Légitimisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Légitimiste)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis de Bourbon, aîné des Capétiens, prétendant[1] légitimiste au trône de France.

Le légitimisme est un mouvement politique français favorable au rétablissement de la royauté dans la personne de l’aîné des Capétiens, chef de la maison de Bourbon[Note 1].

Opposant au bonapartisme et à l’orléanisme, le mouvement légitimiste est né au début du XIXe siècle pour soutenir la dynastie, et il a influencé la politique française pendant une grande partie du XIXe siècle.

Depuis la mort d'Alphonse II en 1989, l'aîné des Capétiens est Louis de Bourbon, duc d'Anjou, aîné des descendants agnatiques de Louis XIV, via Philippe V et Alphonse XIII.

La doctrine légitimiste a été résumée ainsi par le journaliste Henri Marchand[Note 2] : « Le Roi de France, vous le reconnaîtrez toujours à ce signe ineffaçable, inamissible et inaliénable : le rang de sa naissance ! Aîné de sa race, premier du sang capétien, il est le roi salique, c'est-à-dire nécessaire, le roi fatidique. Qu'il vive ici ou là, tout près ou tout au bout du monde, qu'importe, il est le roi »[7].

Sommaire

Histoire du légitimisme[modifier | modifier le code]

Henri d'Artois, comte de Chambord.

Naissance du légitimisme (1830-1831)[modifier | modifier le code]

Le légitimisme est né en 1830, lors de la prise du pouvoir par Louis-Philippe, avec les royalistes partisans de la branche aînée des Capétiens de la Maison de Bourbon, représentée par le roi Charles X (de 1824 à 1836), puis par son fils le comte de Marnes, (pour les légitimistes, le « roi Louis XIX », de 1836 à 1844), puis par le neveu de ce dernier, qui porte d'abord le titre de duc de Bordeaux puis celui de comte de Chambord (pour les légitimistes, le « roi Henri V » de 1844 à 1883).

Au début de la monarchie de Juillet, 53 députés fidèles démissionnèrent pour ne pas avoir à prêter serment. L'hostilité des légitimistes se marqua par une vague de démissions qui ne fit que devancer une considérable épuration[8] : ainsi, les pairs nommés par Charles X furent exclus par une loi, et d'autres furent déchus pour refus de serment. Sur 86 préfets, seuls 3 restèrent en place. Le parti légitimiste, bien que comptant en son sein de grandes capacités fut ainsi écarté de l'expérience de la gestion.

Par ailleurs, le gouvernement de Juillet disposait d'une arme vis-à-vis des plus faibles et des plus pauvres : la réintégration sous condition de ralliement que Molé pratiqua à partir de 1838. Mais les premières années du régime sont marquées par une série de tracasseries anti-légitimistes et de menées anticléricales qui crée chez les légitimistes un sentiment de persécution, qui atteint un pic en 1831, avec le lancement d'un mandat par le préfet de police Baude contre l'archevêque de Paris, Mgr de Quelen, suivi de toute une série de brutales perquisitions policières dans toute la France[9].

Premières initiatives des légitimistes (1831-1832)[modifier | modifier le code]

Ulcérés, les légitimistes ripostèrent par la satire dans des revues comme La Mode, Le Revenant ou Brid'Oison, le refus de participer aux cérémonies officielles, le repli sur soi.

Lors des élections du 5 juillet 1831, les légitimistes jouèrent le jeu du combat d'opinion. Ainsi, essais et brochures diffusent leurs thèmes (décentralisation, libertés, suffrage élargi, défense de la religion) et attaquèrent avec violence les autorités en place. En dépit de leur faible nombre, les députés légitimistes, dont Berryer, tentèrent d'infléchir à la chambre le cours des événements.

La duchesse de Berry, qui avait suivi son beau-père le roi Charles X et la cour en exil retourna clandestinement en France en 1832, où elle débarqua dans la nuit du 28 au 29 avril. Elle tenta de relancer les guerres de Vendée et de rallier la population à sa cause. La mobilisation locale fut assez faible : toutefois en mai 1832, une révolte chouanne, soutenant les légitimistes henriquinquistes, considérant « Henri V » comme « roi légitime », contre la monarchie de Juillet (le roi Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur), nécessita la présence de détachements de troupes du 46e régiment d'infanterie et de la Garde nationale à Châteaubourg, Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Aubin-des-Landes, Pocé-les-Boisetc. ; le , un combat oppose les chouans commandés par Alexandre Courson de la Villevalio et Jean-François Le Nepvou de Carfort d'une part, et les forces de l'ordre commandées par le général de Castres sur la lande de Touchenaux, près de la ferme de la Gaudinière en Vergeal[10] et des troubles eurent lieu dans d'autres départements de l'Ouest, mais l'insurrection échoua rapidement. La duchesse chercha refuge dans une maison de Nantes mais trahie par Simon Deutz, fut arrêtée le 8 novembre 1832 par la gendarmerie, dirigée par Adolphe Thiers qui, depuis le 11 octobre, venait de remplacer Montalivet au ministère de l'Intérieur.

L’opposition parlementaire légitimiste (1832-1841)[modifier | modifier le code]

Élections de 1834[modifier | modifier le code]

L'échec de la tentative de révolte de la duchesse de Berry ouvrit cependant la voie au déploiement d'une stratégie parlementaire de conquête du pouvoir. De fait, les légitimistes participèrent de façon croissante à la vie politique du pays et s'impliquèrent activement pour les législatives de 1834. L'abstentionnisme légitimiste déclina rapidement. Une déclaration royaliste fut publiée le 26 avril 1834 dans La Gazette de France et dans La Quotidienne, et des alliances furent nouées avec l'opposition dynastique voire avec les républicains pour réclamer une extension du suffrage. Le résultat fut réconfortant pour les légitimistes qui remportèrent 29 collèges[11], notamment dans le Midi provençal et languedocien, dans le Massif central et dans le Nord.

Lors des élections locales, sur 2045 conseillers généraux, les légitimistes obtinrent, selon M. de Changy[11], 187 sièges en 1833, 215 en 1836, 229 en 1839.

Naissance de la Jeune France[modifier | modifier le code]

Les ferments de renouveau du légitimisme ne contribuaient pas à sa cohésion. Le considérable succès de la revue L'Écho de la Jeune France, animée par le jeune et brillant Alfred de Nettement, provoqua des divergences. Soutenue par des comités locaux, cette revue qui alliait défense de la religion, du royalisme, de la libertés et promotion du romantisme, entretint une ferveur autour du duc de Bordeaux, en particulier par la diffusion d'objets et de gravures.

Les royalistes de la Jeune France prônaient la validité de l'abdication de Charles X et de la renonciation de son fils. Mais l'entourage de ces derniers ne considéra pas favorablement le transfert des hommages au duc de Bordeaux. Le débat n'était pas seulement juridique mais politique. Les partisans de la reconnaissance d'« Henri V », Chateaubriand en tête, voulaient saisir l'opportunité de promouvoir une royauté rénovée alors que les partisans de la nullité de l'abdication du roi et de la renonciation du dauphin, avaient une conception plus traditionnelle de la monarchie.

La figure de Berryer s'imposa peu à peu à la Chambre des députés mais le renforcement du régime et l'inaction de Charles X et de son fils fut préjudiciable à l'essor du mouvement légitimiste.

La crise du parti légitimiste (1841-1843)[modifier | modifier le code]

Dans les années 1840, le courant légitimiste entre en crise. Cinq tendances entrent en concurrence les unes avec les autres[12] :

  • une tendance absolutiste modérée acceptant globalement le legs de l'Ancien Régime et privilégiant l'action militaire sur l'action politique, c'est la tendance défendue par le duc de Blacas ;
  • une tendance traditionaliste agraire, dominante dans l'Ouest, étrangère au jeu politique, volontiers abstentionniste, et lorsqu'elle ne l'est pas, hostile à toute alliance électorale ; elle n'exclut pas l'éventualité d'une insurrection ;
  • une tendance libérale parlementaire, qui joue le jeu d'une contestation modérée dans le système et, avec Berryer, préfère les alliances avec la gauche orléaniste que les ententes carlo-républicaines ;
  • une tendance conservatrice parlementaire sinon prête au ralliement, du moins favorable à une entente avec les orléanistes conservateurs ;
  • une tendance radicale, nationaliste et gallicane, sceptique sur les chances de l'action parlementaire et en principe hostile à toute insurrection, sensible à l'esprit démocratique, se baptisant royaliste nationale, entraînée par l'Abbé de Genoude.

En 1842, la crise entre ces différents courants se traduit par un éclatement du comité légitimiste dont plusieurs membres démissionnent, Noailles et les royalistes conservateurs parlementaires suivi de Villèle et des royalistes nationaux. Finalement, ces deux courants sont réintégrés et les élections du 9 juillet 1842 ne sont pas un échec pour les légitimistes qui obtiennent 28 sièges.

Germes de renouveau et incertitudes électorales (1843-1848)[modifier | modifier le code]

Le comte de Chambord entra en politique à la fin de 1843. À la fin de cette année, il convoque en effet à Londres ses partisans. Entre novembre et décembre, le prince reçoit avec Chateaubriand, ses fidèles : députés et pairs de France, journalistes qui laissent des récits hagiographiques, délégations, notamment d'ouvriers et beaucoup de vieux noms de France. En tout, un millier de « pèlerins » défilent dans sa résidence de Belgrave square. Le prince ne tranche pas entre les différentes lignes mais il réussit à rassembler autour de sa personne les différentes tendances de l'henriquinquisme.

Le 3 juin 1844, avec la mort de son oncle, il est reconnu roi par tous les légitimistes.

Néanmoins, ces points positifs pour les légitimistes n'empêchèrent pas leur défaite aux élections du 1er août 1846. En effet, la défense intransigeante du catholicisme irrita les électeurs les moins favorables au cléricalisme, certains catholiques préférèrent voter pour des orléanistes conservateurs catholiques comme Falloux et les discours démocratiques de Genoude désorientèrent certains autres.

D'abord favorables à la campagne des banquets qui prônait un élargissement du suffrage, les légitimistes, y compris les royalistes nationaux, s'inquiètent d'un possible dérapage révolutionnaire. Certains d'entre eux accueillent favorablement la chute de la dynastie honnie. Celle-ci rend possible la constitution d'un torysme à la française, unissant orléanistes et légitimistes au sein d'un nouveau parti : le « parti de l'ordre ».

La politique de fusion après la chute de la monarchie de Juillet (1848-1870)[modifier | modifier le code]

Après la chute de la monarchie de Juillet, certains légitimistes et orléanistes envisagèrent de pousser le rapprochement jusqu'à la constitution d'un mouvement royaliste unifié. Thiers fut peut-être l'inventeur de cette idée que s'approprièrent les orléanistes conservateurs comme Guizot ou Molé[13]. Les princes d'Orléans se rallieraient à Henri V, ce dernier ferait d'eux ses héritiers. Des légitimistes refusèrent ce projet, en dépit de l'avis favorable[réf. nécessaire] du comte de Chambord. En 1850, à la mort de Louis-Philippe, il fait célébrer une messe à la mémoire du défunt et écrit à sa veuve, la reine Marie-Amélie. Des démarches sont accomplies entre les deux familles, mais leur union ne se réalise pas[14]. Certains fils de Louis-Philippe voient défavorablement ce rapprochement. De fait, la plupart des royalistes légitimistes et orléanistes se rassemblent au sein du parti de l'ordre mais ils ne parviennent pas à définir d'action commune et ils ne peuvent empêcher la proclamation du Second Empire. Des légitimistes n'ont d'ailleurs jamais voulu rejoindre le parti de l'ordre.

L'échec de la restauration (1870-1883)[modifier | modifier le code]

Le Second Empire s'effondre après la défaite de Sedan, et, le , la République est proclamée au balcon de l'hôtel de ville de Paris. Bismarck exigeant de négocier le futur traité de paix avec un gouvernement issu du suffrage des Français, des élections législatives sont organisées en février 1871. Cette assemblée compte 240 républicains contre 400 monarchistes, divisés entre légitimistes et orléanistes. Réunie à Bordeaux le 18 février, l'Assemblée nomme Adolphe Thiers « Chef du pouvoir exécutif de la République française ». Elle s'investit en même temps du pouvoir constituant, mais annonce qu'elle ne l'exercera qu'ultérieurement. La restauration de la royauté ne doit être envisagée que lorsque la France sera libérée de l'occupation allemande. Le refus du comte de Chambord d'accepter le drapeau tricolore, en dépit des demandes de plusieurs de ses partisans, empêche la restauration de la royauté que l'assemblée nationale préparait activement en novembre 1873. Nombre de royalistes, y compris légitimistes, mettent leur espoir dans la succession du prince qui permettrait selon eux, au chef de la Maison d'Orléans de mener à bien la restauration à son profit. D'autres légitimistes imaginent de restaurer la monarchie par un coup de force comme le général Ducrot, représentant militaire du prince de 1877 à sa mort[15]. Les orléanistes considèrent, pour de multiples raisons, en particulier les renonciations de Philippe V, que la légitimité royale est passée aux Orléans à partir de 1883, date de la mort du comte de Chambord.

Division des légitimistes après la mort du comte de Chambord (1883)[modifier | modifier le code]

Légitimisme et « fusionnisme »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Querelles dynastiques françaises.

En 1883, à la mort du dernier des Bourbons de la branche aînée, Henri d'Artois, petit-fils de Charles X, la majorité des anciens légitimistes — appelés par leurs adversaires (non fusionnistes) les « Blancs d'Eu » — reconnut comme héritier légitime du trône de France l'aîné de la branche cadette d'Orléans et petit-fils du roi Louis-Philippe : Philippe d'Orléans, comte de Paris. C'était aussi l'aîné des Capétiens demeurés continûment français[16]. Il était le roi de jure « Philippe VII » (et non « Louis-Philippe II ») pour ses partisans. Le légitimisme cessait d'être un mouvement politique significatif, par la désertion du gros de ses troupes vers l'orléanisme « fusionniste ».

Sur le « fusionnisme », ses arguments, ses partisans, etc., on renverra aux articles détaillés. On retiendra seulement les déclarations du marquis de Dreux-Brézé (1826-1904), qui fut — de 1872 jusqu'à la mort du comte de Chambord — l'intermédiaire entre ce dernier et les comités royalistes dans 55 départements (plus de la moitié de la France), avant de se rallier au comte de Paris, et résuma la situation (après 1883) en ces termes[17] : « Après la mort de Monsieur le Comte de Chambord, les royalistes, privés de leur chef, reconnurent presque immédiatement, fidèles en cela à leurs principes, les droits de tout temps, à mon avis incontestables, de Monsieur le Comte de Paris à la couronne de France. Quelques légitimistes, toutefois, s'essayèrent à contester ces mêmes droits et se refusèrent à conférer à Monsieur le Comte de Paris le titre d'héritier du Roi. En face de ce double fait et en raison du bruit qui se produisit durant quelques mois autour de cette opposition à la conduite, presque universelle du parti royaliste (je me sers à dessein du mot bruit car ces attaques n'eurent jamais de retentissement sérieux), je puis me regarder comme autorisé à intervenir, à mon tour; il m'est permis de consigner ici, au moins pour les miens, mon sentiment sur l'opinion de Monseigneur à l'égard des droits de Monsieur le Comte de Paris et les motifs sur lesquels j'appuie ce sentiment. Monseigneur a toujours admis, telle est ma certitude, le droit de Monsieur le Comte de Paris à lui succéder sur le trône de France. Il fut toujours persuadé que la presque unanimité des légitimistes le considéreraient, après sa mort, comme son héritier. »

Et Dreux-Brézé, d'ajouter[18] : « Si, dans son esprit, le droit à sa succession comme Roi de France avait reposé sur une autre tête que celle de Monsieur le Comte de Paris, Monsieur le Comte de Chambord, qui, plus que personne, connaissait les dispositions d'esprit de son parti, eût certainement combattu l'opinion qui, parmi les royalistes prévalait, dans la mesure dont nous parlions tout à l'heure, en faveur de ce prince. Il n'eût pas laissé s'enraciner une appréciation à ses yeux erronée ; il se fût refusé, avec la loyauté de son caractère, à prendre une part, même tacite au triomphe à venir de ce qu'il jugeait une usurpation ; il aurait cherché, par l'entremise de ses mandataires autorisés, à éclairer ses fidèles, à diriger leurs regards et leur dévouement vers le prince appelé à devenir leur Roi, ou, du moins, celui de leurs enfants. ».

Les antifusionnistes[modifier | modifier le code]

Dreux-Brézé fut démenti en 1902 par l'aumônier du comte de Chambord, l'abbé Amédée Curé, qui écrivit dans la revue L'Ami du clergé — en parlant des supposés droits des Orléans à succéder au comte de Chambord — que « non, [Henri d'Artois] ne les reconnaissait pas, il ne les avait jamais reconnus et même avait toujours défendu à ses partisans de les affirmer publiquement ». L'abbé Curé confirmait que le comte de Chambord était pour les Anjou et qu'« il n'en faisait pas mystère aux personnes qui partageaient cette manière de voir ». Et en 1904, Amédée Curé rapporta une lettre du qu'il avait reçue du comte de Cibeins, Léonor de Cholier[Note 3], quelques jours après une interview du prétendant Henri V au journal La Liberté. Cholier y écrivait : : « Le Roi ne se prononçait pas sur la pensée de l'héritier, et j'avais compris pour mon compte que sans un Dauphin envoyé de Dieu, cet héritier était le Prince qui serait déclaré Duc d'Anjou, c'est-à-dire Don Carlos, ou Don Alphonse [les deux fils du comte de Montizón, le plus proche cousin salique du comte de Chambord], selon l'option de l'aîné entre les deux couronnes. Quelle a été mon indignation de voir un Busset usurper le droit de faire dire au Roi ce qu'il n'avait pas dit et trancher la question au profit du Comte de Paris ! Quel ridicule de jouer ainsi au Prince du sang, dans la position du Comte de B. Linières ! ». Le , l'abbé Curé montra ces lignes à Henri d'Artois, qui approuva : « Elle est parfaite cette lettre ; je la signerais d'un bout à l'autre »[19].

Quant au confesseur du prétendant, le père Prosper Bole, il relata que c'est le comte de Chambord lui-même qui l'avait instruit[20] des droits de la branche d'Anjou, descendant d'un petit-fils de Louis XIV (alors que la branche d'Orléans ne descend que du frère de ce roi), quand le père Bole croyait jusqu'alors à la validité de la renonciation du duc d'Anjou — devenu Philippe V d'Espagne — à ses droits sur le trône de France pour lui-même et sa descendance, faite lors des traités d'Utrecht — renonciation tenue pour nulle par Philippe V lui-même[21],[22] ainsi que par son cousin le duc de Bourbon[23], premier ministre de Louis XV.

Se fondant sur le principe d'une stricte application des Lois fondamentales du Royaume[Note 4] et ne reconnaissant aucun principe de nationalité excipé par les orléanistes, un petit groupe de légitimistes a reporté ses espoirs sur le comte de Montizón, Jean de Bourbon, un infant déchu[Note 5] d'Espagne, aîné depuis 1861 des descendants de Philippe V et nouvel aîné de tous les Bourbons depuis 1883. Devenu le roi Jean III pour les légitimistes restés partisans des Bourbons, le comte de Montizón présida[Note 6] les obsèques d'Henri V, le à Gorizia.

Dès lors, ces légitimistes ont vu dans l'aîné des Bourbons le légitime prétendant au trône de France, même quand celui-ci se trouvait être un prétendant carliste plus intéressé par l'Espagne que par la France. Les Bourbons d'Espagne descendent directement, par les mâles, de Louis XIV alors que les Orléans, bien qu'ils portassent pendant près d'un siècle le titre de premier prince du sang — les Bourbons infants d'Espagne ayant le rang des fils de France[27], à la suite d'accords officiels en décembre 1707, entre le Roi-Soleil et son petit-fils Philippe V —, descendent du Régent, neveu de Louis XIV, et de Françoise Marie de Bourbon, fille légitimée de ce dernier.

Les légitimistes firent litière de l'argumentation orléaniste sur la nationalité française, considérant que les lois fondamentales n'imposaient pas à l'aîné salique capétien d'être régnicole au moment où la succession lui échoyait (les rois Philippe IV, Louis X, François II, Henri III et Henri IV, devinrent rois de France alors qu'ils étaient déjà rois d'un autre pays : Navarre, Écosse ou Pologne).

Néanmoins, André Favyn, écrivain héraldiste, avocat au Parlement de Paris, conseiller du roi, affirmait en 1620 que « la Noblesse de France [...] n’a jamais voulu recognoistre Prince Estranger pour son Roy; voire fust-il du Sang de France »[28] ; selon cet auteur, le principe même de l'exclusion des étrangers avait présidé à l'accession au trône de la dynastie capétienne. Favyn parlait d'Arnulf de Carinthie, un Carolingien bâtard devenu roi des Francs orientaux (puis empereur) après la déposition de son oncle Charles III le Gros, et que la noblesse de Francie occidentale ne reconnut pas pour roi, lui préférant Eudes, comte d'Anjou (un Robertien, grand-oncle d'Hugues Capet).

À l'inverse et s'agissant cette fois des Capétiens, le duc de Saint-Simon, Louis de Rouvroy (1675-1755), tout ami du régent qu'il était[29], avait professé[30],[31] que :

« Ainsy et non autrement, les Ducs et Pairs sont du corps de la noblesse comme les Princes du sang et les Fils de France en sont, comme le Roy mesme en est, lequel pour estre le chef et le souverain de l'Estat n'en est pas moins membre pour en estre la teste, et comme tel, ne peut qu'il ne soit plustost d'un des trois Ordres que des deux autres, puisqu'enfin il est François, et ne le fust il pas né, il le devient dans l'instant qu'il est devenu Roy de France reconnu et légitime, et par cela mesme incorporé partie, membre de l'Estat, dont il n'est Roy et maistre de cette totalité de membres qui compose la Monarchie, que parce qu'à raison de sa Dignité, il est le premier, le plus excellent de tous les autres membres et la teste de tout le corps, qui régit et qui gouverne tous les autres membres. »

En 1713, le procureur général Henri François d'Aguesseau ne disait pas autre chose lorsqu'il observait[32] que « les maximes fondamentales de l'Estat et cette espèce de substitution perpétuelle qui appelle successivement les Princes du sang chacun dans leur ordre à la Couronne, valent bien des lettres de naturalité ». D'ailleurs, sous la Restauration, Louis XVIII soutenait même que la descendance de Philippe V restait française[33].

De surcroît, comme le souligna au nom d'« un sentiment de dignité nationale », le journal Le Drapeau blanc le 6 mars 1820 (trois semaines après que, le duc de Berry étant mort, la branche aînée se fut réduite à trois mâles dynastes — le roi, le comte d'Artois et le duc d'Angoulême) : « ce n'était pas à des Français à s'armer d'une clause [la renonciation de Philippe V] imposée par l'étranger, et dans son seul intérêt »[34].

Et en 1836, la Revue britannique avait rappelé que « la vie du jeune duc de Bordeaux [15 ans] est fragile, que le duc d'Angoulême [sic] [c'est-à-dire le dauphin Louis-Antoine, 60 ans] et Charles X [78 ans] sont avancés en âge, et que [les] droits héréditaires [de l'infant Charles, 48 ans] à la couronne de France peuvent devenir tôt ou tard le drapeau de la légitimité »[35].

Les bases juridiques de l'argumentation des légitimistes, favorables aux Bourbons d'Espagne, étaient les suivantes : la loi fondamentale de succession « de mâle en mâle par ordre de primogéniture » et la règle dite d'indisponibilité de la Couronne, qui invaliderait les renonciations au trône respectives de Philippe V en 1712 et du dauphin en 1830, ainsi que les abdications de François Ier en 1525[36],[37] et de Charles X en 1830[38].

La relève[modifier | modifier le code]

Le 29 septembre 1883, le quotidien L'Univers publia une lettre d'Henri Guerry de Beauregard[Note 7] soutenant la comtesse de Chambord et la nouvelle branche aînée des Bourbons, contre ce que Guerry appelait « les raisonnements spécieux et les paroles mielleuses de certains légitimistes de fraîche date »[39] (allusion au ralliement aux Orléans de nombre de légitimistes, racolés par des orléanistes aux exhortations « mielleuses »). Le comte Henri de Guerry (ainsi qu'il se titrait) tenait à ce qu'il soit publié qu'il ne faisait pas partie de ces ralliés, et qu'avec Richard de Nugent[Note 8] et Soffrey de Beaumont[Note 9] ils s'étaient inscrits, le 3 septembre (jour des obsèques du comte de Chambord à Gorizia) sur les registres de condoléances destinés à la comtesse de Chambord et aux princes de Bourbon. Le 2 octobre, L'Univers publia une lettre[40] de Charles de Cussy de Jucoville[Note 10], qui s'associait à la « noble protestation » du comte de Guerry et de ses deux amis[41],[42].

Deux semaines plus tard, Joseph du Bourg (un des secrétaires du comte de Chambord) déclara le 16 octobre dans le journal Les Nouvelles[43] que « la succession légitime au trône de France reposait sur les descendants du duc d'Anjou ». Et le comte de la Viefville[Note 11] écrivit le 20 novembre à son ami le comte de Touchimbert[Note 12] : « Bien que le Roi, mon maître bien-aimé, ne se soit jamais prononcé devant moi, ses réserves, son silence, m'ont souvent prouvé qu'il ne pensait pas autrement que nous sur cette question. Trente-deux ans de service m'avaient appris à le comprendre, même quand il ne disait rien. Je défie donc n'importe qui de me citer un mot du Roi affirmant le prétendu droit des d'Orléans. Bien plus, quelques jours avant sa fin, prévoyant tout, il a dit : « Je ne veux pas que mon cercueil serve de pont aux d'Orléans ».

Une petite partie de l'entourage du comte de Chambord se rallia aux Bourbons d'Espagne[44], autour de Joseph du Bourg et de Maurice d'Andigné. D'Andigné, qui avait lui aussi été un des secrétaires et un conseiller intime[45] d'Henri d'Artois, créa le avec d'autres anciens conseillers ou secrétaires intimes[45] du comte de Chambord (Henri de Cathelineau, Joseph du Bourg, Auguste de Bruneteau de Sainte-Suzanne[Note 13], Alexis de La Viefville[Note 11], Raoul de Scorraille[Note 14]) un nouveau parti[46], le Comité légitimiste de propagande (qui deviendra ensuite le Comité central de propagande légitimiste, puis en 1896 le Conseil central des comités légitimistes), qui tint son premier congrès le à Paris. À cette occasion, d'Andigné, interviewé[47] le 26 juillet par le journaliste Fernand Xau, déclara que l'héritier du comte de Chambord était actuellement le prince Jean de Bourbon (« don Juan », comte de Montizón, le nouveau chef de la maison de Bourbon) et souligna qu'être légitimiste, c'était « accepter la loi salique sans discussion. [...] Or. que dit la loi salique ? Que l'héritier du trône de France est le premier né. M. le comte de Paris est-il le premier né ? Certes non ! » Maurice d'Andigné avait racheté le Journal de Paris et en avait fait un hebdomadaire légitimiste : Henri Marchand[Note 2] en devint le rédacteur en chef, et Guillaume Véran[Note 15] une des principales plumes.

Le 9 novembre 1884, la déclaration du Hézo rassembla les signatures de plusieurs dizaines de notables[54] légitimistes (parmi lesquels le marquis de Cussy de Jucoville[Note 10], le comte Léonor de Cibeins[Note 3], le comte de Nugent[Note 8], Eugène de Thoury, le vicomte de Bellevue, A. de Cussy de Jucoville[Note 16] (frère du marquis), le comte de Montbel[Note 17], Joseph de Cathelineau[Note 18], le comte de Beaumont[Note 9], l'avocat Théry Deryssel et le vicomte du Noday[Note 19]) affirmant leur fidélité à la nouvelle branche aînée des Bourbons, en rappelant que la loi salique était « supérieure à toute clause introduite à la suite de révolutions intérieures ou de guerres étrangères, et [que] le fait d'avoir régné sur des nations étrangères ne prive nullement de la qualité et des droits de Français ». Le texte de ce manifeste ne fut publié[57] qu'avec réticence le 24 décembre par le quotidien La Croix, qui entendait s'en tenir au combat strictement religieux et ne voulait pas discuter de la question monarchique.

Le comité légitimiste compta aussi parmi ses membres ou sympathisants, Urbain de Maillé de La Tour-Landry[Note 20], Maurice de Junquières[Note 21], Charles du Verne[Note 22], Louis de Quatrebarbes[Note 23], Paul de Foresta[Note 24], Germain Guérin de La Houssaye[Note 25], Hilaire Bernigaud de Chardonnet, Sébastien Laurentie[Note 26], Henri Baron de Montbel[Note 17], Ludovic Clément de Blavette, Hilaire Parent de Curzon[Note 27], Victor de Maumigny[Note 28], Oscar Bévenot des Haussois[Note 29], Arsène Le Gal de Kérangal[Note 30], Victor Coquille[Note 31], Alfred Huet du Pavillon, Léonor de Cholier de Cibeins[Note 3] et sa sœur Christine de Cholier de Cibeins (dame d'honneur de la comtesse de Chambord), Fernand de Meckenheim[Note 32], Albert Fournier de Boisairault d'Oyron[Note 33], Anaïs Mennessier[Note 34], Henri de Chauvelin[Note 35], Albert de Caze[Note 36], Achille Guédé de Guny[Note 37], Octave Hermand[Note 38], Édouard Sioc'han de Kersabiec[Note 39], Pierre-Clément Bérard[Note 40], Edward Kirkpatrick de Closeburn[Note 41], Jules Delmas de Cambacérès[80],[Note 42], Gérard Secondat de Montesquieu[Note 43]... En 1895, la remise du cœur de Louis XVII par Édouard Dumont au comte Urbain de Maillé — représentant le prince Charles de Bourbon, duc de Madrid, chef de la maison de Bourbon —, par devant Mes Paul Tollu et Félix Morel d'Arleux (notaires parisiens), donna lieu à un acte notarié dans lequel figurent[87] comme témoins et signataires de nombreux légitimistes de l'époque, présents avec le comte de Maillé le 22 juin de cette année-là, au no 1 de la rue Perronet à Neuilly-sur-Seine.

Mais le relatif attentisme des Bourbons d'Espagne et le ralliement de nombre de catholiques à la République affaiblira encore le mouvement. Il faut d'ailleurs remarquer que le ralliement à la république fut plus répandu chez les légitimistes que chez les orléanistes, car le chambordisme (culte de la personnalité autour du comte de Chambord, Henri d'Artois) avait fait passer au premier plan pour beaucoup de légitimistes, la personne du prince (« Henri V ») au détriment du principe (le ralliement inconditionnel au comte de Montizón, Jean de Bourbon, nouveau chef de la maison de France) : certains chambordistes préférèrent suivre l'appel de Léon XIII à se rallier à la République, plutôt que de soutenir un autre prétendant qu'Henri d'Artois.

Au début du XXe siècle, un certain renouveau doctrinal est observé : des thèses universitaires de qualité soutiennent les droits des Bourbons d'Espagne[88]. Le comte de Cathelineau-Montfort[Note 18] et Édouard Bernaert[Note 44] animent en 1911 et 1912 un bimensuel, La Monarchie française qui lutte contre le positivisme de L'Action française. Les légitimistes sont hostiles à Charles Maurras du fait de son choix dynastique et de sa philosophie rationaliste, nationaliste et moderne. En février 1913, un « transfuge de L'Action française »[89],[90], Émile Para[Note 45] relève le journal légitimiste Le Drapeau blanc, mais la publication s'arrête au bout de sept numéros[95],[89] — non sans s'être datée de la 94e année du journal, en référence au Drapeau blanc[96] d'Alphonse Martainville, qui avait paru de 1819 à 1827 sous la Restauration.

Après la Première Guerre mondiale, le légitimisme ne survit qu'à l'état de courant métapolitique et culturel. C'est une époque d'étude et de commémoration qui commence. Plusieurs instances et organes s'y consacrèrent de façon plus ou moins éphémère[88] : La Science historique de Paul Watrin (1921), Le Drapeau blanc d'André Yvert[Note 46] et Yves de Mortagne (1936-1937) et de Michel Josseaume (1956), l'Union[Note 47],[98] légitimiste de France de Désiré Proust[Note 48] et de Gérard d'Amarzit[99],[Note 49] (1933-1938), l'Institut légitimiste de Félix Fromet de Rosnay[Note 50] et de Roger Mazaud (1938), le Cercle Saint-Louis, le Centre culturel de Cluny, le Comité Charles X, l'Association générale des légitimistes de France fondée en 1957 avec pour organe La Gazette de France, le Cercle d'études Chateaubriand-Bonald (1958) d'Édouard de Roquefeuil Anduze[101] (1921-2016), le Centre doctrinal d'action royaliste (1959) et sa revue Tradition française, animée par Guy Augé, Jacques Népote et Alain Néry. Firent également partie de cette nouvelle génération de légitimistes, Joseph Laurentie, Henri-Gustave Lelièvre, Pierre Alessandri, Martial de Pradel de Lamaze[Note 51]...

Renouveau du légitimisme aux XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Le légitimisme s'est revivifié après la Seconde Guerre mondiale. Jacques-Henri de Bourbon, duc de Ségovie (titre de courtoisie, donné en exil par l'ancien roi Alphonse XIII à son fils à l'occasion de son mariage), auquel son père — monarque déchu — avait fait signer une lettre de renonciation[102] (sous prétexte de sa surdité) au trône d'Espagne, au profit de son frère cadet Jean de Bourbon, comte de Barcelone (autre titre de courtoisie, que ce dernier s'est donné après la mort de son père), a entendu manifester ses droits en 1946 en tant qu'aîné des Capétiens, en reprenant le titre de courtoisie de duc d'Anjou. Plusieurs facteurs expliquent la renaissance d'un courant légitimiste dans la seconde moitié du XXe siècle.

  • Les travaux universitaires d'historiens comme Hervé Pinoteau, de juristes comme Stéphane Rials ou de médiévistes comme Patrick Van Kerrebrouck contestant les thèses orléanistes ont reçu un certain écho auprès du public.
  • Les prises de position du comte de Paris, Henri d'Orléans, notamment en faveur du général de Gaulle, de l'indépendance algérienne, de François Mitterrand ont choqué certains royalistes.
  • Le millénaire capétien de 1987 a été l'occasion pour Alphonse de Bourbon, duc d'Anjou et duc de Cadix de présider plusieurs cérémonies commémoratives et de se faire connaître. Dans la foulée du millénaire capétien, des personnalités médiatiques comme Thierry Ardisson ont popularisé les conceptions légitimistes.
  • Depuis l'avènement du roi Juan Carlos Ier d'Espagne en 1975, issu d'une branche cadette des descendants d'Alphonse XIII, l'aîné des Bourbons, héritier présomptif pour les légitimistes de la couronne de France, ne prétend plus au trône d'Espagne. Le prétendant légitimiste s'étant fait reconnaître la nationalité française (qu'il possédait depuis sa naissance, ayant une mère française) en 1987[103], et l'ayant transmise à son fils (le prétendant actuel), certains arguments des partisans des Orléans seraient devenus caducs.

Les manifestations traditionnelles des légitimistes sont notamment les messes annuelles commémoratives pour Louis XVI, le à la basilique Saint-Denis et le plus proche dimanche à la Chapelle expiatoire (où ils ont obtenu depuis 1972 de pouvoir faire célébrer des messes[104],[Note 52]), et pour Marie-Antoinette, le à la basilique Saint-Denis, ainsi que la messe annuelle — dite de fondation[107] — des Invalides, en septembre. Les grandes commémorations historiques (millénaire capétien, quadricentenaires de l'avènement puis du sacre d'Henri IV, bicentenaire de la mort de Louis XVI, huitième centenaire de la naissance de saint Louis puis de la victoire de Bouvines...) sont autant d'occasions pour les légitimistes de se rassembler autour de leur prétendant, lors de cérémonies auxquelles participe parfois aussi la famille d'Orléans (ce qui peut donner lieu à des couacs protocolaires[108],[109],[110]).

Le légitimisme actuel s'est doté de plusieurs instances.

  • Le secrétariat particulier de Louis de Bourbon, qui s’occupe de ses affaires privées.
  • L'équipe de communication qui gère son site officiel www.legitimite.fr [111] ainsi que sa présence sur les réseaux sociaux.
  • Sur le plan culturel, l’Institut de la maison de Bourbon (IMB), fondé en 1973 par Jacques-Henri de Bourbon. Il a été reconnu d'utilité publique en 1997. Son président émérite est actuellement le prince Jacques de Bauffremont-Courtenay, duc de Bauffremont ; le prince Charles-Emmanuel de Bauffremont-Courtenay, son fils (né en 1946) ayant succédé à ce dernier au poste de président.
  • L'Union des cercles légitimistes de France (UCLF), fondée en 1979 par Gérard Saclier de La Bâtie. Son objectif est d'encourager l'étude de la légitimité historique française et de faire connaître la monarchie. Elle regroupe un grand nombre d'associations et de cercles et organise des journées de formation politique et des manifestations.
  • Le Cercle d'action légitimiste (CAL), fondé en 2012 par Loïc Baverel. Son objectif est politique et vise à professionnaliser la démarche militante afin de promouvoir les principes légitimistes.

Diversité du légitimisme[modifier | modifier le code]

Le légitimisme n'a jamais eu d'unité sociale. Il n'a pas non plus correspondu à une sensibilité politique ou religieuse uniforme. Il n'a pas proposé au-delà de la restauration de l'aîné des Bourbons de solutions stratégiques de conquête du pouvoir uniforme[112].

  • Sur le plan social, le légitimisme du hobereau breton, celui du commerçant marseillais, celui des ouvriers catholiques du midi, celui de certains magnats de l'industrie comme Benoist d'Azy, sont demeurés différents les uns des autres.
  • Sur le plan religieux, le légitimisme ultramontain du Veuillot de la dernière période, le légitimisme néo-gallican de La Gazette de France, le légitimisme catholique libéral de Falloux ou protestant de quelques-uns, se sont trouvés en conflit.
  • Sur le plan stratégique, le recours au coup de force militaire d'un Des Cars ou d'un Ducrot, la méthode parlementaire d'un Berryer, la politique plébiscitaire préconisée par l'Abbé de Genoude ou un La Rochejacquelein dans le cadre de la revendication royaliste nationale diffèrent radicalement.
  • Sur le plan électoral, le courant légitimiste a pu faire des choix divergents : alliance carlo-républicaine avec l'extrême-gauche (alliance carlo-républicaine), alliance avec la gauche modérée (whigisme), alliance avec tous les conservateurs (torysme).
  • Sur le plan programmatique, le projet absolutiste du duc de Blacas était contradictoire avec les aspirations parlementaristes de la majorité des députés légitimistes.

Cette diversité a été source de richesse pour le courant légitimiste mais elle l'a souvent conduit au bord de la fracture définitive.

Sociologie du légitimisme au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Encadré par la noblesse, le légitimisme a su conquérir une partie importante des élites bourgeoises et n'a perdu que lentement des soutiens populaires variés et parfois forts dans certaines régions.

La noblesse légitimiste[modifier | modifier le code]

D'une part l'essentiel de la noblesse est plutôt royaliste au XIXe siècle, d'autre part, les cadres du légitimisme sont majoritairement nobles ou d'apparence nobles. Ainsi, entre 1831 et 1876, 60 % des députés du parti légitimiste ont des noms à consonance noble[113]. La noblesse d'Ancien Régime domine mais le parti compte également des noms de l'Empire comme les ducs de Valmy ou de Reggio, Victor ou Cambronne. La noblesse légitimiste vivait souvent sur ses terres mais parfois de façon moderniste : le légitimiste agronome est un type répandu, développant des techniques nouvelles, fréquentant les sociétés d'agriculture, contribuant au développement des comices agricoles. Ayant démissionné de leurs postes et charges, ils se retrouvèrent à exploiter leurs propriétés.

Nombre d'aristocrates légitimistes s'impliquent dans la vie des « affaires »[114], avec une prédilection pour les industries agro-alimentaires, les assurances (La providence, l’Étoile, Le Nord...), la banque (banque Delahante, Union générale, Crédit de France), les mines et la métallurgie (Benoist d'Azy, Robiac...).

La bourgeoisie légitimiste[modifier | modifier le code]

Son rôle n'était pas négligeable dans le parti, particulièrement dans les régions de noblesse rare (Marseille ou le Nord), dans la presse, voire dans les assemblées parlementaires. Le légitimisme est demeuré minoritaire dans les couches bourgeoises jusqu'à Sedan, sauf dans certaines régions. C'est l'accablement de la défaite, l'angoisse provoquée par la Commune, la montée de l'inséparatisme du religieux et politique qui ont conduit après 1870 la bourgeoisie catholique à se rallier à Henri V"[115].

Le peuple légitimiste[modifier | modifier le code]

Le royalisme populaire n'est le fait de la seule paysannerie traditionnelle de l'Ouest, catholique et encadrée par une noblesse nombreuse et bien enracinée. La noblesse peut d’ailleurs n'avoir parfois que peu d'influence sur la paysannerie même quand elle est nombreuse et royaliste comme dans le Sud-Ouest"[115]. Le fait est que le légitimisme a toujours bénéficié d'un soutien populaire dans plusieurs régions[116]. Dans tous les complots, dans toutes les structures clandestines, dans toutes les souscriptions organisées par la presse, on trouve des ouvriers et des artisans. Si on laisse de côté le royalisme de la paysannerie de l'Ouest bien connue, celui des basses classes urbaines du midi est manifeste. Parfois l'antagonisme entre manufacturiers protestants et ouvriers catholiques peut être mis en avant pour expliquer ce phénomène. Mais il existe dans d'autres contextes : à Marseille, les artisans, les ouvriers du port, les poissonniers, les portefaix, les pêcheurs sont légitimistes. Ce royalisme populaire, inquiétant pour les gouvernements, débordant parfois sur les campagnes, était un encouragement pour l'école de Genoude qui eut d'ailleurs davantage de succès dans le Midi que dans l'Ouest.

Sensibilités légitimistes[modifier | modifier le code]

Relativisation de la raison[modifier | modifier le code]

Les légitimistes, à la suite de Joseph de Maistre, assignent à la raison une place seconde par rapport à la découverte du jeu providentiellement cohérent de l'expérience et de la transcendance, c'est-à-dire de l'Histoire et de la Révélation[117]. L'homme mutilé par la Chute n'est pas bon par nature contrairement à ce qu'affirme Rousseau et ceux qui nient le péché originel, sa raison n'est pas en mesure de tout déterminer du point de vue politique et social. L'homme doit se soumettre à un ordre providentiellement établi et ne pas chercher à tout redéfinir en recourant à sa seule raison, ce qui serait une illusion dangereuse. Le légitimiste est donc méfiant à l'égard des doctrines se voulant humanistes et rationalistes. Blanc de Saint-Bonnet est un des théoriciens légitimistes qui insista le plus sur la nécessaire prise en compte de la Chute dans la réflexion politique : l'homme étant porté au mal, on ne doit pas accepter l'idée que guidé par sa seule raison il peut avoir toutes les libertés. La raison humaine est pervertie à cause de l'orgueil humain et de la Chute, elle ne peut servir de guide à l'humanité et de justification pour fonder un régime donnant toutes les libertés à l'homme.

Rôle de la nostalgie[modifier | modifier le code]

Les légitimistes ont le goût du passé et donc souvent des romans et de l'érudition historiques, des vieilles pierres, de la généalogie, des récits locaux. L'exaltation du « charme séculaire » de la monarchie, selon la formule de Jean Jaurès, est permanente et comporte une dimension métaphysique[118]. Le monde moderne brise l'unité et la permanence antérieure : autrefois était le temps de l'autorité, de la légitimité, de la perpétuité, de l'éternité. Le thème de la décadence s'insère dans ce discours.

Légitimisme et catholicisme[modifier | modifier le code]

La confusion entre légitimisme et catholicisme intransigeant appelle des nuances générales et chronologiques. Tout d'abord, il y a toujours eu des légitimistes protestants (La Farelle, Muret), juifs (Alexandre Weil), agnostiques (peut-être un temps Berryer) ou athées[119]. Mais des légitimistes ont assimilé orléanisme et protestantisme, et la judéophobie tint une faible place dans les préoccupations des légitimistes, sauf à la fin du XIXe siècle avec le Krach de la catholique Union générale en 1882. De la même manière, l'anti-maçonnisme ne deviendra virulent et nombre de légitimistes ont appartenu à des loges sous la Monarchie de Juillet.

Les divergences entre légitimistes catholiques eurent une grande importance. Les liens entre catholicisme intransigeant et légitimisme ne cessèrent de se renforcer au XIXe siècle mais il y eut toujours des légitimistes partisans d'un catholicisme libéral plus moins gallicans. Cette évolution fut renforcée par les sentiments personnels du comte de Chambord, par la politique favorable à l'unité italienne de Napoléon III, par les orientations prises sous le pontificat de Pie IX. Cette tendance poussée à l'extrême conduira certains légitimistes à l'ésotérisme et à l'attente du Grand Monarque[120].

Légitimisme et orléanisme[modifier | modifier le code]

Selon Stéphane Rials, il existe une fausse symétrie entre légitimisme et orléanisme[121].

  • Le légitimisme est essentiellement une fidélité dynastique : cette position suppose certes une certaine conception générale du rôle de la transcendance en politique, mais elle peut s'accommoder de formules doctrinales nombreuses. « A priori, le légitimisme, en tant qu'option purement dynastique, est compatible avec à peu près n'importe quelle doctrine politique », souligne également Guy Augé[122]. Toutefois, un certain courant légitimiste, autour de quelques mouvements et publications, s'oblige à un dogme figé autour de la « monarchie absolue, [...] [de l']anti-constitutionalisme et [de l']anti-parlementarisme et [de] tutti quanti d'avant la Révolution, jusqu'à Chambord »[123]. Comme en contrepoint mais tout en appelant à l'union des courants, Daniel de Montplaisir (auteur de la seule biographie[124] de « Louis XX » en langue française) qualifie en 2016 la monarchie de « bouclier de la démocratie de demain »[125].
  • L'orléanisme procède d'une démarche différente : le choix d'une dynastie résulte du primat accordé à une doctrine. En dépit de clivages apparents qui semblent séparer les partis constitutionnels de la Monarchie de Juillet, l'homogénéité doctrinale de l'orléanisme est forte car basée sur la volonté de maintenir un ordre parlementaire et libéral que la monarchie a vocation à garantir. Après 1883, la doctrine orléaniste évoluera vers le nationalisme intégral de Maurras, à la fois résultante et moteur de la quête orléaniste d'une dynastie qui soit toujours restée française et n'ait jamais régné à l'étranger. Toutefois, le positionnement très marqué à droite de l'Action française amènera une partie des orléanistes à se détourner de ce mouvement, pour fonder en 1971 la Nouvelle Action française (devenue en 1978 la Nouvelle Action royaliste) dont le chef de file, Bertrand Renouvin, sera candidat à l'élection présidentielle de 1974.

Idées légitimistes en politique intérieure[modifier | modifier le code]

Le modèle familial[modifier | modifier le code]

Pour les légitimistes, la famille est à la fois la cellule fondamentale d'une société conçue dans une perspective limitant l'individualisme et le modèle des autres structures sociales. Cette conception, défendue par Louis de Bonald, fait de la société une famille de familles. Dès lors, la défense de la famille est une priorité et le fait capital du droit est le mariage. Bien que la famille, comme toute la société, fonctionne sur le fondement de l'amour, l'autorité paternelle doit permettre une régulation optimale de la cellule et une gestion optimale du patrimoine. La société doit fonctionner sur le fondement de l'amitié et de l'autorité. Pour Blanc de Saint-Bonnet, la royauté est l'apothéose de la famille. Le légitimisme est donc sans sens péjoratif un paternalisme politique et social.

La technique associative[modifier | modifier le code]

Comme il n'est pas possible d'élargir le modèle familial à tous les aspects de la vie sociale, les légitimistes proposent un large recours à l'association. Les légitimistes n'ont pas le monopole de cette proposition. Charles Fourier fut le défenseur de cette idée. Les légitimistes voyaient la résolution de la question sociale dans une combinaison de l'association et du paternalisme. Pour les légitimistes, l'association est le cadre juridique qui permet d'articuler des intérêts concrets et légitimes. Elle doit se substituer aux anciennes corporations et empêcher l'isolement des individus dans une société égoïste.

L’élargissement du suffrage[modifier | modifier le code]

Les légitimistes des différentes tendances sont favorables à l'extension du suffrage. Déjà sous la Restauration, les ultras avaient caressé l'idée d'un suffrage élargi voire universel. Cette idée est largement répandue chez les légitimistes. Ces derniers sont également le plus souvent favorables au vote à deux degrés, le suffrage s'exerçant dans la commune, les élus communaux désignant les élus départementaux ou nationaux. La tendance royaliste nationale de l'abbé de Genoude et de La Rochejaquelein regroupée autour de La Gazette de France, qui prend le sous-titre de "Journal de l'appel au peuple" développe des thèses plébiscitaires proches de celles de bonapartistes. Selon eux, il faut retremper la légitimité monarchique par la consultation de la nation car le pacte séculaire entre la monarchie et le peuple de France a été rompu à deux reprises en 1792 et 1830[126]. À la suite de l'échec de la restauration de la royauté après 1870, nombre de légitimistes contesteront néanmoins le suffrage universel.

La représentation et la souveraineté nationale[modifier | modifier le code]

La plupart des légitimistes, en accord avec la pensée du comte de Chambord qui souhaitait reprendre le "grand mouvement national de 1788", acceptaient les grandes libertés et l'égalité devant la loi. Mais ils rejetaient l'idée que la nation ait une représentation propre indépendante du roi. Il en découlait un refus de la responsabilité collégiale et solidaire des ministres devant la chambre des députés. Les légitimistes comme leur prince étaient prêts à accepter dans leur majorité "le contrôle de deux chambres" et le principe que "le pays sincèrement représenté", vote l'impôt et concourt à la confection des lois. Mais le roi devait être la représentation de la nation et celle-ci ne pouvait exister en dehors de lui. La souveraineté réside dans le roi et non dans la nation. De fait, le comte de Chambord, contrairement à certains légitimistes, excluait de greffer des techniques étrangères à la pratique de la monarchie traditionnelle comme le plébiscite ou la responsabilité parlementaire. Pratiquement, de nombreux témoignages laissent penser[127] qu'il songeait à un texte constitutionnel combinant les principes de la Charte de 1814 et certaines techniques de la constitution de 1852, avec une chambre haute modératrice « nommée par le souverain dans des catégories déterminées » (Manifeste du 2 juillet 1874).

La décentralisation[modifier | modifier le code]

La décentralisation fut un thème présent dans les programmes légitimistes. Marguerye, dans un essai utopique de 1832, évoque une monarchie "héréditaire et fédérative". La décentralisation des légitimistes est organique et communautaire, elle est administrative et sociale et non pas politique. En ce sens, elle peut paraître davantage une déconcentration qu'une décentralisation. Les collectivités locales sont conçues comme un prolongement de la famille. Néanmoins, le comte de Chambord fit preuve d'une certaine prudence dans ce domaine. Il proposa une "administration communale et départementale sagement et progressivement décentralisée" (lettre à Lévis du 12 mars 1856). Il dit aussi vouloir "décentraliser l'administration largement mais progressivement et avec prudence, sans lui enlever l'initiative er la sécurité qu'elle doit à la tutelle de l'État" (lettre sur la décentralisation du 14 novembre 1862). Il s'agissait que la décentralisation ne pût devenir un instrument politique et donc subversif.

Économie et société[modifier | modifier le code]

Un anti-économisme marqué a pu cohabiter avec une réelle insertion dans la vie économique. La haine métaphysique pour l'économisme est évidente chez certains penseurs comme Louis Revelière ou Antoine Blanc de Saint-Bonnet. L'industrie n'est pas mauvaise en elle-même, c'est son hypertrophie liée à la prédominance d'une vision économique du monde qui est dénoncée. Les légitimistes ne sont pas hostiles néanmoins à une industrialisation modérée. Le maintien d'une économie dominée par l'agriculture est selon eux souhaitable. L'hostilité au libéralisme économique a varié selon les époques et les tendances. Les légitimistes sont plus libéraux sous la monarchie de Juillet qu'après, en raison de l'inséparatisme croissant du politique et du religieux qui a caractérisé l'évolution du légitimisme au XIXe siècle.

L'antilibéralisme de certains légitimistes n'est pas un socialisme : c'est une critique de l'économisme et non économisme alternatif. Les légitimistes n'étaient pas hostiles à la libre-entreprise et ils combattaient l'interventionnisme étatique, tout en proposant parfois, comme Berryer dans le débat de 1838 sur les chemins de fer, des solutions mixtes. Ils n'étaient pas des passéistes que des partisans de la généralisation à l'économie industrielle de certaines pratiques et comportements de l'économie rurale. La vision de l'économie des légitimistes fut de plus en plus marquée par le développement du catholicisme social. Plusieurs ouvrages témoignent de cette sensibilité sociale[128], plus forte chez les légitimistes que chez les royalistes : le Traité d'économie politique chrétienne de Villeneuve-Bargemon en 1834, les deux tomes de l' Essai sur la centralisation administrative de Béchard en 1836 et 1837, Du progrès social au profit des classes populaires non indigentes du protestant La Farelle en 1839. Le premier auteur affirme la nécessité de l'association des ouvriers, qui rappelle moins les anciennes corporations que les syndicats à venir ; il affirme que la charité doit être promue mais ne peut rester interindividuelle. Béchard est plus ferme et prône une intervention publique renforcée mais au niveau communal.

La préoccupation sociale chez les légitimistes va de pair avec le souhait d'une société stable et hiérarchique. Dans sa lettre sur les ouvriers du 20 avril 1865, le comte de Chambord critique la révolution coupable d'avoir détruit les cadres protecteurs des travailleurs ; il oppose « à l'individualisme,[...] l'association, à la concurrence effrénée le contrepoids de la défense commune, au privilège industriel la constitution volontaire et réglée des corporations libres ». Le prince retenait ainsi la formule de corporations libres, différente des corporations obligatoires de l'Ancien Régime. Mais s'il admettait un certain syndicalisme, il le voulait pacifique et excluait la grève.

Cette tendance sociale se radicalisa chez certains penseurs comme François René de La Tour du Pin qui parla d'un socialisme chrétien et Maurice Maignen qui souhaita des corporations obligatoires. Mais globalement la plupart des légitimistes étaient favorables à une politique plus libérale.

Idées légitimistes en politique étrangère[modifier | modifier le code]

Nationalisme français[modifier | modifier le code]

D'emblée les légitimistes ont fait montre d'un certain nationalisme français, manifesté par le recours très fréquent au mot « national ». La Gazette de France était à l'avant-garde de cette tendance. Le nationalisme légitimiste se traduisait par une forte anglophobie, le régime de Juillet étant présenté comme un satellite du Royaume-Uni. Le soutien aux chrétiens d'Orient et l'appui aux carlistes espagnols firent partie des thèmes légitimistes. Le nationalisme des légitimistes a pu pousser certains d'entre eux à prôner l'annexion de la Belgique[129]. En revanche, il rendait non souhaitable une restauration par le biais d'une intervention étrangère, seule La France[130] envisagea cette possibilité.

Principe des nationalités[modifier | modifier le code]

Certains légitimistes ont défendu le principe des nationalités, dans la foulée du mouvement philhellène de la Restauration ou en soutien des nations catholiques irlandaise et polonaise. Cependant, le respect pour la Russie impériale poussa certains légitimistes à ne pas défendre l'indépendance polonaise. De plus, cette adhésion s'estompa au moment de l'unité italienne — qui détruisit deux monarchies bourboniennes (Deux-Siciles et Parme) et trois monarchies lorraines (Lombardie-Vénétie, Toscane et Modène) et menaçait les États du Pape — et quand l'Allemagne menaça la France. Les thèmes prémaurrassiens[réf. nécessaire] de la France méditerranéenne, de l'Union catholique et latine furent présents chez certains auteurs.

La colonisation[modifier | modifier le code]

De façon générale, les légitimistes furent hostiles à la colonisation affairiste d'après 1880. Ils étaient très attachés à la colonisation de l'Algérie, testament de la légitimité selon Tudesq. Les légitimistes étaient surtout favorables à la colonisation à des fins de christianisations : Pierre-Antoine Berryer ou Louis de Baudicour s'inquiétaient de la résistance de l'Islam arabe. La critique de la colonisation se renforce chez certains auteurs légitimistes comme Barbey d'Aurevilly.

L’esclavage[modifier | modifier le code]

Les légitimistes en tant que catholiques étaient en grande majorité abolitionnistes[131]. Ce sujet permettait d'ailleurs de critiquer les « Anglo-Saxons » et l'hypocrisie de leur morale prétendument humanitaire. Certains journaux légitimistes, pour des raisons locales, prirent des positions antiabolitionnistes comme La Guienne de Bordeaux.

Succession légitimiste depuis Charles X[modifier | modifier le code]

Rang Portrait Prétendant Période Titres Notes
74 Louis XIX de France « Louis XIX »
Louis-Antoine de France
Né le à Versailles — Mort le à Görz
18361844
7 ans, 6 mois et 28 jours
Duc d’Angoulême
Dauphin de France
 Comte de Marnes 
À la mort de son père Charles le , Louis-Antoine devient l’aîné des descendants de la famille royale selon la tradition de primogéniture mâle. Une partie des légitimistes le reconnaît alors comme roi de France et de Navarre sous le nom de « Louis XIX », contre Louis-Philippe Ier, tandis que d'autres lui préfèrent son neveu Henri (les henriquinquistes).
75 Henri V de France « Henri V »
Henri d’Artois
Né le à Paris — Mort le à Frohsdorf
18441883
39 ans, 2 mois et 21 jours
Duc de Bordeaux
Comte de Chambord 
L’accession au trône du comte de Chambord paraît très proche d’aboutir en 1873. Néanmoins son attachement à la conservation du drapeau blanc comme drapeau national français, et l'attachement d'une majorité de députés, notamment des orléanistes, à la conservation du drapeau tricolore comme drapeau national français, firent échouer toute tentative de restauration.
76 Jean III de France « Jean III »
Jean de Bourbon
Né le à Aranjuez — Mort le à Hove
18831887
4 ans, 2 mois et 25 jours
 Comte de Montizón  Au décès de son cousin Henri d'Artois, comte de Chambord, le , Jean de Bourbon devint l’aîné des Capétiens, l’aîné des descendants de Saint Louis, d’Henri IV et de Louis XIV. Une partie des légitimistes (les « Blancs d’Espagne ») l’ont reconnu comme roi de France et de Navarre sous le nom de Jean III.
77 Charles XI de France « Charles XI »
Charles de Bourbon
Né le à Ljubljana — Mort le à Varèse
18871909
21 ans et 8 mois
Duc de Madrid  À la mort de son père Jean le , Charles devient l’aîné des descendants des Capétiens alors que les légitimistes le reconnaissent comme roi de France et de Navarre sous le nom de « Charles XI ». Il est inhumé à Trieste, dans la cathédrale Saint-Just.
78 Jacques Ier de France « Jacques Ier »
Jacques de Bourbon
Né le à Vevey — Mort le à Paris
19091931
22 ans, 2 mois et 14 jours
 Duc de Madrid 
 Duc d’Anjou 
Après la Première Guerre mondiale, Jacques prit en outre le titre de « duc d’Anjou », en tant qu’aîné des descendants du roi Philippe V d’Espagne (1683-1746), fondateur de la dynastie qui était né duc d’Anjou. Ce titre « d’attente » sera par la suite repris par la plupart des prétendants légitimistes jusqu’à aujourd’hui.
79 Charles XII « Charles XII »
Alphonse-Charles de Bourbon
Né le à Londres — Mort le à Vienne
19311936
4 ans, 11 mois et 27 jours
 Duc de San Jaime 
 Duc d’Anjou 
Alphonse-Charles devient l’aîné des Bourbons à la mort de son neveu Jacques le . Les légitimistes, marginaux depuis la mort d'Henri d'Artois, comte de Chambord (alors que les orléanistes étaient majoritaires parmi les royalistes français) le reconnurent alors comme « roi de France et de Navarre » sous le nom de « Charles XII » et « duc d’Anjou ».
80 Alphonse XIII « Alphonse Ier»
Alphonse de Bourbon
Né le à Madrid — Mort le à Rome
19361941
4 ans, 4 mois et 30 jours
Roi d’Espagne
Duc de Tolède 
Cousin du précédent, l’ancien roi Alphonse XIII résida en divers endroits durant son exil après 1931. Alphonse passa les dernières années de sa vie à Rome. Au décès de son cousin le « duc de San Jaime » le , Alphonse XIII devient l’aîné des Capétiens alors que les légitimistes le reconnaissent alors comme « roi de France et de Navarre » sous le nom d’ « Alphonse Ier ».
81 Henri VI de France « Henri VI »
Jacques-Henri de Bourbon
Né le à San Ildefonso — Mort le à Saint-Gall
19411975
34 ans et 20 jours
Infant d’Espagne
Duc de Ségovie
Duc d’Anjou 
 Duc de Madrid 
 Duc de Tolède 
Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Jacques-Henri, duc de Ségovie, assume sa position de « chef de la maison royale de France » en tant qu’aîné des Capétiens, en prenant le titre de courtoisie de « duc d’Anjou » et les pleines armes de France.
82 Alphonse II « Alphonse II »
Alphonse de Bourbon
Né le à Rome — Mort le à Beaver Creek
19751989
13 ans, 10 mois et 10 jours
 Duc de Bourgogne 
Duc de Bourbon 
Duc de Cadix
Duc d’Anjou 
Connu en France sous le titre de courtoisie de  duc d’Anjou, Alphonse est considéré par les partisans légitimistes d’une restauration de la royauté comme le prince appelé à régner (sous le nom d’ « Alphonse II »), en qualité d’héritier des rois de France. En effet, il était l’aîné des descendants mâles par primogéniture d’Hugues Capet.
83 Louis XX de France « Louis XX »
Louis de Bourbon
Né le à Madrid
Depuis 1989
30 ans, 1 mois et 15 jours
Duc de Touraine
 Duc de Bourbon 
 Duc d’Anjou 
Fils d’Alphonse, Louis est l’aîné des Capétiens et chef de la maison de Bourbon, il est connu comme le duc d’Anjou. Il réside à l'étranger mais vient régulièrement en France.

Publications légitimistes[modifier | modifier le code]

  • L'Ami de la Religion et du Roi, journal fondé en avril 1814, renommé L'Ami de la Religion en juillet 1830, puis disparu en 1862. Le titre est repris en 2015, par le site officiel de la Confrérie royale[132].
  • La Gazette de France (1830-1883) ;
  • La Quotidienne (1830-1847) ;
  • L'Écho français[133] (1830-1847) ;
  • L'Univers[134],[135] (1833-1883) ;
  • La France (1834-1847) ;
  • L'Union (1847-1883) ;
  • La Chronique de l'Ouest (1855?-1889) ;
  • Le Monde[136] (1860-1883) ;
  • Avranchin[137] (1874-1891) ;
  • Journal de Paris (1883-1891) ;
  • Le Droit monarchique[86] (1883-1885?) ;
  • L'Avant-garde de Provence (1889-1892) ;
  • L'Avant-garde de l'Ouest (1891-1902?) ;
  • Le Petit commercial et financier de Marseille (1892-1899?) ;
  • La Monarchie française[138] (1911-1912) ;
  • Le Drapeau blanc (1913[139], 1936-1937, 1956-1957, 1970-1973) ;
  • La Science historique (1921-1940) : bulletin de la Société archéologique de France ;
  • La Loyauté (1928) ;
  • La Science historique (nouvelle série, 1953-197.?) : bulletin du Centre d'études et de recherches historiques ;
  • Les Chartriers de la légitimité (1955-1958) ;
  • La Gazette royale (1957-1962). Organe de l'Association générale des légitimistes de France (AGLF) ;
  • L'Information monarchique (1962-1965) ;
  • Tradition française (1963-1967) ;
  • Bulletin d'information du Conseil de Mgr le duc d'Anjou (1972-1975) ;
  • La Légitimité, revue fondée par Guy Augé, publiée de 1974 à 1984 puis reparue à partir de 1994 jusqu'à aujourd'hui ;
  • Contre-révolution (1977-1979) ;
  • La Science historique (3e série, 1981-2007) : bulletin de l'Institut des sciences historiques ;
  • Ultra (1983-1987) ;
  • La Gazette royale (nouvelle série, depuis 1984), organe de l'UCLF, fondée en 1979 ;
  • Feuille d'information Légitimiste (1984-2003) ;
  • La Blanche Hermine, organe de la Fédération bretonne légitimiste (FBL), fondée en 1987 ;
  • Fidelis (1989-1994?) ;
  • Bleu Roi (1993) ;
  • Royal Hebdo (1994-1999) ;
  • Bourbons Magazine (1996-2000) ;
  • Études bourboniennes (1997-2000) ;
  • Le Lien légitimiste de Touraine (1999-2004), fondé par Jacques Rolain (1924-2015) ;
  • Fidelis (nouvelle série, 2000-200?) ;
  • La Lettre de la Fédération des associations Présence du Souvenir Bourbonien (200.?-2012) ;
  • Le Lien légitimiste (2005-2017), fondé par Jacques Rolain et dirigé par Gérard de Villèle ;
  • Vive le Roy, média en ligne (depuis 2008).
  • Démocratie royale, média en ligne (depuis 2011).
  • Vexilla Galliae, média en ligne (depuis 2012).
  • Les Rois souterrains, média en ligne (depuis 2013).

Publication « henriquinquiste » (soutenant le duc de Bordeaux dit « Henri V », avant 1844) :

Publications « sévillanes », soutenant le prétendant François-Henri de Bourbon (1853-1942) :

  • La Royauté nationale (1903-1904) ;
  • L'Union nouvelle (1904-1909).

Personnalités médiatiques[modifier | modifier le code]

  • Thierry Ardisson, animateur de télévision, auteur d'un livre intitulé : Louis XX, Contre-enquête sur la monarchie, proche du Rassemblement démocrate pour la monarchie qui prône une « démocratie couronnée », à la manière de l'Espagne de Juan Carlos.
  • Jacques Dufilho dit clairement qu'il est monarchiste légitimiste dans ses souvenirs[140],[141].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis l'extinction des Courtenay en 1768, les Bourbons — et leurs cadets les Orléans et les Orléans et Bragance, qui en sont issus — restent les seuls Capétiens en filiation légitime. Il subsiste aussi des branches capétiennes illégitimes[2],[3] : les Bourbon de Busset et de Châlus, les Lancastre[4], les Portugal et Castro[5] (et leur rameau cadet Bragance des ducs de Lafões (en), qui porte le nom de Bragance par un mariage en 1853 avec une descendante du roi Pierre II), les Bragance, les Cadaval et les Sousa Coutinho[6].
  2. a et b Omar Marie (dit Henri) Marchand est né à Reims le 13 janvier 1837 et mort[48] en Belgique à Tubize le 7 février 1920. Il fut en 1903 l'auteur d'un essai légitimiste, Le salut national[49] (qui promouvait les droits du duc de Madrid au trône de France), et aussi en 1889 l'un des quatre co-auteurs de la brochure Le Boulangisme devant la légitimité[50]. De modeste origine — Jean Marchand († 1757), le trisaïeul d'Henri, était berger au village d'Avançon, dans les Ardennes champenoises — ouvrière dans l'industrie lainière, Jean-Remy Marchand (1811-1894), le père d'Henri, était trieur de laine (et son père avait été peigneur et tisseur) et il avait épousé une ourdisseuse, Marie-Victorine Colson (1813-1888), fille de maçon (leur fils Charles Marchand, jeune frère d'Henri, fut lui aussi trieur de laine). Henri Marchand quant à lui, devint instituteur puis journaliste. Il épousa en 1860 une fille d'aubergiste, Delphine Décorse (1837-19..), originaire de la Champagne picarde. Trois de leurs enfants obtinrent la Légion d'honneur à titre militaire, et deux d'entre eux se marièrent[51] avec des demoiselles issues de la noblesse apparente ou inachevée (voire de la noblesse à part entière). En 1927, deux des petites-filles d'Henri et Delphine Marchand épousèrent[52],[53] des nobles (issus des familles de Rolland [de Villard-Sallet] et de Villeneuve [Esclapon]).
  3. a b et c Laurent Gabriel Léonor de Cholier de Cibeins, né à Paris (ancien 1er arrondissement) le 29 septembre 1825 et mort à Misérieux le 28 juillet 1897.
  4. Même s'il faut souligner que lesdites lois fondamentales furent, dès l'Ancien Régime, discutées quant à leur nombre et leur teneur, notamment par les parlements, celui de Paris en tête, qui y voyaient un moyen de limiter le pouvoir royal, cf. manuel d'histoire du droit de F. Olivier-Martin[réf. non conforme].
  5. Exclu de la succession à la couronne d'Espagne et banni du royaume, par décret royal du 27 octobre 1834.
  6. Ceint du cordon bleu[24],[25],[26] de l'ordre du Saint-Esprit que lui avait remis la comtesse de Chambord, Jean de Bourbon fut le premier Capétien venant juste après le représentant (neveu (de)) de l'empereur d'Autriche, tant pour suivre le convoi funèbre depuis la gare jusqu'à la cathédrale de Gorizia, que pendant la cérémonie des obsèques dans la cathédrale. À la suite de Jean III, se tenaient ses deux fils — l'aîné, le duc de Madrid, étant le prétendant carliste au trône d'Espagne, et le nouveau dauphin des légitimistes français — et son petit-fils. Le comte de Paris avait refusé d'assister aux obsèques (bien qu'il fût présent l'avant-veille, à l'office funèbre qui eut lieu à Frohsdorf), n'ayant pu jouir de la première place qu'il convoitait.
  7. Henri Jacques Marie Jules Auguste [de] Guerry de Beauregard est né à Poitiers le 5 mars 1852 et mort à Chavagnes-en-Paillers le 27 août 1916 ; neveu d'Armand Guerry de Beauregard.
  8. a et b Le comte Ernest François Marie Richard de Nugent[56] est né à Paris (ancien 2e arrondissement) le 26 octobre 1844 et mort en Autriche à Mariazell le 27 décembre 1924.
  9. a et b Marie Gabriel Soffrey de Beaumont d'Auty est né à Saint-Hilaire-de-Talmont le 29 mars 1864 et mort à Nice le 24 novembre 1933. À la mort de son père Arthur (1822-1892), Soffrey de Beaumont lui succéda jusqu'en 1900 comme maire de Saint-Hilaire-de-Talmont. Il se titrait comte, puis après la mort de son frère Amblard (1861-1928), marquis de Beaumont de Verneuil d'Auty.
  10. a et b Charles Isaac de Cussy, qui se titrait marquis de Jucoville, est né à La Cambe le 21 novembre 1812 et mort à La Cambe le 30 décembre 1891. Il fit partie de la commission[55] d'organisation du congrès légitimiste de 1885.
  11. a et b Alexis Eugène Désiré Alphonse de La Viefville, né à Récourt le 6 septembre 1823 et mort à Paris XVIe le 24 novembre 1891.
  12. Jean Marie Henry Prévost Sansac de Touchimbert, né à Saint-Maixent-l'École le 7 novembre 1820 et mort à Poitiers le 29 juillet 1892.
  13. Auguste François Bruneteau de Sainte Suzanne, né à Châlons-en-Champagne le 4 juin 1828 et mort à Champigneul-Champagne le 30 décembre 1912 ; petit-fils de Gilbert-Joseph-Martin Bruneteau.
  14. François Marie Marc Raoul de Scorraille, né à Villeneuve-sur-Lot le 10 juillet 1859 et mort à Montredon-des-Corbières le 13 octobre 1940.
  15. Guillaume Véran, né à Arles le 19 octobre 1828 et mort à Arles le 7 mars 1901 ; arrière-petit-fils de Pierre Véran.
  16. Alexandre François de Cussy est né à La Cambe le 23 août 1815 et mort à Paris XVIe le 30 octobre 1888.
  17. a et b Appelé le comte de Montbel, Henri Baron de Montbel est né à Toulouse le 19 janvier 1843 et mort[69] à Bordeaux le 13 mars 1932 ; petit-fils de Guillaume-Isidore Baron de Montbel, ministre de Charles X.
  18. a et b Joseph Jacques Marie de Cathelineau est né à Scaër le 1er avril 1861 et mort à Laval le 10 novembre 1952. Après son mariage en 1897 avec Jeanne Caroline Adèle Gabrielle de Montfort Laurito (1870-1933), il se titra comte de Cathelineau-Montfort.
  19. Henry Jules Marie Rolland du Noday est né à Mauron le 19 avril 1832 et mort à Nice le 15 février 1885 ; il épousa en secondes noces en 1868 Henriette de Colbert-Turgis (1837-1925), cousine au 10e degré du célèbre ministre de Louis XIV. Henry du Noday fut maire de La Croix-Helléan. Il se titrait vicomte comme son père Alexandre (1791-1860), cependant que leur petit-neveu et cousin Pierre-Marie (1865-1941) — neveu d'Henry à la mode de Bretagne — se titrait comte.
  20. Urbain Armand de Maillé [de La Tour Landry] est né à Vernantes le 5 juin 1848 et mort[58] à Longué le 13 mai 1915. Cousin agnatique au 14e degré du duc Artus de Maillé (1858-1926), Urbain de Maillé faisait partie de la branche aînée de cette famille. Il était le troisième fils et le neuvième enfant[59] de Charles de Maillé (1806-1881), marquis de Jalesnes (qui se titrait marquis de Maillé de La Tour-Landry), chef[60] de nom et d'armes de toute la maison de Maillé. Aucun des trois fils ne laissa de postérité mâle, et l'aînesse de la famille passa[61] le 3 décembre 1916 à un cousin agnatique au 15e degré : Roger de Maillé (1851-1922).
  21. Maurice Amédée de Junquières, né à Paris (ancien 1er arrondissement) le 20 janvier 1852 et mort à Paris Xe le 30 mars 1914.
  22. Charles Louis du Verne[62], né à Tintury le 7 septembre 1826 et mort à Paris VIIe le 7 avril 1913. « M. Charles du Verne, président de l'ancien comité légitimiste de la Nièvre, un des hommes qui ont eu l'honneur d'entrer le plus avant dans la confiance et l'amitié de M. le comte de Chambord. »[63] Il fit partie des signataires de la déclaration du Hézo.
  23. Frère de Bernard de Quatrebarbes.
  24. Marie Gabriel Paul de Foresta, né à Marseille le 7 mai 1838 et mort à Aix-en-Provence le 16 septembre 1897 ; zouave pontifical. Il souscrivit le manifeste du Hézo.
  25. Appelé le vicomte de La Houssaye[64] (son frère aîné, Eustache[65], se titrait comte[66] de La Houssaye ; Le Vicomte était le nom de leur mère : Stéphanie Le Vicomte), Germain Marie Guérin de La Houssaye est né à Quessoy le 26 décembre 1853 et mort à Pau le 26 novembre 1936 ; il fit partie des zouaves pontificaux. Son fils, Carlos Guérin de La Houssaye, est mort[67] pour la France au début de la Première Guerre mondiale, le 12 octobre 1914. Germain de La Houssaye assistera[68] (alors âgé de 77 ans) aux obsèques du duc d'Anjou et de Madrid, le 7 octobre 1931 à Paris, en l'église Saint-Philippe-du-Roule.
  26. Pierre Paul Sébastien Laurentie, né à Paris (ancien 11e arrondissement) le 20 janvier 1830 et mort à Paris VIIe le 29 juin 1888 ; fils de Pierre-Sébastien Laurentie.
  27. Neveu d'Alfred de Curzon.
  28. Marie Joseph Victor de Maumigny, né à Nevers le 20 mars 1804 et mort à Nevers le 16 décembre 1895.
  29. Oscar Baptistin Auguste Bévenot [des Haussois], né au Quesnoy le 9 juillet 1834 et mort à Paris VIIe le 1er février 1923.
  30. Arsène Pierre Ange Le Gal de Kérangal est né à Locminé le 13 août 1827 et mort à Quimper le 8 avril 1902. Trisaïeul (par son fils aîné, Arsène) de l'écrivaine Maylis de Kerangal, Arsène de Kérangal fut de 1862 à 1883 le rédacteur en chef du journal légitimiste L'Impartial du Finistère. Il était aussi le bisaïeul (cette fois par son fils cadet, Charles) du comte Gilles de Kérangal[70] (1938-2017), gentilhomme de service[71] et chevalier d'honneur[72] de la duchesse d'Anjou et de Ségovie.
  31. Jean Baptiste Victor Coquille, né à Percey le 13 novembre 1820 et mort à Neuilly-sur-Seine le 15 janvier 1891.
  32. Fernand de Meckenheim, né à Chauvigny-du-Perche le 29 décembre 1848 et mort à Pleuven le 5 décembre 1925 ; zouave pontifical. Il se titrait comte et fit partie de la commission[55] d'organisation du congrès légitimiste de 1885. Son frère aîné, Henry de Meckenheim (1842-1922) était naundorffiste.
  33. Appelé le comte de Boisairault, René Albert Fournier de Boisairault d'Oyron est né à Oiron le 3 août 1806 et mort à Brigné le 3 octobre 1889. Ancien officier de Charles X, il participa au congrès[73] et au banquet[74] légitimistes des 3 et 4 juillet 1886.
  34. Anaïs Séraphine Henriette Ghislaine de Vogelsang (Mme Louis Mennessier ; son mari fut tué à la bataille de Magenta en 1859), née à Lille le 6 décembre 1832 et morte à Lille le 26 février 1887. « C'est de cette ardente et dévouée légitimiste que M. le comte de Chambord disait « Si nous avions, en chaque ville de France, une royaliste de cette intelligence et de cette activité, la cause du droit ne tarderait guère à triompher ». »[63]
  35. Marie Louis Guy Henri de Chauvelin, né à Orléans le 14 novembre 1843 et mort à Rilly-sur-Loire le 5 juin 1903.
  36. Appelé le vicomte de Caze[75], Albert Henri Alexandre Amand de Caze est né à Chartres le 16 février 1817 et mort à Paris VIIIe le 1er octobre 1905.
  37. Louis Achille Guédé [de Guny] est né à Allemant le 12 novembre 1845. Il épousa Marie Emma Zoé Louise Adrienne de Fransures (arrière-arrière-grand-tante de l'historienne Florence de Baudus), née à Montdidier le 9 décembre 1824 et morte à Paris VIIe le 27 mars 1891. Peintre de genre (élève de Théodore Caruelle d'Aligny à l'école des beaux-arts de Lyon, ensuite condisciple et ami[76] de Thomas Eakins vers 1868 à Paris — où Guédé fut photographié[77] par Auguste Verneuil, le père du célèbre chimiste homonyme), puis officier d'infanterie, Achille de Guny fit partie en 1885 de la commission[55] d'organisation du congrès légitimiste. En 1889, il fut l'un des quatre co-auteurs de la brochure Le Boulangisme devant la légitimité[50]. Il écrivit aussi un Projet de nécropole pour la ville de Paris (1876) et des articles dans l'éphémère Revue catholique des revues françaises et étrangères (1897 et 1898). Ensuite professeur de français en Russie, Achille de Guny y donna des conférences à la toute récente Alliance française de Vilna, en 1906-1907.
  38. Octave Philippe Célestin Hermand est né à Saint-Omer le 5 décembre 1829 et mort à Nonvilliers-Grandhoux le 25 septembre 1899. Avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation, Octave Hermand fut un des vice-présidents du Comité légitimiste. Au congrès du , il prononça un discours[78] au cours duquel il affubla le comte de Paris du nom de Zéro Ier.
  39. Édouard Jean Marie Gabriel Siochan de Ꝃsabiec, né à Nantes le 31 octobre 1825 et mort aux Fougerêts le 28 novembre 1897.
  40. Pierre Clément Bérard est né à Stenay le 28 octobre 1797 et mort le 20 novembre 1886 à Viroflay (où il habitait non loin de la famille du général Henri de Cathelineau ; Joseph de Cathelineau (1861-1952), le dernier fils du général, a signé comme témoin l'acte de décès du docteur Bérard, et sa sœur Victoire de Cathelineau (1864-1939), l'une des deux dernières filles — jumelles — du général, s'était mariée à Viroflay trois semaines plus tôt, avec un petit-neveu de Gustave Flaubert). Le docteur Bérard (médecin) fut l'auteur des fameux Cancans politiques[79], ces pamphlets contre le roi Louis-Philippe Ier. Présent, âgé de 87 ans, au banquet légitimiste du 5 juillet 1885, Bérard y déclama[80] une poésie[81] qu'il avait lui-même écrite en l'honneur du comte de Montizón, le prétendant légitimiste. L'octogénaire auteur des Cancans fut ensuite interviewé[82] par Le Figaro, qui fit une longue évocation de la vie du pamphlétaire. Bérard sera encore présent au congrès[73] et au banquet[74] légitimistes de l'année suivante, les 3 et 4 juillet 1886.
  41. Le général Edward Kirkpatrick (qui se titrait baron Kirkpatrick de Closeburn (en)), né à Philadelphie (États-Unis) le 5 juillet 1841 et mort à Paris XVIe le 15 avril 1925 (inhumé à San Mateo, en Californie), fit partie de l'état-major du prétendant carliste au trône d'Espagne (Charles de Bourbon, dit Charles VII). Il publia en 1907, un essai historico-politique de plus de trois cents pages pour défendre les droits des Bourbons au trône de France, contre les prétentions des Orléans : général Edward Kirkpatrick de Closeburn, Les Renonciations des Bourbons et la succession d'Espagne (notice BnF no FRBNF30682867). Il était cousin issu de germains de la troisième impératrice des Français, Eugenia Palafox y Kirkpatrick, dont la mère, María Manuela Kirkpatrick (es), était une cousine germaine[83] de Harris W. Kirkpatrick (natif de Litchfield, Connecticut), le père du général.
  42. Jacques Jules Delmas est né à Beaulieu-sur-Dordogne le 6 avril 1845. Il épousa à Paris XVe le 18 novembre 1882 Léonie Victorine Cambacérès, née à Paris (ancien 3e arrondissement) le 26 octobre 1839 — fille du préfet Jules Cambacérès (1798-1863), peut-être apparenté[84] au second consul de la Ire République). Jules Delmas fut le rédacteur en chef des journaux Le Royaliste[85] puis Le Droit monarchique[86]. Il souscrivit le manifeste du Hézo (où il signa Delmas-Cambacérès).
  43. Marie Jean Baptiste Émilien Godefroi Gérard Secondat de Montesquieu, né à La Brède le 3 juin 1839 et mort à Saint-Quentin-de-Baron le 6 octobre 1920 ; zouave pontifical et cousin agnatique au 11e degré (en même temps qu'arrière-arrière-petit-fils cognatique) du célèbre écrivain, Gérard de Montesquieu avait souscrit le manifeste du Hézo en 1884.
  44. Édouard Hippolyte Pierre Jeanbaptiste Bernaert est né à Tournai (Belgique) le 3 septembre 1872 et mort à Paris Ve le 5 juillet 1945. Il fut capitaine F.F.I., chevalier de la Légion d'honneur et croix de guerre 1914-18.
  45. Louis Joseph Émile Para est né à Remollon le 31 décembre 1885 et mort à Paris Xe (à l'hôpital Lariboisière) le 22 mai 1930. Il se présenta comme candidat légitimiste[91] aux élections municipales du 5 mai 1912, dans le 7e arrondissement de Paris (quartier des Invalides), n'obtenant que 22 voix (soit 1,21% des suffrages exprimés) face à Henri de Puymaigre (élu au second tour). « Personnage curieux, plein de talent et [...] très grand journaliste »[92], Émile Para sera sous le nom de Georges Clairet[93], rédacteur en chef du Bonnet rouge puis du Journal du peuple (dirigé par Henri Fabre). C'est là qu'il fera la connaissance[94] de la journaliste Mercédès Viel (1895-1973), qu'il épousera le 1er septembre 1921 à Paris XVIIe.
  46. André Louis Henri Yvert, né à Paris Ve le 3 janvier 1894 et mort à Paris Xe (à l'hôpital Lariboisière) le 1er décembre 1973 ; petit-fils d'Eugène Yvert et neveu d'Henry Yvert.
  47. Le 24 août 1933 « en la basilique Saint-Denys, a été célébrée la messe annuelle à la mémoire du Comte de Chambord, instituée par le Mémorial de France. [...] S.A.R. le Prince Louis de Bourbon-Parme [...] représentait S.A.R. le Prince Alphonse-Charles Duc d'Anjou et de Saint-Jaime. [...] Parmi les personnalités présentes, on remarquait [...] les délégués de l'Union légitimiste de France, le docteur Proust, président; MM. Le Moro, secrétaire général ; Mazaud, vice-président »[97]. Le secrétaire général du mouvement, Albert Louis Léonce Lucien Lemoro, est né à Paris XIe le 11 mars 1882 et mort à Paris XIVe (à l'hôpital Notre-Dame de Bon Secours) le 18 janvier 1947. Fourreur de profession, il fut également secrétaire à l'administration parisienne des Chevaliers de Colomb, ainsi que membre (admis en 1922) du comité France-Amérique. Albert Lemoro est l'oncle du comédien Gérard Lemoro (1923-1999), metteur en scène et directeur de compagnie théâtrale, et le cousin germain de Maurice Lemoro (1872-1948), chef adjoint du cabinet et directeur du secrétariat particulier du ministre André Tardieu (plusieurs fois président du Conseil entre 1929 et 1932). Quant au vice-président de l'Union légitimiste de France, Roger Mazaud, il sera ensuite vice-président de l'Institut légitimiste (1938) présidé par Félix de Rosnay (cousin au 8e degré de Joël de Rosnay et d'Arnaud de Rosnay).
  48. Fils d'un couple de graveurs, Désiré Jules Proust est né à Paris IVe le 28 juin 1884 et mort à Chilly-Mazarin le 18 mars 1955.
  49. Archiviste chartiste, Gérard Maurice Robert d'Amarzit est né à Talence le 9 janvier 1911 et mort au Chesnay le 30 septembre 1992. Il se titrait vicomte comme son père Guy (1881-1971), cependant que son oncle Robert (1875-1965) et leur cousin le général de brigade Max d'Amarzit (1873-1943) se titraient respectivement comte et baron. Gérard d'Amarzit fut co-auteur du livre de Luigi Bader (préf. René Pillorget), Le Comte de Chambord et les siens en exil, Paris, Diffusion Université-Culture, , 180 p. (ISBN 2-904092-000-5 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36273349).
  50. Louis Gustave Félix Fromet de Rosnay est né à Souillac (île Maurice) le 12 avril 1868 et mort à L'Isle-Adam le 15 février 1939. Cousin issu de germains du père du peintre Gaëtan de Rosnay, Félix de Rosnay avait marié sa fille Monique le 7 mars 1931 à Paris, en présence de Jean d'Andigné, représentant le duc d'Anjou et de Madrid, aîné des Bourbons. Le pape Pie XI avait envoyé sa bénédiction aux mariés, qui avaient également reçu par lettres les félicitations de l'ancienne impératrice d'Autriche et du prince consort du Luxembourg[100]. Félix de Rosnay fut notamment le rédacteur en chef (jusqu'en 1895) du quotidien La Croix de Port-Louis (île Maurice), ainsi que l'auteur d'une étude sur Le Chrisme, les Lys et le symbolisme à Paray (1900).
  51. Jean-Baptiste Marie Martial de Pradel de Lamaze, né à Paris VIIIe le 10 septembre 1891 et mort à Paris XIVe le 10 septembre 1969.
  52. Entre 1883 et 1972, il y avait eu une seule messe à la Chapelle expiatoire : le , à l'initiative du légitimiste Michel Josseaume et en présence de la princesse Hedwige de Bourbon-Parme (veuve du prince Sixte)[105],[106].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans un entretien à Paris Match le , Louis de Bourbon utilise pour lui-même le mot « prétendant ». « A 18 ans, j’ai joué pleinement mon rôle de prétendant au trône de France », dit-il à Olivier O’Mahony : lire en ligne. Cependant, hormis cette conversation informelle avec un journaliste, le duc d'Anjou ne se revendique pas dans ses déclarations et discours comme un « prétendant », suivant en cela l'attitude de ses prédécesseurs Bourbons, notamment de son père ainsi que du duc d'Anjou et de Madrid.
  2. Patrick Van Kerrebrouck et avec la collaboration de Christophe Brun (préf. Hervé Pinoteau), Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France, t. IV : La maison de Bourbon - 1256-2004, vol. 2, Villeneuve-d'Ascq, Patrick Van Kerrebrouck (auto-édition), , 2e éd. (1re éd. 1987), 1010 p. (ISBN 2950150950), partie 6, « Enfants naturels », p. 779-786.
  3. http://hervepinoteau.over-blog.com/2015/07/panorama-de-l-heraldique-capetienne-contemporaine-1955.html
  4. http://genealogy.euweb.cz/capet/capet64.html
  5. http://genealogy.euweb.cz/capet/capet65.html
  6. http://genealogy.euweb.cz/capet/capet71.html
  7. Marchand 1903, p. 136.
  8. Rials 1983, p. 9
  9. Rials 1983, p. 11
  10. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 5 juin 1832, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4377044/f2.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=729617;2 et J. Crétineau-Joly, "Histoire de la Vendée militaire", tome 4, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=vNNgAAAAcAAJ&pg=PA497&lpg=PA497&dq=lande+de+Touchenaux&source=bl&ots=zUkChGKJBB&sig=4Nzz4UtimpFDeeQiWyYt9uTGXiY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiKk4jwrePPAhVG1RoKHfa2DWcQ6AEIJTAA#v=onepage&q=lande%20de%20Touchenaux&f=false
  11. a et b Rials 1983, p. 15
  12. Rials 1983, p. 18
  13. Rials 1983, p. 68
  14. Jean-Paul Bled, Les lys en exil ou la seconde mort de l'Ancien Régime, Paris, Fayard, 1992, p. 159-166.
  15. Rials 1983, p. 101-102
  16. Il s'agit là pour Hervé Pinoteau, de « l'invention d'une nouvelle loi fondamentale par Ph. du Puy de Clinchamps dans son « Que sais-je ? » sur Le royalisme, 1967, p. 107 : pour être dynaste il faut sortir d'une branche « de nationalité continûment française » » : Hervé Pinoteau, Compte rendu critique (d'un livre de Hugues Trousset, La légitimité dynastique en France, Grenoble, Éditions Roissard, 1987, 132 p. ), Revue historique, no 569, janvier-mars 1989, p. 272, lire en ligne (notice BnF no FRBNF34349205). Du Puy de Clinchamps avait développé cette théorie dès 1965 dans son livre Les grandes dynasties, p. 55, lire en ligne (notice BnF no FRBNF32989070), un autre « Que sais-je ? ».
  17. Henri-Scipion-Charles de dreux-Brézé, Notes et Souvenirs pour servir à l'histoire du parti royaliste, Perrin et Cie, Paris, 1899,4ème édition, p. 227-234 (http://www.heraldica.org/topics/france/dreux-breze.htm)
  18. http://www.heraldica.org/topics/france/dreux-breze.htm)
  19. Mgr Amédée Curé, ancien aumônier de M. le Comte de Chambord, Monsieur le Comte de Chambord et Sa Sainteté Léon XIII : observations sur les « Mémoires » de Mme de la Ferronnays, Paris ; Bar-le-Duc, Imprimerie-librairie Saint-Paul, s.d. [1905], 148 p. (notice BnF no FRBNF31985005), « Appendice B : Lettres de M. le Comte Léonor de Cibeins sur la succession de France », p. 100-102.
  20. Adrien Robinet de Cléry, Les prétentions dynastiques de la branche d'Orléans. Deux lettres du Révérend père Bole, aumônier de Frohsdorf, Paris, H. Daragon, , 32 p. (notice BnF no FRBNF34211631, lire en ligne), p. 17-18
  21. Lettre de Philippe V au parlement de Paris en  : « La couronne de France nous est incontestablement dévolue par le droit de notre naissance et par les lois fondamentales de l'État » : Sixte de Bourbon, Le Traité d'Utrecht et les Lois fondamentales du Royaume (thèse pour le doctorat), Paris, (lire en ligne), partie 4, chap. III, p. 220.
  22. Lettre de Philippe V au parlement de Paris le  : « Mon intention, Messieurs, est de vous manifester que si, ce qu'à Dieu ne plaise, le Roi Louis XV, mon très cher frère et neveu, venait à décéder sans laisser de successeur issu de lui, je prétends jouir du droit que ma naissance me donne de lui succéder à la Couronne de France à laquelle je n'ai jamais pu valablement renoncer... Dès que j'apprendrai la mort du Roi de France... je partirai pour venir prendre possession du trône des rois, mes pères » : Philippe Erlanger, Philippe V d'Espagne : un roi baroque, esclave des femmes, Librairie Académique Perrin, coll. « Présence de l'histoire », (ISBN 2-262-00117-0), p. 364. Également citée par Paul Watrin, La tradition monarchique (thèse de doctorat d'État en droit), Paris, Diffusion Université-Culture, , 2e éd. (1re éd. 1916) (ISBN 2-904092-01-3), partie 3, chap. III (« Le règne de Louis XV »), p. 181.
  23. Lettre du diplomate espagnol don Patricio Lawless au roi Philippe V le  : « M. le duc [le premier ministre de Louis XV] emploiera tout son crédit et son savoir-faire pour que Votre Majesté, en cas d'événement, soit appelée à la couronne de France. [...] Il n'est pas moins essentiel, pour le maintien de la religion dans sa pureté et pour le salut général de tout le royaume de France que Votre Majesté, en cas d'événement, rentre dans ses droits légitimes et naturels plutôt que de soutenir le parti d'une renonciation violente imposée par nos ennemis en faveur de la maison d'Orléans » : Paul Watrin, La tradition monarchique (thèse de doctorat d'État en droit), Paris, Diffusion Université-Culture, , 2e éd. (1re éd. 1916) (ISBN 2-904092-01-3), partie 3, chap. III (« Le règne de Louis XV »), p. 178.
  24. François Bourdaloue (1814-1895), « Journal de mon voyage à Frohsdorff et Goritz : 29 août – 6 septembre 1883 », Le lien légitimiste, no 18,‎ novembre-décembre 2007, p. 11 (et aussi no 16, juillet-août 2007, p. 7, pour la visite du comte de Montizón à la comtesse de Chambord).
  25. Hervé Pinoteau et Patrick Van Kerrebrouck, Clefs pour une somme, La Roche-Rigault, PSR éditions, , 294 p. (ISBN 2-908571-61-7), p. 83.
  26. « Légitimoscopie VII - Hervé Pinoteau : premières notions sur l'ordre du Saint-Esprit (34e minute de la vidéo) », sur Les Rois Souterrains, (consulté le 23 février 2017).
  27. « Le feu Roi avoit voulu traiter en fils de France les enfants du roi d'Espagne, qui par leur naissance n'en étoient que petits-fils; et les renonciations intervenues pour la paix d'Utrecht n'avoient rien changé à cet usage, dont les alliés ne s'aperçurent pas, et dont les princes que les renonciations du roi d'Espagne regardoient ne prirent pas la peine de s'apercevoir non plus. Suivant cette règle, tous les fils du roi d'Espagne portèrent, comme fils de France, le cordon bleu en naissant » : Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la Régence, t. XIV, Paris, Hachette, (notice BnF no FRBNF31285286), p. 163.
  28. André Favyn, Le Théâtre d’honneur et de Chevalerie : ou, l’histoire des ordres militaires des Roys et Princes de la Chrestienté, et leur généalogie. De l’institution des armes et blazons ; roys, heraulds, et poursuivant d’armes ; duels, joustes et tournois, etc., Paris, 1620, p. 549. Lire en ligne : https://books.google.fr/books?id=sGDIYhuS7dEC&pg=PA549
  29. Saint-Simon avait déclaré au régent en 1718 : « je vous confesse, monsieur, à vous tout seul, que pour moi, qui n'ai jamais été connu du roi d'Espagne que pour avoir joué aux barres avec lui et à des jeux de cet âge, qui n'en ai pas ouï parler depuis qu'il est en Espagne, ni lui beaucoup moins de moi, et qui n'y connois qui que ce soit ; moi, qui suis à vous dès l'enfance, et qui savez à quel point j'y suis ; qui ai tout à attendre de vous, et quoi que ce soit de nul autre, je vous confesse, dis-je, que, si les choses venoient à ce point, je prendrois congé de vous avec larmes, j'irois trouver le roi d'Espagne, je le tiendrois pour le vrai régent et le dépositaire légitime de l'autorité et de la puissance du roi mineur » : Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la Régence, t. XII, Paris, Hachette, (notice BnF no FRBNF31285286, lire en ligne), p. 43.
  30. Duc de Saint-Simon, Papiers en marge des Mémoires, Paris, Le Club français du livre, coll. « Les Portiques » (no 34), , 1393 p. (notice BnF no FRBNF32598682, lire en ligne), p. 249-250.
  31. Duc de Saint-Simon, Écrits inédits de Saint-Simon, t. 3, Paris, Librairie Hachette et Cie, , 512 p. (notice BnF no FRBNF43635540, lire en ligne), p. 201.
  32. Observations du Procureur Général d'Aguesseau sur un projet de lettres patentes pour l'enregistrement des renonciations de Philippe V à la couronne de France
  33. Amédée Boudin, Histoire de Louis-Philippe Ier, roi des Français, t. I, Paris, , 462 p. (notice BnF no FRBNF33986969, lire en ligne), p. 338.
  34. Lire en ligne
  35. [extrait de Quarterly Review], « Don Carlos en Navarre », Revue britannique : ou choix d'articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, 4e série, no 3,‎ , p. 41 (lire en ligne).
  36. https://books.google.fr/books?id=1LwaAAAAYAAJ&pg=PA30
  37. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k204021j/f506
  38. http://www.lebrelblanco.com/anexos/images/abdication1lettreauducdorleansenvuedelaregence2aout1830.jpg
  39. L'Univers, No 5792, 29 septembre 1883, lire en ligne.
  40. L'Univers, No 5795, 2 octobre 1883, lire en ligne.
  41. Augé 1979, p. 82.
  42. Montplaisir 2018, p. 265.
  43. Les Nouvelles : journal quotidien de Toulouse et du Sud-Ouest, 16 octobre 1883 (ISSN 2020-5945) (notice BnF no FRBNF32826340).
  44. Rials 1983, p. 118
  45. a et b Auguste Vacquerie, « Blancs d'Espagne et blancs d'Eu », Le Rappel, no 5247,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  46. Charles Bigot, « Un peu de clarté commence à se faire sur l'état exact du parti royaliste », Le XIXe siècle, no 4581,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  47. Fernand Xau, « Les Déclarations de M. d'Andigné », Gil Blas, no 1714,‎ , p. 1-2 (lire en ligne).
  48. La Croix, No 11312, 8 février 1920, lire en ligne.
  49. Henri Marchand, Le salut national, Bruxelles, Société belge de librairie Oscar Schepens, Paris, Arthur Savaète éditeur, 1903, 222 p. 
  50. a et b MM. G. [Guillaume] Véran, A. [Achille] de Guny, H. [Henri] Marchand, Cte [comte] L. [Ludovic] de Blavette, membres démissionnaires de l'ancien Comité légitimiste de propagande de Paris, Le Boulangisme devant la légitimité, réponse à M. le Cte [comte] M. [Maurice] d'Andigné, Paris, imprimerie Charles Schlaeber, , 55 p.  (notice BnF no FRBNF31556707).
  51. Le Matin, No 1452, 7 février 1888, lire en ligne : mariage d'Henri Marchand (1860-19..) et de Léa de Beausobre (1866-1939).
  52. Le Gaulois, No 18027, 12 février 1927, lire en ligne.
  53. Le Gaulois, No 18187, 22 juillet 1927, lire en ligne.
  54. Augé 1995, p. 121-122.
  55. a b et c « Le congrès des blancs d'Espagne », Le Temps, No 8831, 4 juillet 1885, lire en ligne.
  56. « La famille de Nugent », Mémoires de la Société archéologique de Rambouillet, t. XVIII, année 1905, p. 35-36, lire en ligne.
  57. « Déclaration du château du Hézo », La Croix, 24 décembre 1884, p. 3-4, lire en ligne.
  58. Valfleury, « Nécrologie », Le Gaulois, No 13729, 17 mai 1915, lire en ligne.
  59. Ambroise Ledru et Louis-Jean Denis, La maison de Maillé, t. 1, 1905, p. 382, lire en ligne.
  60. « Le château de Jalesnes », Le Gaulois, 13 novembre 1879, lire en ligne.
  61. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, année 1928, p. 147, lire en ligne.
  62. Monographie d'une famille militaire de l'ancienne France : famille du Verne, t. 4, Nevers, imprimerie Mazeron frères, 1903, p. 273, lire en ligne.
  63. a et b « Le parti légitimiste, fidèle aux princes d'Anjou, vient d'être douloureusement frappé », Le Matin, no 1099, 27 février 1887, p. 3, lire en ligne.
  64. « La réunion légitimiste d'Angers », Le Temps, No 9591, 9 août 1887, lire en ligne.
  65. Le Nobiliaire universel, ou Recueil général des généalogies historiques et véridiques des maisons nobles de l'Europe (publié sous la direction de L. de Magny [Ludovic Drigon de Magny]), vol. XII, 1877 (notice BnF no FRBNF32823891), « GUÉRIN DE LA HOUSSAYE », p. 7, lire en ligne.
  66. Le Gaulois, No 18216, 20 août 1927, lire en ligne.
  67. Le Gaulois, No 13564, 3 décembre 1914, lire en ligne.
  68. Figaro, 9 octobre 1931, lire en ligne.
  69. La Petite Gironde, No 21792, 15 mars 1932, p. 4, lire en ligne.
  70. La Lettre de la Fédération des associations Présence du Souvenir Bourbonien, No 36, octobre 2007, p. 6-7, lire en ligne.
  71. Daniel de Montplaisir, « On l’appelait « Madame » » (version du 16 juillet 2014 sur l'Internet Archive), sur le site de l'Institut Duc d'Anjou, .
  72. « Le Tour-du-Parc. Réception « royale » », Le Télégramme, No 19322, 10 août 2007, lire en ligne.
  73. a et b C. Chincholle, « Les Blancs d'Espagne », Le Figaro, 4 juillet 1886, lire en ligne.
  74. a et b « Le banquet des légitimistes », Journal des débats politiques et littéraires, 5 juillet 1886, lire en ligne.
  75. « Le banquet des « blancs d'Espagne », Journal des débats politiques et littéraires, 17 juillet 1892, lire en ligne.
  76. (en)Lloyd Goodrich (en), Thomas Eakins, his life and work, New York, Whitney Museum of American Art, 1933, p. 23-24, lire en ligne.
  77. (en)William Innes Homer (en), Eakins at Avondale and Thomas Eakins, a personal collection : March 15-May 18, 1980, Brandywine River Museum (en) of the Brandywine Conservancy, Chadds Ford, Pennsylvania, Newark, Université du Delaware, 1980, p. 67.
  78. « Les Blancs d'Espagne », Le Petit Journal, no 9312, 24 juin 1888, lire en ligne.
  79. Pierre-Clément Bérard, Les Cancans politiques (notice BnF no FRBNF32737032).
  80. a et b « Le banquet légitimiste », Le Temps, No 8834, 7 juillet 1885, lire en ligne.
  81. Paul Musset, « Le banquet des Blancs d'Espagne », Le XIXe siècle, No 4930, 6 juillet 1885, lire en ligne.
  82. « Les Cancans », Le Figaro, 7 juillet 1885, lire en ligne.
  83. Baroness de Closenurn [sic] Will Be A Visitor In Santa Cruz Soon : Santa Cruz Sentinel (en), 15 mars 1930, p. 8, lire en ligne.
  84. R. Mennevée, « Cambacérès », L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, vol. XCVII, No 1804, 30 janvier 1934, col. 72-74, lire en ligne.
  85. Le Royaliste, journal politique hebdomadaire publié de 1881 à 1882 (notice BnF no FRBNF32863137).
  86. a et b Le Droit monarchique disponible sur Gallica
  87. Nouvelle revue rétrospective, 3e semestre, juillet-décembre 1895, p. 56-58, lire en ligne.
  88. a et b Rials 1983, p. 120
  89. a et b Augé 1979, p. 86 (chap. III : « L'aspect politique et sentimental »).
  90. Rials 1983, p. 120.
  91. Le Figaro, 5 mai 1912, p. 3, lire en ligne.
  92. Henri Jeanson, 70 ans d'adolescence, éditions Stock, 1971, 458 p., p. 111.
  93. « Echos de la République des Lettres », Revue des lectures, XVIIIe année, No 9, 15 septembre 1930, p. 1022, lire en ligne.
  94. Frédéric Patard, Une ville, un pays en guerre, Cherbourg et le haut Cotentin : novembre 1918-mai 1944, Cherbourg-Octeville, éditions Isoète, 2004, 191 p., p. 158.
  95. Le Drapeau blanc (1913) disponible sur Gallica.
  96. Le Drapeau blanc (1819-1827) disponible sur Retronews.
  97. « Les cours, les ambassades, le monde et la ville », Figaro, no 237,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  98. « Le tricentenaire de Louis XIV », Journal des débats politiques et littéraires du  : « En l'honneur du tricentenaire de Louis XIV, une délégation du comité directeur de l'Union légitimiste de France, conduite par le président, M. D. Proust, a déposé des lys et des roses à la statue de la place des Victoires. Comme tous les ans, à pareille date, la statue d'Henri IV a été également fleurie. » Lire en ligne
  99. La Croix du  : « Le 21 janvier, une délégation de « l'Union légitimiste de France », conduite par M. Désiré Proust, son président, et par M. le vicomte Gérard d'Amarzit, a déposé une gerbe de fleurs à la chapelle expiatoire à la mémoire de Louis XVI. » Lire en ligne
  100. « Les Cours, les Ambassades, le Monde et la Ville », Figaro, no 68,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  101. Hervé Pinoteau, « Décès du comte de Roquefeuil Anduze », Le Lien légitimiste, no 68,‎ mars-avril 2016, p. 17, avec une photographie du duc d'Anjou et de Ségovie au côté d'Édouard de Roquefeuil Anduze.
  102. Le duc d'Anjou et de Ségovie récusera cette renonciation en 1949 et revendiquera le trône d'Espagne, en tant que fils aîné du dernier roi.
  103. Certificats de nationalité française, délivrés à Alphonse de Bourbon et à son frère par le tribunal d'instance de Montpellier.
  104. « 1972-1992 : vingt ans de Chapelle expiatoire », Feuille d’information légitimiste, Paris, Service d’information culturelle et de réalisations éditoriales, no 95,‎ , p. 3 (ISSN 0764-5031).
  105. Josseaume 2009, p. 2.
  106. Bauffremont 2012, p. 51.
  107. Site officiel de l'institution nationale des Invalides : messe de fondation du 18 septembre 2011. Discours du général d'armée Bruno Cuche, gouverneur des Invalides, avec photo du duc et de la duchesse d'Anjou.
  108. « Drame de préséance chez les Bourbons », Le Monde, no 13847,‎ .
  109. « Pau : quadricentenaire d'Henri IV, la commémoration manquée », Feuille d’information légitimiste, Paris, Service d’information culturelle et de réalisations éditoriales, no 73,‎ , p. 3 (ISSN 0764-5031).
  110. « Messe invalide(s) ? », Royal Hebdo, no 147,‎ , p. 2 (ISSN 1255-7595).
  111. www.legimite.fr
  112. Rials 1983, p. 6
  113. Rials 1983, p. 24
  114. Rials 1983, p. 26
  115. a et b Rials 1983, p. 27
  116. Rials 1983, p. 28
  117. Rials 1983, p. 36
  118. Rials 1983, p. 37
  119. Rials 1983, p. 38
  120. Rials 1983, p. 45
  121. Rials 1983, p. 7
  122. Augé 1995, p. 143 (partie 2, chap. II).
  123. Gérard de Villèle, « À l'impossible nul n'est tenu... », Le Lien légitimiste, no 74,‎ mars-juin 2017, p. 2.
  124. Daniel de Montplaisir, Louis XX : petit-fils du Roi Soleil, Paris, Éditions Jacob-Duvernet, , 490 p. (ISBN 978-2-84724-341-3).
  125. Daniel de Montplaisir, « Message de Daniel de Montplaisir - galette des rois de Vexilla Galliae, 23/01/2016 », sur Vexilla Galliae, (consulté le 13 janvier 2018).
  126. Rials 1983, p. 51
  127. Rials 1983, p. 55
  128. Rials 1983, p. 60
  129. Rials 1983, p. 63
  130. Quotidien qui parut de 1834 à 1847 (notice BnF no FRBNF32777293) et qui eut notamment pour rédacteurs en chef Étienne-Pierre Lubis et Auguste Johanet ; il fusionnera en 1847 avec La Quotidienne. À ne pas confondre avec La France (1862-1937).
  131. Rials 1983, p. 64
  132. Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur, « Pourquoi avoir choisi le titre : « L'Ami de la Religion et du Roi » ? », L'Ami de la Religion et du Roi,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018).
  133. L'Écho français disponible sur Gallica
  134. L'Univers (1833-1860) disponible sur Gallica
  135. L'Univers (1867-1883) disponible sur Gallica
  136. Le Monde disponible sur Gallica
  137. Avranchin disponible sur Normannia.info
  138. La Monarchie française disponible sur Gallica
  139. Le Drapeau blanc (1913) disponible sur Gallica
  140. Cinememorial
  141. Jacques Dufilho, Les sirènes du bateau loup. Souvenirs, Paris, Fayard, page 237

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Du XIXe siècle à 1930[modifier | modifier le code]

  • Antoine Blanc de Saint-Bonnet (1815-1880), La Légitimité, Tournai, Casterman, 1873 [lire en ligne]
  • Prince Sixte de Bourbon de Parme, Le Traité d'Utrecht et les lois fondamentales du Royaume : Thèse pour le Doctorat, Édouard Champion, Paris, 1914 [lire en ligne]
  • Hilaire de Curzon, De la légitimité, Poitiers, , 62 p. (notice BnF no FRBNF34041511, lire en ligne)
  • Hilaire de Curzon, Le Droit national historique : réponse au « Droit royal historique » de Marie de Roux, Poitiers, , 34 p. (notice BnF no FRBNF34042124)
  • Hilaire de Curzon, La vérité sur la réconciliation (5 août 1873), Poitiers, , 18 p. (notice BnF no FRBNF34042125, lire en ligne)
  • Hilaire de Curzon, De la nationalité des princes de la branche aînée des Bourbons, Poitiers, , 25 p. (notice BnF no FRBNF31985746)
  • Th. Deryssel (pseudonyme de Gustave Théry), Mémoire sur les Droits de la Maison d'Anjou à la Couronne de France, Imprimerie de Saint-Paul, Fribourg (Suisse), 1885 [lire en ligne]
  • Joseph du Bourg (1842-1936), Les Entrevues des princes à Frohsdorf, 1873 et 1883, la vérité et la légende, Paris, , 312 p. (notice BnF no FRBNF30361041)
  • Ch.-L. du Verne (1826-1913), Le comte de Chambord et les orléanistes, Nevers, imprimerie Mazeron,
  • Théodore-Paul Gazeau de Vautibault (1842-1902), La Fusion. L'Héritier légitime de M. le Comte de Chambord, les Bourbons de la deuxième branche aînée, ses héritiers légitimes et les princes d'Orléans, Paris, E. Leroux et G. de Graet-Delalain, , 16 p.
  • Gazeau de Vautibault, Les Bourbons d'Anjou et d'Orléans. Exposé de leurs droits avec tous les documents à l'appui, Paris, E. Giraud, , 32 p. (lire en ligne)
  • Gazeau de Vautibault, Les d'Orléans au tribunal de l'histoire (1649-1815) en 7 volumes, Paris, H. Daragon, (notice BnF no FRBNF30492161, lire en ligne)
  • F. de Goïriena [Francisco de Goiriena y Arribálzaga] (1832-1...), Le Légitime, Paris, , 15 p. (notice BnF no FRBNF34035510, lire en ligne)
  • [Octave Husson de Sampigny (1869-1915)] : voir plus bas à Octave de Sampigny.
  • général baron Edward Kirkpatrick de Closeburn (1841-1925), Les Renonciations des Bourbons et la succession d'Espagne, Paris, A. Picard et fils, , 327 p. (notice BnF no FRBNF30682867)
  • Henri de La Perrière (1881-1950), Le Roi légitime, la loi de dévolution au trône dans la maison de France, Paris, H. Daragon, , 168 p. (notice BnF no FRBNF30738341)
  • Henri Marchand (1837-1920), Le salut national, Bruxelles ; Paris, Société belge de librairie Oscar Schepens ; Arthur Savaète éditeur, , 222 p.
  • [Hilaire Parent de Curzon (1847-1936)] : voir plus haut à Hilaire de Curzon.
  • Adrien Robinet de Cléry, Les prétentions dynastiques de la branche d'Orléans. Deux lettres du Révérend père Bole, aumônier de Frohsdorf, Paris, H. Daragon, , 32 p. (notice BnF no FRBNF34211631, lire en ligne)
  • Octave de Sampigny et Hilaire de Curzon, Propos byzantins : correspondance entre Octave de Sampigny et Hilaire de Curzon au sujet de l'ouvrage de ce dernier intitulé « De la légitimité », Paris, , 37 p. (notice BnF no FRBNF34042120, lire en ligne)
  • [Gustave Théry (1836-1928)] : voir plus haut à Th. Deryssel.
  • Paul Watrin, La Tradition Monarchique, thèse de doctorat en droit 1916 [lire en ligne]

De 1930 à nos jours[modifier | modifier le code]

  • Guy Augé (ill. Pascal Beauvais), Succession de France et règle de nationalité : le droit royal historique français contre l'orléanisme (numéro spécial de La Légitimité), Paris, Diffusion : D.U.C., , 174 p. (ISSN 03153-2243 (édité erroné))
  • Guy Augé (1938-1994), Les Blancs d'Espagne : contribution à l'étude d'une composante du royalisme français contemporain. (mémoire polygr., Faculté de droit de Paris, 1967), Paris, Association des Amis de Guy Augé, la Légitimité, coll. « Cahier de l'Association des amis de Guy Augé, La légitimité » (no 33 : 1994 - 2), , 167 p. (ISSN 0153-2243)
  • Jean Barbey, Frédéric Bluche et Stéphane Rials, Lois fondamentales et succession de France, Paris, Diffusion Université Culture, 1984.
  • Jacques de Bauffremont et avec la collaboration de Karine Mauvilly, Souvenirs, I.M.B., , 225 p. (ISBN 978-2-9542791-0-7, présentation en ligne)
  • Jacques Bernot (né en 1951), Les princes cachés : histoire des prétendants légitimistes (1883-1989), Paris, Éditions Lanore, François-Xavier Sorlot, éditeur, , 318 p. (ISBN 9782851577450, lire en ligne).
  • S.B.C. (Sylvain Bonmariage), « Pourquoi le Comte de Chambord n'a pas régné », Aux carrefours de l'histoire, no 27,‎ , p. 1348-1353 (ISSN 2492-5950, notice BnF no FRBNF32707446, lire en ligne)
  • Prince Sixte de Bourbon de Parme (1886-1934), Le Traité d'Utrecht et les lois fondamentales du Royaume : Thèse pour le Doctorat, Communication & Tradition, collection « Archives des Bourbons », Paris, 1998, 264 p.
  • Jean Charbonnel (1927-2014), Les légitimistes : De Chateaubriand à de Gaulle, Éditions de La Table Ronde, 2006 (ISBN 2-7103-2856-9)
  • Conseil de Monseigneur le duc d'Anjou, État présent de la Maison de Bourbon : pour servir de suite à l’Almanach royal de 1830 et à d'autres publications officielles de la Maison, Paris, Éditions du Palais Royal, , 1re éd., 151 p. (ISBN 2777702047)
  • Th. Deryssel (pseudonyme de Gustave Théry), Mémoire sur les Droits de la Maison d'Anjou à la Couronne de France, Éditions Sicre, Paris, 2001, 52 p. [lire en ligne]
  • Pierre des Hauts de Bellevue (né en 1927), « À propos du mariage du dauphin de France », Hidalguía, Madrid, no 111,‎ mars-avril 1972, p. 257-288 (ISSN 0018-1285, notice BnF no FRBNF34466739).
  • Yves-Marie des Hauts de Bellevue (né en 1947), À propos de la translation du cœur de Louis XVII et du mariage de Louis XX, Paris, Éditions généalogiques de la Voûte, , 73 p. (ISBN 2-84766-200-3 (édité erroné), notice BnF no FRBNF39300730)
  • Jean-Claude Drouin (né en 1937), « Les non-ralliés deux fois : les Blancs d'Espagne de 1883 à nos jours » dans Les ralliements, ralliés, traîtres et opportunistes du Moyen-âge à l’époque moderne et contemporain, Bordeaux, CROCEMC, 1997, p. 197-214.
  • [Fabien Gandrille (né en 1953)] : voir plus bas avec Hervé Pinoteau.
  • Théodore-Paul Gazeau de Vautibault, Contre la fusion, Paris, Éditions Sicre, , 118 p.
  • Laure Hillerin (née en 1949), La duchesse de Berry, l'oiseau rebelle des Bourbons, Flammarion, collection Grandes Biographies, 05 2010. (ISBN 978-2-08-122880-1) [lire en ligne]
  • Michel Josseaume (né en 1922), « Genèse de la renaissance légitimiste : 1941-1957 », Le lien légitimiste, Tours, no spécial hors série I,‎ , 12 p.  ; synthétisé et adapté par Franz de Burgos, 12 et 13 juillet 2016 : lire en ligne, 1re partie, 2e partie.
  • « Légitimité ? » (2006), La Légitimité : revue universitaire d'Histoire et d'Idées politiques, n°51.
  • [Georges Leménager (1869-1964)] : voir ci-dessous à George Maurevert.
  • George Maurevert, « Don Jaime de Bourbon, le prince sans histoire », Aux carrefours de l'histoire, no 5,‎ , p. 407-410 (ISSN 2492-5950, notice BnF no FRBNF32707446, lire en ligne)
  • Mgr Mayol de Luppé (1873-1955), « La maison de Bourbon et ses branches actuelles », Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais, Moulins, t. 37,‎ , p. 315-318 (lire en ligne)
  • Mgr Mayol de Luppé, « La maison de Bourbon et ses branches actuelles (suite) », Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais, Moulins, t. 38,‎ , p. 151-154 (lire en ligne)
  • Philippe Montillet (né en 1950), Cahiers D.U.C., no 6 : Les Princes Ainés de la Maison de Bourbon (1883-1941) - Les successeurs du Comte de Chambord, Diffusion — Université — Culture, Paris, 1987, 47 p. (ISSN 0248-0484), présentation en ligne.
  • Daniel de Montplaisir, Louis XX : petit-fils du Roi Soleil, Paris, Jacob Duvernet (éditeur), (ISBN 978-2847242997).
  • Daniel de Montplaisir, Louis XX : une autre Histoire de France, Paris, Mareuil Éditions, , 491 p. (ISBN 978-2372540759)
  • [Christian Papet-Vauban (né en 1943)] : voir plus bas avec Hervé Pinoteau.
  • Dominique Picard (né en 1951), « Les Bourbon de 1830 à nos jours : histoire d'une famille, histoires de familles », Bulletin de la Société des amis de Vincennes, no 51,‎ , p. 32-37 (notice BnF no FRBNF34426501, lire en ligne)
  • Hervé Pinoteau, Monarchie et avenir, Paris, Nouvelles Éditions Latines, , 190 p.
  • [Hervé Pinoteau], État présent de la Maison de Bourbon,  : voir plus haut à Conseil de Monseigneur le duc d'Anjou.
  • Hervé Pinoteau, L'héraldique capétienne en 1976, Paris, Nouvelles Éditions Latines, coll. « Autour des dynasties françaises », , 80 p. (ISBN 2723300013, lire en ligne)
  • Hervé Pinoteau, Héraldique capétienne, Paris, Éditions Patrice de La Perrière, , 139 p. (ISBN 2-86377-004-0 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36599636)
  • Hervé Pinoteau, Fabien Gandrille et Christian Papet-Vauban (préf. Alphonse de Bourbon), État présent de la Maison de Bourbon - pour servir de suite à l'Almanach royal de 1830 et à d'autres publications officielles de la Maison, 2e éd., Éditions du Léopard d'or, Paris, 1983, 223 p. (ISBN 2863770225)
  • Hervé Pinoteau, État de l’ordre du Saint-Esprit en 1830 et la survivance des ordres du roi, Paris, Nouvelles Éditions Latines, coll. « Autour des dynasties françaises », , 165 p. (ISBN 2-7233-02 13-X, lire en ligne)
  • Hervé Pinoteau, Fabien Gandrille et Christian Papet-Vauban, État présent de la Maison de Bourbon - pour servir de suite à l'Almanach royal de 1830 et à d'autres publications officielles de la Maison, 3e éd., Éditions du Léopard d'or, Paris, 1986, 244 p. (ISBN 2863770462)
  • le baron Pinoteau et Christian Papet-Vauban, État présent de la Maison de Bourbon : pour servir de suite à l’Almanach royal de 1830 et à d’autre publications officielles de la Maison, Paris, Le Léopard d’Or, 1991, 4e éd. (1re éd. 1975), 253 p. (ISBN 2-86377-100-1 (édité erroné), notice BnF no FRBNF35485120)
  • Hervé Pinoteau, Nouvelles précisions dynastiques, Paris, Sicre Éditions, , 80 p.
  • Hervé, baron Pinoteau, Christian Papet-Vauban et Jean de Vaulchier, État présent de la maison de Bourbon : pour servir de suite à l’Almanach royal de 1830 et à d’autres publications officielles de la maison, Paris, Le Léopard d’or, 2012, 5e éd. (1re éd. 1975), 101 p. (ISBN 978-2-86377-239-3)
  • Stéphane Rials, Le légitimisme, PUF, coll. « Que sais-je ? » (no 2107),
  • Jean de Saint-Germain, « Quelques souvenirs sur Don Jaime de Bourbon », Journal des débats politiques et littéraires, no 340,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  • Jean Silve de Ventavon (préf. Emmanuelle de Dampierre), La légitimité des lys et le duc d'Anjou, Éditions Fernand Lanore, François Sorlot, éditeur, coll. « Reflets de l'histoire », Paris, 1989, 233 p. (ISBN 2851570609)
  • [Gustave Théry (1836-1928)] : voir plus haut à Th. Deryssel.
  • Raoul de Warren (1905-1992) et Aymon de Lestrange (né en 1952), Les prétendants au trône de France, L'Herne, coll. « Mémorables », 1990
  • Paul Watrin (1876-1950), La Tradition Monarchique, thèse de doctorat en droit, Diffusion Université-Culture, Paris, 1983 [lire en ligne]
  • André Yvert (1894-1973), Restauration, Amiens, , 36 p. (notice BnF no FRBNF34042937)

Articles connexes[modifier | modifier le code]