale et avancée en accordant le droit de vote aux femmes et aux noirs, en interdisant d'obtenir deux mandats présidentiels immédiatement consécutifs et en abolissant l'armée, une première historique pour un État indépendant.

Depuis ce jour, le Costa Rica est surnommé « la Suisse de l'Amérique centrale ». Le pays est aujourd'hui encore sans armée mais compte une « force publique » (maintien de l'ordre) d'environ 100 000 hommes.