Ambalavao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ambalavao
Rue principale d'Ambalavao
Rue principale d'Ambalavao
Administration
Pays Madagascar Madagascar
Région Haute Matsiatra
Province Fianarantsoa
District Ambalavao
Démographie
Population 30 000 hab.[1] (est. 2001)
Géographie
Coordonnées 21° 14′ 00″ S 47° 14′ 00″ E / -21.233333, 47.233333 ()21° 14′ 00″ Sud 47° 14′ 00″ Est / -21.233333, 47.233333 ()  
Altitude 1 380 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Madagascar

Voir la carte administrative de Madagascar
City locator 14.svg
Ambalavao

Géolocalisation sur la carte : Madagascar

Voir la carte topographique de Madagascar
City locator 14.svg
Ambalavao

Ambalavao est une ville du sud-est de la région de la Haute Matsiatra à Madagascar, située à 56 km au sud de Fianarantsoa. Elle est reconnue pour ses très belles maisons à varangue avec des balustrades de bois formées de motifs géométriques.

Géographie et climat[modifier | modifier le code]

Ambalavao est située aux confins des Hautes Terres et du pays Betsileo. Elle se niche au fond d’une vallée entourée de montagnes granitiques et surplombée par le massif de l’Andringitra et le pic Boby, le deuxième sommet de Madagascar avec 2 876 mètres. À sept kilomètres à la sortie sud de la ville, se dressent trois mamelons rocheux appelés les portes du Sud qui ont longtemps servi de points de repère aux avions postaux. C'est la zone frontière entre les hautes terres et le sud.

La moyenne annuelle de température est de 20 °C.

Ambalavao se situe aux abords de la Route Nationale No. 7 Fianarantsoa-Ihosy-Tuléar à 160 km d'Ihosy et 56 km d'Fianarantsoa[2].

Historique[modifier | modifier le code]

C’est dans cette région où les Betsileo affrontèrent les Bara (XVIIIe siècle) et les Merina (XIXe siècle) pour préserver leur territoire et leur indépendance. La région est marquée par plusieurs sites sacrés en souvenir de ces événements tragiques. Ainsi, le rocher d’Ifandana, au sud-est de la ville, fut le lieu d’où se jetèrent ceux qui préférèrent la mort à la domination Merina.
Le village prit son essor en 1900, quand l’administration coloniale l’éleva au rang de chef-lieu de district et y édifia des écoles. Une route reliant Ambalavao à la capitale Tananarive fut ouverte en 1916.

Population et démographie[modifier | modifier le code]

La ville d'environ 30 000 habitants[3]. est habitée majoritairement par les Betsileo.

Économie et productions[modifier | modifier le code]

Ambalavao est l’un des plus grands marchés aux zébus de l’île.

On y fabrique le papier antaimoro dont l'origine remonte aux premières immigrations arabes au début du XVIe siècle et qui est réputé dans toute l’île. La pâte est faite avec l'écorce d'un arbuste, le avoha ; encore humide, on la décore de motifs avec des fleurs séchées.

On trouve aussi plusieurs vignobles dans la région.

À quelques kilomètres au sud d’Ambalavao se trouve la réserve communale d’Anjà. Cette réserve est un concentré de la faune et la flore de Madagascar. On peut y voir entre autres une communauté de lemur catta ainsi que des tombeaux surmontés de crânes de zébu, cachés dans les cavités des parois.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Commune Census of by the Ilo program of Cornell University in collaboration with FOFIFA and INSTAT
  2. Atlas Mondial, France Loisir, page 159
  3. Site Ilo, Université Cornell (2002). 13 février 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]