Bali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'île de Bali. Pour la province, voir Province de Bali.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bali (homonymie).
Bali
Pulau Bali (id)
Image illustrative de l'article Bali
Géographie
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Archipel Petites îles de la Sonde
Localisation Mer de Bali, océan Indien
Coordonnées 8° 30′ S 115° 00′ E / -8.5, 1158° 30′ S 115° 00′ E / -8.5, 115  
Superficie 5 632,86 km2
Point culminant Agung (3 142 m)
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption 1964
Code 0604-02
Administration
Province Bali
Kabupaten et kota Badung, Bangli, Buleleng, Denpasar, Gianyar, Jembrana, Karangasem, Klungkung, Tabanan
Démographie
Population 3 890 000 hab. (2010)
Densité 690,59 hab./km2
Plus grande ville Denpasar
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+8
Site officiel www.baliprov.go.id/

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Bali
Bali
Îles d'Indonésie
Bali, la plus occidentale des petites îles de la Sonde
L'île de Bali : entre Java et Lombok, baignée par la mer de Bali et l'océan Indien.

Bali est une île d'Indonésie située entre les îles de Java et de Lombok. Elle fait partie des petites îles de la Sonde. Sa superficie est de 5 637 km2. La population de l'ensemble des îles de la province de Bali était de 3 890 000 habitants en 2010, soit une densité de 690 habitants/km2. Administrativement, l'île fait partie de la province du même nom et accueille sa capitale (ibu kota), Denpasar, dans le sud de l'île.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Bali.

L'histoire de Bali couvre une période s'étendant du paléolithique à nos jours. Au XVIe siècle, l'histoire de Bali commence à être marquée par ses contacts avec l'Occident à l'arrivée des Européens. Après une longue et difficile période de conquête par les Hollandais, qui prend fin en 1908, ceux-ci s'attacheront à préserver ce qu'ils considèrent comme la dernière société hindou dans un pays majoritairement musulman. Après une participation active à la Revolusi menant à l'indépendance de l'Indonésie et le prix payé lors de la répression du mouvement du 30 septembre 1965 et lors des attentats de 2002 et 2005 (en), l'île de Bali est aujourd'hui une destination touristique majeure.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île de Bali se trouve à 3,2 km à l'est de Java et approximativement 8 degrés en dessous de l'Équateur. Bali et Java sont séparées par le détroit de Bali. D'est en ouest, l'île mesure approximativement 153 km de large. Elle s'étend sur environ 112 km du nord au sud. Sa superficie est de 5 632 km2.

La chaîne montagneuse du centre de Bali comprend plusieurs pics de plus de 2000 mètres d'altitude. Le plus haut est l'Agung (3142 m), un volcan actif baptisé la « mère montagne ». La chaîne s'élève du centre vers l'est, avec l'Agung dominant à l'extrême est. La nature volcanique de Bali contribue à son exceptionnelle fertilité et ses hautes chaînes montagneuses provoquent les fortes précipitations favorisant la forte production du secteur agricole. La vaste zone descendant du côté sud des montagnes est consacrée à la culture du riz. Les pentes du côté nord descendent plus fortement vers la mer. C'est le principal secteur de la production de café de l'île où l'on trouve également des légumes et du bétail. Le fleuve le plus long, la rivière Ayung (en), coule sur approximativement 75 km. Bali n'a pas de voies navigables importantes. La rivière Ho est cependant empruntées par de petits sampans.

L'île est entourée de récifs coralliens. Les plages du sud sont de sable blanc quand celles du nord et de l'est sont de sable noir. Les plages de sable noir entre Pasut et Klatingdukuh ont été développées pour le tourisme mais en dehors de celles proches du temple de Tanah Lot, elles ne sont pas encore utilisées de manière significative.

La plus grande ville de l'île est la capitale provinciale Denpasar située près de la côte sud. Sa population était d'environ 491 500 habitants en 2002. La seconde plus grande ville de Bali est l'ancienne capitale coloniale Singaraja, sur la côte nord, peuplée de près de 100 000 personnes. Les autres villes importantes sont la station balnéaire de Kuta, pratiquement dans la zone urbaine de Denpasar, et Ubud, au nord de Denpasar, connue comme le centre culturel de l'île.

Trois petites îles proches situées au sud-est font administrativement partie du Kabupaten de Klungkung : Nusa Penida, Nusa Lembongan et Nusa Ceningan. Elles sont séparées de Bali par le détroit de Badung.

À l'est, le détroit de Lombok sépare Bali de Lombok et marque la division biogéographique entre la faune de l'écozone indomalaise et la faune distinctement différente d'Australasie. La transition est connue comme la ligne Wallace, du nom d'Alfred Russel Wallace qui, le premier, a proposé une zone de transition entre ces deux biomes majeurs. Lorsque le niveau de la mer baissa à la période glaciaire du Pléistocène (en), Bali fut reliée à Java et à Sumatra et à la partie continentale de l'Asie, accueillant ainsi la faune asiatique mais les eaux profondes du détroit de Lombok continuaient à maintenir Lombok et les îles de la Sonde isolées.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Formation géologique[modifier | modifier le code]

L'île de Bali, comme la plupart des îles de l'archipel indonésien, est le résultat de la subduction tectonique de la plaque australienne sous la plaque eurasienne. Le plancher océanique tertiaire, fait d'anciens dépôts marins tels que l'accumulation de récifs coralliens, fut soulevé au-dessus du niveau de la mer par la subduction. Des couches de calcaire du tertiaire soulevés du plancher océanique sont encore visibles dans des zones comme la péninsule de Bukit avec l'énorme falaise d'Uluwatu, ou au nord-est de l'île dans la péninsule de Prapat Agung[1].

La déformation locale de la plaque eurasienne créée par la subduction a provoqué le fissurage de la croûte, conduisant à l'apparition de phénomènes volcaniques. Une chaîne de volcans parcourt la partie nord de l'île, dans un axe ouest-est où la partie ouest est la plus ancienne et la partie est la plus récente[1]. Le volcan actif le plus haut est un stratovolcan actif, l'Agung, à 3 142 mètres d'altitude.

L'activité volcanique a été intense au cours des âges et la plupart de la surface de l'île (en dehors des péninsules de Bukit et de Prapat Agung) a été recouverte par du magma volcanique. Certains de ces dépôts, de plus d'un million d'années, subsistent, tandis que la plupart de la partie centrale de l'île a été recouverte par des dépôts volcaniques récents, de moins d'un million d'années, dont certains champs de lave très récents dans le nord-est en raison de l'éruption catastrophique de l'Agung en 1963[1]. L'activité volcanique, du fait de l'épais dépôt de cendres et de la terre fertile qu'il génère, sera un facteur important pour la prospérité agricole de l'île[1].

En bordure de la subduction, Bali est aussi au bord du plateau continental de Sunda, juste à l'ouest de la ligne Wallace et fut un temps reliée à l'île voisine de Java, en particulier lors de l'abaissement du niveau de la mer pendant les périodes glaciaires. Sa faune et sa flore sont ainsi asiatiques[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Climat[modifier | modifier le code]

L'île de Bali possède un climat tropical marqué par de fortes chaleurs constantes et un contraste entre une saison des pluies de novembre à mars et une saison sèche d'avril à octobre.

Relevé météorologique de Bali
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 24 24 24 24 24 24 23 23 23 24 24 24
Température moyenne (°C) 27 27 27,5 28 28 28 27,5 27,5 27,5 28 28 27,5 27,5
Température maximale moyenne (°C) 30 30 31 32 32 32 32 32 32 32 32 31
Précipitations (mm) 333 282 155 104 155 47 44 38 30 64 78 152 1 482
Source : Lindonesie.net


Écologie[modifier | modifier le code]

Bali comporte de nombreuses espèces d'oiseaux, dont l'étourneau de Bali qui est le seul oiseau endémique de l'île (aujourd'hui extrêmement rare et en danger d'extinction).

L'unique prédateur endémique situé au sommet de la chaîne alimentaire était le tigre de Bali. Cette sous-espèce du tigre s'est éteinte dans les années 1930.

Les macaques crabier peuplent les forêts et fréquentent les abords des routes et des temples.

Le parc national de Bali occidental est une réserve naturelle située comme son nom l'indique dans l'ouest de l'île. Cette réserve naturelle constitue un refuge pour des espèces sauvages telles que le sambar. La végétation est très diversifiée : mangrove bordant la côte nord, prairies fertiles, savane sur les flancs nord de la chaîne montagneuse, ou forêt pluviale. Le parc comprend la petite île de Menjangan dont les cotes abritent une riche faune marine[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Économie[modifier | modifier le code]

Avant l'essor touristique de la fin du XXe siècle, l'agriculture dominait l'économie balinaise. Il y a encore trente ans, l'économie de Bali reposait largement sur l'agriculture en termes de production et d'emploi. Le tourisme constitue aujourd'hui sa principale ressource, et fait de cette île une des provinces les plus riches de l'Indonésie. L'économie a cependant beaucoup souffert à la suite des attentats terroristes de 2002 et de 2005 (en).

Même si l'activité touristique est prépondérante, l'agriculture reste le secteur qui emploie le plus de main d'œuvre, notamment dans la culture du riz. L'agriculture balinaise comporte aussi en petite quantité des fruits et légumes, le café arabica et d'autres espèces. La pêche en mer est également une ressource importante. Bali est aussi célèbre pour son artisanat qui produit des batiks et des vêtements, des sculptures sur bois ou sur pierre, et de l'orfèvrerie.

Le café arabica est essentiellement produit sur les hauts plateaux de Kintamani, près du Mont Batur. Le café est généralement transformé par voie humide. Il en résulte un goût sucré, un café doux et une meilleure teneur en bouche. Les saveurs typiques comprennent le citron et d'autres sortes d'agrumes. De nombreux producteurs sont membres de fermes traditionnelles appelées subak abian, basées sur la philosophie hindou de "Tri Hita Karana". D'après cette philosophie, les trois sources du bonheur sont de bonnes relations avec Dieu, avec les gens et avec l'environnement. Le système Abian Subak est adapté au commerce équitable. L'arabica de Kintamani est le premier produit d'Indonésie à faire l'objet d'une demande d'enregistrement à l'Indication Géographique[4]. On y retrouve également le café le plus rare et le plus cher au monde, le Café Kopi Luwak.

L'activité touristique est importante dans toute l'île, mais surtout concentrée dans le sud. L'aéroport international de Denpasar Ngurah Rai se trouve à proximité de Jimbaran, sur l'isthme joignant la partie la plus méridionale de l'île à sa partie principale. Le "tourisme de congrès", pour les fréquentes conférences internationales organisées sur l'île, constitue une autre source de revenus en progression, notamment à la suite de l'attentat de 2002 et officiellement pour aider à restaurer l'industrie touristique de Bali. L'île possède également une "forêt des singes" à Ubud où l'on peut observer des macaques crabier en liberté.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Province de Bali.

L'île de Bali fait partie de la province du même nom, l'une des trente-trois qui constituent l'Indonésie. La province est divisée en une kota, qui en est aussi l'ibu kota (le « chef-lieu) », et huit kabupaten correspondant aux anciens royaumes qui existaient dans l'île à l'arrivée des Hollandais :

Population[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Balinais (langue).

La langue balinaise fait partie du groupe dit "bali-sasak" de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes.

Comme ailleurs en Indonésie, l'indonésien, langue nationale, n'est qu'une seconde langue pour la majorité des Balinais.

6 % de la population parle anglais, soit environ 185000 personnes, essentiellement en raison de relation avec les touristes, le tourisme constituant la principale activité économique de l'île.

Religions[modifier | modifier le code]

Bali présente la particularité d'être la seule île d'Indonésie à être restée essentiellement hindou. 93 % des Balinais sont hindous[5].

En dehors de Bali, on trouve encore aussi des populations restées hindouistes dans l'île voisine de Java, notamment les Osing de la région de Banyuwangi (Java oriental), mais aussi dans la région de Blitar, dans la région du Tengger autour du volcan Bromo et sur les flancs de volcan Lawu à l'est de Solo. Banyuwangi est héritière de la principauté de Blambangan, vassale de Bali au XVIe siècle.

Il existe quelques communautés balinaises qui ont conservé des traditions pré-hindouistes. On les appelle Bali Aga. Les deux plus connues sont le village de Tenganan, dans le kabupaten de Karangasem, et celui de Trunyan au bord du lac Batur.

Rites et cérémonies[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux autres groupes ethniques indonésiens, les Balinais sont détenteurs d'une culture originale, qui est un des éléments de l'attrait touristique de l'île - avec les risques de perte d'authenticité que cette exploitation comporte. Une de ses manifestations les plus spectaculaires est la danse dont il existe plusieurs types, souvent dansées par de très jeunes filles (le legong).

Le barong.

On note aussi la musique très caractéristique, exécutée par le gamelan, le théâtre qui met en scène, entre autres, le mythique barong.

Hindous, les Balinais procèdent à la crémation de leurs morts. Cette circonstance est l'occasion de ce qui a toute l'apparence d'une fête, avec défilé dans la ville, musique de gamelan, offrandes de toutes natures déposées sur le catafalque du défunt avant la crémation dans une ambiance bon enfant et décontractée.

L'originalité des rites qu'on y trouve, tels que le limage des dents ou la réclusion des jeunes filles, est motivée par l'existence d'un type d'hindouisme propre à Bali : Agama Tirtal.

Il y a aussi 5 % de musulmans Sunnites, le reste de la population étant constitué de Chrétiens (surtout Protestants).

Culture[modifier | modifier le code]

Bali possède deux calendriers traditionnels d'origine javanaise, le calendrier pawukon, de 210 jours, et un calendrier lunaire, le calendrier Saka (basé sur l'ère Saka et qui commence chaque année au moment de Nyepi).

Littérature[modifier | modifier le code]

On divise la littérature traditionnelle balinaise en trois groupes, sur la base de la langue utilisée : vieux-javanais, moyen-javanais (encore appelé, "javano-balinais" ou "balino-javanais") et balinais.

Le premier groupe montre le rôle fondamental joué par Bali dans la préservation de l'héritage littéraire de Java avant l'islamisation. La majorité des textes javanais de cette période, dont le Nagarakertagama écrit en 1365 sous le règne du roi Hayam Wuruk de Majapahit, nous sont en effet connus par des copies préservées à Bali et à Lombok.

La tradition balinaise décrit l'aristocratie de l'île comme les descendants de princes du royaume hindouiste de Majapahit dans l'est de Java. Deux événements seraient à l'origine de cette filiation. Le premier, raconté dans le Nagarakertagama, serait la victoire en 1343 d'une armée de Majapahit sur "le roi de Bali", un monstre à tête de cochon aux pouvoirs surnaturels. Les officiers de cette armée se seraient établis à Bali, créant quelques-unes des lignées royales actuelles. Le deuxième serait la victoire des armées musulmanes sur Majapahit, qui aurait provoqué la fuite des prêtres, aristocrates et artistes vers Bali.

En réalité, quand les troupes du royaume musulman de Demak ont conquis en 1527 le territoire qui avait été celui de Majapahit, ce royaume n'existait plus. À l'est de l'ancienne Majapahit, la principauté de Blambangan est restée hindouiste et s'est placée sous la protection de Bali.

L'anthropologue Clifford Geertz, dans The Interpretation of Cultures (p. 332), voit dans ces récits un mythe destiné à légitimer le pouvoir de l'aristocratie balinaise sur le peuple. Au début du XVIIIe siècle, les rois balinais ont tenté trois expéditions vers le site de Majapahit pour se rendre en pèlerinage sur ce qu'ils considéraient comme la terre de leurs ancêtres. Ce qui est certain, c'est que c'est dans l'île voisine de Lombok qu'on a retrouvé un exemplaire du Nagarakertagama, dans le palais du roi balinais, après sa prise par les Hollandais en 1894. La petite histoire dit que c'est un officier hollandais qui a sauvé ce précieux document, alors qu'un soldat allait le brûler.

Jusqu'à la perte de Blambangan, Bali s'est toujours efforcé de garder un lien avec la terre de Majapahit. La littérature en moyen-javanais est surtout composée de kidung, chansons de geste qui relatent des légendes sur l'âge d'or de Majapahit. Les plus connus sont le Kidung Rangga Lawe, qui raconte la révolte du prince Rangga Lawe de Tuban contre son suzerain, le roi de Majapahit, le Kidung Sunda, qui chante une histoire d'amour malheureux entre le roi Hayam Wuruk et la princesse Dyah Pitaloka, fille du roi de Sunda, ce qu'on appelle le « cycle de Panji », un autre prince javanais, et de nombreuses histoires aux héros plus populaires, comme le cycle de Calon Arang avec sa sorcière Rangda. L'argument de la majorité des kidung est situé à Java. Le Pararaton ou « Livre des rois », chronique qui décline la généalogie des rois du royaume Singasari dans l'est de Java et de son successeur Majapahit, est une autre œuvre importante écrite en moyen-javanais.

Comme ces textes ne sont connus que par des manuscrits trouvés à Bali, il est pour l'instant difficile de déterminer s'il s'agit d'un héritage javanais pré-islamique ou de l'œuvre de lettrés balinais encore « javanisés ». La perte de Blambangan à la fin du XVIIIe siècle est donc un événement fondamental sur le plan culturel. En outre, il enlève aux souverains balinais leur dernier lien à Java, et séparera physiquement les deux îles jusqu'à la conquête hollandaise de Bali.

Bien entendu, les Balinais ont aussi écrit dans leur propre langue, surtout pour les chroniques de leurs propres royaumes, appelées babad comme à Java. Leur principal but était d'établir la généalogie des familles de l'aristocratie. Certaines babad ont un intérêt surtout littéraire. D'autres constituent des sources historiques de valeur.

Comme dans le reste de l'Indonésie, il y a à Bali des artistes qui créent selon une démarche personnelle. Ils peuvent prendre des éléments de leur culture traditionnelle, ou même s'en inspirer, mais fondamentalement, leurs œuvres sont le reflet d'un univers intérieur qui leur est propre.

Artisanat et Arts[modifier | modifier le code]

Sculptures balinéaises, Ubud.

Les amateurs d'artisanat de toutes qualités, bois, pierre, béton, coquillages, argent, textiles (y compris le batik, qui est une technique javanaise), seront séduits par les réalisations balinaises. Le bois est notamment travaillé à Mas, l'argent à Celuk, et le batik à Ubud.

L'architecture et la décoration sont également un domaine de prédilection des balinais et des architectes du monde entier y trouvent leur inspiration.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Bali est la seule véritable destination touristique internationale de l'Indonésie.

Bali fait partie de l'imaginaire occidental depuis les années 1930, lorsque des artistes européens et américains décident de s'y installer.

Toutefois, ce tourisme occidental reste confidentiel et élitiste jusqu'au début des années 1970. C'est l'époque où le régime de Soeharto entreprend de développer un tourisme de masse reposant sur Bali. Un bureau d'études français est consulté, dont les conclusions sont les suivantes :

  • Il faut un lieu à grande capacité d'accueil.
  • Ce lieu doit être proche d'un aéroport.
  • Les touristes doivent être relativement isolés de la population locale.

Le concept de Nusa Dua est né.

Comme de nombreuses régions d'Indonésie, Bali se caractérise par la beauté de ses paysages, l'agrément de son climat, l'originalité de sa culture. L'île est la principale destination touristique de l'Indonésie. L'aéroport international de Denpasar est le 3e d'Indonésie par son trafic, et la première porte d'entrée du pays en nombre de visiteurs. Il faut environ 15 heures d’avion pour rallier Bali depuis l’Europe.

Les principales stations hôtelières sont dans le sud de l'île :

  • Kuta, très fréquenté par les surfers.
  • Nusa Dua, complexe d'hôtels 4 étoiles isolé de la population Balinaise
  • Jimbaran, où s'alignent sur la plage paradisiaque plus de 100 restaurants de fruits de mer avec barbecues de plein air
  • Legian, juste au nord de Kuta, plus calme et plus huppé
  • Sanur, tranquille et familial

Sur la côte nord, Lovina Beach est la principale station balnéaire. Le nord-ouest et le nord-est (Amed) comportent les meilleurs sites de plongée ou de PMT. Le trajet nord sud prend environ 3 heures en voiture ou moto.

Ubud est le principal centre touristique de l'intérieur de terres.

Si on va à Bali pour ses plages et son soleil, on y retourne pour sa vie culturelle intense et la beauté de ses paysages intérieurs, notamment ses temples et ses rizières en terrasses.

Les sportifs trouvent aussi leur compte avec la plongée sous-marine (club francophone à Sanur), le surf, le trekking, le canyoning et les descentes de rivières.

Les randonneurs pourront gravir les pentes du mont Agung, point culminant de l’île ou bien celles du mont Batur, seul volcan actif.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sciences humaines
  • Miguel Covarrubias, Island of Bali, Alfred A. Knopf, 1937
  • Fondation Bumi Kita, Bali - Voyager autrement, Pages du Monde, 2005
  • Michel Picard, Tourisme culturel et culture touristique, L'Harmattan, 1992
  • Clifford Geertz, Negara: The Theatre State in Nineteenth-Century Bali, 1980
  • Clifford Geertz, Interpretation of Cultures, 2000
  • Denys Lombard, Le carrefour javanais (3 vol.), Éditions de l'EHESS, 1990
  • Ricklefs, M. C., A History of Modern Indonesia since c. 1300 (2de édition), 1993
  • Frits. A. Wagner, L'Indonésie, l'art dans le monde, Albin Michel, 1983
  • Made Wijaya, Architecture de Bali, Ed. Pacifique, 2003
  • Christine Jordis, Bali, Java, en rêvant, Ed. Gallimard, Collection Folio, 2005 (1re publication en 2001 aux éditions du Rocher)
Romans
  • Vicki Baum, Sang et volupté à Bali, 1937 : roman qui a pour cadre les deux dernières années de souveraineté du royaume de Badung dans le sud de Bali.
  • Jacques Lanzmann, " Le Raja - Mythe. aventures et chasse au trésor", Éditions Ramsay, Paris, 1995 : sous le nom de Timor Wandewelle se cache le fils du dernier Raja de Bali. Âgé de 88 ans, il raconte son histoire à un jeune médecin qui l'a sorti d'un mouroir où il était enfermé.
  • Laurent Gounelle, L'Homme qui voulait être heureux
  • Elizabeth Gilbert, Mange prie aime, 2006.
Théâtre

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bali#Geography » (voir la liste des auteurs)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]