Alphonse-Charles de Bourbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alphonse de Bourbon.
Alphonse-Charles de Bourbon
Description de cette image, également commentée ci-après

Alphonse-Charles, « duc d’Anjou » et duc de San Jaime.

Titres

Prétendant au trône d’Espagne


(4 ans 11 mois et 27 jours)

Nom revendiqué « Alphonse-Charles Ier »
Prédécesseur Jacques de Bourbon
Successeur Xavier de Parme

Prétendant aux trônes de France et de Navarre


(4 ans 11 mois et 27 jours)

Nom revendiqué « Charles XII »
Prédécesseur Jacques de Bourbon
Successeur Alphonse XIII
Biographie
Titulature Duc de San Jaime
« Duc d’Anjou »
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Alfonso Carlos Fernando José Juan Pío de Borbón y Austria-Este
Naissance
Londres (Royaume-Uni)
Décès (à 87 ans)
Vienne (Autriche)
Père Jean de Bourbon,
« comte de Montizón »
Mère Marie-Béatrice de Modène
Conjoint Marie-des-Neiges de Portugal
Description de cette image, également commentée ci-après

Prétendants au trône d’Espagne
Prétendants au trône de France

Alphonse Charles Ferdinand Joseph Jean Pie de Bourbon, prince capétien espagnol né à Londres le et décédé à Vienne le , fut le dernier prétendant carliste en ligne directe à la Couronne d’Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils de Jean de Bourbon (1822-1887) et de son épouse Marie-Béatrice de Habsbourg-Lorraine-Este (1824-1906), fille de François IV de Modène, Alphonse-Charles épousa le au château de Kleinheubach (Bavière), Marie des Neiges de Bragance (1852-1941), fille aînée du roi Michel de Portugal (1802-1866), et d’Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg (1831-1909). Ils n’eurent pas d’enfant.

Au décès de son neveu Jacques (1870-1931) à Paris le , Alphonse de Bourbon devint l’« aîné des descendants d’Hugues Capet », depuis Louis XIV, et donc de la maison royale de France. Il portait les titres de courtoisie de « duc d’Anjou » et de « duc de Saint-Jacques ».

En tant qu’aîné des Bourbons, il était considéré par certains légitimistes français, alors surnommés les « Blancs d’Espagne », comme le successeur légitime des rois de France. Les légitimistes français, marginaux depuis la mort du comte de Chambord, le reconnurent alors comme « roi de France et de Navarre » sous le nom de « Charles XII » et « duc d’Anjou », et les carlistes espagnols le proclamèrent de leur côté « roi des Espagnes et des Indes » sous le nom d’« Alphonse-Charles Ierd'Espagne » (en espagnol, Alfonso Carlos I).

Il participa avec sa femme à la Troisième guerre carliste (1872-1876).

Il décida à Vienne le (jour de la Saint-Charles) de se prénommer désormais « Alphonse-Charles », pour ne pas gêner son cousin et héritier, Alphonse (futur « Alphonse XIII »), avec lequel il s’était réconcilié. Alphonse-Charles de Bourbon prit à cette même date le titre de « duc de San Jaime » (duc de Saint-Jacques), en l’honneur de saint Jacques le Majeur, patron de l’Espagne.

En 1934, une réunion de quatre cent carlistes se tint en présence d’Alphonse-Charles à Mondonville (Haute-Garonne), dans la propriété du légitimiste Joseph du Bourg (1842-1936), un ancien serviteur de Henri d’Artois qu’Alphonse Charles affectionnait beaucoup.

Décédé en 1936 à Vienne, Alphonse-Charles de Bourbon est inhumé en Autriche dans la chapelle Saint-Georges du château de Puccheim (à quelques dizaines de kilomètres de Salzbourg). Sa tombe porte l’inscription en espagnol « Alfonso Carlos de Borbón y Austria Este, nació el 12 de septiembre 1849, murió el 29 de septiembre 1936 ».

Il était le dernier prétendant carliste en ligne directe à la Couronne d’Espagne. Sa mort ouvrit une discussion chez les légitimistes.

La plupart suivit les dernières volontés du défunt, qui désignait son neveu Xavier de Parme (1889-1977) comme successeur, en particulier pour la revendication carliste. Les autres proposèrent de considérer Jacques-Henri de Bourbon qui est, en principe, l’aîné selon l’ordre traditionnel de primogéniture, comme successeur pour les droits d’aînés des Bourbons de France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Bernot, Les princes cachés : Histoire des prétendants légitimistes 1883-1989, Paris, Lanore,‎ , 288 p. (ISBN 226200725X).


Voir aussi[modifier | modifier le code]