Déclaration conjointe des Membres des Nations unies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article connexe : Organisation des Nations unies.

La Déclaration conjointe des Membres des Nations unies a été publiée simultanément le 17 décembre 1942 par les gouvernements américains, britanniques et soviétiques au nom des Puissances Alliées. Dans cette déclaration, ils décrivaient les évènements en cours, notamment l'Holocauste en Allemagne Nazie. C'est un acte précurseur à la fondation de l'ONU.

La déclaration fut lue aux Communes dans un discours solennel du Secrétaire au Foreign Office Anthony Eden, et publié sur la Une du New York Times et de bien d'autres journaux[1].

Texte[modifier | modifier le code]

« L'attention des gouvernements de Belgique, Tchécoslovaquie, Grèce, Yougoslavie, Luxembourg, Pays-Bas en exil, Norvège, URSS, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et des États-Unis d'Amérique ainsi que le Comité national français de libération, a été attirée sur les nombreux rapports en provenance d'Europe selon lesquels les autorités allemandes, non contentes de publier les lois déniant aux personnes de race Juive dans tous les territoires où leur barbare autorité s'est étendue, les plus élémentaires droits humains et sont en train de rendre effective l'intention maintes fois répétée d'Hitler d'exterminer les personnes juives en Europe.
Dans tous les pays sous occupation allemande les Juifs sont transportés par trains dans des conditions d'horreur et de brutalités inconcevables vers l'Europe de l'Est. En Pologne, qui est devenue le principal abattoir Nazi, les ghettos établis par l'envahisseur allemand sont systématiquement vidés de leurs Juifs, à l'exception de ceux nécessaires au travail forcé pour leurs industries de guerre. Aucun de ces déportés n'a plus donné de signes de vie. Les individus valides sont peu à peu usés à mort par les camps de travail. Les infirmes sont laissés à mourir d'exposition au intempéries et de privations ou sont délibérément massacrés dans des exécutions de masse. Le nombre de victimes des ces sanglantes cruautés est exercé sur plusieurs centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants entièrement innocents.
Les gouvernements ci-dessus mentionnés et le Comité National français condamnent dans les termes aussi vifs que possible cette politique bestiale d'extermination de sang-froid. Ils déclarent que de tels agissements ne peuvent que renforcer la résolution de peuples aimant la liberté à rejeter une telle barbarie hitlérienne. Ils réaffirment solennellement leur résolution d'assurer aux responsables de ces crimes qu'ils n'échapperont pas au juste châtiment et de presser la mise en place de mesures pratiques à cette fin. »

Ceci préfigurait la création après-guerre de l'ONU et le tribunal de Nuremberg qui jugera les Crimes de guerre nazis.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Joint Declaration by Members of the United Nations » (voir la liste des auteurs)
  • Cet article a été traduit depuis un article de la wikipédia anglaise ; c'est pourquoi la plupart des références sont en anglais. Il serait évidemment souhaitable de les compléter ou de les remplacer par des références en français, quand elles existent.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 11 ALLIES CONDEMN NAZI WAR ON JEWS; », The New York Times,‎ December 18, 1942 (consulté le February 3, 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • [1] – 1942: Britain condemns massacre of Jews, BBC News website