Milan Nedić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Milan Nedić
Image illustrative de l'article Milan Nedić
Fonctions
Premier ministre du Gouvernement de salut national
19411944
Biographie
Date de naissance 7 septembre 1877
Lieu de naissance Grocka, principauté de Serbie
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Date de décès 4 février 1946 (à 68 ans)
Lieu de décès Belgrade
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Nationalité Serbe
Profession Militaire
Religion Orthodoxe serbe

Milan Nedić, en serbe cyrillique Милан Недић (né à Grocka le 2 septembre 1878 – mort à Belgrade le 4 février 1946) était un général et un homme politique serbe. Pendant l'occupation de la Yougoslavie durant la Seconde Guerre mondiale, il fut à la tête du "Gouvernement de salut national" (Влада Националног Спаса, tr.Vlada Nacionalnog Spasa) installé par les Allemands dans la Serbie occupée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nedić, né à Grocka, termine ses études secondaires à Kragujevac puis entre à l’Académie militaire en 1895. En 1904, il entre dans l’armée.

Promu au grade de commandant en 1910, il sert pendant les guerres des Balkans de 1912 et de 1913. En 1913, il est promu lieutenant-colonel.

Pendant la Première Guerre mondiale, en 1915, il est promu colonel et sert à l’état-major. De novembre 1915 à janvier 1916, avec ses troupes, il couvre la retraite de l’armée serbe à travers le Monténégro et l’Albanie. En 1916, il devient officier d’ordonnance du roi Pierre Ier de Serbie et en septembre 1918 il commande la Brigade d’infanterie de la Division Timok.

En 1923, il devient général de division, puis général en 1930. Entre 1934 et 1935, il commande l’état-major de l’armée yougoslave.

En 1939, Milan Nedić devient Ministre de l’Armée et de la Flotte. Mais, en raison de son soutien ouvert à Adolf Hitler, le régent Paul le contraint à démissionner (6 novembre 1940). Le 28 avril 1941, le gouvernement yougoslave le déclare responsable de la défaite des défenses yougoslaves en Macédoine pendant l’invasion des armées de l’Axe.

Le commandant de la Wehrmacht Heinrich Danckelmann décide de confier à Nedić l’administration de la Serbie occupée. Le 29 août 1941, il devient premier ministre du Gouvernement de Salut National installé par les Allemands.

Le 1er septembre 1941, Nedić prononce un discours à la radio, où il déclare son intention de « sauver le noyau du peuple serbe » en acceptant l’occupation et en collaborant avec les Allemands. Avec Dimitrije Ljotić, Nedić tente de pacifier la Serbie et d’en chasser les Partisans communistes et ceux des Tchetniks qui refusaient de collaborer avec les Allemands.

Durant la guerre, plus de 167 000 personnes trouvèrent la mort en Serbie, dont 67 000 Partisans, 69 000 tchetniks et plus de 20 000 Juifs. En août 1942, les nazis proclamèrent la Serbie « Judenfrei », libérée des Juifs. Selon Nikola Živković, sous le gouvernement de Nedić 6 478 bibliothèques, 1 670 écoles, 30 universités, 19 musées, 7 théâtres, 52 églises et monastères orthodoxes, 216 mosquées, 63 synagogues fut détruits ou pillés.

Le 4 octobre 1944, le gouvernement de Nedić se dispersa. Le 6 octobre, il quitta Belgrade pour Kitzbühel en Autriche. Le 1er janvier 1946, il fut livré aux Yougoslaves par les Anglais. Milan Nedić fut incarcéré à Belgrade.

Le 5 février 1946, les journaux rapportaient que Milan Nedić, profitant d’un moment d’inattention de ses gardes, s’était suicidé en se jetant par la fenêtre. Il échappa ainsi au procès qu'on lui préparait à Belgrade.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

(sr) Article sur Milan Nedić