Rachid Ali al-Gillani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rachid Ali al-Gillani
رشيد عالي الكيلاني
Image illustrative de l'article Rachid Ali al-Gillani
Fonctions
13e,21e et 23e Premier ministre irakien
20 mars 193329 octobre 1933
Monarque Fayçal Ier
Ghazi Ier
Prédécesseur Naji Shawkat
Successeur Jamil al-Midfai
31 mars 194031 janvier 1941
Monarque Fayçal II
Prédécesseur Nouri Saïd
Successeur Taha al-Hashimi
3 avril 194129 mai 1941
Monarque Fayçal II
Prédécesseur Taha al-Hashimi
Successeur Jamil al-Midfai
Biographie
Nom de naissance Nouri Kamel al-Maliki
Date de naissance 1892
Lieu de naissance Bagdad, (Irak)
Date de décès 1965
Lieu de décès Beyrouth, (Liban)
Nationalité irakienne
Parti politique Parti de la Fraternité nationale
Premiers ministres irakiens
Rashid Ali al-Gaylani et Haj Amin al-Husseini lors d'un discours à Berlin.

Sayyed Rachid Ali al-Gillani (né en 1892, mort en 1965), est le fils du Sayyed Abdul Wahhab al-Gillani (رشيد عالي الكيلاني). C'est un homme d'État irakien qui exerce la charge de Premier ministre du Royaume d'Irak à trois reprises :

  1. 20 mars, 193329 octobre, 1933
  2. 31 mars, 194031 janvier, 1941
  3. 3 avril, 194129 mai, 1941

Gillani est surtout connu pour ses efforts d'introduire le Royaume d'Irak dans la sphère d'influence de l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Bagdad dans une famille aisée, il est de la famille du premier Premier ministre d'Irak, Abd Al-Rahman al-Gillani. Gillani a débuté sa carrière politique en 1924, dans le premier gouvernement mené par Yassin al-Hachimi, qui l'a nommé ministre de la Justice.

Les deux hommes étaient d'ardents nationalistes, opposés à la présence politique britannique dans le pays. Ils ont rejeté le traité anglo-irakien visant à faire de l'Irak un protectorat britannique. Après que le traité a été signé par le Premier ministre Nouri Saïd, Gillani et Hachimi décident de créer leur propre parti politique, la Confrérie nationale. Ce parti devait favoriser les objectifs des nationalistes. Dans les années 1930, Gillani a été fortement influencé par le grand mufti de Jérusalem, Amin al-Husseini qui avait été exilé de la Palestine mandataire par les autorités britanniques en raison de ses activités nationalistes et de son alliance avec l'Allemagne qui visait entre autres à empêcher l'immigration des Juifs en Palestine.

C'est en 1933 que Gillani est nommé pour la première fois à la fonction de Premier ministre.

Il est de nouveau nommé Premier-ministre en 1940, après la mort prématurée du roi Ghazi. Il refuse alors d'obéir aux ordres du régent pro-britannique 'Abd al-Ilah, et exclut de couper les liens diplomatiques de l'Irak avec l'Italie. Par ailleurs, il décide d'envoyer son ministre de la Justice en Turquie pour rencontrer l'ambassadeur allemand Franz von Papen et obtenir le soutien de l'Allemagne. Dans une autre rencontre avec des représentants du gouvernement allemand, Gillani a assuré à l'Allemagne que les ressources naturelles de l'Irak, en particulier pétrolifères, seraient mises à la disposition de l'Axe en échange du soutien des Allemands à l'indépendance des États arabes et à leur unité politique.

Le Royaume-Uni répond par de graves sanctions économiques à l'encontre de l'Irak. Après les premières victoires des britanniques en Afrique du Nord contre les Italiens et en raison des pressions qu'ils exercent, Gillani est contraint à la démission le 31 janvier 1941. Mais cette mise à l'écart n'a fait qu'accentuer sa méfiance vis-à-vis du Royaume-Uni et des éléments pro-britanniques du gouvernement. Avec certains de ses amis pro-Axe, il décide de se lancer dans un coup d'État. À la tête du « Carré d'or », il projette d'assassiner le régent Abdul Illah, mais celui-ci quitte à temps le pays le 31 mars et, le 3 avril, Gillani accède au pouvoir.

Peu de temps après sa prise de pouvoir, l'une de ses premières décisions en tant que chef d'État est de refuser le débarquement à Bassorah de la seconde brigade de la 10e division indienne. Alors que la tension est à son comble avec les autorités britanniques, il décide d'envoyer un régiment d'artillerie affronter des contingents de l'armée britannique qui campaient dans une base de la RAF à Habbaniya. L'affrontement tourne rapidement au désavantage des Irakiens qui sont obligés de lever le siège.

Considérant que leurs intérêts au Moyen-Orient sont gravement menacés par un régime qui affiche si ouvertement ses sympathies à l'égard de l'Allemagne, le Royaume-Uni décide de se lancer dans une intervention militaire en faisant débarquer le 18 avril 1941 des troupes à Bassorah, le grand port pétrolier de l'Irak. Alors que les troupes britanniques arrivent dans les faubourgs de Bagdad, les autorités irakiennes demandent un armistice qui sera signé par les belligérants le 31 mai 1941. Les Britanniques occupent Bagdad le 1er juin 1941, réinstallent le régent et mettent en place un gouvernement pro-britannique. La guerre anglo-irakienne prend fin.

Craignant pour sa vie, Gillani a déjà quitté l'Irak pour se réfugier à Berlin. Il est reçu par Adolf Hitler, qui le reconnait comme le chef du gouvernement irakien en exil. Après la défaite de l'Allemagne, il trouve refuge en Arabie saoudite.

Gillani fait son retour en Irak après la révolution qui a renversé la monarchie irakienne en 1958. Il a de nouveau essayé d'accéder au pouvoir en menant une révolte contre le gouvernement prosoviétique d'Abdul Karim Qasim. La révolte est un échec, et il est condamné à mort. Il quitte de nouveau le pays, et après une amnistie, il retourne en Irak. Il meurt en 1965 à Beyrouth.